Forum - Le cœur des ''"César"'' 2006 bat pour J. Audiard - Avis
AccueilLe cœur des ''"César"'' 2006 bat pour J. Audiard
Forum : Le cœur des ''"César"'' 2006 bat pour J. Audiard

Sujet : Avis


De Freddie D., le 26 février 2006 à 08:50

Je ne sais pas si les Césars sont de moins en moins médiatisés, de moins en moins intéressants, mais j'ignorais complètement qu'ils avaient lieu hier ! Mais peut-être suis-je le seul…


Répondre

De vincentp, le 26 février 2006 à 11:14

Je suis dans le même cas que vous : j'ignorais que cette cérémonie avait lieu hier.

  • Cinq raisons peuvent peut-être expliquer cela :

1) une actualité chargée : le virus de la grippe aviaire et celui du moustique, l'affaire du gang des barbares et la manifestation contre l'antisémitisme, les JO et le match de rugby…

2) une banalisation de cette manifestation liée à la multiplication des cérémonies de récompense professionnelle : les Molières, les Victoires…

3) une marginalisation de cette manifestation simplement liée à la multiplication de l'offre audiovisuelle (cable…) et des supports de diffusion du cinéma (dvd,…)

Les raisons 2 et 3 conjuguées font que ce qui était un grand événement médiatique au début des années 80 ne l'est plus forcément aujourd'hui.

4) une production cinématographique française cette année peut-être en demi-teinte. Si les films français s'étaient nettement imposés sur la Scène internationale, une plus grande attention aurait été accordée aux professionnels qui en ont été à l'origine.

5) peut-être une absence de stars prévues (ceux qui font la une des magasines télés), donc on en parle moins, mais n'ayant pas regardé l'émission, je ne peux pas me prononcer sur ce sujet…

  • Ceci n'enlève bien sûr rien au mérite des professionnels qui ont obtenu les récompenses …

Répondre

De Impétueux, le 27 février 2006 à 12:09

Bon allez, dût ma modestie en souffrir, j'accepte volontiers des suffrages unanimes et enthousiastes pour "Cinéma français classique" (la foule en liesse acclame son héros, qui souscrit à cette adulation avec un air débonnaire !)…

Mais "Cinéma érotique"…je cherche en vain ; je crois bien avoir dit tout le mal que je pensais de David Hamilton (mulot d'honneur du Trompe-Couillon !) et je ne vois pas où j'aurais célébré Brigitte Lahaie et, moins encore Rocco Siffredi !

Un mot d'explication s'impose !


Répondre

De paul_mtl, le 27 février 2006 à 12:33

hahaha excelent !

Et y aurra t il des Mulots d'honneur tres a la mode actuellement ?

Vincent,

comme fan du cinema japonnais, tu n'es pas sans savoir

le cinema Chinois, de H-K, Coreen et d'Inde qu'on peut regrouper sous 'Cinema Asiatique'.


Répondre

De vincentp, le 27 février 2006 à 12:35

Voici ce que vous déclariez sur ce site en décembre 2005 à propos de Bilitis :

"Le nom de Pierre Louÿs doit vous être inconnu ; écrivain fin de siècle (le 19ème !) il demeurera célèbre pour son goût de l'érotisme, voire de la pornographie ("Trois filles de leur mère" est un des textes les plus troubles que je connaisse) ; sur le sujet qui nous intéresse ici, le cinéma, il a inspiré au moins deux films – ou deux séries de films – : Les aventures du Roi Pausole et surtout La femme et le pantin qui a donné lieu à de multiples adaptations, dont celles de Sternberg et celle de Duvivier."

Cette phrase a retenu l'attention du jury.


Répondre

De paul_mtl, le 27 février 2006 à 14:11

Tout dépend impetueux de ce qui t'excite le plus dans le genre feminin.

une blonde, une brune, une rousse, avec ou sans forte poitrine, souriante ou 'femme fatale',

mince ou a la façon Rubens, etc …

Les gouts dans ce domaine devant, de preference, varier fortement pour la paix civile

et la démographie humaine. :D

Tout ce blabla etant dit je vote pour Bonnie and Clyde avec Faye Dunaway et Warren Beatty.


Répondre

De Impétueux, le 27 février 2006 à 15:02

Je ne demande rien de platonique ! Les scènes de L'Atalante que j'évoque concernent deux jeunes mariés et l'évidence est qu'après le plan de coupe, il y aura un joyeux radada !

Donc tout entre en jeu : désir partagé ou non, suivi ou non d'effet ; je suis sûr que certains vont proposer 9 semaines et demi, ce qui n'est pas du tout ma tasse de thé, mais ce qui est leur droit le plus strict !


Répondre

De PM Jarriq, le 27 février 2006 à 15:07

La scène dans L'année de tous les dangers, quand Sigourney Weaver va rejoindre Gibson sous la pluie battante…


Répondre

De Impétueux, le 27 février 2006 à 17:02

A ma grande honte, je n'ai jamais vu ce film : une raison supplémentaire que votre intérêt à tous deux pour que je répare cet oubli…lorsque le DVD sera sorti, bien sûr !


Répondre

De vincentp, le 27 février 2006 à 19:21

RdT : ces petites marguerites dénudées, avec un air polisson, devant un fond psychédélique sont très intrigantes. Comment diable un homme de lettre et de bonne manière tel que vous, avez mis la main sur ce film qui nous fait penser à las vegas parano ?

Nb : J'en profite pour m'excuser de vous avoir pris pour Saroumane. Plutôt un galopin comme Pippin.

Impétueux : Monika, Narcisse noir, deux films que je vous ai conseillé d'aller voir quand vous serez à la retraite, et que j'ai commentés sur dvdtoile, ont aussi une connotation érotique marquée. Ainsi, dans monika le bateau des héros rentrant à Stockolm passe sous un pont qui est la représentation du bas-ventre féminin.

N'oublions pas Faye Dunaway et McQueen dans l'affaire Thomas Crown, pour le baiser le plus long du cinéma, et celui entrecoupé (pour échapper à la censure) de C Grant et I Bergman dans les enchainés, un de mes films préférés.


Répondre

De paul_mtl, le 27 février 2006 à 19:57

Le desir doit il être reciproque ?

La plupart des scenes qui me viennent a l'esprit ne le sont pas.

En effet si les deux se désirent on reste pas longtemps dans le registre du désir et de l'amour platonique. :D

Toujours avec Faye Dunaway, je me rapelle la scene comique et erotique dans le bordel ou elle désire Dusty Hoffman apres qu'il l'est désiré qq années plus tôt.

le film : Little big man


Répondre

De dumbledore, le 27 février 2006 à 23:42

Je me sens bien parti pour gagner le "mulot du court" mais franchement je regrette l'absence du mulot d'honneur pour monsieur Jean-Paul Civeyrac dont le travail, l'investissement et la représentation dans dvdtoile aurait mérité d'être salué à sa juste valeur.


Répondre

De RdT, le 28 février 2006 à 11:31

«Comment diable un homme de lettre et de bonne manière tel que vous, avez mis la main sur ce film qui nous fait penser à las vegas parano ?»

Je ne me sens guère Pippin, et me sens plus proche d'Oncle benjamin, s'il faut absolument que vous me compariez à un personnage de fiction. Comme lui je m'interroge : «Que trouve-t-on de si agréable dans cette insipide succession des nuits et des jours, de l'hiver et du printemps? Toujours le même ciel, le même soleil; toujours les mêmes prés verts et les même champs jaunes;» C'est la raison pour laquelle je m'intéresse à ces Petites marguerites d'Ivana Karbanova et Jitka Cerhova. Un film qui me semble toutefois différent de Las vegas parano. Dans celui-ci c'est de «substances illicites» dont il s'agit. A Prague en 1967 c'était de «Liberté de penser» dont il s'agissait. Vera Chytilova, Jan Nemec, Jiri Menzel avaient d'ailleurs presque réussi lors du «Printemps de Prague». Ces fantastiques cinéastes je les ai découvert aussi grâce à la littérature : Bohumil Hrabal, Kafka, Hasek, de grands écrivains.


Répondre

De RdT, le 28 février 2006 à 11:44

Je veux bien aussi postuler au Mulot du cinéma érotique. Et j'ai des munitions. Si je ne suis pas le premier à avoir cité Pierre Louys sur ce site, j'ai tout de même le mérite, d'être le premier à avoir évoqué Jean de Tinan, auteur de «Penses tu réussir…» : «une petite monographie réaliste» rédigée avec «toutes les garanties que présente une inexpérience consciencieuse» sur «la sensibilité amoureuse d'un jeune homme de ce temps». Blanche-Marcelle, Mirving et Silvande, y sont des objets de désir fort prosaïques. Pour un sommet d'érotisme étonnant je vous conseille Colette Darfeuil dans dans Pour un soir de Jean Godard. Elle parvient à enflammer le désir de Jean Gabin d'une simple oeillade. Regard qui a en outre ceci pour lui qu'il exprime en même temps le désir goulu d'une croqueuse d'homme. Etonnant. Mais ce que je connais de mieux en matière d'érotisme c'est un film Mexicain d'Emilio Fernandez avec Rossana Podestà : «La Red» prix du meilleurs récit en images au festival de Cannes. Pour le cinéma Tchèque il y a Ivana Karbanova.

C'est gentil de me décerner par défaut, le Mulot du cinéma Tchèque. Mais permettez que je m'insurge haut et fort d'être seul sur la liste. Jitka Cerhova et Ivana Karbanova dans les les Petites Marguerites justifieraient à elles seules; qu'une vingtaine de nominés s'alignent sous la rubrique «Cinéma Tchèque».


Répondre

De Impétueux, le 28 février 2006 à 13:05

C'est juste ! Civeyrac mérite autant le mulot d'honneur que Darry Cowl ou Pierre Richard le César éponyme !

Et lui, au moins, il a des fans actifs, non pas des nostalgiques qui se réveillent aux bons moments…


Répondre

De lych666, le 28 février 2006 à 13:19

C'est bien trop d'honneur d'être nominé dans la catégorie classique français et série b et z. Je ne pense pas être un bon critique de cinéma car je dis ce que je ressens et ne suis souvent pas assez objectif dans mes remarques. En tout cas, si je devait me présenter aux mulots du cinéma érotique, je citerais 2 scènes de Mulholland drive : celle où les deux femmes magnifiques expriment leur amour et celle où Naomi Watts fait son casting avec le vieil acteur (David Lynch a un don pour rendre les femmes sublimes). Je citerais également L'empire des sens avec la scène du repas et sa sauce très bien choisie (mais aussi bien d'autres scènes encore). Il y a également une scène dans Intervention divine si je me souviens où deux mains se frôlent avec un musique d'Amon Tobin sensuelle à souhait.

J'ai vu tout récemment un film que je classerais dans la catégorie érotique et qui n'est pas trop mal "9 songs". A part ça, il y a également plein d'autres films érotiques que j'ai du voir, mais il n'est pas nécessaire de les citer.


Répondre

De Freddie D., le 28 février 2006 à 13:43

Oui, oui… La scène citée de Mulholland Drive : un sommet ! Freddie D. approuved !


Répondre

De lych666, le 28 février 2006 à 14:18

En tous cas, si VincentP fait partie des jurés, jamais je ne voudrais être

"élu par cette crapule" (tout ça pour un palindrome minable, ne m'en voulez pas).


Répondre

De RdT, le 28 février 2006 à 15:28

Ah! oui, Mulholland Drive… à moins que ce soit «Mulot lent de rêve» ou «Mulot danse ras Eve», ou même «Mulot dans les draps d'Eve

Mais la richesse sémantique des films de Lynch ne m'empêche pas de maintenir qu'Ivana Karbanova n'a rien à envier à Naomi Watts


Répondre

De verdun, le 28 février 2006 à 21:10

Zut alors, je n'ai pas beaucoup de nominations aux "mulots"!! Mais plutôt que boycotter la cérémonie, je vais m'efforcer de réaffirmer ma présence sur dvdtoile..


Répondre

De vincentp, le 28 février 2006 à 21:28

Le mois prochain aura lieu la cérémonie de remise des Mulots, qui récompense les meilleurs chroniques publiées en 2005 sur Dvdtoile.

Sont nominés :

  • Cinéma français classique :

1) Impétueux

2) PM Jarrig

3) Alholg

4) RdT

5) Freddie D

6) Lych666

7) Dumbledore

8) David-Haynaud

  • Peplum :

1) Verdun

  • Cinéma français post-moderne :

1) Marilyn

2) Les thuriféraires

3) Les groupies de Camille

  • Cinéma tchécoslovaque :

1) RdT

2) RdT

3) RdT

  • Comédie musicale :

1) Alholg

2) Vincentp

3) Verdun

  • Cinéma érotique :

1) Impétueux

  • Cinéma japonais :

1) Alholg

2) Dumbledore

3) Vincentp (donné favori)

  • Court-métrage :

1) Dumbledore

  • Série B et Z :

1) PM Jarrig

2) Freddie D

3) Lych666

  • Western :

1) PM Jarrig

2) Cormega

3) Vincentp

4) Alholg

  • Cinéma italien :

1) Sandokan

2) Paul_mtl

3) Arca 1943

  • Bandes-annonces :

1) Alholg

  • Les chroniques les plus insolites :

1) Arca 1943 enseignant les techniques du rodéo

2) Arca 1943 enseignant les principes du déneigement au Québec

3) Les tracas de Madame Impétueux liés à l'arrivée du blue-ray

4) Les mérites respectifs de Danton et Robespierre par Impétueux

La cérémonie sera présidée par Spontex en personne.

Le grand favori de la compétition semble donc être Alholg avec 5 nominations.


Répondre

De vincentp, le 28 février 2006 à 21:31

Volià une attitude qui mérite encouragement : je suis battu mais je ferai mieux la prochaine fois.

Mais effectivement, le jury a oublié une page du palmarès et vous voilà désormais en course dans la catégorie "péplum".


Répondre

De verdun, le 28 février 2006 à 21:35

Avec mes messages sur MON CURE CHEZ LES THAILANDAISES, je veux bien concourir aussi dans la catégories nanars et arrêter de commenter des grands films !!!

Au moins une cérémonie plus rigolote que les césars et tout le toutim.


Répondre

De Arca1943, le 2 mars 2006 à 03:52

C'est avec grande émotion que j'apprends ma nomination pour le Mulot du cinéma italien et celui de la chronique la plus insolite. Bien que je ne connaisse aucun des membres du jury, je tiens à jurer solennellement que ce sont les gens les plus sympathiques que j'aie jamais rencontrés et que mon bar leur est ouvert.

J'appuie la suggestion de Verdun de créer une catégorie "Nanar" et de le nominer en tête de liste, pour nous avoir fait miroiter les beautés (jusque-là extrêmement bien dissimulées) de Mon curé chez les Thaïlandaises. Et puis, ne sont-elles pas irrémédiablement datées, toutes ces attaques contre les curés ? Impétueux approuverait, j'en suis sûr, même s'il s'exprime en son nom personnel et pas Au nom du Pape Roi.

Il reste à espérer que malgré les rivalités, l'incertitude, la tension palpable et – en ce qui me concerne du moins – le trac terrible qui précédera la grandiose cérémonie, nous saurons rester sportifs, même en coulisses, lorsque l'immense public (le malheureux s'il savait) n'a pas les yeux rivés sur nous. Que le suspense insoutenable qui précèdera l'ouverture de l'enveloppe pour le Mulot du court-métrage, du cinéma érotique ou du cinéma tchèque ne devienne pas si oppressant qu'il étouffe notre bonne humeur !


Répondre

De lych666, le 2 mars 2006 à 13:15

Dans la catégorie Nanar, je propose également la série des Charlots, "Les sous-doués", "Les diplomés du dernier rang", Les films de Patrick Schulmann déja cités dans le forum de "Mon curé chez les Thaïlandaises": "Et la tendresse? …Bordel!" (1 et 2). Les films de Michel Lang "A nous les petites Anglaises" et "A nous les garçons" (dans ce dernier: un rôle interprété par Franck Dubosc encore jeunot).


Répondre

De PM Jarriq, le 2 mars 2006 à 17:04

Et les films érotico-ringards de Sergio Gobbi ? Et les polars branchouille des années 80 (L'arbalète ou Un été d'enfer et "Légitime violence" ?), dans le cinéma français, la liste des nanars est inépuisable.


Répondre

De paul_mtl, le 2 mars 2006 à 18:47

Avec plus de 10.000 films sorti en 2005,

vous croyez qu'on aurra assez de temps pour etre suffisament exhaustif dans le nanar pour devenir une reference dans la critique cinematographique mondiale.

:D


Répondre

De verdun, le 2 mars 2006 à 19:01

Ou là dans les nanars franchouillards, on aura une forêt cachée par les arbres Pécas et Thomas: "le jour se lève et les conneries commencent" avec Halliday dans un petit rôle," Drôle de zèbre" de Guy Lux, "On l'appelle Catastrophe" et "Le facteur de Saint-Tropez" de Richard Balducci,"Les vacanciers" de Michel Gérard,"Le Fuhrer en folie" de Philippe Clair,"Voulez un bébé nobel" de Robert Pouret, "sacrés gendarmes" et "touche pas à mon biniou" de Bernard Launois, "l'émir préfère les blondes" de alain Payet ou "les diplomés du dernier rang" de Christian Gion ….Sans compter les bidasseries en tous genres!!

A cet égard, il est conseillé de visiter les filmographies de Paul Préboist, Jacques Balutin, Jean Lefèbvre, Sim,Katia Tchenko,Daniel Prévost, Darry Cowl, Jacques Legras, Roger Carel et autres qui ressemblent à s'y méprendre à des champs de navet…Que des comédiens de talent égarés qui ont pu prouver ailleurs leur talent et même récolter des ….césars: Galabru, Darry Cowl o u Daniel Prévost entre autres…


Répondre

De lych666, le 2 mars 2006 à 20:11

Je prends note et je m'incline devant votre culture gargantuesque de nanars franchouillards. Verdun, pourriez vous me conseiller votre perle rare, c'est à dire, votre nanar coup de coeur (s'il y a), celui qui allie nullité totale et acteurs d'anthologie. Je vous serais infiniment reconnaissant…


Répondre

De verdun, le 2 mars 2006 à 20:30

La perle des perles c'est LE JOUR ET LA NUIT de Bernard Henri Lévy. C'est le summum:

  • Le scénario réserve des surprises: Delon qui va chercher son pain en montgolfière et c'est tout à se mettre sous la dent question action. Et puis si vous voulez de la prétention, servez-vous.
  • La mise en scène, surtout la scène d'amour entre Delon et Dombasle filmée en ombres chinoises.
  • Les acteurs: arielle Dombasle (tout un programme), Alain Delon (qui décourage ici ses plus grands fans, à commencer par moi), Karl Zéro dans un numéro des plus ahurissants….

A quand le dvd ?

Mais rayon navet on peut citer aussi: "Les bidochons" avec Anémone et jf Stévenin, "L'expert" avec Stallone et Sharon Stone (tiens un nanar us, d'ailleurs tous les blockbusters us récents ou presque en sont) ou "fais gaffe à la gaffe" de Paul Boujenah (le frère de l'autre)avec Roger Mirmont en Gaston Lagaffe!!!


Répondre

De paul_mtl, le 2 mars 2006 à 22:40

BHL l'ecrivain/philosophe mediocre ?

le pauvre il essaye de se reconvertir.


Répondre

De PM Jarriq, le 3 mars 2006 à 09:30

Il est vrai que la filmo du trop méconnu Paul Boujenah mérite d'être redécouverte : qui a oublié un des plus grands nanars de l'univers (connu) : "Le faucon, il n'a jamais tué" (quel titre !) avec le désopilant Francis Huster ?


Répondre

De paul_mtl, le 3 mars 2006 à 12:48

Bon et la remise des Mulots c'est pour quand Vincent ?

C'est pas pour moi mais ne tarde pas trop avant que Sadokan et Arca en arrivent aux mains.

:D


Répondre

De vincentp, le 3 mars 2006 à 19:18

Eh bien, il faut d'abord que les québecquois votent : avec la neige, le blizzard, ils sont actuellement cloitrés sur leur ilôt. Les rennes sont à l'étable : il va falloir regrouper le troupeau, le remettre en forme, réparer la cariole, puis déneiger la route, sur les conseils de Arca, qui a l'air de s'y connaître en la matière ; ils vont mettre du temps pour rejoindre la capitale fédérale et la civilisation. Donc patience…

Un scénario qui n'est pas sans rappeler celui de les affameurs.

Le jury retient l'idée de la catégorie "Nanar". Effectivement c'est un sujet qui est, plus ou moins volontairement, beaucoup abordé par nos amis chroniqueurs. Un bon recyclage de nos collègues à la Cinémathèque française ne serait sans doute pas inutile, pour remettre certaines idées à leur place. Une semaine non-stop avec projection de films japonais pour Impétueux, et l'intégrale Godard JL pour la troïka Impétueux-Arca-Jarrig. Et une interro à la fin, pour vérifier s'ils ont été assidus.


Répondre

De Impétueux, le 3 mars 2006 à 19:40

Pour le mulot du nanar, je rappelle que si Verdun a incontestablement été le premier à consacrer une chronique à Mon curé chez les Thaïlandaises, j'ai moi-même déposé le premier message signidficatif sur le fil de l'immortel Mon curé chez les nudistes !

Et je pose donc ma candidature à ce grand moment de concorde cinéphilique !


Répondre

De verdun, le 3 mars 2006 à 23:00

Certes mais j'ai été le premier à poster sur des perles comme JOYEUSES PAQUES ou LE JOUR ET LA NUIT entre autres, cher Impétueux..


Répondre

De Impétueux, le 3 mars 2006 à 23:05

Je ne le méconnais pas ! Profitant du week-end, je vais aller puiser dans mes abondantes chroniques pour aller déceler de purs joyaux de ce type ; notre combat sera loyal et titanesque tout à la fois ! et que nos amis internautes se déterminent sans vergogne !


Répondre

De vincentp, le 3 mars 2006 à 23:16

La première chronique NANAR fut sans doute l'oeuvre de Patrice Dargenton pour Batman et Robin.

Impétueux à l'époque ne connaissait pas encore Internet. On ne retrouve l'empreinte de ce dinosaure vivant que beaucoup plus tard. Moi-même, j'étais encore étudiant à Grenoble. Arca était dans son école des Ponts et chaussées québecquoise, étudiait les techniques du déneigement au Québec, et pratiquait celles du rodéo avec Madame. PMJarrig découvrait alors ce qu'était un long métrage : les aventures de Caliméro. Verdun était alors soldat sur la bataille du même nom. De l'eau a coulé sous les ponts depuis…

Voici ce que déclarait alors le sieur Dargenton sur Batman et Robin :

"Une vrai recherche artistique… et une grande recherche également dans la niaiserie de l'histoire et des dialogues. Dommage, car les personnages et le décor étaient prometteurs."

Patrice Dargenton, fana de statistiques, aujourd'hui en maison de retraite, et que j'ai contacté il y a quelques jours, va bien et vous salue tous amicalement.


Répondre

De verdun, le 3 mars 2006 à 23:23

Ah c'est vrai que "Batman et Robin" c'est un film "champion du monde". Tant mieux si Impétueux et moi nous amusons à critiquer les "nanars". Après tout, ils sont là pour être critiqués,non.

De là à les acheter non, mais le télé nous en sert beaucoup donc pas besoin d'investissement démesuré susceptible de désorienter nos proches. Quoiqu'une bonne soirée nanar entre amis ou en famille…


Répondre

De Arca1943, le 4 mars 2006 à 14:42

Tu as oublié de parler des souffleuses à neige, aux yeux des étrangers certainement l'appareil le plus exotique de la panoplie de la Ville de Montréal, panoplie qui fait un peu penser à une sorte de Sentinelles de l'Air hivernal (et parlant de nanars, celui-là en est tout un !). En plus, depuis maintenant bien des années, les Québécois se sont entichés des petites souffleuses "individuelles" qui les dispensent d'avoir à pelleter. Voilà, c'était pour apaiser l'insatiable curiosité de VincentP.


Répondre

De paul_mtl, le 4 mars 2006 à 16:56

Vincent,

As tu deja vu la taille des deneigeuses qu'ils utilisent pour dégager les routes ?

C'est pas gros non c'est ENORME et avec les petites deneigeuses derriere le tour est joué

le jour même. Le ballet commence a l'aube lorsque la veille il a neigé.

Sinon les quebecois seraient cloitré suivant la region jusqu'a 6 mois de l'année.

A Paris fin décembre il y a eu un peu de neige et du givre:

5h de retard pour le TGV et autant pour les avions.

Quand tu as 8 heures de vol ca fait long a etre assis.


Répondre

De Impétueux, le 5 mars 2006 à 19:18

Pour répondre à Verdun, je crois qu'il y a une notion à creuser, et tous les nanars ne sont pas de la même nature ; le nanar prétentieux – dont Le jour et la nuit est effectivement l'archétype, se hausse du col, prétend à l'universalité, à la qualité, à une sorte de magistère moral ou esthétique et ne parvient qu'à attirer la goguenardise universelle. Que Bernard-Henri Lévy qui, selon les gazettes réalise aux Etats-Unis d'Amérique un parcours éblouissant grâce (hi ! hi !) à son "American vertigo" soit tenu par la plupart des gens intelligents pour une illustration sinistre et grotesque de la bouffissure et de la prétention en soit l'auteur n'est pas innocent.

Deuxième catégorie de nanars, celle qui tape au dessous de la ceinture, dans l'égrillard, le grivois, le rabelaisien mais aussi dans le scabreux, le scatologique, le pansu, le ventru (il n'y a pas que le sexe, au dessous de la ceinture, chers jeunes amis ingambes, il y a aussi – et beaucoup – les boyaux et les sphincters !) ; ce sont les films de Max Pecas, Jean Girault, Robert Thomas, Philippe Clair, etc. dont nous nous sommes largement entretenus.

Mais il y a les nanars délicieux et sans prétention, le cinéma français (mais aussi sûrement étatsunien, italien, espagnol, russe ou guatémaltèque !) dit "du samedi soir", cinéma que je ne suis pas le seul à aimer et dont le chef d'oeuvre ineffaçable demeure, pour moi l'admirable Ah ! Les Belles bacchantes dont je recommande à tous le visionnage perpétuel.


Répondre

De paul_mtl, le 16 mars 2006 à 14:57

Les petites souffleuses a neige je trouve pas ça très efficace comme rendement et ça en fait du bruit. Mon voisin il en perd du temps avec sa souffleuse. Alors qu'une simple camionnette-charrue fait le travail 50 fois plus vite.

Mais ce qui me fait rigoler a l'automne, c'est les jardiniers de Mac Gill qui pour ramasser les feuilles mortes utilisent systématiquement des souffleuses pour les regrouper Par temps venteux c'est très efficace comme … loisir de pleine air :D. ils feraient aussi vite avec un râteau mais c'est sans doute ni assez polluant, ni assez bruyant et ni assez high-tech.


Répondre

De vincentp, le 24 mars 2006 à 22:25

Cher Arca1943 et Paul Mtl, il n'y a pas qu'au Québec qu'il y a de la neige…

Les chutes de neige dans notre ancien monde ont été abondantes il y a trois semaines (jusqu'à trois mètres cinquante à certains endroits), bloquant les routes d'accès aux stations de ski savoyardes. C'est en pleine nuit, dans un paysage de fin du monde, après des aventures rocambolesques, que j'ai réussi à atteindre la belle station de Val d'Isère. Pas de souffleuse québecquoise pour dégager les places de parkings. Il a fallu pelleter.

Quand à l'élection des mulots, le jury a décidé à l'unanimité d'attribuer le mulot du cinéma érotique à Impétueux pour sa très belle chronique sur Bilitis. Le reste du palmarès a été emporté par une avalanche.


Répondre

De Impétueux, le 24 mars 2006 à 23:05

Je ne peux que m'incliner devant l'érudite connaissance que vous avez de mes oeuvres complètes !

Mais puisque nous parlons d'érotisme – ce qui n'est pas la pire des conversations que deux honnêtes amateurs puissent avoir -, lançons un petit concours auprès de tous les contributeurs habituels de DVDToile : quel est, à vos yeux, la scène qui illustre, à vos yeux ce que je ne sais plus quel homme d'esprit a appelé "l'éclatante survenue du Désir" *?

Et bien, je donnerai mon premier vote (je me réserve d'autres choix ; c'est moi qui ai donné l'idée, non ?) à L'Atalante de Jean Vigo où les scènes entre les deux jeunes mariés, Juliette (Dita Parlo) et Jean (Jean Dasté) sont d'une intensité sublime (et, bien entendu, sans qu'il s'y dévoile le moindre centimètre carré de peau !).

Si personne ne renchérit, je remporterai sans coup férir le mulot de l'érotisme ! Et hop !

  • A la réflexion, je me demande si ce n'est pas moi ; mais je peux avoir oublié !

Répondre

De Impétueux, le 24 mars 2006 à 23:06

J'ai dû mal m'exprimer : je ne souhaite pas du tout évoquer ce qui peut nous attirer vers telle ou telle représentation féminine (ou masculine, si les dames veulent s'y mettre), et je ne cherche pas du tout à dresser un palmarès fantasmatique des actrices, starlettes ou nymphettes les plus excitantes de la Planète Cinéma, ni même des scènes les plus délicieuses (du type Ursula Andress sortant de l'onde dans James Bond contre Dr. No ou Rita Hayworth retirant ses gants dans Gilda)!

J'aimerais que l'on dresse un inventaire des scènes où, aux yeux de chacun, le désir s'exprime le mieux…


Répondre

De Impétueux, le 24 mars 2006 à 23:17

Merci mon cher Vincentp pour cette récompense qui survient à une époque où je n'attendais plus la reconnaissance de mes contemporains. Cela va réchauffer mes vieux os, d'autant que le mulot du cinéma érotique est bien commode pour cet usage !

Tous les jeunes effrontés que vous êtes ne peuvent supposer ce qu'étaient, dans la période où mes yeux se sont ouverts au cinéma, la simple vision d'une bretelle qui glissait sur une épaule ou celle d'un déshabillé qui s'entrouvrait ; aujourd'hui, où la moindre des choses est que l'héroïne fasse admirer sa plastique de face et de dos plusieurs fois par séquence, on ne peut pas se rendre compte !

Je vous renvoie tous, une fois de plus à l'immortel Ah ! les belles bacchantes et notamment au déshabillage de la Léopolda ; vous m'en direz des nouvelles, sacripants !


Répondre

De vincentp, le 25 mars 2006 à 00:23

Bonne nuit et faîtes de beaux rêves érotiques, monsieur l'Impétueux.

Impétueux le jour, mais Fougueux la nuit. Le vieux cheval se transforme alors en jeune poulain, qui hennit de plaisir, à la simple vue d'une bretelle.

Mais n'oubliez pas votre bonnet de nuit : votre crâne quelque peu dégarni (c'est une révélation que je fais ici) se doit d'être protégé du froid comme il se doit.

Tous les auditeurs de ce site, la France éternelle, celle des Manifestants et des Décideurs attend de vous au petit matin des pensées claires et une bonne santé pour nous éclairer sur le sort du monde, et sur les rééditions des oeuvres de Cayatte, Duvivier, Siemelungen, et autres confrères passés aux oubliettes.


Répondre

De Arca1943, le 25 mars 2006 à 02:18

Je me permets de citer ce large extrait du Discours de réception d'Impétueux (il l'avait préparé, vous ne croyez pas?) pour la réception du Mulot du film érotique, sous un tonnerre (mérité) d'applaudissements : « Tous les jeunes effrontés que vous êtes ne peuvent supposer ce qu'étaient, dans la période où mes yeux se sont ouverts au cinéma, la simple vision d'une bretelle qui glissait sur une épaule ou celle d'un déshabillé qui s'entrouvrait; aujourd'hui, où la moindre des choses est que l'héroïne fasse admirer sa plastique de face et de dos plusieurs fois par séquence, on ne peut pas se rendre compte ! »

Sages paroles ! Pour un cinéma érotique qui soit vraiment érotique, je propose la fière devise « Montrer moins, suggérer plus ! »


Répondre

De RdT, le 25 mars 2006 à 10:51

Impétueux bravo pour votre mulot du cinéma érotique. Veinard, vous êtes le seul à en avoir reçu un, de mulot. Seulement, à présent il va falloir assumer, étriller le bon train et l'ivresse. Vous n'allez plus pouvoir vous contenter de citer éternellement Ah ! les belles bacchantes . Aussi pemettez moi de m'étonner que «le jeune poulain, qui hennit de plaisir, à la simple vue d'une bretelle.» (que vous êtes selon Vincentp) n'ait même pas songé à je jeter, ne serait-ce qu'un seul oeil du côté de On est toujours trop bon avec les femmes.


Répondre

De Impétueux, le 25 mars 2006 à 18:13

Mon cher RdeT, il y a une différence fondamentale que votre jeune âge ne doit pas bien percevoir : votre On est toujours trop bon avec les femmes , que je regarderais sans déplaisir, par ailleurs, date de 1971, c'est-à-dire – ô remarque subtile – qu'il a été tourné APRES mai 68, à une époque où les vannes de la censure s'ouvrent à un tel point que, un ou deux ans après, le cinéma pornographique – le vrai ! – sera diffusé dans toutes les salles, si bien que, avec le concours de la profession inquiète, on va lui coller un X et le confiner à des salles spécialisées.

Mon cher Ah ! les belles bacchantes, date de 1954, une époque où – j'ai le sentiment de me répéter ! – la vue d'un sein (et il y en a plusieurs, et de charmants, dans mon nanar préféré) met le public en émoi.


Répondre

De Impétueux, le 25 mars 2006 à 18:25

Ah dites donc, mon cher Vincentp, si je me voue à la défense et l'illustration de l'immense Julien Duvivier, suivi – ou précédé, d'ailleurs – par la cohorte importante de ceux qui voudraient voir éditer La belle équipe, Carnet de bal ou La fin du jour, j'aimerais bien que vous trouviez un mot de moi en faveur de ce pauvre Cayatte, qui fut aux années Cinquante et Soixante ce que Boisset fut aux années Soixante-Dix : un didacticien ennuyeux et moralisateur !

Quant à Siemelungen (?) je n'ai pas saisi l'ironie qui se cache sous ce catoblépas !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.041 s. - 4 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter