Forum - Chasse à l'homme - Autre façon d'appréhender la guerre...
Accueil
Forum : Chasse à l'homme

Sujet : Autre façon d'appréhender la guerre...


De Tamatoa, le 27 novembre 2012 à 17:12
Note du film : 5/6

Je ne connais pas assez bien l’œuvre de Fritz Lang pour être très objectif et me lancer dans telles ou telles comparaisons. Mais j'ai regardé ce film avec vraiment beaucoup de plaisir. Alors effectivement, malgré le titre, nous ne sommes pas dans Les Chasses du comte Zaroff et encore moins dans la Chasse à l'homme de John Woo avec Jean-Claude Van Damme. Ses films possèdent leurs propres qualités et ont fait leur vie dans des genres respectifs et fort différents. La Chasse à l'homme de Fritz Lang est une agréable surprise parce qu'assez loin du suspense pur et dur que peut susciter ce titre. Car même si on y évoque, si on y voit Hitler, même si certains de ses acolytes ne rechignent pas à balancer notre héros du haut d'une falaise, c'est quand même tout l'humour so British qui accompagne ce film. Walter Pidgeon, très digne persécuté, ne s'en écarte jamais. Et le film balance constemment entre l'espionnage pur et dur et la fantaisie. De plus, le charme de la fort jolie Joan Bennett en rajoute une couche dans la légèreté. C'est très intelligemment fait. Prenant et éthéré en même temps. Ce qui n'empêche nullement, comme dit encore le chef, (qu'est ce qu'il cause bien ce chef !) que l'enjeu qui sous-tend le scénario ne nous échappe à aucun moment. Les nazis ont des "gueules" de circonstance et Londres aux pavés luisants essaie de s'extirper de son éternel brouillard. C'est quand même, malgré la légèreté, un film sous tension dans une époque des plus noires. En tous cas, Fritz Lang se montre un jongleur très éfficace.

J'ai beaucoup apprécié la scène sur le bateau avec le très jeune et très dégourdi moussaillon Vaner. Et je me suis demandé pendant tout le reste du film où j'avais bien pu voir cette bouille avec ses grands yeux étonnés ? Et tout à coup, la lumière s'est faite, le Beaujolais aidant : c'était la même année, le petit Huw Morgan de l'immense How Green Was My Valley ! Et bien plus tard, il serait le neveu diabolique qui piège, pour les faire exploser, les cigares de son tonton richissime dans un excellent épisode de Columbo : Accident . Il sera même, peut-être la même année, otage migraineux des Envahisseurs. J'ai nommé le britannique Roddy McDowall. Il fait montre, dans cette Chasse à l'homme, d' un talent très prometteur.

Donc, un très bon film. Alliant le sobre, le brillant et le spirituel. Une très heureuse surprise. Une autre façon d'appréhender la guerre.


Répondre

De vincentp, le 29 décembre 2014 à 22:57
Note du film : 6/6

Revu en blu-ray. Excellent, pour sa mise en scène, sa gestion de l'espace, sa création d'une atmosphère angoissante et trouble, son engagement politique, sa direction d'acteurs et d'actrices, sa photographie. Pourtant, on se dit par moments que le sujet n'est pas exploité à fond, et hésite entre plusieurs directions possibles. De plus, certains aspects du scénario ne tiennent pas.

L'invraisemblable vérité, Règlement de comptes et même le sous-estimé Guérillas me paraissent plus réussis que Chasse à l'homme, en ce qui concerne l'oeuvre américaine de Fritz Lang.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0031 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter