Forum - Collateral - Un bon moment de cinéma
Accueil
Forum : Collateral

Sujet : Un bon moment de cinéma


De dumbledore, le 1er octobre 2004 à 09:19
Note du film : 5/6

Le projet a longtemps traîné sur les étagères d'Hollywood. Spielberg s'y est intéressé pour la mise en scène, tout comme son chef opérateur, Janusz Kaminski ou bien encore Martin Scorsese . Pour le rôle du tueur, le script est passé entre les mains de Val Kilmer, Nicolas Cage, Colin Farrel ou même Russell Crowe. Ce sera finalement le trio formé de Michael Mann, Tom Cruise et Jamie Foxx qui aura raison. Et raison, nous la leur donnons également. Michael Mann possède une force visuelle, très citadine, que n'a aucun de ses "concurrents" (sauf Scorsese évident, mais justement il aurait été trop "évident" dans un film de taxi de nuit). Tom Cruise possède cette force froide, cette violence contenue qu'un Nicolas Cage par exemple n'a jamais été (jusqu'ici) capable de jouer, transformant ses rôles en psychopathe bouffé de tics nerveux, surjouant avec génie, certes, mais surjouant tout de même. Quant à Jamie Foxx, il offre une performance impressionnante, évoluant magnifiquement durant tout le film, tout en gardant la peur au ventre, même dans les moments les plus héroïques de sa nuit de folie. Il a su jouer un réalisme de personnage qu'on aurait du mal à imaginer chez un Adam Sandler par exemple (qui fut lui aussi préssenti pour le rôle).

Mais derrière ce trio, il y a le scénario qui porte en lui tout ce qu'il faut pour intriguer et passionner Hollywood. D'abord un concept fort – un tueur à gages "loue" un taxi pendant une nuit pour pouvoir éliminer cinq contrats avant le matin – et ensuite un duo de personnages forts.

Mais surtout, ici, (et à l'inverse d'un film comme Phone Booth par exemple) la simplicité du concept n'empêche pas le film d'évoluer, de jouer sur les surprises, les retournements de situation. Les personnages évoluent réellement, le suspens ne cesse de monter et le concept (2 types dans une voiture) s'ouvre également, n'hésitant pas à faire intervenir d'autres personnages (les flics et le FBI notamment) et même à sortir de la voiture.

L'intérêt finalement (et comme toujours) réside dans les personnages. Les deux principaux en l'occurrence. D'un coté, le personnage le plus riche est celui joué par Jamie Foxx. Max est le type honnête par excellence, qui fait son métier à la perfection. Un chauffeur de taxi qui écoute les clients, qui est généreux avec eux, qui a un rêve de réussite (comme tout bon américain). Bref, c'est vous, c'est moi. L'identification est rapide, surtout quand on voit une jolie magistrate monter à l'arrière du taxi et qu'il est si classe avec cette pimbêche que celle-ci descend peu à peu de son piédestal en comprenant qu'elle a en face de lui, un type extra. Le rêve de tous finalement ? Arrive ensuite Vincent (Tom Cruise).

C'est un pro, faisant penser d'ailleurs à Alain Delon du Samouraï durant tout le film. Il est évidemment l'inverse de Max : il ne s'intéresse pas aux gens, sauf pour les utiliser afin de mieux accomplir son métier, ou bien pour les tuer. D'un côté, un humaniste, un rêveur, de l'autre, un cynique. Vue notre époque, on pourrait même dire : un réaliste. D'ailleurs il a une force évidente de conviction, ses raisonnements sont toujours adaptés aux fonctionnements implicites de la société : il faut menacer pour se faire respecter, il faut agir pour faire avancer les choses, etc. Leur affrontement sera l'affrontement de ces deux idéologies.
Max se réfère, lui, comme tout rêveur, aux fonctionnements "explicites" de cette société : les horaires, les lois, etc. L'humaniste pensera que le cynique est un psychopathe, un fou… évidemment il a tort. Le cynique pensera que l'humaniste est un lâche… évidemment, il aura tort. Le tort est naturel, car tous deux sont des produits de la même société capitalistique qui fait naître rêve et violence pragmatique pour les réaliser. Deux faces d'une même pièce. Evidemment aussi, comme nous sommes dans un film hollywoodien, le rêveur aura le dernier mot. Seulement, rien ne dit – et c'est dans les limbes des nuances que les grands films hollywoodiens évoluent – que maintenant que le rêveur est passé enfin à l'action, il ne se transforme pas lui aussi en réaliste, prêt à manipuler pour réussir…

A cette jolie thématique, il faut aussi saluer (bien bas) Michael Mann qui possède définitivement un sens visuel inouï, une des mises en images les plus impressionnantes aujourd'hui. L'utilisation de la vidéo haute définition est remarquable, même si elle a ses limites (quand il y a plusieurs diaph. de différence entre deux zones de lumière à l'intérieur de l'image, on sent la pixellisation vidéo). La scène de la boîte de nuit est un moment d'anthologie. On a presque envie de se repayer une séance, juste pour la revoir en détail.


Répondre

De PM Jarriq, le 4 octobre 2004 à 08:46
Note du film : 5/6

Je n'ai pas encore vu le film, mais ce qui commence à m'agacer sérieusement, c'est que mes réalisateurs préférés (John Woo, Michael Mann, Ed Zwick et à un degré moindre Spielberg), sont tous phagocytés par le déprimant Tom Cruise, acteur moyen, narcissique, toujours identique à lui-même (à part dans "Magnolia" où ses défauts étaient génialement utilisés). Je me vois donc obligé de voir tous les nouveaux films de Cruise !


Répondre

De PM Jarriq, le 9 décembre 2004 à 15:53
Note du film : 5/6

Globalemet O.K. avec la critique. Michael Mann est vraiment un cinéaste impressionnant, qui parvient à recréer sans cesse son univers visuel glacial et sans pitié, déjà présent dans "Thief". Je ne peux que regretter la présence de Cruise, trop jeune, trop lisse, trop maniéré, dans un rôle qui aurait parfaitement convenu à un contremploi de Clooney, par exemple. Foxx est, il est vrai, magnifique et l'excellent Mark Ruffalo tient joliment un rôle à la Janet Leigh dans "Psychose" (à savoir un "héros" qui meurt en pleine action de façon tout à fait déconcertante). Je ne sais pas si Mann réussira un jour à surpasser son travail dans "Heat", mais "Collateral" est une réussite presque parfaite. Avec deux pointures de la dimension de De Niro et Pacino, il réussissait son pari à 100%.


Répondre

De fredouille1211, le 15 novembre 2005 à 21:09
Note du film : 5/6

Une critique un peu vive de Tom Cruise qui, effectivement, n'est pas un acteur des plus formidables (mais il n'est pas le seul…). Il a su tout de même donner de très bonnes interprétations comme dans Jerry Maguire ou bien Né un Quatre Juillet.

Pour ce film, la mention spéciale va bien evidemment à Jamie Foxx de plus en plus impressionnant à chacun de ses rôles. Mais où son talent va-t-il s'arrêter ?


Répondre

De Freddie D., le 13 août 2006 à 16:34
Note du film : 5/6

Un plan magnifique demeure en mémoire : celui où deux coyotes traversent une avenue de L.A. en pleine nuit, sous le regard fasciné de Cruise et de son otage. Collateral contient quelques instants comme celui-ci, car Mann réalise certes un blockbuster, mais sait en faire un film hautement personnel, et une partie intégrante de son oeuvre. Au contact du tueur, Max apprend à affronter la vie (et la mort, donc), au contact de Max, Vincent… laisse sa peau. Le scénario est un peu light par moments (l'énorme coïncidence du tueur et de sa cible qui prennent le même taxi, la même nuit !), le comportement de cet assassin ultra-pro souvent inexplicable (il tue à visage découvert, dans des lieux publics), mais Collateral ne s'embarrasse pas de réalisme, et comme Heat aspire à devenir une épure du genre. Foxx est vraiment remarquable de simplicité et de profondeur, exactement le contraire de Cruise, dont le jeu appliqué et froid sert plutôt bien le personnage. Sans atteindre les sommets de Last of the Mohicans ou Heat, Collateral est un excellent thriller à l'ambiance nocturne envoûtante, à la musique prenante. La mort de Vincent à la fin, dans le métro, évoque (volontairement ?) celle Rutger Hauer dans Blade runner. "Time to die…"


Répondre

De vincentp, le 28 août 2006 à 21:17
Note du film : 5/6

Tu as tout dit magnifiquement et je te rejoins complètement dans tous tes arguments. A la fois blockbuster, et film d'auteur. Les deux coyottes sont à l'image des deux personnages principaux, des solitaires nocturnes, intègres dans leur métier, qui s'apprécient et qui diffèrent simplement par leur moralité. Formellement splendide. Une mise en scène virtuose, ultra-dynamique qui masque les énormités du scénario.


Répondre

De RdT, le 29 août 2006 à 00:03
Note du film : 1/6

Comme vous j'ai gardé l'image des deux coyottes. J'ai été charmé par Jada Pinkett Smith, enthousiasmé par le jeu de Foxx, amusé par ce scénario fait de coincidences improbables. Mais je reste quand même sur ma fin, déçu d'un film dont j'attendais mieux par tout ce que j'en avais entendu dire. La fin qui aurait pu être inattendue m'est apparue totalement téléphoné. Dommage… Pour une fois que j'allais voir un film américain…


Répondre

De verdun, le 29 août 2006 à 19:26
Note du film : 6/6

Collateral est un trop rare exemple de grand cinéma américain. Michael Mann est l'un rares stylistes actuels du septième art US, quelqu'un qui réfléchit sur son art de metteur en scène, comme le faisaient jadis un Richard Fleischer ou le John Boorman de Point Blank.

Un scénario mince, invraisemblable ? Que dire alors de ceux des films de Jean-Pierre Melville, père spirituel de Mann ? La mise en scène, contamment prodigieuse sert de scénario, Le fond EST la forme.

Je ne suis pas un grand fan du scientologue Tom Cruise, mais il est convaincant en salaud, et son parcours me plaît: passer de Top Gun à Minority Report, Eyes Wide Shut, Mission Impossible, chapeau l'artiste !

Et Jamie Foxx est jubilatoire: quand verra t-on un acteur de couleur aussi bon en France ?

Par conséquent,Collateral est un vrai moment de cinéma pur à savourer sans modération. Un must de notre époque, comme le A history of violence de Cronenberg.


Répondre

De PM Jarriq, le 29 août 2006 à 20:00
Note du film : 5/6

Quant au scénario, minceur et invraisemblance ne posent pas les mêmes problèmes : quand Melville écrit Le samouraï ou Le cercle rouge et étire au maximum une intrigue minuscule, on est happé par le stylisme, la symbolique. Quand Mann fait monter la D.A. et son assassin dans le même taxi "par hasard", on sort du film. Il n'empêche, que j'aime beaucoup Collateral et surtout Mann. Mais à part Heat, il n'a jamais eu de scénario réellement "melvillien", trop attaché qu'il est à la réalité de son pays, alors que Melville fuyait tout ce qui évoquait le quotidien français, pour recréer une sorte de no man's land évoquant une Amérique rêvée où l'on parlerait le français.


Répondre

De dumbledore, le 29 août 2006 à 20:35
Note du film : 5/6

Tout à fait d'accord sur l'analyse du scénario chez Melville… Je dirais même que la force de Melville c'est d'avoir réussi à "épurer", "styliser" son récit au minimum quitte à ce qu'il soti paradoxal et étonnant. Pour moi Melville se situe dans la lignée de… Antonioni et de Wenders (d'avant Paris-texas).

Jamais Melville n'a joué de facilité de scénario comme le retournement final (il faut tuer la DA d'un cas qui ne tient plus la route – pourquoi? Ne demandez pas – qui a été – comme par hasard – dans le taxi du héros ! Gros! Enorme! Un cap? Non une péninsule!!!… Melville n'est pas un cinéaste de trucs non plus. Ce n'est pas un narrateur de "structure", un peu plus de "personnage"… c'est un homme d'image. Et là, il rejoint Kubrick.

Le botin tourné par Kubrick n'aurait valu que celui tourné par Melville…


Répondre

De vincentp, le 29 août 2006 à 21:51
Note du film : 5/6

Impétueux, vous êtes le seul à ne pas vous être exprimé. Qu'en pensez-vous ?


Répondre

De Arthur Fauvert, le 29 août 2006 à 22:14
Note du film : 6/6

Si Tom Cruise, Jamie Foxx,et Jada Pinkett Smith sont ici convaincants c'est tout simplement que Michael Mann est un grand, un très un très très grand cinéaste. Ce film est un modèle de cinéma. C'est du Cinéma, avec des moyens artistiques, techniques, et économiques que l'on est pas prêt d'avoir en France. L'invraisemblance de l'intrigue n'est pas ce qui compte ici. Et d'ailleurs un film dont l'intrigue n'est pas invraisemblable ne serait-ce pas un film ennuyeux?

A voir Collatéral on ne peut regretter qu'une chose, que Tom Cruise ne fasse pas que du Cinéma.


Répondre

De vincentp, le 30 août 2006 à 09:28
Note du film : 5/6

Enormité du scénario : je pense à la scène ou le tueur à gages accompagne son otage rendre visite à sa mère, hospitalisée. Comme s'il n'avait que ça à faire, au cours de sa folle virée nocturne.

Il est vrai que cette scène permet de diversifier l'histoire et d'introduire un personnage humain. Comme le film avance à toute allure, on ne fait pas trop attention à ces invraisemblances, et oui, c'est un film réussi, avec d'énormes moyens financiers derrière, et on en voit le résultat…


Répondre

De RdT, le 30 août 2006 à 11:27
Note du film : 1/6

Pour ma part c'est simple, je ne suis absolument pas impressionné par le travail de Mann


Répondre

De vincentp, le 30 août 2006 à 13:41
Note du film : 5/6

Ali ne fut pas une réussite artistique et commerciale. Mann avait sans doute besoin de redorer son blason, avec un film conçu pour satisfaire tout le monde (excepté peut-être ses supporters les plus exigeants).


Répondre

De PM Jarriq, le 30 août 2006 à 21:56
Note du film : 5/6

Personnellement, j'aime l'ambiance, l'ambition de Collateral, sans l'admirer aveuglément. Comme un homme libre, Thief, Le dernier des Mohicans et Heat sont des merveilles, les suivants m'ont laissé sur une vague déception malgré des moments brillants, et m'inquiètent un peu sur l'avenir de Mann, que je n'aimerais pas voir décliner comme Oliver Stone.


Répondre

De PM Jarriq, le 31 août 2006 à 07:23
Note du film : 5/6

C'est vrai : pour un Michael Mann, et compte tenu du potentiel du bonhomme, ça vaudrait plutôt un "4", mais par rapport au simple plaisir de spectacteur visionnant un thriller distrayant, le plaisir que j'y ai pris vaut bien un "5"…


Répondre

De lych666, le 15 avril 2007 à 16:29
Note du film : 5/6

Michael Mann est vraiment excellent pour filmer la ville, je le trouve même supérieur à Scorsese dans ce domaine, je pense d'ailleurs qu'il manque la touche Michael Mann dans le dernier film de Scorsese : The Departed, pour que ce dernier soit visuellement à la hauteur.

Franchement, je n'ai pas apprécié Ali, et Le Dernier des Mohicans m'a un peu fatigué avec cette profusion de ralentis nappé de la fameuse musique (que tout le monde connait). La première fois que j'ai vu Heat, je n'ai pas été bouleversé comme certains on pu l'être, je trouvais l'intrigue un peu cliché avec d'un côté le flic respectable mais un peu salaud et de l'autre le voleur ingénieux et pas aussi salaud qu'il en à l'air mais la façon de filmer, de s'attarder sur des détails, d'imposer un style visuel impressionnant, une mise en scène pointilleuse et de diriger les acteurs à merveille ne m'avait pas laissé indifférent, notamment la fameuse scène de la fusillade en ville qui est devenue une référence incontournable, par ailleurs, je peux voir et revoir ce film sans me lasser.

Collateral est remarquable visuellement, le travail de Mann est vraiment impressionnant, la nuit est palpable et Los Angeles est un personnage du film. Les coincidences ne sont pas si énormes que ça, Mann joue avec le hasard, et tout est expliqué dans la toute première scène du film quand Tom Cruise percute Jason Statham, téléscopage de deux personnes anonymes émergeant de la foule mais tout est calculé et tout est prévu dans le sac qui tombe sur le sol, saisi immédiatement par Tom Cruise, véritable scène symbole et annonciatrice de la suite. Et franchement, personne n'a-t-il déja vécu de coincidences énormes, du genre, rencontrer une connaissance dans un trou paumé à l'autre bout du monde, ces histoires improbables arrivent, c'est d'ailleurs pour cela qu'elles méritent d'être racontées, et si Mann est le conteur, je suis tout ouie et mes mirettes en redemandent.

Beaucoup de scènes sont mémorables et méritent d'êtres vues et revues, passant des discussions de Cruise et Foxx (tous deux excellents) dans le Taxi, revelant fragments de leur personnalité au fur et à mesure de l'excursion nocturne, les différents meurtres avec un Tom Cruise qui dégaine réellement plus vite que son ombre, la scène de la boite de nuit, les ambiances, les morceaux de villes choisis au rasoir et cette fameuse scène étrangement symbolique où deux coyotes traversent la rue… Ce film regorge de pépites car Mann est très méticuleux et soigne le spectateur en flattant son inconscient par moult petits détails pratiquement imperceptibles mais calculés c'est sûr.

Certes, le film reste dans une dimension Hollywoodienne avec un scénario un peu mince, mais ce n'est vraiment pas un probleme, car Mann a un certain talent à ramener ses films dans une réalité très terrienne, et certaines de ses répliques ou situations sont souvent révélatrices et deviennent crédibles, ce qui n'est pas donné à tout cinéaste (j'ai plus de facilité à m'identifier aux personnages de Mann que de Scorsese qui fuit souvent la réalité psychologique et bâti ses personnages sur des modèles sans concession), et quand Jamie Foxx réplique à Tom Cruise un truc du style "Vous n'avez rien de ce qui caractérise un être humain d'habitude" cela produit un effet bizarre et ramène le film dans une réalité qui frappe comme une balle.

Je ne suis donc pas d'accord avec AlHolg, ce film mérite bien son 5/6


Répondre

De Gaulhenrix, le 16 avril 2007 à 02:33
Note du film : 5/6

Pour ce qui est de Collateral, je suis d'accord avec ton analyse, lych666.

Cruise, personnage désespéré revenu de tout, évoque, tôt dans le film, alors qu'il est conduit par Foxx, le mouvement des étoiles dans l'espace, insistant sur le Hasard qui préside au destin de tout dans l'univers et justifiant ainsi son nihilisme. Michael Mann donne ainsi, me semble-t-il, une dimension métaphysique – rien n'a de sens – à son récit, et justifie cette notion de Hasard des rencontres qui est le thème même de son film, et non une ficelle de scénario.

Quant à Le dernier des Mohicans, je le tiens pour un somptueux film d'aventures (Cf. le Forum de ce film).


Répondre

De lych666, le 16 avril 2007 à 12:48
Note du film : 5/6

Quant à Le dernier des Mohicans, je le tiens pour un somptueux film d'aventures (Cf. le Forum de ce film).

Il est fort probable que je sois passé à coté d'un film exceptionnel, ce qui m'arrive de moins en moins souvent je l'espère (personne n'est à l'abris). Je n'ai vu ce film qu'une fois, c'était à son premier passage à la télévision, et je ne me souviens pratiquement de rien, mis à part peut être la performance de Day-Lewis, une fois de plus impressionnant.

Je suis pret à me le procurer coute que coute pour un futur Mea Culpa quand je l'aurais revu et apprécié à sa juste valeur…


Répondre

De PM Jarriq, le 16 avril 2007 à 13:00
Note du film : 5/6

Film d'images, de sons, de musique, Last of the Mohicans se doit d'être vu dans de bonnes conditions, et en v.o. C'est un film magistral à tous points de vue, et le dernier quart est un véritable cours de cinéma.


Répondre

De Steve Mcqueen, le 2 juin 2010 à 11:06
Note du film : 4/6

Petite déception à la revision de Collateral, que j'avais adoré en salles….Bien sûr Mann est un maître du polar urbain et l'atmosphère nocturne est bien rendue par la HD. Il multiplie les plans aériens superbes sur la ville, et enrobe le tout de son habituelle intensité mélancolique et d'un lyrisme discret, notamment par le biais du personnage de Max (qui conserve sur son tableau de bord une carte postale des Iles où il rêve de s'installer).

La séquence dans la boîte de jazz est un grand moment de manipulation du spectateur et sa conclusion abrupte est réellement surprenante. Quant à la fusillade dans la boîte de nuit, c'est un modèle de gestion de l'espace et de clarté malgrè les centaines de figurants qui dansent.

Et pourtant, le scénario n'est qu'un vague prétexte ( calqué sur la liste des gens que Vincent doit éliminer) et surtout, si Jamie Foxx est irréprochable, Tom Cruise n'est une fois de plus pas à la hauteur : complètement figé, vieilli artificiellement, il ne dégage aucune empathie….Certes son personnage est un tueur sans scrupules, mais on se désintéresse vite de son sort et les dialogues sur la solitude urbaine tombent un peu à plat du fait de la faiblesse de l'interprétation.

Quant à la fin soit-disant surprenante et qu'on devine bien à l'avance, ce n'est qu'une grosse ficelle de mauvaise série B qui instrumentalise bêtement Jada Pinkett-Smith. Heureusement Mann se rattrappe avec les jeux de miroirs dans l'appartement de la cible et la mort de Vincent est traitée en un beau plan étonnant de sobriété et de sécheresse….


Répondre

De vincentp, le 25 mars 2014 à 11:58
Note du film : 5/6

Revu avec plaisir. Ce n'est probablement pas l'un des meilleurs films de Michael Mann (le scénario et ses développements sont effectivement parfois moyens, ou trop prévisibles), mais la mise en scène (et tout ce qui va avec : direction d'acteurs, utilisation de la musique, choix des plans, gestion de la lumière et des décors) est de grande qualité. D'accord avec l'avis posté ci-dessus par "Arthur Fauvert", mais pas d'accord avec les réserves exprimées concernant Tom Cruise par le contributeur "Steve mcQueen" car cet acteur (souvent insupportable) joue ici sobrement. Comme le contributeur "Dumbledore", je trouve également les personnages bien traités, et représentatifs des comportements que l'on peut rencontrer au sein de notre société contemporaine.

Ce qui est amusant dans les chroniques postées ci-dessus, c'est de voir que "RdT" et "Arthur Fauvert" (en réalité, une seule et même personne) ont réussi l'exploit de produire deux avis totalement contradictoires concernant Collateral. RdT/Fauvert : ne vous lancez pas en politique !


Répondre

De Impétueux, le 9 novembre 2015 à 10:31
Note du film : 4/6

Trop souvent, sur DVDToile, lorsque s'accumulent ainsi les messages sur un film, redondances, niaiseries, invectives se succèdent et découragent le lecteur. C'est bien loin d'être le cas sur ce Collatéral, pour lequel Vincentp (le 29 août 2006 déjà !) me pressait de donner un avis, me faisant le grand honneur de croire que j'avais du cinéma une vision presque aussi exhaustive que celle de notre cher et regretté PMJarriq qui, lui, avait tout vu, voyait tout le reste et anticipait même sur ce qui serait à voir !

En tout cas la vingtaine de messages qui s'étagent sur ce fil sont tous d'un grand intérêt et qu'ils soient très favorables au film de Michael Mann ou un peu plus réservés, ils apportent à celui qui a découvert Collatéral avant-hier, à l'occasion de son passage sur une chaîne de télévision, un éclairage très dense.

Je dois dire que je n'avais pas vu toutes les subtilités pénétrantes qui sont ici et là évoqués : voir Vincent (Tom Cruise) en petit frère du Samouraï de Melville m'a complètement échappé alors que, de fait, la ressemblance s'impose ; cela étant si je reconnais très volontiers cette parenté, je ne puis le faire qu'intellectuellement. Sans doute trop formaté au Paris des années 60, je ne peux pas visuellement concevoir d'analogie entre les déplacements de Jeff Costello (Alain Delon) et ceux de Vincent. Certes il y a la vacuité des rues, la sévérité électrique de la nuit et même le passage dans une boîte de jazz… Mais le film de Mann est, me semble-t-il, ancré dans une réalité californienne tellement étrangère à celle de Melville ! Et là, je ne suis guère d'accord avec PMJarriq (Melville fuyait tout ce qui évoquait le quotidien français, pour recréer une sorte de no man's land évoquant une Amérique rêvée où l'on parlerait le français) et Dumbledore. Que ceci ait été le fantasme et la légende melvilienne ne me convainc pas trop : les méthodes d'action, les physionomies des policiers, les comportements des témoins ont des spécificités peu conciliables…

Et pas davantage la rencontre – l'idylle qui commence à se nouer ! – entre un conducteur de taxi et une femme magistrat, inconcevable chez nous…

Contrairement à beaucoup, j'ai trouvé Tom Cruise très convaincant : il y a en lui une sorte de droiture morale dévoyée (du type Je fais un boulot comme un autre, j'essaye de le faire le mieux possible) et une distance glaciale et terriblement logique avec le crime, la mort, l'assassinat : il y a six milliards d'êtres humains, alors 4 ou 5 de plus ou de moins…

Je ne me souviens pas trop des coyotes ci-dessus évoqués, mais de quelques beaux plans filmés d'hélicoptère sur l'immensité inhumaine des gratte-ciel. Rien qui me donne envie d'aller voir… comme on dit, Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.014 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter