Forum - L'Armoire volante - Une intéressante exception
Accueil
Forum : L'Armoire volante

Sujet : Une intéressante exception


De Impétueux, le 2 décembre 2006 à 23:05
Note du film : 5/6

Dans l'imposante, prolifique carrière cinématographique de Fernandel (148 films, selon Imdb !), au milieu de nanars atterrants et de nouilleries alimentaires, qu'est-ce qui surnage ? Les films tournés avec Pagnol – Regain, Le Schpountz, La fille du puisatier, Naïs -, la cruelle Auberge rouge de Claude Autant-Lara, les Duvivier, de Carnet de bal aux deux premiers Don Camillo (sans oublier L'homme à l'imperméable), le Crésus de Giono, les honnêtes Le fruit défendu et La vache et le prisonnier d'Henri Verneuil et aussi Meurtres ? de Richard Pottier.

Et c'est tout. Ou presque. Mais j'ajouterais bien cette intéressante Armoire volante d'un cinéaste plus rare, qui, au contraire de Fernandel n'a guère laissé de traces dans le paysage.

C'est un film sarcastique qui pourrait être grave, c'est un film farfelu qui pourrait être énigmatique. Il suffirait de bien peu pour changer les données. Ce Monsieur Puc, célibataire coincé et taciturne joué par Fernandel, n'est pas si loin du Monsieur Hire de Simenon (successivement le Panique de Duvivier et le film de Patrice Leconte) et on n'est pas très loin non plus, à certains moments du noir et blanc superbe et terrifiant des Yeux sans visage de Franju.

Mais c'est un film narquois, tourné vers l'humour noir, l'ironie, le ricanement même, un film où une musique sautillante et guillerette accompagne les moments qui pourraient être d'angoisse où Puc recherche, dans une armoire le corps gelé et momifié de sa tante qu'il doit retrouver pour pouvoir hériter.

C'est un film surréaliste où, à chaque instant, on pourrait basculer dans le burlesque, un film burlesque qui n'est pas très loin de l'angoisse :

il y a un plan où la concierge de Puc, et les deux commères à qui elle est appariée, semblent, dans un éclairage satanique figurer les Parques (d'autant que la concierge, c'est Germaine Kerjean au visage si extraordinaire – Goupi-Tisanes dans Goupi mains rouges, la mère de Chatelin (Jean Gabin) dans Voici le temps des assassins) ; il y a aussi ce plan extrêmement célèbre – et qui paraît issu du Vigo de Zéro de conduite – où seize armoires à glace toutes identiques sont portées par des déménageurs dans l'appartement de Puc, plan plastiquement admirable qui suffit à décaler le regard du spectateur.

Fernandel est continuellement au devant de la scène, les autres acteurs ne faisant que lui donner leur (maigre) réplique ; on note ici et là quelques silhouettes connues : Maximilienne, la vraie jeune fille de L'assassin habite au 21, Berthe Bovy, Albert Dinan ou Jean Temerson

Un excellent film, en fin de compte, drôle et méchant, une trop rare exception dans la carrière de Fernandel qui a tant et tant galvaudé un talent merveilleux…


Répondre

De paul_mtl, le 11 janvier 2007 à 14:40
Note du film : 5/6

Oui une tres bonne comedie noire avec Fernandel.

Comme vous le dites sa carriere est tres riche et difficile d'avoir vu tous ses films. Cependant il y a qq oublis impardonnables ;)

La Loi c'est la loi, Sénéchal le magnifique, Le Grand chef et j'en oublie certains d'autant que je n'ai pas vu toute sa filmographie. Oui j'ai honte je me cache.


Répondre

De droudrou, le 11 janvier 2007 à 15:24

Il y a un film dont j'ai oublié le titre et dans lequel Fernandel nous parle du petit bossu, une foultitude de nuances marquent ce moment. Il possédait un grand talent de conteur si on prend pour mémoire "La chèvre de monsieur Seguin" et donc, bien évidemment, "Les lettres de mon moulin".


Répondre

De Impétueux, le 11 janvier 2007 à 18:50
Note du film : 5/6

Ne cherchez plus, Droudrou, ce dont vous parlez, c'est Naïs, d'après Naïs Micoulin d'Emile Zola (tiens, tiens !) ; la tirade des petits bossus est une des plus célébres que Fernandel ait prononcée, et il a tiré bien des larmes aux coeurs sensibles.

Cela étant, c'est un film du grand Pagnol ! Bien dirigé, Fernandel pouvait être extraordinaire ; mais il ne l'a été que dans un dixième ou un quinzième de ses films…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.015 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter