Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Une vague de talents


De Impétueux, le 27 octobre 2016 à 19:38
Note du film : 5/6

L'idée m'est venue – peut-être un peu alambiquée, mais on a tellement envie de se raconter des histoires sur tous les personnages de Marie-Octobre – l'idée m'est venue que ce grand bourgeois, qui vit avec sa vieille gouvernante dans une maison raffinée et qui dit son bonheur de voir Danielle Darrieux tous les jours, ne montrait pas une facette importante de sa personnalité. Ceci n'est naturellement étayé sur rien ; c'est seulement une rêverie que j'ai faite, mais qui ne me paraît pas du tout invraisemblable. Le milieu de la couture, vous le savez, est assez naturellement porté de ce côté-là. Il l'est aujourd'hui, il l'était jadis et naguère (voyez Jean Servais dans Rue de l'Estrapade de Jacques Becker).

Est-ce qu'une seule seconde, dans Marie-Octobre, Paul Meurisse évoque sa vie privée ? Non ? Toutes les pistes sont donc ouvertes…


Répondre

De Nadine Mouk, le 27 octobre 2016 à 18:44
Note du film : 6/6

Et je gage volontiers que les membres du réseau Vaillance ne se sont jamais revus après le coup de téléphone de Marie-Octobre à la gendarmerie. Pour moi, c'est certain ! Mais ils ont du quand même être appelés à témoigner pour éclaircir les circonstances de la mort de Reggiani.

homosexuel furtif, Paul Meurisse ? Qu'est ce qui vous fait dire ça ? Son allure , sa prestance un peu guindée ? Ca ne m'est pas venu une seule seconde à l'esprit… En tous cas, mon avis est que ce film ne souffre d'aucun défaut !


Répondre
Le dernier grand film de Duvivier...


De Lagardère, le 17 octobre 2008 à 15:46
Note du film : 1/6

A EGO :

Le 16 àctobre, à 19h : Deux os avec le " Marie Octobre " de ce soir. D'abord il est réalisé par Josée Dayan, ce qui promet une platitude d'ensemble non exempte de redondances, un peu comme une chanson de Patrick Bruel. Le deuxième point est plus dramatique encore. Le plus doué de nos cinéastes ne parviendrait à faire oublier que, contrairement au film de Duvivier, l'action n'est plus du tout contemporaine

le 16 octobre à 22h38 : Mais je ne pouvais critiquer sans avoir vu, ça, non je ne le pourrai jamais. Voir d'abord, juger ensuite….

On peut faire sa cour et être cohérent, quand même ! Non, je pinaille ! Cela etant, je vous avais posé une question: Aucun cinéaste ne peut plus prétendre à monter une oeuvre se déroulant dans les années cinquante ?? Entre deux bisous à sos amitiés, fendez vous d'une réponse! je peux être d'une écoute charmante…


Répondre

De gilou40, le 17 octobre 2008 à 07:41

On ne devient pas Danielle Darrieux comme ça, c'est exact ! Blier , Lino Ventura, Paul Guers, Robert Dalban, Noël Roquevert, Paul Meurisse et tous les autres ont tellement marqué de leurs talents cette histoire, que plus jamais personne après eux ne peut relever le défi. Et le cas n'est pas isolé dans l'histoire du cinéma français…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.042 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter