Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Etrange mais beau


De verdun, le 29 mai à 22:57
Note du film : 4/6

Septembre 1914. Dans Paris déserté par ses habitants à cause du risque d'invasion par les troupes allemandes, la princesse de Bormes (Emmanuelle Riva) se fait ambulancière et héberge les soldats blessés dans son hôtel particulier reconverti en hôpital. Thomas (Fabrice Rouleau), un sous-lieutenant se présentant comme un neveu de l'aristocrate et renommé général de Fontenoy, se propose de l'aider dans sa mission.

Thomas l'imposteur est un film déconcertant à bien des aspects. Le scénario, les dialogues et le commentaire "off" dit par Jean Marais sont excessivement littéraires et fidèles au -beau- texte de Cocteau. L'interprétation paraît parfois fausse, notamment celle du héros Fabrice Rouleau, sorte de Jean-Pierre Léaud du pauvre. Du coup, Thomas l'imposteur fait parfois penser à du Truffaut, celui de Les deux anglaises et le continent. Mais en moins maîtrisé.

Malgré sa fragilité, Thomas l'imposteur reste une oeuvre intéressante lorsque Georges Franju laisse parler sa sensibilité en créant des images étonnantes, notamment ce cheval errant dont la crinière est enflammée. Cette façon de jongler entre la poésie et la cruauté la plus réaliste est ce qui fait la force du cinéma de Franju. A cet égard Thomas l'imposteur n'égale pas Les yeux sans visage mais contient de très bons moments et donne une vision parfois saisissante de la première guerre mondiale.

Par ailleurs, la grâce d'Emmanuelle Riva fait passer la pilule d'une interprétation inégale.

Thomas l'imposteur est, au final, un film fragile voire maladroit mais son charme agit sans mal.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0038 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter