AccueilArchives : mai

Voir les archives de (2002) (2003) (2004) (2005) (2006) (2007) (2008) (2009) (2010) (2011) (2012) (2013) (2014) (2015) (2016) (2017) (2018) (2019) (2020)

News

lundi 18 mai
Ciné

Décès de Michel Piccoli (1925-2020)

Il était assez largement l’aîné, de 5 ou 6 ans, d’un trio d’acteurs fabuleux, Philippe Noiret, Jean Rochefort, Jean-Pierre Marielle, avec qui il partageait toutefois la particularité d’avoir accédé aux grands premiers rôles après la trentaine et au delà. Mais le succès venu (Le Doulos de Melville en 1962, le Mépris de Jean-Luc Godard en 1963), Michel Piccoli s’est installé aux premiers rangs du cinéma français et, chose plus rare, ne les a jamais quittés.

Dans l’immense carrière d’un acteur qui a joué pour tous les plus grands réalisateurs (Buñuel, Demy, Costa Gavras, Chabrol, Malle) on n’en finirait pas d’énumérer les grands rôles et les grands succès. Mais presque avec évidence on citera la complicité que Michel Piccoli a eue avec Claude Sautet, dont il a été l’interprète idéal dans Les choses de la vie (1970), César et Rosalie (1972), Max et les ferrailleurs (1971), César et Rosalie (1972), Vincent, François, Paul… et les autres (1974) et Mado (1976)… Et pour ma part j’ai en tête deux grands souvenirs : l’abominable avocat tueur Georges Sarre du Trio infernal de Francis Girod (1974) et peut-être surtout le Dom Juan qu’il fut à la télévision sous la caméra de Marcel Bluwal en 1965… Impétueux

3 messages

News

dimanche 24 mai

Décès de Jean Loup Dabadie (1938-2020)

Un petit peu moins d'une semaine après avoir eu connaissance du décès de Michel Piccoli, nous avons appris ce dimanche la disparition d'une autre figure majeure de la culture populaire française en général, et du cinéma de Claude Sautet en particulier: le scénariste, dialoguiste et parolier Jean-Loup Dabadie.

On doit à Dabadie le scénario et les dialogues de ces monuments du cinéma populaire français que sont Les choses de la vie, César et Rosalie, Vincent, François, Paul… et les autres et Une histoire simple, tous réalisés par Claude Sautet, sans oublier le diptyque légendaire de Yves Robert: Un éléphant ça trompe énormément et Nous irons tous au paradis.

Retenons aussi ses collaborations avec Claude Pinoteau (La gifle), Jean-Paul Rappeneau (Le sauvage), François Truffaut (Une belle fille comme moi), voire Philippe De Broca (le méconnu Chère Louise).

Son talent était loin de se limiter au domaine du cinéma. Comme l'a résumé aujourd'hui son agent, Bertrand De Labbey, « C’était un artiste complet, il avait réussi dans tous les arts : le sketch avec Guy Bedos ; la chanson avec Polnareff et Julien Clerc ; et également le cinéma en tant que scénariste et adaptateur ».

Parmi les autres artistes pour lesquels il avait été le parolier, on peut citer les noms de Michel Sardou, Serge Reggiani, Yves Montand, Barbara, Juliette Greco, Johnny Hallyday et Jean Gabin (le fameux "Maintenant je sais").

Jean-Loup Dabadie avait été élu à l'Académie Française le 10 avril 2008 (19e fauteuil).

4 messages

News

jeudi 28 mai
Ciné

Mort de Guy Bedos (1934 – 2020)

Comme la vie est ironique ! Quelques jours après Jean-Loup Dabadie qui écrivit ses meilleurs sketches et ses meilleurs rôles, voilà que Guy Bedos disparaît ! Cela faisait bien longtemps qu'il n'apparaissait plus au cinéma, ou à peine, dans des films sans importance. Et ceci alors que dès le début de sa carrière, il avait crevé l'écran dans des rôles de grand garçon un peu niais, un peu en décalage avec le reste du monde. Dragées au poivre de Jacques Baratier en 1963 et, la même année, plusieurs apparitions dans les acides Raisins verts de Jean-Christophe Averty à la télévision. Lunaire au milieu de la bande des Copains d'Yves Robert en 1965. Ce même Yves Robert qui len fera le médecin Simon Messina, le fils de la volcanique Mouchi (Marthe Villalonga dans les deux petits chefs-d'oeuvre du film de bande, Un éléphant ça trompe énormément en 1976 et Nous irons tous au Paradis en 1977.

Les sketches ? Qui ne se souvient de La drague, avec Sophie Daumier, du Boxeur, de Vacances à Marrakech, de Bonne fête Paulette toujours écrits par Dabadie ?

Depuis quelques années, symbole et icône de la Gauche caviar, on entendait davantage parler de lui lorsqu'il pétitionnait ou fulminait au nom du Camp du Bien qu'il incarnait avec trop d'agressivité. Dommage…

2 messages

Voir les archives de (2002) (2003) (2004) (2005) (2006) (2007) (2008) (2009) (2010) (2011) (2012) (2013) (2014) (2015) (2016) (2017) (2018) (2019) (2020)

Installez Firefox
Accueil - Version haut débit

Page générée en 0.023 s. - 7 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter