Accueil

Filmographie

Rôle de Emile Cohl : (Tous) (
Réalisateur) (Scénariste)

La filmographie complète de Emile Cohl comptant plus de 100 titres, elle fait l'objet d'une page séparée.

Biographie

Emile Cohl

Emile Courtet (qui prit le pseudonyme d'Emile Cohl vers l'âge de vingt ans) est né à Paris le 4 Janvier 1857. Il ne commence à s'intéresser au cinéma qu'en 1907, année qui marqua le tournant de se vie et de sa carrière, pourtant déjà bien remplies.

Entre dix-huit et cinquante ans, Emile Cohl, Montmartrois fidèle, exerça plusieurs professions et s'adonna à de nombreuses activités, les principales étant la caricature (il fut l'élève et l'ami d'André Gill). le dessin humoristique, le journalisme, le théâtre, la photographie, et même la peinture sur le modèle de son beau-père H.C. Delpy. Fréquentant de nombreux artistes et écrivains, de Victor Hugo à Courteline, en passant par Verlaine, François Coppée, Alphonse Allais, Alphonse Daudet, H. Gauthier-Villars (dit Willy), Caran d'Ache, Willette, Daubigny, etc., il appartint à deux groupes artistiques (les Hydropathes, puis les Incohérents), et fut un habitué des cabarets Le Lapin Agile (= à Gill) et Le Chat Noir.

Emile Cohl aborda le cinéma en forain, mais peu doué pour le commerce, il préféra très vite offrir ses services comme scénariste et réalisateur truqueur à Lux, mais surtout à Gaumont, chez lequel il entre après presque un an de travail Indépendant. Après un court passage chez Pathé (1911), il reprend sa liberté et réalise quelques films principalement pour Eclipse, avant d'être engagé par Eclair pour prendre la responsabilité de l'animation au studio de Fort-Lee, près de New-York, aux Etats-Unis (1912-1914), où peu après son retour en France, ouvriront les premiers studios d'animation (Raoul Barré et J. R. Bray).

Les difficultés de la Grande Guerre ne l'empêcheront pas de continuer à réaliser des films, mais la fin de l'hégémonie du cinéma français dans le monde entraînera son déclin : Emile Cohl arrêtera de faire du cinéma en 1923, après avoir réalisé plus de trois cents courts métrages (dont les quatre cinquièmes sont perdus), travaillant tout seul dans la plupart des cas. Oublié et ruiné, il meurt à l'hôpital de Villejuif le 20 Janvier 1938.

Au cours de sa carrière cinématographique, Emile Cohl a côtoyé de nombreux cinéastes : Louis Feuillade, Alice Guy, Ferdinand Zecca, Lucien Cazalis, Etienne Arnaud, Benjamin Rabier, Georges Méliès. Musidora, Harry Baur, Lucien et Sacha Guitry, Lortac (Publl-Ciné) …

Emile Cohl, en plus d'avoir Inventé le dessin animé cinématographique avec Fantasmagorie (terme de Lanterne magique), projeté le 17 Août 1908 au Théâtre du Gymnase à Paris, a apporté à l'animation, outre beaucoup de poésie, un maximum de nouveautés, et en a fait un art à part entière, que certains ont baptisé huitième art, à mi-chemin entre le cinéma, et le dessin et la peinture. Fort de l'expérience technique et intellectuelle accumulée dans sa jeunesse, Cohl a réalisé des films où des chercheurs ont vu l'aboutissement du cubisme, et aussi les prémices du dadaïsme et du surréalisme.

Il a innové en créant le premier héros de dessin animé, Fantoche – en réalisant les premiers films de marionnettes (Le tout petit Faust, 1910), les premiers dessins animés en couleurs (Le Peintre néo-impressionniste, 1910), les premiers dessins animés publicitaires (Campbell Soups, 1912), les premiers dessins animés didactiques (La Bataille d'Austerlitz, 1910), les premiers dessins animés tirés de bandes dessinées (Les aventures des Pieds Nickelés, 1917), les premières séries de dessins animés (Le chien Flambeau, 1917), il a utilisé le papier découpé (Les 12 travaux d'Hercule, 1910), et souvent en combinaison dans le même film, voire les mêmes images, les objets animés (Le petit Chancelier, 1910), la pixillation (Jobard ne peut pas voir les femmes travailler, 1911), l'incrustation La Revanche des esprits, 1911), avec les prises de vues réelles (Les Locataires d'à côté, 1910, Le Binetoscope, 1910).

Sa grande spécialité restera les dessins à transformations (ce qu'on appelle de nos jours le "morphing") avec Les joyeux microbes (1909). Génération spontanée (1909), Le retapeur de cervelles (1910), etc., etc., donnant libre cours à son imagination.

Tout cela est né en France, du cerveau et des mains d'Emile Cohl. Walt Disney l'a reconnu lorsqu'il a été décoré de la Légion d'Honneur, et de nombreux cinéastes d'animation, comme le Canadien McLaren par exemple, se sont inspirés de lut, formant ce qui pourrait être appelé une école Emile Cohl. Dans les pays du monde entier, Emile Cohl est reconnu comme le Père du Dessin animé cinématographique.

(texte écrit par Pierre Courtet, petit fils de Emile Cohl, publié sur le site <A HREF=" http://www.lips.org/bio_Cohl.asp" TARGET="_blank">des Indépendants du premier siècle</a>)

Forum

Créer un nouveau fil de discussion

Galerie de photos


(c) lips.org

Liens

emilecohl.com Site officiel.
french.imdb.com La fiche IMDb d'Emile Cohl

Références

Forum La Tour de Nesle : Gance était bien émoussé...
Cette page a été visitée 10708 fois.

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.072 s. - 13 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter