Accueil

Filmographie

Rôle de Gary Cooper : (Tous) (
Acteur) (Producteur)

La filmographie complète de Gary Cooper comptant plus de 100 titres, elle fait l'objet d'une page séparée.

Biographie

Gary Cooper

Il est né Frank James le 7 mai 1901, fils du juge à la cour souveraine du Montana, Charles Henry Cooper et de Madame. De 1910 à 1914, le futur Gary Cooper poursuit ses études en Angleterre. Pendant la Première Guerre Mondiale, le jeune Frank travaille au ranch paternel, s'initiant aux travaux des champs et de la ferme. C'est tout naturellement qu'il entreprend des études d'agriculture au collège de Bozeman, Montana, tout en cultivant un don naturel pour le dessin. C'est ainsi qu'il tente de placer plusieurs de ses caricatures dans des journaux locaux. Découragé par ses tentatives, il suit les conseils de ses amis en se faisant engager comme figurant à cheval dans des oeuvres de cinéma. Sa production en la matière est indéterminée, puisqu'il serait apparu, en tant que cavalier, dans une cinquantaine de films avant the Winning of Barbara Worth (1926), considéré comme sa première apparition importante à l'écran. On peut le voir notamment dans un film interprété par Rudolph Valentino, the Eagle (1925). A partir de 1925, avec l'aide d'une jeune femme imprésario, Nan Collins, Frank Cooper enchaîne les figurations. Mais il existait déjà plusieurs Frank Cooper dans les annuaires du septième art. Nan étant originaire d'une petite ville nommée Gary, vous devinez la suite… En 1926, à la suite de the Winning of Barbara Worth, Gary est pris sous contrat par la Paramount. C'est le début de sa véritable carrière d'acteur. Un début placé sous d'heureux auspices puisque le jeune homme eut l'honneur de partager à plusieurs reprises les plateaux avec une star de l'époque, Clara Bow (Children of Divorce, It, Wings, tous de 1927). Il devait avouer secrètement à l'actrice Esther Ralston être tombé sous le charme de la croqueuse d'hommes. Poursuivant sa carrière, c'est tout naturellement qu'il se voit confier des premiers rôles dans des westerns plus ou moins oubliés (Nevada, the Last Outlaw, etc). Au début des années trente, le parlant se généralise. Gary Cooper tourne, avec Marlene Dietrich, ce qui sera son premier grand film "classique", Morocco, de Josef Von Sternberg. Outre les westerns, qui lui vaudront une bonne partie de sa renommée, l'acteur se montre également excellent dans le drame (Morocco, L'Adieu aux Armes, Peter Ibbetson, etc) comme dans l'Aventure ( voir l'admirable Les Trois Lanciers du Bengale) et la comédie (Si j'avais un Million, la Huitième Femme de barbe-Bleue, etc). Frank Capra ne s'y trompe pas, qui l'engage pour L'Extravagant Mr Deeds (1936) et surtout L'Homme de la Rue (1941).

Le personnage de Gary Cooper est enfin en place: un homme franc, honnête, courageux, patriote, humble, simple, voire naïf. L'Américain tel qu'on le rêve moyen. Un registre dont il ne sortira plus que rarement (quand Gary Cooper trahit, c'est pour faire "croire"), et qui sera sans doute à l'origine de sa réputation de ne pas être un véritable comédien, mais un acteur sachant imposer une personnalité qu'on lui savait fort grande. Ainsi, dans les années quarante, il donne Sergeant York (1941, son premier Oscar, guerre oblige), L'Odyssée du docteur Wassell (1944), les Conquérants du Nouveau Monde (1947), le Rebelle (1948). Sur la fin de sa carrière, Cooper renoue avec les grands westerns les Aventures du Capitaine Wyatt (1950, Raoul Walsh), Vera-Cruz (1954, Aldrich), l'Homme de l'Ouest (1958, Anthony Mann) et surtout Le Train Sifflera Trois Fois (1952, Fred Zinnemann) qui lui vaut son deuxième Oscar. Côté coeur, Gary Cooper eut une vie sentimentale plutôt agitée.

  – Dès 1929, \Clara Bow oubliée, il entretient une liaison orageuse avec l'actrice mexicaine \Lupe Velez. Mais Mrs. Cooper mère veille et met fin à l'affaire, du moins le croit-elle.
 –  En 1933, l'acteur épouse Veronica Balfe (dite Sandra Show), nièce du décorateur de la MGM Cedric Gibbons. le couple a une fille, Maria Veronica (1937).
 –  En 1944, \Lupe Velez se suicide, enceinte d'un enfant dont la rumeur attribue la paternité à \Gary Cooper.
 –  En 1951, Véronica et Gary se séparent momentanément. C'est le début de la fameuse romance entre le cow boy d'Hollywood et l'actrice \Patricia Neal, sa partenaire de \Le Rebelle. Une romance qui dure 3 ans. Mais Cooper est un homme "droit". Il ne divorcera pas. Le moment venu de choisir, c'est vers l'épouse légitime qu'il retourne, pourtant toujours très amoureux de Patricia, qui ne le reverra plus jamais. 

Car Gary subit déjà les premières atteintes du mal qui l'emportera. Il souffre d'un ulcère à l'estomac qui ne sera opéré qu'en 1958. En 1960, les médecins diagnostiquent un cancer, qu'ils cachent à l'intéressé le plus longtemps possible. En 1961, c'est James Stewart (un autre "droit" du septième art) qui reçoit pour lui, les yeux pleins de larmes, le troisième Oscar, remit à titre honoraire, à cette grande star internationale. Gary Cooper devait s'éteindre quelques semaines plus tard, le 13 mai 1961. En parcourant la filmographie de ce géant d'Hollywood, on mesure toute la place qu'il tient dans l'Histoire du Cinéma Mondial, et de tout ce qu'il lui apporta. Merci, "Monsieur Gary Cooper qui êtes au Ciel…" Texte de Christian Grenier de <a href="http://www.encinematheque.net"><img src="http://encinematheque.net/img/logom.gif" style="vertical-align:-20px"/></a>.

Forum

Créer un nouveau fil de discussion

Galerie de photos


(c) altair.co.uk

Liens

imdb.com La fiche IMDb de Gary Cooper

Références

Forum L'Adieu aux armes : Un classique du film romantique...
Forum Les Amants de Salzbourg : Hollywoodian melodramas
Forum La Mission du commandant Lex : Avis
Forum Ariane : Audrey craquante
Forum Main basse sur la ville : D'une actualité brûlante - surtout ici
Forum Le Grand Bill : Loretta, si heureuse dans les bras du "Grand Bill"
Forum La Lune était bleue : Les meilleurs comédies américaines de l'âge d'or
Forum La Charge de la brigade légère : Objet de débats
Forum Le Calice d'argent : Avis
Forum Les Tuniques écarlates : Avis
Forum La Huitième femme de Barbe-bleue : un pyjama pour deux
Forum The Skin Game : métaphore christique
Forum Décès de C. Heston : Avis
Forum À chacun son enfer : Le rouge est mis...
Forum L'Extravagant Mr Deeds : Un grand classique de la comédie américaine
Forum Les Raisins de la colère : Engagement social et parabole biblique
Forum Condamné au Silence - The Court Martial of Billy Mitchell : Avis
Forum K. Reeves arrête la Terre : bof !
Forum Sabata : Décadence précoce
Forum La Loi du Seigneur : Cas de conscience chez les quakers
Forum Les Tuniques écarlates : Avis
Forum Les Conquérants du nouveau monde : Picturalement splendide
Forum La Révolte des cipayes : L'Inde fabuleuse
Forum Les Aventures du capitaine Wyatt : Un classique à rééditer en haute définition
Forum Les Ailes : Réédition du film WINGS de Wellman
Forum Incident de frontière : Avis
Forum Quand les aigles attaquent : Culte à juste titre !
Forum Les Égarés : Gli Sbandati en DVD pour hier !
Forum Correspondant 17 : Excellent film de propagande anti-nazi
Forum Le Jardin du diable : Un des sommets de Henry Hathaway
Forum Le Rebelle : Un autre monde
Forum La Colline des potences : Les relations humaines valent plus que l'or
Forum Le Cavalier du désert : Un grand western à rééditer !
Forum Les Trois lanciers du Bengale : La grande aventure
Forum Vera Cruz : Humour et exigence
Forum L'Odyssée du docteur Wassell : Avis
Forum Ceux de Cordura : Avis
Forum Peter Ibbetson : Un classique
Forum Sabrina : Finesse et humour
Forum La Lame nue : Avis
Forum Le Train sifflera trois fois : Singulière Kelly
Forum La Marine est dans le lac : Jamais vu
Forum Sergent York : Avis
Forum L'Homme de l'Ouest : Les spectres du far-west
Forum Gervaise : Noirceur rare...
Forum Un Jeu risqué : La loi et l'ordre
Forum Juge et hors-la-loi : Juge
Forum Impitoyable : Archétypes renouvelés
Cette page a été visitée 44658 fois.

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.016 s. - 14 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter