Accueil

Filmographie

Rôle de Ernest Borgnine : (Tous) (
Acteur) (Voix) (Producteur)

La filmographie complète de Ernest Borgnine comptant plus de 100 titres, elle fait l'objet d'une page séparée.

Biographie

Ernest Borgnine

<font color=yellow> Ernest Borgnine, affreux, sale et méchant… </font> Enfance et jeunesse:

Ermes Effron Borgnine est né le 24 janvier 1915 (et non 1917 comme on l'écrit un peu partout) à Hamden, petite ville du Connecticut. Il fit des études secondaires au cours desquelles il eut l'originalité de découvrir, non pas l'art dramatique, mais… la boxe. Sa mère, une véritable comtesse italienne, rêve d'une carrière artistique pour son rejeton qui, de son côté, se sent irrésistiblement attiré par les grandeurs océanes. Tant et si bien qu'à l'âge de naviguer de ses propres voiles, le jeune homme, las de chercher un autre métier dans une Amérique en proie à la plus forte crise économique de son histoire, s'engage dans l'U.S.Navy. Nous sommes en 1935 et Ermes passera ainsi la Seconde Guerre Mondiale sur les toutes les mers du globe, servant tour à tour sur le "Lamberton" et le "Sylph".

Et pourquoi pas l'art dramatique, si ça doit faire plaisir à maman… Démobilisé en 1945, le jeune homme cherche sa voie. Le travail en usine, auquel il se soumet dans un premier temps, n'est pas une sinécure. Aussi Ermes a la sagesse de céder aux conseil de Mama: il s'inscrit au cours d'art dramatique de la Randall School de Hartford, Connecticut. Peu après, le voici membre d'une troupe théâtrale, le "Barter Theatre", dans laquelle il rend de menus services et tient les rôles laissés vacants. Il découvre ainsi l'univers du théâtre et de la comédie, et se découvre une passion pour ce métier. A la quête de tout ce qui peut servir à travailler son hypothétique talent, il accepte de nombreux rôles dans des tournées nationales. Au cours de l'une d'elles, il est enfin remarqué par le metteur en scène Brock Pemberton qui lui conseille de tenter sa chance à Broadway. Ci-fait, dans la pièce de théâtre "Harvey", où il tient un rôle d'infirmier qui attire sur lui l'attention d'un producteur de cinéma…

Hollywood… Son premier film, Quand la Foule Gronde, (1951), avouons-le, ne laissa pas un souvenir impérissable.

Mais sa prestation , en 1953, dans Tant qu'il y Aura des Hommes lui met le pied à l'étrier. Dans le rôle d'un vilain gardien de prison, il pousse l'ignominie jusqu'à tuer Frank Sinatra! Cantonné, par son physique, dans des rôles d'affreux et de méchants, ce brave Ernest passe sans encombre du péplum ( Les Gladiateurs1954) aux westerns (Johnny Guitar, Vera Cruz, 1954, …) sans encombre. On ne peut en dire autant de ceux qui eurent la malchance de lui tomber sous la main! La même année, on peut le voir aux côtés de Spencer Tracy dans un Homme est passé, film traitant du racisme envers la communauté nippone d'Amérique, en réaction aux événements de Pearl Harbor".

L'Oscar pour un rôle de gentil! Mais qui donc eut l'idée d'employer cette brute à contre-emploi dans Marty (1955)? Dans ce rôle de boucher au cœur plus tendre que sa viande, en quête d'une épouse qui n'est pas de la caste familiale, le vilain Ernest va émouvoir la planète entière… En tout cas l'Amérique et son milieu cinématographique qui lui attribue l'Oscar du meilleur acteur, façe à des monuments de l'époque, comme Spencer Tracy, Frank Sinatra, James Dean ou encore James Cagney! Et, cerise sur la statuette, c'est Grace Kelly qui lui fait la bise! Par la suite, Ernest Borgnine n'eut guère l'occasion de tenir les premiers rôles. Je me souviens, pour ma part, de sa prestation, aux côtés de Bette Davis et Debbie Reynols, dans Le Repas de noces (1956) un film assez atypique dans la carrière de son réalisateur, Richard Brooks, et dans l'histoire de l'Hollywood des années cinquante (tout au moins pour des oeuvres de série "A").

Après l'Oscar… Ce retour aux seconds rôles ne devait pas le laisser amer, car Ernest Borgnine tourna énormément. Parmi les oeuvres dans lesquelles il se fit remarquer, on peut citer:

  • 1958: les Vikings de Richard Fleischer. Ragnar, c'était lui. Voir Borgnine l'épée à la main…
  • 1962: "Barabbas", du même Fleischer. Il peut tout jouer, vous dis-je!
  • 1964: la Flotte se Mouille, une reprise de la série télévisée dans laquelle il tient le premier rôle, de 1962 à 1966. Le film fera l'objet d'un remake en 1998.
  • 1967: les Douze Salopards. O Miracle, il n'est pas l'un des douze! Le film est réalisé par Robert Aldrich, avec lequel Borgnine tournera à six reprises.
  • 1969: la Horde Sauvage, un western de Sam Peckinpah. Les salopards étaient bien plus nombreux que dans le film précédent. Ernest se fondait dans la masse…
  • 1972: l'Aventure du Poseidon, dans laquelle, si ma mémoire ne me trompe pas, il est "gentil"
  • 1973: L'Empereur du Nord, dans lequel il traque son ami "au civil", Lee Marvin, à l'époque des années noires de l'économie américaine.

etc, etc… Signalons enfin ses multiples apparitions clownesques, depuis le début des années 90, à la Milwaukee's Great Circus Parade.

Vie privée… Fort apprécié à Hollywood, où sa bonne humeur légendaire le fait aimer de tous, a:Ernest Borgnine n'en fut pas moins un bourreau des cœurs. A moins qu'il n'en fut victime, allez savoir… Toujours est-il que le bonhomme s'est marié cinq fois. Louons sa persévérance… 1949 – Épouse Rhoda Kemins, qui lui donne une fille. Divorce en 1958. 1959 – Épouse l'actrice mexicaine Katy Jurado, sa partenaire, l'année précédente, dans l'Or du Hollandais". "Une belle femme, mais une tigresse!", devait-il résumer. Divorce en 1963. 1964 – Épouse l'actrice et chanteuse Ethel Merman, son aînée de quelques années, dont il divorce 32 jours plus tard. Un truc qui n'a pas marché, sans doute… 1965 – Épouse Donna Rancourt, qui lui donne deux enfants. Divorce en 1972. 1972 – Épouse Tova Tresnaes, avec laquelle il passe la fin de sa vie. Cette dernière tient sa propre affaire de produits cosmétiques, une entreprise dans laquelle elle reçoit l'aide de son mari, entre deux tournages… Autant dire rarement!

Décidément, l'homme ne prit guère le temps de souffler!

Texte de Christian Grenier de <a href="http://www.encinematheque.net"><img src="http://encinematheque.net/img/logom.gif" style="vertical-align:-20px"/></a>.

Forum

Créer un nouveau fil de discussion

Galerie de photos


Liens

imdb.com La fiche IMDb d'Ernest Borgnine

Références

Forum Dans la gueule du loup : Petite perle du film noir
Forum Posse - La Brigade du Texas : Deuxième film réalisé par Kirk Douglas
Forum Le prince et le pauvre : Fleischer sur la pente descendante
Forum L'Or du Hollandais : Rondement mené
Forum The Man Who Shook the Hand of Vicente Fernandez : Avis
Forum Marty : Décès d'Ernest Borgnine...
Forum La Grande évasion : Un mythe
Forum Marty : Sensible et tendre
Forum Le Jour de la fin du monde : Avis
Forum Pearl Harbor : Quatre films - un même évènement
Forum Toselli, les amours de Louise de Saxe : Le seul film italien de Danielle Darrieux !
Forum Les Inconnus dans la ville : Une petite ville prise en otage...
Forum Décès de C. Heston : Karl MALDEN EN TETE
Forum Tant qu'il y aura des hommes : Premier à commenter ce chef-d'oeuvre !!
Forum La Poursuite sauvage : Avis
Forum Les Gladiateurs : Immersion totale !
Forum Cinq gâchettes d'or : J'achète ! pour une excellente raison...
Forum The Dirty Dozen : Avis
Forum Le Dernier secret du Poséidon : Les vieillards cachetonnent
Forum Small Soldiers : T. bon divertissement et satire politique subtile
Forum L'Homme de nulle part : Poème méditatif, somptuosité visuelle
Forum Décès de Jack Palance : Avis
Forum Le Loup de la Sila : Coffret triple "Hommes et loups"... ?
Forum Les Guérilleros : Ah ! Enfin une aventure risorgimentale.
Forum Les Vikings : Très grand film d'aventure
Forum L'Aventure du Poseidon : Le meilleur film catastrophe ?
Forum : Un Poseidon sans grosse qui nage sous l'eau...
Forum L'Empereur du Nord : Pour graisser les rails...
Forum Décès de Richard Fleischer : Avis
Forum Chacun son alibi : Un trio Gassman Manfredi Sordi exceptionnel
Forum Le Repas de noces : Attise la curiosité
Forum Le Roi des truands : OCNIs ! OCNIs ! On n'est pas rassasiés d'OCNIs !
Forum Les Massacreurs du Kansas : Avis
Forum Butch Cassidy et le kid : Légèreté et humour
Forum Vera Cruz : Humour et exigence
Forum Un Homme est passé : Sobre et efficace
Forum La Cage : Ventura, Granier-Deferre : du massif
Forum Le Jugement dernier : partage
Forum La Cité des dangers : Polar francophile
Forum L'Empereur du Nord : North
Forum Basket Ball : Avis
Forum L'un des plus grands méchants du cinéma nous a quittés : Elam
Forum Les Douze salopards : 12
Forum Willard : First
Forum La Horde sauvage : Crépuscule et nuit noire
Forum Juge et hors-la-loi : Juge
Forum New York 1997 : Avis
Forum Un Million d'années avant J.C. : Harry + Raquel
Cette page a été visitée 16509 fois.

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.051 s. - 14 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter