Accueil

Filmographie

Voici les films auxquels Pathé a participé. Vous pouvez compléter ou corriger cette filmographie.

Ordre : (Par date) (Par titre)
Rôle de Pathé : (Tous) (Société de production) (Scénariste)

2013
Le Peuple des océans (Kingdom of the Oceans) (Série TV) – Réal. Jacques Cluzaud, Jacques Perrin – François Sarano, Stéphane Durand
DVD Z2 : sorti
Jacques Perrin et Jacques Cluzaud vous accompagnent une fois encore à la rencontre d'espèces animales rares et précieuses, dans une série de 4 épisodes élaborés à partir d'images inédites.

Donnez votre avis
2011
La Dame de fer (The Iron Lady) (Cinéma) – Réal. Phyllida Lloyd – Meryl Streep, Jim Broadbent, Anthony Head
DVD Z2 : sorti
Margaret Thatcher, première et unique femme Premier ministre du Royaume-Uni (de 1979 à 1990), autrefois capable de diriger le royaume d'une main de fer, vit désormais paisiblement sa retraite imposée […]

6 messages

2011
La Fille du puisatier (Cinéma) – Réal. Daniel Auteuil – Astrid Berges-Frisbey, Daniel Auteuil, Kad Merad
DVD Z2 : sorti
Fille aînée d'un puisatier, Patricia s'éprend d'un aviateur. Lorsque la guerre éclate, celui-ci part au front, ignorant que Patricia attend un enfant de lui. La jeune fille se sentira rejetée par son […]

18 messages
2011
Le Fantôme de Munich (Cinéma) – Réal. Milos Forman


Donnez votre avis

2010
L'Illusionniste (The Illusionist) (Cinéma) – Réal. Sylvain Chomet
DVD Z2 : sorti
Un vieil illusionniste sur le déclin, rencontre une jeune fille qui va changer sa vie…

Donnez votre avis
2008
Cafe de los maestros (Cinéma) – Réal. Miguel Kohan – Aníbal Arias, Ernesto Baffa, Emilio Balcarce

En Argentine, Le Café de Los Maestros est le lieu de rendez-vous des plus grandes légendes vivantes de cette musique sensuelle et tragique qu'est le Tango…

Donnez votre avis

2003
La Mort suspendue (Touching the Void) (Cinéma) – Réal. Kevin Macdonald – Nicholas Aaron, Brendan Mackey, Richard Hawking
DVD Z1 : sorti / DVD Z2 : sorti
1985 : Joe et Simon, deux jeunes alpinistes anglais persuadés d'être plus doués que tous les autres partent s'aventurer dans la Cordillère des Andes, avec pour but de grimper sur le Siula Grande. […]

Donnez votre avis
1991
Mima (Cinéma) – Réal. Philomène Esposito – Virginie Ledoyen, Nino Manfredi, Margarita Lozano

L'action se déroule en 1960 dans un quartier de Sète, où vit une famille chaleureuse d'italiens. Mima, 12 ans, au seuil de l'adolescence, accepte mal l'éducation stricte imposée par sa mère. Cen n'est […]

2 messages dont 6 votes pour une (ré)édition DVD

1915
Caza, amateur de violons anciens (Court-Métrage) – Lucien Cazalis, Edouard Hardoux


Donnez votre avis
1912
Octave reste à la maison (Court-Métrage)


Donnez votre avis

1912
Le Faucon rouge (Carbonari, I) (Court-Métrage) – Réal. Gustavo Serena – Gustavo Serena, Giovanni Pezzinga, Francesca Bertini


3 messages dont 1 vote pour une (ré)édition DVD
1912
La Momie miraculeuse (Court-Métrage)


Donnez votre avis

1912
Les Incohérences de Boireau (Court-Métrage) – André Deed


Donnez votre avis
1912
Nick Winter et le vol de la Joconde (Court-Métrage) – Réal. Paul Garbagni – Georges Vinter


Donnez votre avis

1910
Cagliostro (Court-Métrage) – Réal. Camille de Morlhon, Gaston Velle – Jaquinet, Normand

Comme le voulait la prédiction d'Athlotas, alchimiste, Cagliostro, son élève, rencontre une bohémienne. Elle est dans un cabaret en compagnie du chevalier d'Oisement. Après avoir affronté ce dernier e […]

Donnez votre avis
1910
Pékin et ses environs (Court-Métrage)


Donnez votre avis

1910
Le Charme des fleurs (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle

Scène à trucs. Après la corrida où il fut victorieux, Pedro passe la soirée avec sa fiancée danseuse Carmen. Alors qu'ils dansent ensemble, un admirateur de la jeune femme lui offre une fleur. Jaloux, […]

Donnez votre avis
1910
Les Deux poltrons (Cinéma)

Deux voisins de palier lisent un même article qui les fait sourire, et ils en parlent pas la fenêtre. Un peu plus tard, un colporteur vient leur vendre des costumes. Le premier achète un costume de Ap […]

Donnez votre avis

1910
Il flotte mais ne sombre pas (Court-Métrage)

Un infirme qui ne se déplace que sur une boîte à quatre roues, tente de voler un manteau qu'une domestique secoue par la fenêtre. Il tire violemment le vêtement et fait tomber la malheureuse par la fe […]

Donnez votre avis
1910
Il était un petit navire (Court-Métrage)

Trois gamins montent dans une barque et prennent la mer mais ils manoeuvrent si mal qu'ils partent vite à la dérive. Mais les parents s'inquiètent et la propriétaire de la barque aussi. Une équipe de […]

Donnez votre avis

1910
Discipline et générosité (Court-Métrage)

Le soldat Fritz Muller apprend que sa mère est malade et il sollicite une permission de son officier mais celle-ci lui est refusée. Fritz réussit à sortir avec l'aide de ses camarades mais il est repé […]

Donnez votre avis
1910
Courage de gosse (Court-Métrage)

Un paysan et sa femme partent travailler et laisse leur petite fille à la garde de son grand frère qui a dix ans. Peu de temps après, les enfants sont effrayés par des voix demandant à entrer. Le peti […]

Donnez votre avis

1910
L'ingrate (Cinéma)

Un femme sans abri est retrouvée errante dans la campagne par un Tyrolien qui l'emmène chez lui. La mère du garçon l'accueille avec bienveillance et cette tendresse est de plus en plus importante et b […]

Donnez votre avis
1910
Le Fruit défendu (Cinéma) – Réal. Gaston Velle

Un couple de paysans se voit offrir la fortune et les honneurs par un démon surgi de terre. Celui-ci leur recommande de ne point toucher à un mets enfermé dans un grand récipient. Sauront-ils résister […]

Donnez votre avis

1910
Le Cœur humain (Cinéma)

En Bretagne, un père et sa fille se promène lorsqu'un homme surgit devant eux. Il s'avance vers le père et lui demande sa fille en mariage et le père accepte. La jeune fille est ravie. Mais le jeune h […]

Donnez votre avis
1910
La Défaite de Satan (Cinéma) – Réal. Georges Denola

Robert de Normandie et la fille du Duc de Messine s'aiment. Mais Satan voudrait s'emparer de l'âme de Robert. Il vient sur terre et entraîne Robert dans une partie de dés, qui se transforment en greno […]

Donnez votre avis

1910
L'Homme mystérieux (Court-Métrage)


Donnez votre avis
1910
Le Nègre blanc (Cinéma) – Réal. Georges Monca – Charles Prince


Donnez votre avis

1907
L'indienne à Boireau (Court-Métrage)


Donnez votre avis
1906
Voyage autour d'uné étoile (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle

Un vieil astroneme, amoureux dune étoile, trouve le moyen de la rejoindre en voyagant dans une bulle de savon. Il est accueilli en grandes pompes, mais Jupiter est jaloux et chasse l'homme du royaume […]

Donnez votre avis

1906
La Peine du talion (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle


Donnez votre avis
1906
Les Fleurs animées (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle

Sur une terrasse chinoise, deux femmes prennent le thé dont l'une est aimée d'un Chinois qui lui offre une fleur que la dame refuse en se moquant de lui. Furieux, le mandarin effeuille une marguerite […]

Donnez votre avis

1906
L'Ecrin du Rajah (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle


Donnez votre avis
1906
La Course à la perruque (Court-Métrage) – Réal. Georges Hatot – André Deed, Rene Grehan

Au parc, près d'un manège, deux galopins accrochent leurs ballons à la chevelure d'une femme assise sur un banc… les cheveux s'envolent et leur propriétaire (un homme travesti) court à leur suite  […]

Donnez votre avis

1906
Les Invisibles (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle


Donnez votre avis
1906
Les Effets de la foudre (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle


Donnez votre avis

1906
Bicyclette présentée en liberté (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle


Donnez votre avis
1906
Fée aux pigeons (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle

Nous voyons une jolie fée faire apparaître et disparaître les pigeons et faire d'autres actions magiques.

Donnez votre avis

1905
Rêve à la lune ou l'amant de la lune (Court-Métrage) – Réal. Ferdinand Zecca, Gaston Velle – Ferdinand Zecca

Après avoir longuement cherché la serrure de sa porte, un ivrogne réussit enfin à rentrer chez lui. Il danse tout d'abord avec des bouteilles et un tonneau puis réussit à se coucher. Il rêve alors qu' […]

Donnez votre avis
1905
L'album merveilleux (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle

Scène de féérie. Les pages d'un album merveilleux s'animent les unes après les autres et très vite le marquis qui les feuillette est entouré par de nombreux personnages.

Donnez votre avis

1905
La Ruche merveilleuse (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle


Donnez votre avis
1905
La Fée aux fleurs (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle

Scène à trucs. Une jeune femme fait pousser des fleurs à sa fenêtre à l'aide d'un arrosoir magique.

Donnez votre avis

1905
Le Petit poucet (Court-Métrage)


Donnez votre avis
1905
Les Cartes lumineuses (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle


Donnez votre avis

1905
Sidney, le clown aux échasses (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle


Donnez votre avis
1905
John Higgins, le roi des sauteurs (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle


Donnez votre avis

1905
Un Remède désagréable (Court-Métrage) – Réal. Ferdinand Zecca

Dranem est malheureux, il est assis à un table et regarde (gros plan) sa langue à travers un miroir.
Il se sert un médicament qu'il avale en faisant une grimace et mange ensuite un fruit pour faire pa […]

Donnez votre avis
1905
Le Boulanger (Court-Métrage) – Réal. Ferdinand Zecca – Dranem

Dranem travaille la pâte dans le pétrin.

Donnez votre avis

1905
Le Garde fantôme (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle


Donnez votre avis
1905
Coiffes et coiffures (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle


Donnez votre avis

1905
La Poule aux œufs d'or (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle – Julienne Mathieu


Donnez votre avis
1905
Un Drame en mer (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle


Donnez votre avis

1904
Le Chapeau magique (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle


Donnez votre avis
1904
Métamorphose du papillon (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle

Une chenille se transforme en papillon puis en jeune femme qui fait tournoyer ses ailes.

Donnez votre avis

1904
Un Drame dans les airs (Court-Métrage)


Donnez votre avis
1904
Les Dénicheurs d'oiseaux (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle


Donnez votre avis

1904
Danse des apaches (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle – Les Dalhias


Donnez votre avis
1904
Danses plastiques (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle – Les Dalhias


Donnez votre avis

1904
Le Paravent mystérieux (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle


Donnez votre avis
1904
Japonaiseries (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle


Donnez votre avis

1904
La Valise de Barnum (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle – Gaston Velle


Donnez votre avis
1904
Le Paravent mystérieux (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle


Donnez votre avis

1904
Danse du "Kickapoo" (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle


Donnez votre avis
1904
Danse des apaches (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle – Les Dahlias


Donnez votre avis

1904
Danses plastiques (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle – Les Dahlias


Donnez votre avis
1904
Dévaliseurs nocturnes (Court-Métrage) – Réal. Gaston Velle


Donnez votre avis

1902
La Soubrette ingénieuse (Court-Métrage) – Réal. Ferdinand Zecca

Des tableaux sont posés sur le mur. Une soubrette appelle l'aide d'un serviteur pour les accrocher. Discussion. Il part chercher un escabeau. Lasse d'attendre, la soubrette monte aux murs et accroche […]

Donnez votre avis
1901
L'Illusionniste mondain (Court-Métrage) – Réal. Ferdinand Zecca

Sur une scène de théâtre, un prestidigitateur fait apparaître et disparaître ses partenaires.

Donnez votre avis

Gaétan cuisinier (Court-Métrage)


Donnez votre avis
Nick Winter, la voleuse et la somnambule (Court-Métrage)


Donnez votre avis

Une Habitude déplorable (Court-Métrage)

Film éducatif
Un enfant refuse de manger sa soupe, sa nounou goutte dans son assiette… Du coup, l'enfant se retrouve avec une méningite tuberculose…

Donnez votre avis
Little Moritz – Reporter (Court-Métrage)


Donnez votre avis

Léontine en pension (Court-Métrage)


Donnez votre avis
Léontine apprentie nourrice (Court-Métrage)


Donnez votre avis

Léontine en vacances (Court-Métrage)


Donnez votre avis
Léontine est incorrigible (Court-Métrage)


Donnez votre avis

Léontine déménage (Court-Métrage)


Donnez votre avis
Boireau bonhomme pain d'épice (Court-Métrage)


Donnez votre avis

Octave place son cœur (Court-Métrage)


Donnez votre avis

 

Biographie

 Pathé

A l'origine, en 1896, les quatre frères Pathé avaient mis en commun leurs économies (8 000 francs chacun) pour créer une société de vente d'appareils phonographiques. Deux des frères ayant abandonné, ce seront Charles et Emile Pathé qui vont promouvoir ce qui va devenir la plus grosse société de phonographie puis de cinéma du monde. Le principal artisan du succès de l'activité cinématographique est Charles Pathé qui avait aidé à l'ouverture d'un magasin de gramophones en 1894 et par la suite implanté une fabrique de phonographes à Chatou dans la banlieue ouest de Paris. Son succès industriel amorcé, il entrevoit les opportunités offertes par les nouveaux divertissements et tout particulièrement par l'industrie balbutiante du cinéma. Ayant pris la décision d'étendre les activités de son entreprise à la fabrication de matériel pour le cinéma, Charles Pathé préside à la croissance rapide de sa société. Il reçoit le concours décisif d'un investisseur, Grivolas, qui va apporter un capital d'un million de francs, ce qui permettra l'expansion de la société.

A l'origine, simples revendeurs de matériels achetés en Grande-Bretagne, les deux frères vont construire un empire. Les studios de cinéma de Joinville-le-Pont et de Montreuil vont produire un très grand nombre de films sous le label Pathé ou celui de firmes associées (SCAGL, Film d'Art…) qui vont envahir le monde entier. Deux cents succursales ou filiales dans le monde entier sont tenues d'acheter l'intégralité de la production des films Pathé et de les diffuser. A titre d'exemple, la première succursale américaine est tenue d'acheter cent copies de chaque film, ce qui suffit à les amortir. La firme Pathé en France substituera à la vente des copies le système de location, malgré les protestations des forains, qui étaient à l'origine leurs principaux clients.

Les frères Pathé vont également encourager la formation de quatre sociétés qui construiront des salles destinées uniquement à la projection de films cinématographiques. Ces salles, baptisées "Pathé", auront l'exclusivité de la production maison qu'elles seront tenues de programmer. Pathé participera au capital de l'une de ces sociétés mais, contrairement à la légende, elle n'acquérera aucune de ces salles.

Associé à la société Continsouza, Pathé sera leader dans la production des appareils de projection professionnels, mais aussi dans une première mouture d'appareils de salon (au format réduit de 28 mm), baptisés "Pathé Kok", puis, grâce à la création à Vincennes d'une usine de fabrication de films vierges, il détrônera en Europe le monopole détenu par l'américain George Eastman.

Vers 1904, Pathé distribue 30 à 50% des films projetées en Europe et aux Etats-Unis, mais la création de nombreuses firmes nationales en Suède, en Grande-Bretagne, en Italie et surtout aux Etats-Unis va entraîner un déclin relatif. Dans un premier temps, Charles Pathé va s'efforcer de développer ses affaires américaines, y aménager des studios dans le New-Jersey. Il va s'associer pour cela avec le milliardaire Hearst magré la réputation de germanophilie et de gallophobie de celui-ci.

En 1918, les frères Pathé se sont convaincus de la suprématie de l'industrie cinématographique américaine et qu'il est illusoire de vouloir s'y opposer. Il s'agit alors de céder dans les meilleures conditions les différentes branches de leur trust. A cet effet, la branche phonographique et l'usine de Chatou sont détachées de l'ensemble et continueront à fonctionner sous la direction d'Emile Pathé, qui abandonne ainsi toute activité dans la branche cinéma. En 1924, Emile Pathé prendra sa retraite et cédera ses intérêts à Marconi : la société s'appellera désormais "Pathé Marconi" bien que Pathé n'ait plus de participation dans l'affaire.

La branche cinématographique deviendra "Société Pathé Cinéma" et sera animée par Charles Pathé exclusivement. En 1920, Charles Pathé va céder à une nouvelle société baptisée "Pathé consortium cinéma", mais dans laquelle Pathé s'est gardé d'investir, les studios de Joinville et l'appareil de distibution. En contrepartie la nouvelle société devra verser une redevance de 10% de son chiffre d'affaires, ce qu'elle n'arrivera pas à assurer, d'où des litiges incessants.

Charles Pathé va liquider à des conditions que nous connaisons mal les différentes succursales étrangères, notamment la branche américaine baptisée "Pathé Exchange". Il va céder à Eastman la prospère usine de films vierges de Vincennes pour la somme de 150 millions de francs. Cette cession sera présentée comme une collaboration entre Eastman et Pathé, puisque la nouvelle société s'appelle "Kodak-Pathé", mais en réalité la quasi totalité des actions (995.000 sur un milllion) et le pouvoir sont dévolus au trust américain.

En même temps qu'il liquide les actifs principaux, Charles Pathé va cependant créer deux activités annexes intéressantes. Il crée en 1922, le Pathé Baby, appareil de format réduit (sur film 9,5 mm) pour les amateurs et qui connaîtra un succès tel que l'usine Continsouza aura du mal à fournir. Charles Pathé ne veut pas investir des fonds importants dans cette activité. Il va donc créer une "Société du Pathé Baby" au capital de 10 millions de francs dans laquelle il participe à hauteur de un million de francs. La nouvelle société est tenue d'acheter exclusivement les bandes positives de format réduit à Pathé Cinéma, ce qui représente des rentrées financières appréciables et sans risques. Dans le même ordre d'idées, Charles Pathé va s'efforcer dès 1923 de promouvoir le Pathé Rural, appareils de projection et films de format réduit (sur film de 17,5 mm) destinés à la petite exploitation rurale et aux salles de patronage et concurrent du film 16 mm qui vient d'apparaître aux États-Unis. Mais comme il n'arrive pas à trouver d'investisseurs, ce projet subit de grands retards. Finalement Charles Pathé se résigne à le lancer lui-même en 1928.

En résumé, entre 1918 et 1928, l'Empire Pathé a été démantelé méthodiquement. Comme les différentes branches cédées continuent à s'appeler "Pathé", le public (et curieusement la plupart des historiens du cinéma) ne s'apercevra pas de cette liquidation.

Charles Pathé était le "Directeur technique " et incontestablement l'animateur des activités prodigieuses de la firme, mais il ne possédait pas un nombre appréciable d'actions qu'il aurait pu céder. Désireux de se retirer, il fait créer en 1928 50.000 actions "à vote plural" (payées 25 francs) réservées aux cinq memebres du Conseil d'administration. Ces actions à vote plural permettent théoriquement le contrôle de la Société. En 1929, les cinq membres du Conseil d'administration vont vendre pour la somme de cinquante millions de francs les actions qu'ils ont payées un million deux cent cinquante mille francs l'année précédente.

L'acquéreur, Bernard Tanenzapf dit Bernard Natan, est peu connu du grand public. Il avait fondé dès 1910 une société cinématographique "Cine-actualités" puis "Rapid-film",entreprise de tirages de films, qui vont connaître une expansion constante. Il avait fait construire dans les locaux de la rue Francoeur deux studios ultramodernes et s'était mis à produire des films sous le nom de "Productions Natan".

Bernard Natan, manifestement passionné par le cinéma, va s'efforcer de reconstituer l'Empire Pathé démantelé.

1) Il va acquérir un circuit de plus de 60 salles en France et en Belgique auxquelles il va associer une centaine de salles "associées" qui, selon Charles Pathé, furent la source initiale de pertes importantes.

2) Il va racheter à Sapène la société "Cinéromans", ce qui lui apportera les 7 studios de Joinville et l'appareil de distribution de Pathé Consortium. Il va construire à Joinville deux nouveaux studios, ce qui, joint aux deux studios de la rue Francoeur, lui permet de reprendre la production et la distribution de films.

3) Il va relancer la production de films maintenant "parlants". Pour cela il acquérera le procédé de sonorisation de RKO dont il deviendra le distributeur en France. Il produira ou coproduira plus de cent films entre la fin 1929 et 1935 : Les Croix de bois, Les Misérables, Le Roi des resquilleurs, Amok, L'Équipage, la Croisière jaune (avec André Citroën) etc.

4) Il développera le Pathé Rural, qui deviendra également parlant, la production de films éducatifs et s'efforcera d'être présent dans tous les domaines de l'industrie cinématographique : il va acquérir les brevets "Baird" de télévision et ceux du professeur Henri Chrétien (l'hypergonar, futur cinémascope). Il acquérera la station de radio Vitus-Ile de France.

Il va relancer le "Pathé Journal" , créé en 1908 par Pathé et abandonné en 1926 comme peu rentable. Pathé Journal deviendra parlant etc.

En résumé en dix huit mois, "Pathé Cinéma", devenu "Pathé Natan" est devenu la plus importante firme cinématographique française, loin devant la GFFA (née de la fusion de Gaumont, Aubert Franco Film et Continsouza).

Pour financer ces réalisations, Bernard Natan, va être amené à accepter le concours des banques Conti-Gancel et surtout Bauer & Marchal. Il sera amené à augmenter considérablement le capital de la Société qui passera de 54 millions à 160 millions (dont cinquante ne seront jamais souscrites malgré les promesses des banquiers). Il va créer pour financer l'acquisition des salles cent millions d'obligations (là aussi, il n'y aura que cinquante millions de souscrits).

La crise économique, qui ne commencera en France qu'en 1932, et la suprématie des films américains entraîneront la déconfiture de la plupart des sociétés cinématographiques françaises, en premier lieu la GFFA, en faillite dès 1934 avec 300 millions de passif, mais aussi de Osso, Haïk etc. La société américaine Paramount qui avait créé à Saint-Maurice de splendides studios destinés à produire des films dans les différentes langues européennes va cesser son activité avec 200 millions de pertes.

Pathé Natan résiste mais subit les contrecoups de la crise, aggravés par une campagne de presse qui débutera dès 1931, campagne de presse violemment xénophobe puis antisémite à partir de 1934. Certains prétendent que ces campagnes sont initiées par un "syndicat" de banquiers et industriels qui désirent acquérir les actifs de Pathé mais aussi de GFFA.

Un "syndicat de défense des actionnaires de Pathé Cinéma" créé par un certain Dirler et relayé par le journal "Le Jour" (de Léon Bailby) va entretenir un climat délétère qui entraînera la chute du cours des actions. Finalement un expert est nommé en 1935 par le tribunal de Commerce de Paris. Celui-ci s'empressera de déclarer que la "Société de gérance des Établissements Pathé" (qui possède les salles de cinéma) ne peut pas régler les annuités des obligations, qu'elle est en conséquence déclarée en faillite et par extension la Société Pathé Cinéma qui est caution. Cette décision prononcée le 2 décembre 1935 sera confirmée en appel le 23 juillet 1936. L'arrêt précise que la société est hors d'état d'apurer son passif colossal.

En réalité, l'activité de la Société se poursuit normalement (en dehors de la production de films qu'une société déclarée en faillite n'a pas le droit d'assumer). Au bout de deux ans, les syndics publient leur rapport d'activités : ils précisent qu'ils ont pu continuer l'activité sans aucun appel de fonds extérieurs et que les résultats des deux ans d'activités sont bénéficiaires. Les syndics se défaussent alors sur une "Société générale de cinématographie", créée en octobre 1939, qui deviendra le 28 novembre 1940 la "Société d'exploitation des Etablissements Pathé Cinéma". Cette Société qui reprend les actifs est animée par un syndicat de repreneurs constitué par la Société Thomson-Houston, la Compagnie des compteurs, le groupe électrique Mercier, la société Péchiney etc.

Celui-ci va se trouver opposé au groupe constitué par Dirler qui a réussi à rassembler un grand nombre de pouvoirs de petits actionnaires. Le syndicat repreneur est soutenu par le gouvernement de Vichy qui craint la mainmise des occupants si le contentieux s'éternise. Le gouvernement de Vichy va même offrir sans aucune contrepartie 125.000 actions Pathé, extorqués au banquier suédois Aschberg au groupe qui a ses préférences.

Finalement une solution est trouvée. Une nouvelle expertise indique que l'actif est supérieur au passif et que par conséquent la société se retrouve "in bonis" après avoir réglé le passif avec les indemnités de retard. Une nouvelle société baptisée "Société nouvelle Pathé Cinéma" est créée qui récupérera les actifs. Cette société est dirigée par Adrien Rémaugé, un employé de la Société Thomson-Houston, mais les autres membres du Conseil d'administration sont aussi des employés des différents repreneurs.

Rappelons pour mémoire que Bernard Natan et son frère Émile Natan avaient repris dès 1936 sur des bases plus modestes leurs activités dans l'industrie cinématographique. Émile Natan a créé la "Société les Films modernes" qui produisent deux films par an en moyenne (Le Roi, Mayerling etc.). Bernard Natan a acquis la gérance des anciens studios Paramount de Saint-Maurice et assume la coproduction des films tournés dans ces studios. Fin décembre 1938, Bernard Natan est arrêté. Immédiatement une campagne de presse de la presse de droite, mais aussi d'information, stigmatise l'"évadé des ghettos" qui a ruiné l'entreprise initiée par de bons français. Il est condamné à quatre ans de prison, porté à cinq ans en appel, c'est à dire au maximum prévu par la loi. On annonce un nouveau procès qui pourra enfin révéler les détournements fantastiques efectués par lui et qui aurait ruiné une société prospère. Ce procès aura effectivement lieu sous l'Occupation et donnera lieu à une nouvelle campagne de calomnies et d'affiramtions que rien ne vient étayer. Bernard Natan sera déchu de la nationalité française, ce qui facilitera sa livraison aux allemands qui le déporteront à Auschwitz le 23 septembre 1942. Il y mourra, vraisemblablement en octobre 1942.

Au fil des années, l'activité de la Société nouvelle connaît de nombreux changements dont la production de programmes pour l'industrie florissante de la télévision. Pendant les années 1970, l'exploitation des salles de cinéma remplace la production de films en tant que principale source de revenus. Lorsque l'activité tombe sous le contrôle de Giancarlo Paretti et Max Théret, celui-ci installe Pierre Vercel à la direction. Propriétaire des studios américains Cannon, il les renomme Pathé Communications Corporation (PCC) alors qu'il n'y a pas de lien entre ces deux sociétés. C'est via PCC et non Pathé qu'il achètera la Metro-Goldwyn-Mayer à Kirk Kerkorian, le tout entièrement financé par le Crédit Lyonnais de Rotterdam (CLBN), qu'il ne remboursera jamais.

En 1990, Chargeurs, un conglomérat français dirigé par Jérôme Seydoux, prend le contrôle de la société. En conséquence de la libéralisation du marché des télécommunications en France, en juin 1999, Pathé fusionne avec Vivendi, le ratio d'échange pour la fusion étant fixé à trois actions Vivendi pour deux actions Pathé. Le Wall Street Journal estime alors la valeur de l'opération à 2,59 milliards de dollars. Suite à la conclusion de la fusion, Vivendi conserve les intérêts de Pathé dans British Sky Broadcasting (BSkyB) et CanalSat mais revend tous les actifs restants à Fornier SA, l'entreprise familiale de Jérôme Seydoux, qui change alors son nom pour Pathé.

(source wikipédia)

Forum

Créer un nouveau fil de discussion

Galerie de photos


Liens

french.imdb.com La fiche IMDb de Pathé

Références

Forum Les Misérables : La moins mauvaise des versions ?
Forum Paris 1900 : Il y a mille ans
Forum Symphonie pour un massacre : Polar classieux pour les amateurs
Cette page a été visitée 6851 fois.

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.032 s. - 18 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter