Forum - ''"Blue Eyes"'' nous a quitté - Avis
Accueil''"Blue Eyes"'' nous a quitté
Forum : ''"Blue Eyes"'' nous a quitté

Sujet : Avis


De PM Jarriq, le 28 septembre 2008 à 11:47

Son dernier rôle, dans Empire falls tourné pour la télévision, le montrait amaigri, barbu, mais toujours énergique, dans le rôle du père de Ed Harris, vieil ivrogne querelleur, qui évoquait lointainement son rôle dans The life and times of judge Roy Bean, quelques trente ans plus tôt.


Répondre

De droudrou, le 28 septembre 2008 à 12:59

Répondre

De silverfox, le 28 septembre 2008 à 13:54

Dans mon souvenir, dans Hombre Richard Boone volait, grâce à son interprétation, la vedette à Paul Newman dans un de ses nombreux rôles à la lisière de la société. Newman campa d'ailleurs assez souvent des personnages d'incompris à la fois complexes et torturés mais avec un grand coeur et de nobles sentiments.


Répondre

De PM Jarriq, le 28 septembre 2008 à 14:31

Ce n'est pas faux. Richard Boone, par son intelligence et sa forte personnalité était coutumier du fait. On l'a vu plus d'une fois éclipser les stars en titre de ses films (Randolph Scott, Kirk Douglas, et même Brando ont dû se mordre les doigts de l'avoir pour partenaire).

Dans Hombre, c'est un peu plus compliqué. Newman parlait peu, ne changeait jamais d'expression, tenait un rôle d'observateur, alors que Boone occupait l'espace sans complexe. A mon sens, ils finissaient le film à égalité.


Répondre

De vincentp, le 28 septembre 2008 à 15:55

Encore un décès d'un acteur par cancer du poumon, lequel cause la mort annuelle de 160 000 américains, avec comme facteur déclenchant dans 87% des cas, le tabac. Aussi, comme l'a dit Yul Brynner sur son lit de mort : "do not smoke" !


Répondre

De DelaNuit, le 28 septembre 2008 à 16:21

Non seulement le tabac nous prive prématurément de grands interprètes, mais il a un autre effet nocif, par ricochet :

En effet, j'ai lu dans la presse qu'aux États-Unis, de nombeux films du répertoire dit classique sont relégués dans les placards car, en raison de la présence aux doigts ou aux lèvres de leurs interprètes de la fameuse et omniprésente cigarette, ces oeuvres sont désormais considérées comme politiquement incorrectes et indésirables !

Cela me rappelle que Paul Newman, interrogé par des journalisme sur son métier d'acteur et sa vision du cinéma à la fin des années 70, avait répondu en soupirant : "Il est difficile d'être fier de son métier quand on sait que les vedettes de l'écran les plus en vogue à notre époque sont deux robots et un requin…"

Paul Newman faisait référence aux énormes succès de la nouvelle équipe Spielberg et Lucas, avec Les dents de la mer / Jaws et La guerre des étoiles / Star Wars

Certes, ni le requin ni C3PO ou R2D2 ne fument… A noter que Dark Vador non plus, malgré sa difficile et bruyante respiration !


Répondre

De droudrou, le 28 septembre 2008 à 17:02

Heureusement que Lucky Luke n'apparaît pas dans Juge et hors-la-loi


Répondre

De silverfox, le 28 septembre 2008 à 17:39

Est-ce une diatribe contre la cigarette ou un hommage à un grand acteur disparu??.

La mort reste la mort qu'elle soit due à la clope, à une voiture, un anévrisme, un seppuku, la crucifixion, une embolie, l'abus de connerie ou une overdose (la drogue emporta le fils de Paul Newman à 28 ans).

Messieurs, je n'apprécie guère votre intervention faussement moraliste. Je ne doute pas que vous soyez des jeunes gens sportifs et sans défauts, mais laissez aux idiots fumeurs le droit de choisir leur trépas! Le monde asceptisé où tout est proscrit, je vous le laisse et m'en vais tirer une bouffée ou deux de mon cigare.


Répondre

De Arca1943, le 28 septembre 2008 à 18:17

« aux États-Unis, de nombeux films du répertoire dit classique sont relégués dans les placards car, en raison de la présence aux doigts ou aux lèvres de leurs interprètes de la fameuse et omniprésente cigarette, ces oeuvres sont désormais considérées comme politiquement incorrectes »

Mais il ne faut pas passer sous silence la véritable cause de ce phénomène de censure : ce que le réalisateur italien Luigi Comencini appelait « la croyance 'calviniste' dans l'influence corruptive des oeuvres d'art. » Négatrice de la liberté, cette théorie tient l'Homme pour un réceptacle à slogans, un morceau de plasticine manipulable à merci. Donc une fin tragique rend les gens pessimistes, montrer la violence les rend violents, montrer quelqu'un qui fume fait fumer, et ainsi de suite. Et l'influence américaine étant ce qu'elle est, le capitaine Haddock ne boit plus et Lucky Luke ne fume plus, parce que soi disant les personnages d'une fiction sont des positive role models (sic) que les spectateurs imitent de façon automatique. Pour les preachers de tout acabit, toute histoire imaginaire est d'abord et avant tout une pub, un prétexte à prêchi-prêcha : d'où cette confusion mentale entre dépeindre et prôner. En attendant, je ne crois pas pour ma part qu'il y ait un seul cocaïnomane de plus parmi ceux qui ont lu Conan Doyle que parmi ceux qui ne l'ont pas lu.


Répondre

De DelaNuit, le 28 septembre 2008 à 18:24

Pour ma part, il s'agissait d'une constatation et non d'un jugement. Allez tirer autant de bouffées de votre cigarette que vous le désirez, à chacun sa façon de vivre !


Répondre

De PM Jarriq, le 28 septembre 2008 à 18:35

Ni que les admirateurs de Mort à Venise ou Brokeback mountain changent automatiquement d'orientation sexuelle, à peine sortis de la salle de cinéma…


Répondre

De droudrou, le 28 septembre 2008 à 18:50

En attendant, je ne crois pas pour ma part qu'il y ait un seul cocaïnomane de plus parmi ceux qui ont lu Conan Doyle que parmi ceux qui ne l'ont pas lu. ou vu le film de Billy Wilder !


Répondre

De silverfox, le 28 septembre 2008 à 19:07

Droudrou j'ai lu tous les Conan Doyle et je ne crois pas être l'exception qui confirme la règle. Snif… Moi un anticonformiste, ça me déprime de rentrer dans la norme.


Répondre

De vincentp, le 28 septembre 2008 à 20:57

Dans Les fantastiques années 20, Walsh développe la thèse -hardie et très discutable- selon laquelle la prohibition a favorisé le développement de l'alcoolisme, incitant les jeunes américains à transgresser les interdits.

Très discutable. La méthode -interdire totalement l'alcool- n'était certes sans doute pas la bonne. Plutôt une information et une éducation pour inciter à consommer de l'alcool avec modération (avec soit-dit en passant une campagne de pub massive actuellement dans les salles de cinéma sur ce sujet, visant les jeunes).

Quant au tabac, il est porté par un lobby puissant, qui a abondamment utilisé l'image de vedettes hollywoodiennes pour imposer un mode de vie. Mais le vent a tourné (à noter que le cowboy Marlboro est mort d'un cancer du poumon) et fumer constitue un délit lourdement puni dans certains lieux publics américains.

Silverfox, votre argumentation me rappelle celle des automobilistes qui refusaient de porter la ceinture de sécurité au nom de la liberté individuelle. La liberté individuelle est soumise à d'autres contingences, notamment celle de l'intérêt général, de la santé publique, et des comptes de la nation.

Pour la petite histoire (n'en faites pas un infarctus, "Renard argenté" -nous avons besoin de vos avis pour animer ce forum-), mon père avait un collègue qui se délectait à tirer des bouffées de cigare. Aujourd'hui, il se contente de mâchonner des pissenlits par la racine, laissant derrière lui une veuve éplorée, comme dans un mélodrame de Comencini.


Répondre

De EGO, le 29 septembre 2008 à 16:23

Force est de constater que vous trouvez toujours la voie de la bisbille. Paul Newman est mort, qu'est-ce que vous voulez que ça nous fasse votre différend à propos de la cigarette. Newman a rempli sa vie, il pouvait bien se permettre de se br^uler les poumons, non ? Feriez mieux de vous demander pourquoi nous avons tant de peine que Newman soit mort quand il y a fort à parier que celle de Keanu Reeves, De Tom Hanks ou de Brad Pitt nous laisseront aussi froids que des pierres tombales mais en moins gais !

philippe_lucas43@yahoo.fr


Répondre

De vincentp, le 29 septembre 2008 à 16:44

Et bien, nous attendons avec impatience votre hommage appuyé à Paul Newman, vous qui n'avez publié à ce jour qu'un avis de protestation sur ce forum, comme un arbitre sortirait un carton jaune en promotion de district.


Répondre

De Arca1943, le 29 septembre 2008 à 18:18

Ça me rappelle la mort de Robert Mitchum : il avait quoi ? 79 ou 81 ans ? Mais comme il fumait, le lobby antitabac s'était aussi exclamé que cette mort illustrait bien les dangers du tabagisme.

C'est l'évidence : ne pas fumer rend immortel. Je conseille fortement l'essai Provocation, de Stanislaw Lem, qui porte sur la place de plus en plus problématique de la mort dans la culture et des conséquences qui en découlent…


Répondre

De vincentp, le 29 septembre 2008 à 21:41

Arca, votre réponse n'a pas de sens dans la mesure ou il est désormais possible de vivre bien au-delà de 80 ans, plutôt maintenant 90 ans. Un tabagisme intensif réduit l'espérance de vie moyenne de près de dix pour cent.

Mais recentrons le débat car nous nous éloignons progressivement du coeur de ce fil, qui est un hommage unanime rendu à Paul Newman, émanant de tous les pays, cultures, camps politiques… et de tous les dvdtoileurs ! Car Paul Newman fait l'unanimité sur ce site, contrairement à nos deux RH nationaux (Hossein et Hanin) qui divisent les esprits !


Répondre

De EGO, le 29 septembre 2008 à 23:16

Soit, je réponds.

Mon avis sur Newman ? Un homme sympathique qu'on a envie d'estimer, un homme probe, un vrai regard, une présence et une vraie filmo. Peu de ratages et quelques clous d'or. Maintenant, je vais vous en conter une bonne. Un jour, il y a vingt ans de cela, le larbin que j'étais, pourquoi toujours parler au passé, s'était vu confier le transport d'un long carton léger comme une plume et encombrant comme vingt malles. Parcours : Place Monge – Odéon. A pinces. Je descends la rue Monge,la rue du Cardinal – Lemoine, en vue la place Maubert. La rue des Anglais est une petite rue où l'on ne passe qu'en biais et qui relier le boulevard Saint – germain à la rue Dante. Je décide de l'enfiler. Mais je trouve les parages chargés de camions et autour des camions une populace que j'identifie vite comme le petit monde du cinéma. On tourne un film. Je ne veux pas déranger. Je demande à la filtreuse si je puis aller mon chemin, elle me dit que oui, que les caméras sont en berne. Je vais donc. Rue des Anglais. Et là, à l'angle de la rue Donat, qui vois -je sur le trottoir, à deux mètres de moi, Paul Newman en causette avec un type auquel je n'ai pas demandé ses papiers d'identité. Je pense " Tiens, Paul Newman !" Et Newman me voit. Et Newman traverse, vient à moi,la main tendue comme le dernier de mes potes. Je lui en sers cinq, un Français se doit d'être courtois. Il me demande si je vais bien et l'on papote vingt secondes dans la langue de Molière qu'il pratique comme vous et moi mais en mieux. Puis il retourne à sa vie et moi à la mienne. La rencontre m'a plu, la vie continue. Mais pourquoi donc le grand acteur Yankee est -il donc venu à moi sans que je lui eus fait le moindre signe ? Attendait -il depuis deux jours le fameux livreur de carton long ? Lui ai – je donné l'occasion de se soustraire à un emm… , le type avec lequel je l'avais surpris en causette ? M'a-t-il pris pour Marlon Brando, époque One – eyed Jacks ? Je ne le saurai jamais et je m'en fiche bien, allez. Me reste le souvenir d'une poignée de mains qui avait pour de bon sa chaleur. Quel film était en cours ? La ménagerie de verre, d'après Tenessee Williams. J'avais causé avec le cinéaste plus qu'avec le comédien. Et si l'on ne tournait pas alors, c'est que le maire de Paris d'alors ( un grand avec des lunettes, célèbre pour sa… spontanéité ) avait décidé de bloquer tous les tournages ricains en cours alors dans Paname en guise de protestation pour la façon dont nos films à nous étaient distribués chez eux ! Newman avait pris de plein fouet cet embargo inversé ! Cela dura bien deux heures, puis le maire de Paris passa à autre chose et on n'entendit plus jamais parler de l'affaire ni de mon long carton d'ailleurs. Ca ira comme hommage ? Désolé, les oraisons,c'est pas mon truc.

philippe_lucas43@yahoo. fr


Répondre

De droudrou, le 30 septembre 2008 à 08:25

En relisant le message consacré à ta rencontre avec Paul Newman, tu me rappelles divers films où on voit cette scène se reproduire d'autant qu'elle apparaît je pense typique. Exodus et La Tour Infernale de façon certaine mais d'autres titres aussi. Mais, au même titre que Brando quand il se cure le nez ou tire le lobe de l'oreille, je me poserai la question de savoir si ce ne sont des exemples types de l'Actor Studio… dont ils sont tous deux issus. Ca n'enlève rien à ce moment sympathique que tu peux considérer comme un excellent souvenir de l'homme. Moi j'en ai un de José Van Damm, le chanteur, moins sympa.


Répondre

De Freddie D., le 30 septembre 2008 à 08:30

Feriez mieux de vous demander pourquoi nous avons tant de peine que Newman soit mort quand il y a fort à parier que celle de Keanu Reeves, De Tom Hanks ou de Brad Pitt nous laisseront aussi froids que des pierres tombales

Intéressant, ça… En fait, Paul Newman a traversé le 20ème siècle en citoyen impliqué, il a été de toutes les marches de protestation, il a été le lien entre la "Méthode" de Lee Strasberg, et le naturalisme des années 80, il n'a jamais cessé de mûrir et d'enrichir sa personnalité, et son image publique n'était pas celle d'un "pipole" botoxé, mais d'un type bien, sachant préserver sa vie privée.

Les comédiens cités ? A vrai dire, ils sont interchangeables et quand ils apparaissent dans de grands films (Il faut sauver le soldat Ryan, pour Hanks, Seven pour Pitt), c'est de l'oeuvre en général qu'on se souvient, plutôt que de leur aura personnelle.

Question d'époque et de vécu, je pense.


Répondre

De EGO, le 30 septembre 2008 à 08:56

Bizarre, je me doute bien que JVD ne doit pas être d'un burlesque fou mais il parait cordial et modeste. A-t-il donc la tête gonflée ? Ce serait dommage, c'est un grand chanteur, il n'a plus rien à prouver, la frime n'est pas une option pour lui… A son propos, José Van Dam est judoka, dit -on. Il serait même 1er dan. La question serait de savoir si, oui ou non, Jean -Claude Van Damme, lui, chante.

Bonnne journée à tous.


Répondre

De vincentp, le 30 septembre 2008 à 10:41

Les vedettes actuelles de Hollywood sont des robots interchangeables et ne marquent pas les esprits par leurs prises de position citoyennes ou par la réalisation de films, comme leurs aînés tels que Clint Eastwood (maire, acteur, réalisateur…), Redford (organisateur de festival), Newman, Jane Fonda…


Répondre

De droudrou, le 30 septembre 2008 à 10:58

JVD ? Qu'est-ce qu'il vient foutre sur ce fil ?

Dans ce qui est dit par les uns et les autres, il y a du vrai puisqu'il caractérise une évolution, donc l'Histoire du Cinéma. Pour ma part, je revoyais hier soir la première partie d'Elmer Gantry, le charlatan dans lequel nous sommes en plein star system qui n'était pas si mauvais que cela dans la mesure où on allait voir les acteurs et que l'on attendait de leur part une certaine prestation. Une image leur était associée. Et elle leur collait à la peau. Elle était leur caractéristique. Quand je prends, par exemple, le Burt Lancaster que l'on retrouve dans Elmer Gantry, le charlatan Le faiseur de pluie (toujours pas répertorié sur DVD Toile) Les professionels Le train Tant qu'il y aura des hommes et certainement bien d'autres, il existe toujours au sein de ces films un passage type où l'on retrouve le Lancaster type, celui que l'on attend ! Paix mon frère !

Ca n'enlève rien à Paul Newman.


Répondre

De EGO, le 30 septembre 2008 à 18:16

Ca ne lui eût rien enlevé non plus que leurs deux noms fussent au même générique réunis ! Mais, il n'y a pas, à ma connaissance de Lancaster – Newman ! J'ai particulièrement apprécié Lancaster dans " Raccrochez c'est une erreur ", " Pour toi j'ai tué ", " Valdez ", " L'Odysée du sous – marin Nerka ", " Un chateau en enfer ", " le Temps du chatiment " et, bien sûr, " Vera Cruz"… Je le tiens pour un excellent serviteur du film Noir et du Western aussi auquel il donna, de par des personnages souvent sauvages, une inflexion particulière semblant annoncer le fameux Western crépusculaire… Je déplore comme vous que le support DVD se montre chiche à son endroit, d'autant que sa filmo, comme celle de Newman, est digne de la mention Trés bien !

Have a good evening with " the Sting" on France 3 !

philippe LUCAS


Répondre

De PM Jarriq, le 30 septembre 2008 à 19:02

Eh si ! Lancaster avait un petit rôle aux côtés de Newman, dans le médiocre Buffalo Bill et les Indiens de Altman.


Répondre

De vincentp, le 30 septembre 2008 à 19:46

Médiocre ? Non, c'est un bon film !


Répondre

De PM Jarriq, le 30 septembre 2008 à 20:16

Chacun ses goûts, ami. Je me souviens m'être copieusement ennuyé, malgré un concept intrigant, et un cast de premier ordre. Mais Altman, généralement, c'est tout ou rien : on adore ou on déteste.


Répondre

De EGO, le 30 septembre 2008 à 23:18

Je suis mouché ! Mais c'est un film que je n'ai pas vu. Altman passe difficilement dans mon conduit assimilateur. J'ai pourtant vu " John Mc Cabe" et aussi " Fortune 's cookie". C'est un auteur remarquable et je déplore de ne pouvoir y adhérer. Je doute qu'un seul de ses films puisse être "médiocre".

See you soon.


Répondre

De EGO, le 30 septembre 2008 à 23:21

Et pourtant, y a certainement des braves types parmi eux. Passons. Une chose me turlupine. Entre Newman et Clooney, il y a eu des gars, d'une génération enfuie, Pacino, De Niro, Travolta, Stallone, Nolte, Beatty, Voight, Reynolds ( si lui c'était pas un sous – produit Brando ). Ces gars là, reconnus pour leur qualité intrinsèque de comédien, et qui peuvent se targuer, eux aussi, d'une belle filmo où le bon l'emporte largement, parfois même le trés bon et même, pour chacun l'inoubliable, ces gars là nous pinceront -ils au coeur le jour où ils clamseront ? Comme Newman l'a fait, comme Brando le fit il y a quatre ans et les autres avant ? Je ne crois pas. Ils auront eu tout ce qu'il fallit pour plaire. Sauf l'essentiel : le magique.

Au pieu !


Répondre

De Crego, le 2 octobre 2008 à 18:37

Je garde un souvenir ému de Newman dans Détective privé et Drowning pool, où il joue un "privé" de L.A. cool et nonchalent. A regretter qu'il n'en ait pas tourné davantage.


Répondre

De Crego, le 2 octobre 2008 à 19:17

Il avait été question qu'ils apparaissent ensemble dans Butch Cassidy et le kid. On aime bien Redford, mais ça aurait quand même eu une autre gueule.


Répondre

De EGO, le 2 octobre 2008 à 21:31

Pas dit, pas dit. Redford et Newman se combinaient à merveille, le rôle de Sundance aurait glissé sur McQueen. D'ailleurs, rien ne prouve que Paul et Steve, pour bons copains qu'ils auront été, eussent roulé synchrone devant la caméra. Si l'on se souvient bien d'un film que nous avons vu cent fois avec le même délice, Newman et Mc Queen n'ont, dans " la Tour infernale " que peu de scènes ensemble ! L'osmose n'est pas donné à tous !

Ceci dit, on se ferait un fameux bouquin rien qu'à recenser, pour chaque rôle dévolu à tel acteur, tous les autres acteurs initialement souhaités, voire prévus et qui se désistèrent ou qu'on renvoya…

Brando devait jouer Lawrence d'Arabie ! Mc Queen fut sollicité pour le père de Superman ! Jean – Louis Trintignant aurait joué Paul dans " le Dernier tango à Paris " et avec Françoise Fabian ! Fred Astaire remplaça Gene Kelly dans " Parade de Printemps" film dont on à peine à croire qu'il fut pensé pour un autre que lui. Kim Novak se substitua à Vera Miles pour Psychose. Elvis Presley avait été sonné pour " Wes Side Story" mais ce qu'on tait le plus souvent c'est qu'il l'avait été non pour le rôle de Tony mais pour celui de Bernardo. George Chakiris lui brûla la politesse ! Enfin, Newman lui – même, n'a jamais tu qu'il devait toute sa carrière à ses deux rôles laissés vacants par James Dean pour cause de mort subite : Rocky Graziano dans " Marqué par la haine" et Billy the Kid dans " le Gaucher". Là, sans être méchant, je crois qu'on a gagné au change. La liste est loin d'être exhaustive, complétez là qu'on se marre un coup !

Have a nice sleep

Philippe


Répondre

De EGO, le 2 octobre 2008 à 21:41

Et bien sûr, vous l'aurez noté, ce n'était pas pour Psychose mais pour Vertigo que Novak remplaça Miles ( tombée enceinte à la grande rage de Tonton Alfred sans doute parce qu'il n'y était pour rien ). Je m'emmêle les chefs d'oeuvre !

Bien sûr c'était une blague. Ha ha ha ! Vous n'avez tout de même pas cru que je me trompais, non ? Ha ha ha !

Faudra que je me surveille, moi.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.047 s. - 4 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter