Forum - La Banque Némo - Conédie
Accueil
Forum : La Banque Némo

Sujet : Conédie


De Pauley, le 10 septembre 2012 à 08:51

Sur ce site, un certain "Bodart" avait annoncé , en juillet,la sortie du film "Banque Nemo.av Victor Boucher. ainsi que Thérese Desqueyroux". Eh, ce "Bodart avait raison, ces titres sont à la vente chez R. Chateau .

Au moins , ses infos sont de "bonne source .


Répondre

De Impétueux, le 10 septembre 2012 à 13:24

Comme Bodart et Pauley sont une seule et même personne et un stipendié des éditions René Château, ça n'a rien d'étonnant…

Enfin… tant que le margoulin Château (dont je possède, il est vrai une large centaine de DVD…) se contente d'éditer des films de deuxième (ou douzième) ordre, c'est parfait… Mais le jour où il se mêlera de faire paraître La belle équipe, La fin du jour (heureusement protégés de lui par des actions judiciaires) ou Les dernières vacances, nous n'aurons que nos yeux pour pleurer… (comme nous pleurons sur les éditions dégueulasses de Entrée des artistes ou de Un revenant).


Répondre

De Tamatoa, le 10 septembre 2012 à 14:21
Note du film : 2/6

Le "Conédie" en entête de ce fil, c'est voulu ou c'est une erreur de frappe ?

Pour ce qui est du margoulin que vous dénoncez Impétueux, c'est vrai que beaucoup de ses DVD sont assez dégueulasses. Mais on lui doit quand même beaucoup à ce margoulin là . D'abord il a été le premier . La preuve, c'est que si vous en possédez une large centaine, c'est que vous ne les avez pas trouvé ailleurs, ces titres. Les autres n'ont fait que lui emboiter le pas. Qu'on le veuille ou non, il a fait beaucoup pour le cinéma ! Prévert avec qui il a travaillé, lui rend quelques fois hommage dans des interviouws. Et puis on trouve quand même dans sa collection pas mal d'excellents titres, de bonne qualité comme : Voici le temps des assassins, La traversée de Paris, Fortuna. Je n'appelle pas ça des films de deuxième ordre . Dans les années 80, si il n'avait pas lancé sa fameuse Mémoire du cinéma Français, nous aurions été obligé de courir à la cinémathèque ! Et savez vous que si René Château n'avait pas, dans les années 70, créé la fameuse collection Les Films que vous ne verrez jamais à la télévision, point de Massacre à la tronçonneuse, votre film de chevet, ami ! Ce film était censuré en France à l'époque ! Alors ? Merci qui ?

C'est vrai que des DVD comme Un revenant ou L'armoire volante sont vraiment à chier. Mais nous avons bien été content de le trouver, ce margoulin là pour voir, ne serait-ce que Si Versailles m'était conté, en cassette, à une époque oû tout les autres s'en foutaient royalement !


Répondre

De Impétueux, le 10 septembre 2012 à 14:34

Certes, Tamatoa, certes….

Il y a eu, sur ce site, des dizaines de messages concernant l'édition des œuvres anciennes ; y revenir serait très intéressant, mais les retrouver tous une autre affaire.

Château a commencé par des éditions très convenables, chapitrées, dotées de suppléments. Puis graduellement, voyant que nous étions bien démunis pour trouver ailleurs ce que nous cherchions, il a salopé le boulot…


Répondre

De Pauley/, le 30 septembre 2012 à 18:19

Inspiré d'une comédie de Louis Verneuil, ce film retrace l'ascension d'un ancien vendeur de journaux devenant petit caissier, fondé de pouvoir et enfin directeur de cette fameuse "Banque Nemo".

Tous les acteurs y sont excellents. Victor Boucher joue ce personnage peu scrupuleux avec sa belle compagne Mona Goya. Rare de voir Alice Tissot ,en femme délurée. N'oublions pas R. Bergeron et C. Fallot.

Ce film est vraiment à recommander …

Note :5/6


Répondre

De Frydman Charles, le 21 janvier 2013 à 09:45

Le film vient d'être diffusé au cinéma de minuit sur France 3.

1 h 13 mn après le début, un conseil des ministres m'intrigue. On se croirait dans une mystérieuse principauté… Alors que nous sommes en France ? Sur le mur des portraits, celui d'un prince en habit d'apparat ? Des armoiries représentant un lion de profil, classique …Et différents signes, étoiles, croix…Un forumeur pourrait-il apporter des précisions ?…


Répondre

De spontex, le 21 janvier 2013 à 10:14

En tout cas, la scène en question a été censurée :

"La censure a interdit la valeur de 1/5e du film, et si néanmoins nous pouvons le montrer aujourd'hui intégralement et sans coupures, c'est parce que cette séance est entièrement privée. La raison (de cette interdiction) est l'allusion trop directe à des événements de 1934 : l'Affaire Stavisky" – anonyme, "Mr Louis Verneuil contre la censure cinématographique" : Sur La Banque Nemo, in Le Courrier cinématographique, 28 avril 1934

"Ainsi, la scène du conseil des ministres – où l'affaire, transmise par le procureur de la République, connaissant les hautes relations de Labrèche et n'osant l'arrêter (bon nombre de ministres sont ses amis), est étouffée et le dénonciateur arrêté – est "doublement étouffée", car purement et simplement supprimée. – Histoire juridique des interdits cinématographiques en France, 1909-2001, Albert Montagne


Répondre

De Frydman Charles, le 22 janvier 2013 à 05:51

Ci-après un portrait représentant un prince ou roi, peut-être un des personnages du film, sur le mur du conseil des ministres.

Et une des armoiries sur le mur:


Répondre

De Frydman Charles, le 24 janvier 2013 à 04:17

Le tableau fait probablement allusion à _Albert Prince_ , conseiller dans l'affaire Stavisky, en jouant sur le mot Prince qui était son nom de famille….

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-35091152.html


Répondre

De hulot//, le 24 janvier 2013 à 07:19

Ce film n'est pas inspiré des faits cités. Ce film a été tourné AVANT .


Répondre

De Frydman Charles, le 24 janvier 2013 à 08:23

Le film est sorti le 27 juillet 1934, donc après la mort non élucidée d'Albert prince le 20 février 1934. Le tournage du film a probablement eu lieu avant, en 1933. Le nom d'Albert Prince devait déjà être connu alors, il dirigeait l'enquête depuis décembre 1933…

Ci-après une photo d'Albert Prince , qui peut faire penser au portrait caricatural du film:


Répondre

De Frydman Charles, le 25 janvier 2013 à 16:24

Bien que la Belgique n'ait semble-t-il rien à voir avec l'affaire Stavisky, on peut faire un rapprochement ente le portrait caricatural du film lors du conseil de ministre , et le roi Albert 1 er de Belgique. Sans doute en raison d'une coïncidence de dates, en effet Albert 1 er est mort dans un accident le 17 février 1934 soit 3 jours avant Albert Prince…Et le même nom ou prénom Albert.

Ci-après une photo d'Albert 1er de Belgique:


Répondre

De Tamatoa, le 1er février 2013 à 19:21
Note du film : 2/6

De toutes façons, ce film ne représente absolument rien sur un plan purement cinématographique ! Victor Boucher, qui consacra sa vie au théâtre, créa cette pièce, en 1927, au Théatre de la Michodière dont il prit la direction la même année, succédant ainsi à Gustave Quinson. Le talent de ce théâtreux de génie n'est plus à démontrer mais ce qui peut amuser sur les planches, entre deux portes qui claquent et quelques quiproquos de rigueur, tombe à plat derrière une caméra. Il en a été de même pour Les vignes du seigneur que Victor Boucher créa en 1923 au Théâtre du Gymnase et reprit en 1932 sous la caméra de René Hervil. Malgré que le rôle fut reprit par moults acteurs, plus ou moins bien inspirés, et si Victor Boucher demeure quand même et à jamais LE Lévrier de cette farce dédiée a Bacchus, le cinéma n'apporte rien à cette pièce savoureuse. C'est encore dans son théâtre de la Michodière que Victor Boucher interpréta pour la première fois, en 1934, le rôle de Marcel dans le merveilleux Fric-Frac de Bourdet. En compagnie de Michel Simon et d' Arletty. C'est Fernandel qui le remplacera pour la réalisation ciné de Claude Autant-Lara. Cette transposition, par contre, est très reussie.

Mais beaucoup de pièces de théâtre ne supportent pas le passage à l'écran. Et, en ce cas présent, Marguerite Viel n'a pas été chercher le petit plus qui fait la différence. Ce qui était fait pour ravir les amateurs de Boulevard frise ici l'indigence ! Aucun intérêt !


Répondre

De New-JPL, le 26 février 2013 à 23:03
Note du film : 5/6

LA BANQUE NEMO, symptomatique des trésors du Cinéma français qui se perdent, s'oublient, ne sont plus connus ni encore moins visionnés de personne. Un scandale que de voir ces fleurons du septième art disparaître.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.022 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter