Forum - Pas de printemps pour Marnie - Freud à la rescousse
Accueil
Forum : Pas de printemps pour Marnie

Sujet : Freud à la rescousse


De vl92, le 27 janvier 2004 à 07:43
Note du film : 4/6

Le dvd de Marnie est recadré en 1.33. Universal doit le resortir dans son format original.


Répondre

De vincentp, le 23 juillet 2005 à 00:37
Note du film : 4/6

Le bel ouvrage de Donald Spoto sur Hitchkock 'la face cachée d'un génie'(Albin Michel) -indispensable- nous livre des anecdotes savoureuses sur la réalisation de ce film, en particulier concernant les moments ou le metteur en scène se comporta comme un jeunot amoureux de son actrice, puis éconduit vertement par la belle Tippi, décida de ne plus lui parler et de bâcler le film. Mais ceci ne nous regarde pas. Spoto reconnaît honnêtement s'être trompé -comme d'autres critiques- lors de la sortie du film, ayant pris pour des figures de style, les raccourcis de Hitchkock par rapport aux normes de la réalisation.

Un film très curieux, non abouti, et qui marque le déclin du metteur en scène, comme l'indique fort justement Spoto.


Répondre

De starlight, le 28 mars 2007 à 22:32
Note du film : 5/6

La chaîne de télévision TCM donne en ce moment "MARNIE", l'un des films les plus décriés de Sir Alfred… Personnellement j'ai toujours considéré que ce film avait été critiqué à tort ; alors qu'il traduit à lui seul l'âme de son réalisateur, le fantasme de HITCHCOCK pour des amours fétichistes… Le spectateur n'a pas suivi ou n'a pas compris les intentions du réalisateur. L'une des explications les plus plausibles de cet insuccès peut se résumer dans une appréciation que l'on retrouve sur le site "Moonlight Discussions". Je cite : "il est raté… mais génialement raté. Bancal, mais fascinant, dérangeant mais conventionnel. Les idées sont effleurées, mais certains passages sont particulièrement profonds et choquants. Le thème central est-il la résolution du problème de Marnie, les maladies psychiatriques, le voyeurisme, le fétichisme ? Le spectateur ne le saura jamais, tout cela se mélange pour se transformer en une œuvre angoissante et troublante"… Il est vrai aussi (mais fallait-il être plus explicite dans l'écriture cinématographique) que HITCHCOCK a été "frileux" dans l'adaptation du roman de Winston GRAHAM… Le personnage interpreté par Sean CONNERY étant lui-même ambigu (voyeur jouant le rôle de psychanaliste)… On sait aussi que HITCHCOCK voulait faire un film de 2H 1/2 au lieu de 2Heures… hésitant sur la façon de présenter les scènes intimes… en ajoutant des séances de psychanalyse. Il a tranché en portant toute son attention et donc tout le poids émotionnel du film sur l'actrice fétiche du moment : Tippie HEDREN, dont on sait qu'il en est tombé amoureux !… De ce fait HITCHCOCK s'est mis en scène… c'est lui qui joue, ombre cachée derrière Sean CONNERY… Et l'on comprend mieux maintenant tous ces films successifs où le personnage masculin joue le rôle de rédempteur souvent impuissant (La MORT AUX TROUSSES) face à des femmes fragiles phychologiquement (Bigitte AUBER dans LA MAIN AU COLLET)… Il n'en reste pas moins vrai que ce film marque un tournant dans la carrière de Sir Alfred. C'est en quelque sorte son "chant du cygne" qui pour moi est vraiment révélateur de la personnalité de cet homme de génie… Ajoutons que Bernard HERRMANN est venu apporter sa contribution musicale émotionnelle ; les deux hommes se connaissant trop bien pour que l'avenir leur réserve d'autres travaux en commun !… François TRUFFAUT, grand admirateur de HITCHCOCK, n'a pas hésité à considérer que MARNIE "faisait partie de ses grands films malades"… Ce jugement n'a pas pour moi un aspect "négatif"… Il met simplement en évidence les névroses obsessionnelles du réalisateur et la difficulté à les traduire pleinement à l'écran…



Répondre

De PM Jarriq, le 29 mars 2007 à 09:54
Note du film : 5/6

Je n'ai jamais compris pourquoi Marnie était considéré comme un Hitchcock "mineur". C'est une franche réussite, et Tippi Hedren est superbe. La seule chose qui m'ait gêné dans ce film, c'est le casting de Connery dans le rôle du mari. On sent que l'acteur bride son énergie naturelle, son animalité, son ironie, pour s'effacer derrière sa partenaire, et il finit par être inexistant. A part ça, Marnie est plein d'images, de décors, de situations inoubliables.


Répondre

De Gaulhenrix, le 29 mars 2007 à 10:16

Existe-t-il, d'ailleurs, des Hitchcock "mineurs" ? …


Répondre

De droudrou, le 29 mars 2007 à 10:23
Note du film : 4/6

Assez d'accord avec la réaction de PM Jarriq. La question serait alors de savoir s'il était nécessaire que le rôle soit confié à Sean Connery… Personnellement, par nature, Tippi Hedren m'agace. La seconde question qui vient alors, mais qui est beaucoup plus générale et ne devrait pas figurer sur le forum de ce film, est de faire un point sur les héroïnes des films du grand Hitch !


Répondre

De PM Jarriq, le 29 mars 2007 à 10:35
Note du film : 5/6

Je pense qu'à l'époque (juste après les premiers Bond), Connery était un atout considérable pour un casting, surtout si la star en titre était une parfaite inconnue. Mais l'acteur est vraiment mal distribué, totalement incrédible en grand bourgeois américain, et lui avoir épilé les sourcils et confectionné de beaux costumes de banquier, ne change rien à l'affaire. Le rôle eût convenu à Cary Grant, et Connery est à des années lumières de celui-ci. Quant au côté "agaçant" de Tippi Hedren, je crois que c'est l'essence-même de ses deux rôles chez Hitchcock : pousser l'exaspération jusqu'au bout, jusqu'à faire naître une émotion. Que ce soit Marnie (frustration sexuelle) ou Les oiseaux (enfant gâtée).


Répondre

De starlight, le 29 mars 2007 à 11:45
Note du film : 5/6

Tout à fait d'accord pour faire le point sur les héroïnes des films de Sir Alfred… mais dans quelle rubrique ?… Je ne peux déjà pas m'empêcher de citer deux actrices pour lesquelles il y a eu une belle erreur de casting !… Je pense à Doris DAY dans "L'HOMME QUI EN SAVAIT TROP" et Julie ANDREWS dans "LE RIDEAU DECHIRE"… Doris DAY était connue pour ses comédies "familiales" et ses talents de chanteuse… HITCHCOCK s'est senti obligé de placer le fameux "que sera sera" X fois dans le film… L'une des dernières scènes montrant la pauvre Doris en train de s'époumoner en pleine Ambassade, pour attirer l'attention de son fils kidnappé est des plus agaçante!… C'est d'autant plus drôle que cet "air" n'est même pas de B. HERRMANN, qui a pourtant signé partiellement la musique du film !… Et puis J. ANDREWS qui, un an plus tôt, sortait "MARY POPPINS" !…. Qu'est-elle venue faire aux côtés de Paul NEWMAN ?… Un couple bien improbable !… mais j'arrête là, car je vais réveiller des critiques sur la place de ces quelques lignes…


Répondre

De droudrou, le 29 mars 2007 à 12:05
Note du film : 4/6

Pas du tout ! Tu as parfaitement raison ! Et c'est bien là le sens de mon interrogation, Starlight ! Il me semble avoir lu un article où, de fait, sir Hitch détruisait quelque peu ses héroïnes… Il est passé à l'acte dans Frenzy.


Répondre

De Impétueux, le 10 mai 2016 à 17:56
Note du film : 2/6

Dans la riche nomenclature des films un peu ridicules d'Alfred Hitchcock, Pas de printemps pour Marnie occupe assurément une place éminente. Et on se demande même comment Sean Connery, tout auréolé du triomphe des deux premiers Bond, Dr. No et Bons baisers de Russie a pu survivre à une telle ânerie, pour laquelle il n'était évidemment pas fait. Il a heureusement rebondi presque immédiatement en tournant Goldfinger qui est sans doute le meilleur de la série…

Dans Marnie, comment croire une seule seconde à un scénario absurde et pataugeant dans des sabots qui paraissent des périssoires ? Comment supporter ce rude clivage d'un film en deux parties abruptes et égales qui paraissent n'avoir aucun rapport l'une avec l'autre, la première (point désagréable) consacrée à la traque de Marnie (Tippi Hedren) voleuse aussi habile que compulsive, la seconde à l'exploration par son mari Mark Rutland (Sean Connery) des tréfonds mentaux de Marnie, à la révélation grand-guignolesque de sa psychose et à sa future rédemption ? Chez un cinéaste de quelque envergure je n'ai jamais vu un truc aussi mal fichu.

J'aime d'habitude assez les personnages anormaux, méchants ou cinglés, qui me paraissent souvent plus intéressants que les autres. Admettons que Marnie qui, traumatisée par un meurtre accidentel très ancien commis par elle sur un des amants de sa mère, ait développé une frigidité radicale. Ou peut-être plutôt une misandrie, un rejet radical du mâle qui peut ne pas exclure d'autres formes de rapports sexuels : après tout quand Marnie dit à sa mère, au tout début Nous n'avons pas besoin des hommes ! et qu'elle crache à son mari Je ne supporte pas d'être touchée… par les hommes, est-ce que ce n'est pas ambigu ?. L'époque et la frustration puritaine d'Hitchcock ne permettaient sans doute pas qu'on pût aller plus loin, mais je n'aurais pas trouvé sans utilité qu'une petite touche homosexuelle sur fond de compétition amoureuse pour Mark fut instillée entre Marnie et sa belle-sœur, Lil (Diane Baker, celle-ci, soit dit en passant dix fois plus sexy que le glaçon Hedren).

Mais, pour une fois, c'est sur le personnage positif qu'il faut qu'on s'arrête : qu'est-ce qui peut bien prendre au sympathique et droit Mark Rutland de tomber amoureux de la trouble et troublante Marnie ? Qu'il la désire et la trouve à son goût, cela se conçoit bien ; mais qu'il décide de l'épouser, sans doute fasciné par la folie de la jeune femme et la succession des vols qu'elle commet, apparaît déjà farfelu. Et plus encore lorsque sa femme lui fait subir une privation sexuelle qu'il vit, finalement, avec beaucoup d'équanimité. Bizarre bonhomme, à qui on ne peut pas croire une seconde.

Ah aussi ! Je sais que beaucoup d'amateurs tiennent Hitchcock pour un technicien inventif et habile. Mais que penser alors de ces puérils éblouissements rouges – censés rappeler le meurtre initial – qui surviennent chez Marnie lorsqu'elle est émue et voit écarlate ? Et de ces insupportables transparences qui sont la trame de la chasse à courre où Marnie abat son cheval ? En 1964 on savait déjà parfaitement éviter ces effets de studio, il me semble…

Et un dernier mot : le gros réalisateur nourrissait, paraît-il une passion sensuelle et un désir non dissimulé pour sa vedette blonde ; comme elle refusait ses avances explicites (qui pourrait ne pas la comprendre ?) Hitchcock fit en sorte de saboter sa carrière. Le cinéma n'a rien perdu à l'effacement de Tippi Hedren mais ça montre tout de même un joli coco en action…


Répondre

De cool baby, le 31 mai 2016 à 23:08

Pas eu envie de lire tout ce laïus sur Marnie. J'adore ce film dont les images restent à jamais gravées dans ma mémoire. Il faut vraiment voir TOUS les films de "Hitch", vraiment un des plus grands réalisateurs. Chaque génération pourra retrouver de grands et beaux acteurs, une image parfaite, une histoire parfaite, une classe folle ou un mauvais goût délicieux, une patte unique, intelligente, stylée et parfaitement distanciée. Marnie est la très parfaite Tippi Hedren, pas n'importe qui, la future protectrice des lions. Tous les réalisateurs ont été amoureux de leur interprète principale, Monsieur, apprenez la vie! et quand quelqu'un vous raconte une histoire, laissez-vous aller, surtout quand elle est si bien racontée!


Répondre

De Impétueux, le 31 mai 2016 à 23:50
Note du film : 2/6

Alors, comme ça, cool baby, alors comme ça, jeune homme, vous ne lisez pas mais montez sur vos petits chevaux dès qu'on a la prétention de se gausser de vos idoles ? À mes yeux, Hitchcock est une grosse potiche très surévaluée et Tippi Hedren un glaçon sans talent… et ça ne vous plaît pas que je le dise ?

Quelle affaire !


Répondre

De Hitchfreud, le 1er juin 2016 à 09:28
Note du film : 5/6

Mon pauvre IMPETUEUX !.. On savait tous que tu étais passible du canapé rembourré d'un psy à force de faire du "nombrilisme" (attention à tes vertèbres en te penchant)… mais là c'est le summum !…. Ce n'est plus un commentaire constructif, mais une négation complète de l'œuvre de Sir Alfred. Si je m'amuse à relire quelques unes de tes critiques (qui interdisent toute position contraire), je me dis que tu aurais dû aller bosser dans un pays Totalitaire où évidemment tu aurais eu un poste important pour faire passer tes messages à 2 balles.


Répondre

De Impétueux, le 1er juin 2016 à 11:13
Note du film : 2/6

Je ne suis pas sûr, Hitchfreud, qu'on puisse laisser demeurer longtemps votre message qui est une simple attaque ad hominem. Le fait d'admirer Hitchcock est assez répandu, y compris sur DVDToile et d'excellentes plumes défendent les films du Gros homme. Urspoller jadis, par exemple, ou Vincentp.

À part Psychose, que j'ai apprécié, je trouve le réalisateur boursouflé et rasoir. Et, après avoir regardé une douzaine de films, je fais à peu près toujours le même constat. C'est mon droit le plus évident, appuyé encore par le fait que DVDToile est un site d'amateurs et non de professionnels de la critique.

Si vous ne parvenez pas, par exemple, à vous intéresser au cinéma de Sacha Guitry, de Dino Risi ou d'Emir Kusturica, qui sont parmi mes grandes admirations, je vous en laissserais bien libre.

Mais fichez-moi la paix avec votre adulation. Mon prochain avis, que j'écrirai tout à l'heure sur Le rideau déchiré sera encore plus négatif que d'habitude…


Répondre

De tietie007, le 2 juin 2016 à 18:06
Note du film : 2/6

Tout à fait d'accord avec vous, Impétueux. Comme vous, je sauve Psychose et quelques autres films de l'oeuvre de Sir Alfred. Quant à Marnie, ce psychologisme simplet bourré d'effets grossiers m'a été assez pénible.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.037 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter