AccueilArchives : juillet

Voir les archives de (2002) (2003) (2004) (2005) (2006) (2007) (2008) (2009) (2010) (2011) (2012) (2013) (2014) (2015) (2016) (2017) (2018) (2019) (2020)

News

lundi 6 juillet
Ciné

Décès d'Ennio Morricone (1928 – 2020)

En 1964, un réalisateur romain du nom de Sergio Leone, ayant fait ses premières armes dans le péplum, décide de se lancer dans la réalisation d'un western, genre qui n'en est alors qu'à ses balbutiements en Europe. Leone décide dans un premier temps de faire appel au compositeur avec lequel il avait travaillé sur Le colosse de Rhodes, Angelo Francesco Lavagnino, mais ce dernier est indisponible. Le jeune cinéaste se tourne alors, en désespoir de cause, vers un jeune musicien , ancien camarade de classe à lui, Ennio Morricone. Pour une poignée de dollars marque le début d'une collaboration qui allait changer le monde du cinéma, et celui de la musique.

Ennio Morricone, le "Verdi du cinématographe" pour reprendre la jolie expression de Francis Girod, vient de nous quitter à l'âge de 91 ans. Que retenir de cette oeuvre absolument monumentale, composée de plus de 500 bandes originales de films ? En premier lieu, les compositions pour les films de Sergio Leone, qui considérait Morricone comme son scénariste: Pour une poignée de dollars, Et pour quelques dollars de plus, Le bon, la brute et le truand, Il était une fois dans l'Ouest, Il était une fois la révolution et Il était une fois en Amérique.

Et pour le reste ? Comment choisir dans une discographie aussi pléthorique ? En toute subjectivité, j'avoue quelques préférences pour les bandes originales suivantes: Les poings dans les poches, La bataille d'Alger, Le dernier face à face, Le harem, Le grand silence, Danger Diabolik, Théorème, Le carnaval des truands, Queimada, Le clan des siciliens, A l'aube du cinquième jour, Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon, La Cité de la violence, Metello, Companeros, La califfa, Sans mobile apparent, Sacco et Vanzetti, La tarentule au ventre noir, Le casse, Quatre mouches de velours gris, L'attentat, Mais qu'est-ce que je viens foutre au milieu de cette révolution ?, Barbe bleue, Qui l'a vue mourir, Mon nom est personne, La poursuite implacable, Le serpent, Le trio infernal, Peur sur la ville, La femme du dimanche, 1900, Le désert des Tartares, L'héritage, La cage aux folles, Les moissons du ciel, I… comme Icare, Le professionnel, The thing, Butterfly, Les voleurs de la nuit, Marco Polo, Dressé pour tuer, Mission, Les incorruptibles, Cinema paradiso, Outrages, La légende du pianiste sur l'océan et les 8 salopards, qui lui valut enfin un oscar en 2016.

A vous de compléter selon vos préférences, chacun pouvant piocher à sa guise dans une filmographie à nulle autre pareille !! Verdun

3 messages

News

samedi 18 juillet
Ciné

Mort de Zizi Jeanmaire

En apprenant hier la mort, à 96 ans – ce qui est bien suffisant – de Zizi Jeanmaire, qui fut une fabuleuse meneuse de revues, du temps où le monde entier se pressait aux Folies Bergère ou au Casino de Paris, je me suis dit que le cinéma ne perdait pas grand chose à la disparition de cette grande fille aux cheveux noirs coupés très court et à la voix délicieusement faubourienne, mais que c'était encore un des mythes de ma jeunesse qui s'envolait. On ne lui a connu que trois ou quatre films : Quadrille d'amour de Robert Lewis et, en France, Un soir au music-hall d'Henri Decoin et – c'est le seul que j'ai vu, mais qui n'est pas très bon, Charmants garçons du même…
Mais on se souviendra évidemment de son Truc en plumes et de la façon canaille qu'elle avait de détailler Hé l'amour ! de Jean FerratImpétueux


Donnez votre avis

News

dimanche 26 juillet
Ciné

Décès de John Saxon (1936-2020)…

John Saxon est décédé. Une carrière longue comme le bras, débutée en 1955. 200 films à son actif, essentiellement des seconds rôles. C'est lui "Johnny Portugal" de Le vent de la plainevincentp

Donnez votre avis
News

 
Ciné

… et décès de Olivia de Havilland à 104 ans

Olivia de Havilland, légende du cinéma hollywoodien vient de nous quitter. Elle est décédée aujourd'hui même à Paris. Une carrière énorme, avec de mon point de vue ses neuf films avec Errol Flynn en point d'orgue. On a en mémoire leur duo dans La charge fantastique (1941) ou Les aventures de Robin des bois (1938). Et son rôle dans Autant en emporte le vent. Deux oscars de la meilleure actrice (1947 et 1950) plus trois nominations à cette distinction (1940, 1942, 1949). vincentp

4 messages

Voir les archives de (2002) (2003) (2004) (2005) (2006) (2007) (2008) (2009) (2010) (2011) (2012) (2013) (2014) (2015) (2016) (2017) (2018) (2019) (2020)

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.031 s. - 9 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter