Forum - La Fin du jour - Alors, elle arrive, l'édition ?
Accueil
Forum : La Fin du jour

Sujet : Alors, elle arrive, l'édition ?

VOTE
De Jarriq, le 13 août 2003 à 13:06
Note du film : 6/6

Chef-d'oeuvre morbide, cruel, sans échappatoire, ce film d'une noirceur totale n'est pourtant pas considéré comme un classique à part entière. Il offre pourtant un de leurs meilleurs rôles à Jouvet et Simon, tous les deux hallucinants en vieux cabots en fin de course : Jouvet en Don Juan ringard, égotique, odieux, Simon en loser pathétique. La scène où il monte pour la première fois sur scène, après toute une vie dans l'ombre, est terrible. Incapable de parler, de bouger, il ne peut que répéter "Ce n'est pas ma faute… Je suis vieux".

Le décor de cet hospice pour comédiens est un théâtre idéal à toutes les mesquineries, les petites vengeances, les amertumes, mais chose incroyable, on rit souvent et Duvivier transcende l'anecdote pour faire de "La fin du jour" un concentré de misère humaine. Etonnant que la filmo de ce grand du cinéma français (autrement plus inventif et culotté qu'un Carné, sacré "meilleur réalisateur français de tous les temps" sans que son titre n'ait jamais été remis en jeu), soit si peu exploitée en DVD.


Répondre

De jouvet@fre.fr, le 28 juillet 2004 à 14:47

Mais que dire de ce chef-d'œuvre parmi ses pairs……..Dans sa merveilleuse critique ( objectif-cinéma ) Sébastien Miguel affirme ce que je pensais depuis longtemps : LA FIN DU JOUR EST LE PLUS GRAND FILM DU MONDE !!!

Une ressortie en DVD ?? LES SOUS DOUÉS UN VACANCES existent en DVD !!

Sans commentaires…………Vive le bon et grand cinéma !!! et vive les VRAIS cinéphiles !!


Répondre
VOTE
De Frontine, le 19 octobre 2005 à 13:33

D'accord avec tous les avis.

Qu'est-ce qu'on attend pour le proposer en DVD ??


Répondre

De crevette, le 12 décembre 2005 à 10:25

la fin du jour; véritable chef d'œuvre a revoir sans faute en DVD, soit mais sans oublier le fabuleux "Entrée des Artistes", ainsi "que la belle Equipe"

A quand ces 3 dvd


Répondre
VOTE
De Amine, le 21 janvier 2006 à 11:07
Note du film : 6/6

Un des chef-d'oeuvre du cinéma Français à voir et revoir.Du noir et blanc haut en couleurs.


Répondre
VOTE
De PM Jarriq, le 28 mars 2006 à 20:21
Note du film : 6/6

Juste un petit vote de rappel, pour que ce film sublime voie ENFIN le jour (c'est le cas de le dire !) en DVD. Ce serait tellement bien de le revoir de temps en temps, ainsi que La belle équipe, Un carnet de bal, etc. etc.


Répondre
VOTE
De benja, le 29 janvier 2007 à 10:48

Je vote pour l'édition en dvd de La fin du jour.


Répondre

De agiel, le 24 février 2007 à 23:15
Note du film : 6/6

La fin du jour de Duvivier Un film pilier dans l'histoire du cinéma français. Une réflexion bouleversante sur le monde des acteurs.


Répondre

De Jack Mandon, le 8 juillet 2007 à 10:19

Qui n'a pas contemplé en un lieu de beauté, dans un désir de fusionner avec l'instant qui passe,un moment de tendresse que l'on souhaite éternel.Notre petite vie appartient tout à coup à l'universel, au grandiose, à l'éternité. Comme l'homme est petit tant il est grand avec ses héros, ses élans d'amour et de passion. Quand le pathétique rejoint le dérisoire et vissé versa. "La fin du jour" est le moment de vérité où l'on jette un message à la mer pour tous ceux que l'on aime et que l'on a aimé…c'est un moment de divine comédie. Je souhaite que soit réédité ce film et tant d'autres ou Louis Jouvet teint un rôle central avec cette force qui hisse l'homme au-dessus de sa condition en lui rendant la dimension du héros. Dans mon enthousiasme, je donne la note maximum à "La fin du jour".


Répondre

De Impétueux, le 27 juillet 2007 à 23:43
Note du film : 6/6

Je suis un admirateur absolu de La fin du jour…mais écrire, comme vous le faites que Louis Jouvet hisse l'homme au dessus de sa condition (c'est-à-dire lui donner un rôle de héros positif), alors qu'il est, dans le film,une épouvantable fripouille, un paranoïaque immonde, qui pousse au suicide une pauvre fille inconsciente pour se prouver qu'il peut encore séduire et demeurer la ganache veule qu'il a toujours été dans sa vie, placer sur un pinacle le détestable Saint-Clair me semble indiquer que vous n'avez pas vu le film…depuis sa sortie !


Répondre

De Impétueux, le 12 août 2007 à 20:39
Note du film : 6/6

Dix mille fois d'accord avec Jarriq qui défend avec fougue un Duvivier inspiré ! Il suffit de s'apercevoir qu' en cinq ans, de 35 à 39, il réalise "La Bandera" (35), "La Belle équipe" et "Pépé le Moko" (36), "Un Carnet de bal" (37)et cette "Fin du jour" en 39 ! Qui peut donc afficher une pareille constance dans les chefs-d'oeuvre ?

Et après la guerre, ce seront les deux premiers Don Camillo, l'admirable et grinçant, et cruel et méchant "Homme à l'imperméable" et une "Marie-Octobre" ou Danielle Darrieux n'a jamais été si rayonnante !!!

La fin du jour, donc, et ce regard tendre et cruel sur les comédiens, les anciennes soubrettes et les pères nobles.

L'absolue vanité de Saint-Clair, la médiocrité infinie de Cabrissade, la dignité pitoyable de Marny !

Quel film !!!


Répondre

De s é p i a, le 22 septembre 2007 à 16:56
Note du film : 6/6

Ayant revu, hier au soir, le chef-d'oeuvre d'entre les chefs d'œuvre, cette "Fin du jour", que nous ne nous lasserons jamais d'évoquer, je me suis demandé si, durant mon absence, d'autres commentaires avaient vu le jour dans notre grand livre. Mais oui! Et commentaires pour le moins étranges…

"L'absolue vanité de Saint-Clair…"

Mais Raphaël St-Clair n'a jamais été dupe. Et un Héros encore moins ! Je crois qu'il traîne avec lui, le deuil définitif d'une vie privée rongée, élimée, et tristement ratée, par l'illusion d'un talent qu'il n'a jamais eu. Il s'est trompé d'absolu et d'éternité, autant dire de chemin…Et tout au long de ce chemin, il ne fait que vivre cette phrase de Chateaubriand :

"- Les plaisirs de la jeunesse reproduits par la mémoire ne sont que des ruines vues aux flambeaux-" Mais s'en rend-il compte ?

Il n'est qu'à voir ce regard désespéré qu'il adresse à la vieille Chabert qui, lui montrant la photo d'un garçon de 18 ans, lui fait comprendre qu'il a été père et ne l'a jamais su…Et dégageant d'un revers de l'âme, ce ciel qui vient de tomber --18 ans…L'age d'un jeune premier !..-- il reprend son chemin de Compostelle à lui. Mais St-Clair voyage sans coquille Saint-Jacques cousue au revers de sa chemise. Il est donc un "coquin", et ne trouvera, au bout de la route, que la folie…La vanité est avide de louanges ! Il n'en veut pas. A peine veut il montrer qu'il a été aimé et le restera…Mais Il ne veut surtout voir que des moulins qui jamais n'ont existé…

Le drame de Raphaël Saint-Clair est qu'il n'a même pas su être Don Quichotte… Comment aurait-il pu être vaniteux ?

Mais, oui, vraiment, QUEL FILM !!


Répondre

De Impétueux, le 22 septembre 2007 à 19:34
Note du film : 6/6

J'attends avec trop d'impatience la parution d'un DVD exemplaire de ce merveilleux film pour extirper de ma cave la vieille VHS pieusement conservée, mais tremblotante. Et cela fait trop longtemps que je n'ai revu La fin du jour, pour revenir en détail sur le beau message de Sépia (quel retour bienvenu !) ; mais je maintiens vanité.

Vanité n'est pas Orgueil ; et c'est sans doute ma sensibilité religieuse qui m'a fait employer ce mot : Vanitas vanitatum, et omnia vanitas, ces premiers mot de l'Ecclesiaste sont trop notoires pour être explicités : ce qui rend Saint-Clair si désespérant, si pitoyable (ou si piteux !), c'est bien toute la vanité de sa vie, de sa vie vaine, vie passée à fuir, à se fuir sans doute, à n'être rien qu'un pauvre homme qui devient fou…


Répondre

De Jack Mandon, le 26 septembre 2007 à 07:59

en réponse à la réaction d'Impétueux

Mon enthousiasme pour ce film va à la prestation de Louis Jouvet et non pas à la monstruosité du héros délirant qu'il campe avec beaucoup de force. Dans l'esprit de mon commentaire, je voulais dire qu'il fallait aussi beaucoup d'amour en soi-même pour donner vie à un paranoïaque, un étranger à la raison à laquelle nous tenons tellement…c'est un rôle pour lequel il pouvait perdre la sienne.


Répondre

De uredele, le 20 février 2008 à 13:22
Note du film : 6/6

je suis d'accord c'est un chef d'oeuvre. tant par l'histoire, imaginer un 'hospice pour comédiens', que par le jeu des acteurs.il n'y a pas vraiment de premier ou second rôle dans le sens où chaque rôle est mêlé à l'intrigue : on craint pour Janette et soutient Marny… A noter qu'à l'origine du film, le rôle de Saint Clair était destiné à M. Simon, et que celui de M. Simon était écrit pour Raimu! Le rôle de Marny était destiné à Jouvet. mais la distribution finale reste la meilleure, la composition de Saint Clair étant époustouflante, il y a un vrai romantisme, une atmosphère sombre, bref un chef d'oeuvre.


Répondre
VOTE
De Romuald, le 28 mars 2009 à 15:22
Note du film : 6/6

C'est fou ce qu'on peut être négligeant…

                                  pour \Lagardère

Répondre

De PM Jarriq, le 19 mai 2009 à 20:10
Note du film : 6/6

Il y a trois ans pile, nous pleurnichions de concert, pour voir éditée cette merveille de film.

Il est donc grand temps de pleurnicher à nouveau, et d'inclure Un carnet de bal et La belle équipe dans nos lamentations sans écho.


Répondre
VOTE
De Arca1943, le 19 mai 2009 à 20:47

Je pleurniche avec vous ! Aux larmes d'Hélène va-t-en remplir ton seau !


Répondre
VOTE
De Impétueux, le 19 mai 2009 à 23:19
Note du film : 6/6

Voilà qui fait (au moins) trois pleurnicheurs qui ne voient pas arriver la moindre esquisse d'ébauche de rumeur de possibilité d'édition de La fin du jour !


Répondre
VOTE
De Gilou40, le 14 décembre 2009 à 23:11
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Vingt fois sur le métier, remettez votre ouvrage……..


Répondre

De dbdum, le 31 août 2010 à 14:06

La fin du jour est peut être le chef-d'œuvre du metteur en scène,le Sunset Boulevard français du théâtre ; n'est-ce pas curieux que deux chefs-d'œuvre sortis la même année s'intitulent La fin du jour et Le jour se lève ?


Répondre
VOTE
De vincentp, le 6 août 2012 à 15:23
Note du film : 4/6

Un film que je n'ai pas encore vu et vos avis attisent ma curiosité. Côté cinéma américain, rares sont les films majeurs non encore réédités : Les nus et les morts, par exemple. Cinéma italien : j'attends la réédition de Mes chers amis, et La marche sur Rome. Côté français : La belle équipe (vu à la cinémathèque je crois), et ce présent film de Duvivier. Satyajit Ray est également mal gâté par l'édition.


Répondre
VOTE
De Tamatoa, le 6 août 2012 à 19:02
Note du film : 6/6

Il ne sera pas dit que je n'apporte pas mon écho pour la sortie en DVD de ce joyau immaculé qu'est La fin du jour ! Voilà un film que je revoie très régulièrement en VHS (Les grands classiques du cinéma- Fil à Films) et qui chaque fois fait mouche et me plante ! Je crois que c'est le seul film que je connaisse qui peut, en boucle, renouveller l'émotion comme au premier jour de la première diffusion…Vincentp, qui me semblez ne pas être un guignol en matière de cinéma, expliquez moi comment on peut ne pas avoir vu La fin du jour ? Sans me demander si j'ai déjà vu un film de Satyajit Ray, bien entendu..


Répondre

De vincentp, le 6 août 2012 à 20:06
Note du film : 4/6

Ce fait est du soit à des problèmes d'édition de dvd, soit à une indisponibilité des copies en salles… Les médiathèques aussi parfois font quelques impasses. Je n'ai pas vu pour le moment quelques classiques que je guette comme Sergent York, Fedora, Tess, Amère victoire, La foule, Regain… Pas pu aller au bout de les dix commandements en raison d'un dvd défectueux, mais on trouve ce film de de Mille dans presque toutes les médiathèques. Petit à petit, la liste des œuvres à voir absolument s'amenuise…

Il est tout de même étrange, voire parfois scandaleux que certains classiques comme La belle équipe, La fin du jour soient indisponibles en dvd car le support existe depuis près de vingt ans. Je m'interroge aussi concernant L'affaire mattéi qui a quand-même eu la palme d'or à Cannes, en son temps. L'armée brancaleone, cher à Arca1943, aussi.

Quant à Satyajit Ray, il manque très curieusement une douzaine de ses films en dvd sur le marché français. Or, sur le marché indien, l'intégralité de son oeuvre semble disponible.

Quelques cinéastes me paraissent largement méconnus ou sous-évalués en France. On peut le constater en regardant les bacs des médiathèques d'une certaine importance. Cela va faire -ou non- plaisir à Arca1943 de le signaler, mais ce phénomène touche plusieurs cinéastes italiens : Dino Risi, Elio Petri, Pietro Germi et Francesco Rosi. Duvivier pourrait rentrer dans cette catégorie. Globalement, la méconnaissance du public concerne non pas les stars (style Kubrick, Ford, Hawks, ou autres) mais ceux qui sont un peu moins connus, ou qui n'ont pas enquillé chef d'œuvre sur chef d'œuvre. C'est le même phénomène d'ailleurs en peinture.


Répondre

De Arca1943, le 6 août 2012 à 21:37

Ce ne sont que deux exemples, mais la non-édition en France de L'Affaire Mattei et de Cadavres exquis me laissent vraiment perplexe. Le second peut-être encore plus que le premier, puisque l'acteur principal est Lino Ventura, dont presque tous les films se trouvent sur DVD (hormis La Charge des rebelles et Le Roi des truands, où il occupe des rôles secondaires). Il y a forcément là dessous une obscure histoire d'ayant-droits que nous ne connaissons pas… Si nous connaissions le fin mot de l'histoire, je pourrais débarquer en France avec quelques copains et mes outils à délier les langues… ensuite il suffit de kidnapper la famille du type qui retient les droits et… mais bon, je ne vais pas vous exposer tout mon plan !


Répondre

De vincentp, le 5 novembre 2012 à 21:38
Note du film : 4/6

4,2/6. Un bon film sans plus. Du rythme, des comédiens de talent… mais l'ensemble accuse son âge. La fin du jour fait penser à La règle du jeu, mais en nettement moins réussi. Ce film de Duvivier n'est pas l'un de ses meilleurs films (La bandera, Pepe le moko, La belle équipe, les deux Don camillo,…).


Répondre

De Tamatoa, le 5 novembre 2012 à 22:01
Note du film : 6/6

Mon cher Vincentp, La fin du jour est LE plus grand film de tous les temps. Point.

Modérateurs, veuillez éffacer le message de Vincentp ainsi que tous ceux qui ne sont pas de mon avis. Merci.


Répondre

De vincentp, le 5 novembre 2012 à 22:38
Note du film : 4/6

C'est le croisement des avis qui fait tout l'intérêt de ce forum. Mais votre concert unanime de louanges, fort respectable, me surprend un peu. Le scénario de La fin du jour me semble un peu exagéré et l'émotion un peu forcée. Les trois films de Duvivier des années trente que j'ai cité (à mon avis, ses chefs d'oeuvre) doivent sans doute beaucoup à l'interprétation sobre et nuancée de Jean Gabin, me semble-t-il ultra-complémentaire de l'univers sombre, désespéré (avec une touche de mélancolie) du metteur en scène.


Répondre

De Impétueux, le 5 novembre 2012 à 22:56
Note du film : 6/6

Non, Tamatoa, on ne va pas effacer le message de ''Vincentp', même s'il frise la correctionnelle en ne mettant QUE 5,4/6 à cette merveille. Mais il l'échappe belle…

Moi qui ne dispose pas d'une VHS mais simplement de mes souvenirs, et qui attend avec impatience et férocité l'édition de cette merveille, je me demande si nous verrons enfin un jour la satisfaction de notre demande…


Répondre

De Tamatoa, le 5 novembre 2012 à 23:08
Note du film : 6/6

Le scénario de La fin du jour me semble un peu exagéré et l'émotion un peu forcée.

Exagéré ? Emotion forcée ? Mais dans quel monde aseptisé vivez vous, Vincentp ? Je vous imagine vivre dans la maison sans âme de Mon oncle :

Et quand vous en sortez, c'est pour rejoindre le monde bleu d' Avatar ?  :

Dites moi que je me trompe, s'il vous plait ! La fin du jour est largement en deçà de la vérité, de la réalité..La plus terrible : Celle des vieux ! Ces bois morts, ces flottants qui meurent, asséchés, sur ces plages de la vie désertées par les ingrâts..Personne, jamais, mieux que Duvivier, n'a su porter aussi haut l'accablement digne et la peine cachée de la mère vieillesse, ce naufrage qui n'en finit plus..Exagérer la vieillesse ? Et pourquoi faire ? Le désespoir s'en charge..Il a été d'ailleurs, et comme très souvent, le premier assistant du réalisateur !


Répondre

De vincentp, le 6 novembre 2012 à 15:00
Note du film : 4/6

Le regard que l'on porte sur l'âge avancé a considérablement changé depuis 1939. Regardez donc le centenaire qui vient de faire 100 km à vélo… Cabrissade et compagnie : je les mettrais sur une bicyclette plutôt que de les entendre geindre sur leurs succès ou non au théatre.

Mais je vois avoir affaire ici à deux solides gaillards (Impétueux et Tamatoa), porte-flingues de Duvivier, qui veillent à la réputation de La fin du jour contre vents et marées…


Répondre

De breiz//, le 6 novembre 2012 à 16:19

La fin de ce film n'est à la hauteur . On n'y croit pas . NOTE 4,5/6


Répondre

De vincentp, le 9 novembre 2012 à 22:44
Note du film : 4/6

Je viens de baisser ma note à 4,2/6.


Répondre

De Tamatoa, le 10 novembre 2012 à 02:58
Note du film : 6/6

Alors là, ce sont les Assises ! La peine de mort est toujours en vigueur ? …Allez quoi ! Une exception, une seule, pour un homme de mauvais goût !


Répondre

De Impétueux, le 10 novembre 2012 à 11:56
Note du film : 6/6

J'incline à partager votre indignation justifiée, Tamatoa… en plus, qu'est-ce que ça veut dire, venir nous narguer comme ça ?


Répondre

De Tamatoa, le 7 février 2013 à 00:58
Note du film : 6/6

Si je mets la main sur l'abruti qui a écrit ça :

Je regarde toujours ces "immenses" (!) classiques du cinéma français d'avant-guerre avec incompréhension… En 1939, nous avions déjà eu Eisenstein, Fritz Lang, et en France, Pagnol… que nous offre Duvivier? Un mélo larmoyant où non seulement le cabotinage des acteurs est insupportable (il faut pouvoir supporter la voix chevrotante de Michel Simon pendant 1h40…), mais où en outre ceux qui devraient nous émouvoir nous donnent la nausée, de Saint-Clair invitant une jeune femme de 17 ans à se suicider pour flatter son ego, à Cabrissade et ses brimades humiliantes, capable de se battre avec un homme pour lui voler un rôle… Non, décidément, ce cinéma français ne me donne aucune émotion, et je lui trouve même une vulgarité qui ne correspond pas à ma vision du 7e art.

Je viens de lire cette critique sur un site de cinéma ! J'en reste sans voix ! Médusé, pantois, stupéfait, déconcerté ! Preuve flagrante qu'il ne faut fréquenter aucun autre site que DvdToile ! Jamais !


Répondre
VOTE
De lirandel, le 21 novembre 2013 à 17:16
Note du film : 6/6

j'épère revoir " la fin du jour "ce grand film remasterisé avant la fin des miens.


Répondre

De Impétueux, le 19 avril 2015 à 16:34
Note du film : 6/6

Déjà douze ans après le premier message de ce fil et il n'y a toujours pas d'édition DVD annoncée pour La fin du jour. Pourquoi ? On n'en sait rien, au contraire des mêmes absences constatées pour plusieurs Pagnol et pour La belle équipe du même Duvivier. Questions de droits, assurément ; mais qui bloque ainsi la parution du film et pour quelles raisons ? Personne ne peut dire qu'en retardant des lustres encore une parution restaurée on pourra gagner des millions… Je n'imagine pas que ce soit pour protéger la mémoire de quelque acteur que ce soit, qui serait honteusement maltraité et il n'y a pas de sensibilité politique, religieuse ou philosophique qui puisse se sentir agressée… Donc on attend.

Grâce à la transcription d'une cassette VHS sur un DVD, j'ai tout de même pu revoir La fin du jour et je suis reconnaissant à qui me l'a permis… mais quelle tristesse pour cette image tremblotante et pour ce son nasillard assourdi encore par un souffle en arrière-plan. C'est comme si on lisait un grand roman sur un livre aux pages maculées et à la typographie presque effacée…

Qu'est ce que c'est que La fin du jour ? Un grand mélodrame tragique. Et si on peut émettre quelques réserves et ne pas hausser le film au rang de chef-d’œuvre, c'est parce qu'il comporte quelques scories bienveillantes dont il aurait pu se passer. Ainsi la présence de la troupe de scouts qui campe régulièrement aux abords de la maison de retraite pour vieux comédiens dans la purée ; troupe dont le chef, Pierrot (Tony Jacquot) a noué avec l'histrion Cabrissade (Michel Simon) une relation presque filiale ; ainsi l'intervention un peu incongrue d'un jeune journaliste (François Périer), admirateur timide de ce que fut le grand tragédien sans succès Marny (Victor Francen)… Ces gouttes de pureté et de tendresse détournent un (tout petit) peu le film de sa vraie nature, qui devrait être exclusive : le regard porté sur la vieillesse, dont la noirceur est encore accentuée par la paranoïa narcissique des comédiens.

Les jalousies, les haines recuites, l'horreur de se retrouver chaque jour aux côtés de gens qu'on méprise, qu'on déteste ou qu'on envie, l'exaspération devant les travers, les manies, les routines de qui on est bien obligé de côtoyer sans l'avoir choisi : le lot habituel et glaçant de tous les hospices, évidemment. Mais un lot encore outré, exagéré, boursouflé dans cette communauté d'égos démesurés ; les souvenirs exagérément enluminés de triomphes dans des salles de troisième ordre s'y entrechoquent avec les rancœurs ressenties devant les succès de rivaux qui ont eu plus de chance ou plus de talent.

Lorsque le directeur annonce à ses pensionnaires que la maison de retraite va devoir fermer et qu'ils vont se retrouver dans des hospices éparpillés dans toute la France, c'est l'indignation de tous, exprimée par Cabrissade/Simon : Nous mettre avec des vieux ordinaires ! avant de se reprendre à peine C'est la faute à la vie qu'on a eue, les lumières, les rappels…. Ah, c'est bien sûr que même le plus obscur des acteurs, le figurant, le troisième rôle qui n'a eu que deux répliques à asséner a reçu, lui aussi, au moment du salut final de la scène à la salle, la gerbe des applaudissements et peut même jouer à se figurer que c'est à lui qu'ils ont été destinés…

Le regard toujours glacé, pessimiste, sans illusion sur l'âme humaine que porte Julien Duvivier sur ses personnages les explore sans complaisance, mais sans outrance non plus ; et sans doute le réalisateur et son scénariste et dialoguiste Charles Spaak auraient pu encore noircir le trait et montrer la méchanceté vaniteuse de beaucoup des anciens cabots (ainsi Tusini/Sylvie, présentée comme une vipère, mais dont le venin est finalement peu utilisé).

Aucun des protagonistes majeurs (à part le directeur de la maison) n'est véritablement positif, personne ne l'est, d'ailleurs dans le film, surtout pas Jeannette (Madeleine Ozeray, bien jolie), la serveuse du café, trop gourde pour qu'on lui veuille du bien. Cabrissade/Michel Simon est un bouffon ridicule et exaspérant, Marny/Victor Francen un fat imbu de lui-même et plein de mépris pour tous les autres ; et toutes les femmes de la pension tombent en pâmoison et chaleur à la vue de Saint-Clair (Louis Jouvet) qui les a, jadis et naguère, trompées, exploitées, ridiculisées mais à qui elles ont tout pardonné, à qui elles pardonneraient encore tout s'il daignait seulement leur demander quoi que ce soit.

Dom Juan de pacotille, Saint-Clair est un des personnages les plus crapuleux du cinéma français. Mais il est doté de cette inexplicable faculté de séduire – ou, mieux, de fasciner – tous ceux qui l'approchent (y compris Victor, son habituel valet de chambre) et de fuir toutes les contraintes qui pourraient assombrir son narcissisme intégral. Et cette sorte de grâce scandaleuse donne à Louis Jouvet un de ses trois ou quatre plus grands rôles au cinéma (avec ceux d'Hôtel du Nord, d'Un revenant, de Quai des Orfèvres). Michel Simon, en face de lui, apparaît un peu moins bon, fatigant, geignard, assez outrancier.

On sait que les deux hommes se détestaient. Il n'y a pas de hasard.


Répondre

De Nadine Mouk, le 10 juin 2017 à 20:58
Note du film : 6/6

Encore ? Encore la fin du jour ??

Ben oui …


Après quelques milliards de visionnages, je ne m'en lasse toujours pas …..Pardon, mille pardons, mais je ne m'en lasse pas ….


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.047 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter