Forum - Péril en la demeure - Typique d'une époque
Accueil
Forum : Péril en la demeure

Sujet : Typique d'une époque


De vincentp, le 4 juillet 2009 à 10:07
Note du film : 5/6

4,8/6. Le mode de vie étriqué des bourgeois a fait les choux gras du cinéma français et européen au cours des années soixante-dix, début des années quatre-vingt. Péril en la demeure en est une bonne illustration. Très bien écrit et filmé, même si on peut avoir un peu du mal à adhérer à certains développements, qui suprennent par leur crudité. Ex : Anémone montrant ses fesses, pas très esthétiques, à la caméra. Ceci est peu au regard des qualités du film, lequel réussit à créer une ambiance inquiétante dans un milieu en apparence ordinaire, en réalité un monde parallèle au nôtre, reposant sur la manipulation et les faux-semblants. Un monde rendu crédible, par de petits détails, telles ces prises de vue sondant les regards, observant les froncements de sourcils… Il y a aussi ces raccords très imaginatifs, et vaguement inquiétants… L'absence de personnages secondaires intégrés dans la cité, participe à cette ambiance inquiétante (une recette qui fut employée par Brian Clemens pour bâtir l'univers onirique de la série The avengers). Tout le contraire d'un Maurice Pialat, par exemple, lequel intègre ses récits dans un cadre sociologique proche de la réalité. Ce film m'a d'autre part fait penser à Blue velvet (le regard décalé des parents de Daniel, si fier de leur fils…).

Péril en la demeure constitue un prolongement finalement logique de thèmes identiques abordés un peu plus tôt par Pasolini (Théorème), Losey (Cérémonie secrète), Bunuel (Belle de jour, Le charme discret de la bourgeoisie), voire Ingmar Bergman, creusant les névroses, décryptant les mécanismes d'asservissement de la pensée des classes sociales dominantes. Mais Deville mixe à ce sujet une seconde thématique, celle de la manipulation mentale, des apparences, également typique des années soixante-dix (Blow-up,Conversation secrète…).

Nombreux furent les cinéastes français (ou assimilés) à se pencher sur les moeurs de la bourgeoisie (ce courant semble s'être un peu tari aujourd'hui) : Mocky, Rivette, Godard, Chabrol, Deville, Malle…, chacun dans leur style, ou l'oublié Jean-François Adam avec l'excellent Retour à la bien-aimée, sorte d'aboutissement cauchemardesque des travers de la vie de bourgeois.


Répondre

De kfigaro, le 6 juillet 2009 à 10:13
Note du film : 5/6

En réalité, Anémone s'était déjà montrée dans le plus simple appareil dans le peu connu Le Couple témoin de William Klein (et on ne voyait pas que ses fesses…).

Sinon il s'agit d'un polar d'excellente facture, Deville excellant effectivement à décrire les ambiguïtés du mode de vie bourgeois comme jadis un Bunuel ou un Chabrol. La musique y joue également un grand rôle, vu que l'acteur principal est professeur de guitare classique. Deville utilise presque toujours la musique classique comme "musique de fosse" voire même comme "musique de source" notamment dans "Le paltoquet" (et très peu voire aucune musique originale) et le classique est souvent (et à juste titre) socialement relié au "bon goût" bourgeois d'un point de vue sociologique.


Répondre

De vincentp, le 8 juillet 2009 à 23:23
Note du film : 5/6

Vous avez raison, kfigaro de souligner la qualité de la bande sonore, laquelle débute superposée au générique initial Gaumont. La même musique rythme ensuite les différents chapitres du film (on peut le constater avec une télécommande…). Très élaboré et très réussi.


Répondre

De Pianiste, le 8 octobre 2014 à 23:14

Péril en la demeure est encore un bon suspense ou la sublime Nicole Garcia dévoile tous ses charmes pour utiliser Christophe Malavoy qui ne peut qu'y succomber. L'intrigue est prenante et il émane du film une réelle sensualité. Il mérite d'être regardé plusieurs fois pour bien le comprendre. On peut parfois se laisser distraire par les atouts charnels de la belle et en perdre le fil conducteur.

Un film captivant du début à la fin….


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.010 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter