Forum - Big Guns (les grands fusils) - Thriller franco-spaghetti
Accueil
Forum : Big Guns (les grands fusils)

Sujet : Thriller franco-spaghetti


De Crego, le 29 juin 2003 à 09:36
Note du film : 2/6

Inspiré du succès du "Parrain", ce thriller franco-spaghetti est un nanar de la plus belle eau, aux scènes d'action datées et un peu pathétiques (les cascades de voitures). S'auto-parodiant dans "Le samouraï", Delon traverse le film en zombie, l'oeil mouillé, l'air de traîner un cafard épouvantable (normal, il a lu le scénar) et passe son temps à décimer tout le cast. La réédition de séries B comme celui-ci n'est pas forcément bonne pour la mythologie d'une star comme Delon, dont on a une idée générale basée sur quelques chefs-d'oeuvre et dont on oublie les faux-pas. "Big guns" en est un, c'est clair. Et personne n'en sort grandi.


Répondre

De David-H, le 18 mai 2009 à 02:59
Note du film : 2/6

Le jugement que l'on porte sur un film peut-il être influencé par la qualité de son image? Je le crains, car si Big Guns est unDelon moyen, j'en garderai surtout comme souvenir la piètre qualité qu'il reste aujourd'hui de sa photo. Ce constat vaut bien sûr pour d'autres films mal restaurés, nombreux au sein des années septante.

Si cette histoire de vendetta se laisse honorablement suivre, elle se base néanmoins sur un scénario trop bancal, n'offrant que peu de surprises à un film bourré de cascades (plutôt bien fignolées, elles) et de scènes violentes, certaines difficilement supportables même. En parallèle, on se paie un voyage en Europe (France, Italie, Allemagne et Danemark), Delon – producteur, ici – ayant souhaité mettre les bouchées doubles à l'époque, dans l'espoir de redistribuer son film dans un maximum de pays. En vain!

Trente-six ans plus tard, il faut bien avouer qu'il en subsiste une fiction conventionnelle, noire, démodée et parfois même "derrickienne". Je crains donc de devoir ranger Big Guns pour longtemps dans ma DVDthèque, car je vois vraiment mal à qui le conseiller…


Répondre

De Arca1943, le 18 mai 2009 à 04:31

Décidément, je n'ai toujours rien vu de bon de ce Tessari. Son Zorro avec Delon est fort décevant, et les deux bonnes idées de départ – caster Delon en Zorro et déplacer le personnage du Mexique à l'Amérique du Sud – sont bien mal exploitées. Un Pistolet pour Ringo aussi m'a laissé sur ma faim. Sur le marché on trouve aussi son giallo L'Homme sans mémoire. Mais si celui-là s'avère aussi une déception, je pense que je vais m'arrêter là. Et bien sûr, après lecture de plusieurs avis concordant avec celui de David-H, je passe sur ces Grands fusils – non sans un pincement de coeur vu que l'attachante Carla Gravina est dedans. (Et même Rosalba Neri).


Répondre

De kfigaro, le 18 mai 2009 à 09:11
Note du film : 3/6

Polar effectivement assez mineur (et précurseur des mauvais films de Delon dans les années 80), il reste tout de même quelques seconds rôles intéressants mais c'est maigre…


Répondre

De PM Jarriq, le 18 mai 2009 à 17:34

Décidément, je n'ai toujours rien vu de bon de ce Tessari

Moi non plus, à vrai dire… Peut-être que le très introuvable Les durs avec Lino Ventura en curé de choc à Brooklyn (?) viendra nous démentir. Peut-être…


Répondre

De kfigaro, le 18 mai 2009 à 18:50
Note du film : 3/6

Pour ma part j'ai mieux aimé "Les durs" (copie DivX d'après passage TV), un bon thriller d'action à l'américaine avec un rôle assez atypique pour le grand Lino, en plus la musique est excellente !


Répondre

De Arca1943, le 18 mai 2009 à 23:41

Décidément, je n'ai toujours rien vu de bon de ce Tessari

En fait, j'en ai repéré un qui a bonne réputation, son peplum Les Titans (ah 1962 quelle année etc), qu'on dit très divertissant car ouvertement parodique. Il est sorti chez René Château, mais semble épuisé pour l'instant.


Répondre

De kfigaro, le 19 mai 2009 à 09:20
Note du film : 3/6

épuisé en DVD ou en VHS ?


Répondre

De Arca1943, le 19 mai 2009 à 12:18

Le DVD est indiqué "indisponible" sur le site de la FNAC.


Répondre
VOTE
De Reznik, le 19 mai 2009 à 14:49
Note du film : 5/6

Décidément, je n'ai toujours rien vu de bon de ce Tessari.

En passant sur le cas BIG GUNS que je considère comme un sommet du poliziotti aux cotés des meilleurs Martino, Lenzi, Castellari ou Caïano, je vous recommande LE RETOUR DE RINGO, qui est une relecture westernienne de l'odyssée d'Ulysse et une petite perle de lyrisme. La réalisation est inspirée, Gemma y trouve un des ses rôles les plus marquants (très loin de ses enfantillages habituels comme sur le 1er RINGO) et le score de Morricone figure parmi ses plus grandes réussites dans le genre, avec ceux qu'il offrit à Leone.

Sinon, oui, LES TITANS est un péplum intéressant car atypique et assez porté sur l'ironie.

Pour revenir à ces GRANDS FUSILS, outre l'état déplorable du master et de la bande-son, il faut savoir que la version dvd soufre de nombreuses coupes (+ de 8 mn ont disparus on ne sait où). Difficile donc d'en apprécier toute la puissance formelle et dramatique.


Répondre

De PM Jarriq, le 19 mai 2009 à 16:03

Oui, Big guns tout comme Le professeur, autre coproduction de Delon avec l'Italie, est en effet sorti très raboté en France… Pourquoi ?


Répondre

De fretyl, le 19 novembre 2009 à 23:55
Note du film : 5/6

Moi qui ai jusqu'à présent détesté toute la carrière de Duccio Tessari, notamment réalisateur de la calamité que fut Zorro avec le même Alain Delon, réalisateur du médiocre Les durs avec pourtant Lino Ventura et puisque, j'ai même vu ses westerns (Le Retour de Ringo, Un Pistolet pour Ringo) j'ai jusqu'à présent nourri à l'encontre de son œuvre, un mépris et une ignorance assez courtoise.
C'est donc avec la plus grande méfiance, que je suis rentré dans ce Big Guns (les grands fusils), surtout lorsque je savais de quoi était capable Tessari ; étant jusqu'à aller ridiculiser Lino Ventura dans Les durs. En vérité je m'attendais, naturellement, malgré certaines bonnes critiques à un polar de série Z. Un peu comme le film de Sege Leroy avec Michel Schwarzenegger Constantin – Le mataf.

Et puis… Grosse surprise ! Finalement Big Guns reste un modèle d'efficacité, dans le domaine du polar, des années 70. Delon fait du Delon, mais il le fait tellement bien ! Tueur méthodique presque carnassier, dont les quelques parcelles d'humanités ont été détruites, Delon a ici, une vraie épaisseur.
A coté de lui Carla Gravina habituellement plutôt vilaine avec ses cheveux courts, est ici, belle à damner un saint. La pauvre fille passe tout le long du film à prendre des coups : Hanin la balance dans une baignoire rempli d'eau chaude et elle endure un long passage à tabac par des tueurs drogués et allumés.
Hanin qui n'était pas encore au cinéma, le juif pied-noir, jovial du Grand Pardon ou du Coup de sirocco incarne un type rustre, dégueulasse et cruel, qui mériterait d'être crevé comme un chien ; c'est ce qui lui arrive !
Richard Conte pas trop mal, reprend à peu près, un rôle similaire, à celui qu'il avait dans Le parrain, l'acteur n'a pas grand chose à faire, mais il est tout à fait, à sa place ici !

Big Guns reste un polar avec un grand P ! Et s'il y'a une recette qui existe pour réussir ce genre de film, Tessari semble l'avoir plutôt, bien appliqué ici !
Dans Big Guns les exécutions sont violentes et élaborer avec une imagination cruelle ; le sang gicle un peu partout, les enfants ou les innocents ne sont pas épargnés…
A y réfléchir, c'est peut-être l'un des meilleurs polar (j'ai dit POLAR) du Delon des années 70. C'est beaucoup plus réussi que par exemple Le Gitan dont le jeu de l'acteur était particulièrement déplacé, c'est dans la manière de cinématographier la barbarie beaucoup plus saisissant que Borsalino ; encore que Borsalino & Co. marquait quelques points, sans pour autant atteindre la violence de Big Guns ; c'est beaucoup plus convaincant et excitant que Le gang, qui n'était pas si mauvais, mais qui n'était pas non plus réussi !

J'ai du mal à comprendre aussi pour quelle raison Delon tournera quelques années plus tard Le choc remake ridicule et risible, nettement plus policé, que son original ou Delon et Deneuve étaient venus arrondir leurs fins de mois.

En résumé Big Guns reste un polar de bonne facture, que l'on aurait tort de rater, un festival de violence baroque, dont les instantanés manifestations scotchent au fauteuil.

A noter aussi le joli thème musical de Gianni Ferrio et la chanson du générique du début…


Répondre

De Reznik, le 20 novembre 2009 à 20:23
Note du film : 5/6

Un bel avis auquel je souscris plus que volontiers. Car il s'agit non seulement d'un des meilleurs polars de Delon, mais aussi d'un des meilleurs poliziottis jamais produits.

C'est sans doute le chef d'oeuvre de l'inégal artisan Tessari, même si j'apprécie beaucoup son Retour de Ringo et que son péplum avec G.Gemma est très divertissant.

Tout y est évident, chaque plan produit son efficacité avec précision et l'interprétation est d'une homogénéité rare. Un must de la série B européenne.


Répondre

De Nadine Mouk, le 24 juin 2016 à 19:53
Note du film : 5/6

Je rejoins totalement l'avis de Frétyl et j'apostasie complètement celui de Crego ! Big guns est un excellent film ! J'ai lu que la photo était datée. Tant mieux : cela nous ramène bien en ces années soixante dix ! Et puis, de cette manière, ce film sent bon les cinémas de quartier de cette époque, avant que le porno ne les balaye. Je me demande où Grego a pris que ce film est Inspiré du succès du "Parrain" ? Delon aurait fait un faux pas en tournant ce film, nous dit encore Crego : en tout cas, il ne s'est guère entravé, le Delon. Je le trouve formidable dans ce personnage ! Tout en douleur retenue, habité par une âme punitive irrémissible, il joue sa vendetta à la perfection. Il est Sicilien. J'aime ! Delon traverse le film en zombie, l’œil mouillé, l'air de traîner un cafard épouvantable et passe son temps à décimer tout le cast. On lui a tué sa femme et son petit garçon, vous voudriez qu'il passe son temps à chanter A la queue leu-leu ? Quant au fait qu'il décime tout le casting, il est quand même, à la base, tueur pour la maffia. Il aurait été garçon boucher (ce que Delon fut au début de sa "vraie" vie !), peut-être leur aurait-il apporté un rôti de bœuf, ou un beau gigot empoisonné… Roger Hanin, jusqu'à la valse du gorille,Bernard Borderie le désigne pour remplacer Lino Ventura, a écumé les rôles de petites frappes, de petits marlous de quartiers. je le revoyais l'autre soir dans Gas-oil de Grangier, il y faisait ses études de pas fréquentable avec un certain talent. Acteur à part ce Roger là. Une gueule, un accent et c'est bon pour lui. Pas trop de jeu, juste une présence, même si un peu pataude par moments. Dans Big Guns, la scène ou Arzenta le punit dans le train est un de mes moments préférés. La grande gueule devient pleutre vertigineux et il le joue à merveille ! Et puis, cet immonde crapule qui traverse la vitre du train et fracasse tous les signaux lumineux du tunnel, quel pied !

De belles courses poursuites, des scènes de respect envers son père, sa mère et même celle qui a souffert pour lui, de l'émotion vraie qui fait vite place à de l'action bien sentie, Big Guns est une œuvre accomplie. Loin d'être une série B. Et puis ce générique ! L'apputamento, le rendez vous, magnifiquement interprété et qui colle si bien à ce film où le regret, le remord le dispute à un avenir perdu… Richard Anthony en avait fait une très belle reprise à l'époque. Je le considère comme un film majeur, autrement plus jouissif que le navrant Zorro du sieur Duccio Tessari dont la carrière ne me parle pas. Et puis toutes ces "gueules" : Richard Conte , Anton Diffring : difficile de faire plus maffieux ! Sans oublier la troublante Carla Gravina qui, la même année, fantasmera avec les chauffeurs de taxi dans L'héritier de Labro. Par contre, je ne savais pas qu'un remake du nom de Le choc avait été réalisé. Je me souviens vaguement de l'histoire des dindons, pas plus… Et des dindons, dans Big Guns, il n'y en a pas ! Il n'y a que des armes et de l'amour. Ce n'est pas forcement incompatible quand les premières, oubliant leur métier primitif, ne sont là que pour saluer ce que merveilleux fut le second… Love vendetta !


Répondre

De Nadine Mouk, le 27 juin 2016 à 17:13
Note du film : 5/6

"Thriller franco-spaghetti" …….Big Guns est un Thriller franco-spaghetti . Je sais qu'il ne cesse de pleuvoir à Paris, mais de là à vous venger sur cet excellent film. Vous devriez ajouter "Bolognaise" à cause de l'hémoglobine assez présente… Et Soleil rouge est un western sauce nuoc mam ? Qui faut-il remercier pour cette fulgurance culinaire ?


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.042 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter