Accueil

Filmographie

Voici les films auxquels Frances Farmer a participé. Vous pouvez compléter ou corriger cette filmographie.

Ordre : (Par date) (Par titre)

1958
The Party Crashers (Cinéma) – Réal. Bernard Girard – Mark Damon, Bobby Driscoll, Connie Stevens


Donnez votre avis
1948
Studio One (Série TV) – Réal. Paul Nickell, Franklin J. Schaffner, Tom Donovan – Betty Furness, Paul Brinson, Paul Branson

Studio One est une série télévisée d'anthologie américaine en 467 épisodes de 60 minutes en noir et blanc, créée par Fletcher Markle, sponsorisée par Westinghouse Electric Corporation et diffusée entr […]

Donnez votre avis

1942
Le Chevalier de la vengeance (Son of Fury: The Story of Benjamin Blake) (Cinéma) – Réal. John Cromwell – Tyrone Power, Gene Tierney, George Sanders

Au siecle dernier, un jeune anglais dépossédé de ses biens par son oncle part faire fortune dans les mers du sud et revient quelques années plus tard faire valoir ses droits.

5 messages
1941
Badlands of Dakota (Cinéma) – Réal. Alfred E. Green – Robert Stack, Ann Rutherford, Frances Farmer

Durant la ruée vers l'or du Sud Dakota en 1876, la ville de Deadwood est dominée par le propriétaire du saloon,Bob Holiday. Celui-ci envoie son jeune frère Jim chercher sa fiancée, Ann Grayson. Durant […]

Donnez votre avis

1941
World Premiere (Cinéma) – Réal. Ted Tetzlaff – John Barrymore, Frances Farmer


Donnez votre avis
1941
Among the living (Cinéma) – Réal. Stuart Heisler – Albert Dekker, Susan Hayward, Harry Carey

John Raden, accompagné de sa femme, arrive dans sa ville natale pour assister aux funérailles de son père.John est censé être le seul héritier d'une famille sudiste qui fut autrefois glorieuse et pros […]

Donnez votre avis

1940
Flowing Gold (Cinéma) – Réal. Alfred E. Green – John Garfield, Frances Farmer, Pat O'Brien

Johnny Blake vient de tuer un homme. Mais alors que l'état de légitime défense est manifeste, la police locale semble bien décidée à inculper le jeune homme pour meurtre. Révolté par cette injustice f […]

Donnez votre avis
1940
Pago Pago, l'île enchantée (South of Pago Pago) (Cinéma) – Réal. Alfred E. Green – Victor McLaglen, Jon Hall, Frances Farmer


Donnez votre avis

1938
Ride a Crooked Mile (Cinéma) – Réal. Alfred E. Green – Akim Tamiroff, Leif Erickson, Frances Farmer


1 message dont 1 vote pour une (ré)édition DVD
1937
L'Or et la femme (Toast of New York) (Cinéma) – Réal. Rowland V. Lee – Cary Grant, Edward Arnold, Frances Farmer
DVD Z2 : sorti

Donnez votre avis

1937
Ebb Tide (Cinéma) – Réal. James Hogan – Oskar Homolka, Frances Farmer, Ray Milland


Donnez votre avis
1936
Rhythm on the Range (Cinéma) – Réal. Norman Taurog – Bing Crosby, Frances Farmer, Bob Burns
DVD Z1 : sorti

Donnez votre avis

1936
Le Vandale (Come and Get It) (Cinéma) – Réal. Howard Hawks, Richard Rosson, William Wyler – Edward Arnold, Joel McCrea, Frances Farmer
DVD Z1 : sorti
Un père et un fils tentent de rester unis sous les affres de la nature, dans la haute montagne. Quand tous deux tombent amoureux de la même femme, les tensions deviennent encore plus rudes.

1 message

 

Biographie

Frances Farmer

<font color=yellow>Frances Farmer, la Star qui voulut être femme… </font>

Quel étrange et tragique destin que celui de cette starlette de 23 ans qui, en 1936, débarque à Hollywood. Pas tout à fait inconnue d'ailleurs, puisque, adolescente, elle a déjà fait son premier scandale en présentant une thèse intitulée "Dieu est Mort" !. Ce travail littéraire lui permet de gagner, outre le début d'une renommée sulfureuse, un voyage en URSS primé par un journal radical. Ce qui n'arrange rien à l'affaire, dans cette Amérique déjà réactionnaire.

Sa passion pour le théâtre et le cinéma la conduise à faire des débuts remarqués, en 1936 donc, sur la scène de Broadway, puis à Hollywood. Elle épouse alors l'acteur Leif Erickson. Mais la jeune femme, pourtant à l'aube d'une carrière prometteuse, refuse de se fondre dans le moule réservé aux jeunes stars hollywoodiennes, ne voulant pas changer son nom et discutant sans cesse ses rôles. En 1938, obtenant un congé, elle claque la porte des studios pour les scènes new yorkaises, partageant alors la vie du dramaturge et scénariste Clifford Odets. C'est à cette époque qu'elle commence à s'adonner à la boisson.

Mais on ne défie pas impunément les "moguls" du septième art. Menacée de rupture de contrat, Frances Farmer regagne La Mecque du cinéma où on l'humilie dans des films de petits calibres, eu égard à son talent et sa renommée naissante.

Mais non, décidément, la jeune actrice ne se laissera pas faire. Et son tempérament rebelle, face aux producteurs et autres policiers (elle a été arrêtée pour conduite en état d'ivresse), l'amènent devant les tribunaux où elle écope finalement d'une peine de prison. Déclarée alors "mentalement irresponsable", la jeune femme est placée successivement dans plusieurs asiles.

Médicaments, électrochocs, épreuves toujours plus terribles : " Les conditions étaient barbares: les criminels et les gens mentalement retardés étaient entassés ensemble, leurs repas jetés à même le sol sale, pour qu'ils se battent pour manger. Farmer fut à nouveau soumise à des électrochocs répétés et continus. De plus, elle fut prostituée aux soldats de la base militaire locale, violée et abusée par les garçons de salle. Un des souvenirs les plus marquants des vétérans de l'institution, c'est la vue de Frances Farmer maintenue par des aides-infirmiers et violée par des bandes de soldats ivres. Elle fut également utilisée comme sujet d'expérience pour des drogues telles que la Thorazine, la Stelazine, le Mellaril et la Prolixine. " , écrit William Arnold dans "Shadowland". … Mais que faut-il retenir de tout celà ?

Cette chute sans fin (à laquelle sa mère n'a pas été étrangère, l'ayant fait ré-interner devant son refus de renouer avec le cinéma) se terminera – selon certains, donc – par une lobotomie, victoire définitive de "l'establishment" contre celle qui avait osé le narguer.

Au début des années cinquante, reconnue "apte à mener une vie normale", on retrouve Frances réceptionniste dans un hôtel. De 1958 à 1964, l'actrice présente une émission sur le petit écran, "Frances Farmer Presents…". Là encore, c'est la boisson qui met un terme à l'aventure. Elle décède en 1970, des suites d'un cancer de l'œsophage.

Son histoire a été mise en images, en 1983, par le réalisateur Graeme Clifford. C'est Jessica Lange qui incarnait Frances à l'écran. Qui était véritablement Frances Farmer ? Une jeune personne hystérique et asociale ou le symbole de la femme libre, émancipée, qui se voulait maître de son destin ? Car, assurément, elle se situait quelque part entre ces deux rives…

Bien plus que James Dean, qui ne s'est pas élevé contre grand chose, davantage encore que John Garfield, Frances Farmer méritait le qualificatif de "rebelle ", mais certainement pas le sort inique qui lui fut réservé.

Texte de Christian Grenier de <a href="http://www.encinematheque.net"><img src="http://encinematheque.net/img/logom.gif" style="vertical-align:-20px"/></a>.

Forum

Créer un nouveau fil de discussion

Galerie de photos


Liens

geocities.com Frances Farmer Tribute
jeffreykauffman.net Site de Jeffrey Kaufman
french.imdb.com La fiche IMDb de Frances Farmer

Références

Forum Le Vandale : Une oeuvre remarquable, co-réalisée par Hawks et Wyler
Forum Frances : Avis
Cette page a été visitée 9871 fois.

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.096 s. - 18 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter