Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

L'archidiable


De DelaNuit, le 21 novembre à 18:22
Note du film : 1/6

Une grosse déception pour moi aussi. J'attendais une histoire bien construite comme dans La beauté du diable ou Les visiteurs du soir avec un diable truculent mais subtil, aux beaux dialogues ironico-philosophiques, comme ont pu l'être Jules Berry ou Michel Simon. Je n'ai trouvé dans ce Belfagor nullement magnifique à mes yeux qu'une succession de scènes loufoques, de courses poursuites et bastons qui, si elles peuvent amuser pendant cinq minutes dans Benny Hill, m'ont ici profondément ennuyé. Peut-être aurais-je mieux apprécié ce film si je l'avais vu enfant, puis revu en retrouvant l'émotion d'alors ?

Ettore Scola semble bien peu inspiré. Vittorio Gassman en roue libre, se contente pour faire vivre son personnage de rouler des yeux avec un sourire sardonique et faire de grands gestes avec effets de cape. Quant à Mickey Rooney, ce n'est qu'une succession de regards égrillards et de ricanements… La beauté des décors, des costumes et des dames ne fait pas tout, malgré la présence toujours appréciée de Claudine Auger. Si ce sont là les plaisirs de l'Enfer, alors ils sont bien mal vendus. Mieux vaut rejoindre les anges au Paradis quitte à s'ennuyer autant !

Le démon Belfagor est mieux servi par une chanson qui lui est dédiée dans Juliette des esprits de Fellini… qui fut reprise en son temps par Catherine Ringer dans un CD dédié aux musiques de Nino Rota.


Répondre

De verdun, le 15 novembre à 22:25
Note du film : 3/6

Hélas je ne partage pas l'enthousiasme des messages précédents concernant ce Belfagor le magnifique, réalisé en 1966 mais sorti en France en 1978 seulement. En exhumant à ce moment-là un film ayant échappé à leur radar, les distributeurs hexagonaux ont sans doute voulu profiter des triomphes remportés dans la France de la deuxième moitié des années 1970 par les titres les plus connus de Ettore Scola, à savoir Nous nous sommes tant aimés et Une journée particulière, tous deux lauréats du César du meilleur film étranger.

Puisque Scola et Ruggero Maccari sont deux excellents auteurs, le scénario, inspiré d'une nouvelle de Machiavel, ne manque pas d'intelligence. L'idée de départ est excellente: en 1478, le pape Innocent VIII et Laurent de Médicis concluent la paix, ce qui n'arrange pas Satan, qui envoie sur terre le démon Belfagor (Vittorio Gassman) et son valet (Mickey Rooney). En outre, quelques scènes brillent par leur inventivité, notamment la description de l'invention du football ou une évasion au cours de laquelle Belfagor et son adjoint se servent des inventions de Leonard de Vinci pour s'évader.

Il s'agit d'une farce se déroulant au XVIe siècle et le film vaut surtout pour la richesse de ses décors, de ses costumes et des ses couleurs. Et les actrices, parmi lesquelles Annabella Incontrera et Claudine Auger tout juste sortie de Opération Tonnerre, sont belles à tomber.

Hélas Belfagor le magnifique est, de mon point de vue, gâché par certaines outrances. Je suis un inconditionnel de Gassman, y compris lorsqu'il cabotine, notamment dans l'excellent Mais qu'est-ce que je viens foutre au milieu de cette révolution ?, mais il me semble qu'ici un peu plus de retenue aurait été souhaitable. Ceci dit, Mickey Rooney s'avère bien plus crispant, tant il use et abuse de grimaces bien inutiles. La musique du sous-estimé Armando Trovajoli est inventive mais utilisée à outrance.

Il est permis de regretter également certaines longueurs et une fin beaucoup plus conventionnelle que ce à quoi le cinéma italien de cette époque nous a habitué.

Belfagor le magnifique peine à canaliser son énergie cartoonesque et, d'une façon générale, manque de maîtrise: est-ce dû au manque d'expérience de Scola, alors jeune cinéaste ? Le film semble surfer sur le succès remporté par L'armata Brancaleone, produit lui aussi par Mario Cecchi Gori. Quoiqu'il en soit, on peut penser que Mario Monicelli, toujours à l'aise dans les films à costumes, aurait fait de ce Belfagor une oeuvre plus aboutie.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0055 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter