Forum - Total Recall - La touche de Verhoeven
Accueil
Forum : Total Recall

Sujet : La touche de Verhoeven


De madmax1383, le 3 juin 2004 à 16:40

On voit dans ce film la touche de Verhoeven, encore plus exeptionnelle que dans Robocop, Starship Troopers , Hollow Man ou encore l'ambiance malsaine de Basic Instinct, ainsi qu'un Arnie franchement decidé et implacable !


Répondre

De Arca1943, le 5 juin 2004 à 19:28

Cher ami (toi aussi millésimé?), c'est bien vrai. C'est le plus réussi de ses films et aussi mon Schwarzenegger préféré. C'est que l'hésitation entre le réel et l'imaginaire est maintenue jusqu'au baiser final. À noter aussi l'excellente trame sonore, fort intelligemment confiée à un orchestre à cordes plutôt qu'à la musique électronique si souvent prisée dans les films de science-fiction… et qui vieillit si vite.

Arca1943


Répondre

De PM Jarriq, le 6 juin 2004 à 10:05

Si on doit chercher son Schwarzie préféré, je pencherais plutôt pour "Predator" où M. Muscles doit régresser jusqu'au cromagnon pour vaincre son ennemi. Un sacré film et une utilisation plus que rusée des capacités d'acteur très limitées du Gouverneur. Il était également parfait dans "Président d'un jour" : il apparaît trois secondes, dans son propre rôle, levant le pouce d'un air réjoui. Une apogée !


Répondre

De Arca1943, le 6 juin 2004 à 19:31

Oui, Predator n'était pas mal du tout. (Je ne parle pas en revanche du sequel plutôt poussif). Moi, je trouve que Schwarzie fait correctement ce qu'il a à faire. Quel dommage que Cottafavi ne l'ait pas eu sous la main à l'époque de Hercule à la conquête de l'Atlantide ! Mais à la réflection, son meilleur rôle de M. Pumping Iron reste celui du Terminator : vu que là, il FAUT qu'il soit inexpressif pour être convaincant ! (Certaines mauvaises langues avaient dit la même chose de Yul Brynner dans Westworld…).

Arca1943


Répondre

De lych666, le 21 décembre 2005 à 17:34

Vous oubliez "Hercule à New-York", chef-d’œuvre dans lequel même les figurants se retiennent de rire et où Schwarzy déploie toute sa musculature évoluant dans de somptueux décors aux effets spéciaux hallucinants.

Mais je suis d'accord pour dire que Total Recall et Predator sont ses deux meilleurs films, le premier inspiré d'une nouvelle de Philip K. Dick, le deuxième pour des répliques d'anthologie comme "Dillon ! Sale petit enfant d'putain ! t'es ramolli, la CIA te fait bosser dans la paperasserie…" ou encore "c'est coton, j'y enverrais pas un chien vérolé" mais aussi "Je ne sais pas ce que c'est mais ça nous suit… Et ce que je sais c'est que c'est pas un homme… On va tous y rester…". Évidemment, le plus surprenant dans tout ça c'est que le doubleur français de Schwarzy est beaucoup plus convaincant que Schwarzy lui même.Mais il serait déloyal de ne pas parler de la plus grande prouesse d'acteur du gouverneur de Californie qui reste à mon gout "La course au jouet", une démonstration de l'idéal américain chrétien non dénué d'humour!


Répondre

De vincentp, le 19 novembre 2006 à 17:41
Note du film : 5/6

La bande annonce du film (qui ne correspond pas tout à fait à l'esprit du film, car bâtie à partir des répliques du robot-conducteur de taxi) est également une belle réussite.


Répondre

De vincentp, le 11 juillet 2012 à 16:27
Note du film : 5/6

Très typique de ce qu'a pu produire Verhoeven (un cinéma qui plait catégoriquement ou ne plait pas catégoriquement : il n'y a pas de ventre mou). Une petite baisse de régime constatée à mi-longueur, mais Total recall, superbe au cinéma, reste dans le coup aujourd'hui avec une bonne version blu-ray.

Et une des plus belles bandes-annonces que j'ai pu voir à ce jour (avec Jardins de pierre et plusieurs de Godard comme Le mépris) : de véritables oeuvres d'art en miniature.

Nb : je constate que Alholg est en train de me rattraper en nombre de films notés sur ce site (il est à -4 à ce jour, 2394 contre 2398). Je le vois dans mon rétroviseur, en train de pédaler en danseuse sur sa bicyclette !


Répondre

De Tamatoa, le 11 septembre 2013 à 00:59

Mon cher Vincentp, Alholg n'étant plus le maillot jaune pour cause d'abandon, vous n'avez donc plus rien à craindre. En tous cas votre serviteur, que vous pouvez considérer comme la voiture balai, ne risque pas vous faire de l'ombre :

Bien qu'appréciant grandement l'action et les effets spéciaux formidables, Je n'ai jamais rien compris à ce film ! Rien ! Et ce soir encore, il demeure un mystère…

Ça, ça va. Je comprends bien. Très bien même. Mais c'est bien tout !


Répondre

De Impétueux, le 13 janvier 2019 à 18:46
Note du film : 0/6

Parodiant une séquence récurrente de la mythique émission Les raisins verts de Jean-Christophe Averty, je pourrais m'exclamer comme le Professeur Choron : Que ceux qui ont compris quelque chose à ce salmigondis interminable nous écrivent : ils ont gagné !. S'il est de fait que, même aux temps où je dévorais exclusivement de la science-fiction, je ne me plaisais pas tellement aux histoires fuligineuses de Philip K. Dick, je parvenais néanmoins, en m'accrochant, à saisir le sens général de Ubik ou du Maître du haut château. Mais pour le film de Paul Verhoeven, réalisateur que je tiens pourtant en haute estime (La chair et le sang, Starship troopers, Elle), alors là, rien du tout, nib de nib. Et davantage.

Pourtant l'idée initiale, qui voit un brave type apparemment bien inséré dans la société, travailleur et bon mari, rongé par l'envie d'acquérir des souvenirs d'aventure est très séduisante. Voilà plusieurs années que je pense que la société de l'avenir proposera à une bonne majorité de la population, inactive du fait de la disparition du travail et nourrie par des sortes de fluides bon marché, lui proposera donc de vivre virtuellement une existence pleine d'aventures dans des endroits luxueux aux côtés de filles canon (à peu près la vie des vedettes des émissions de télé-réalité du type Les Marseillais à Miami ou Les ch'timis à Pataya). Ce que Douglas Quaid (Arnold Schwarzenegger) cherche, un peu de soleil dans une vie grisâtre, voilà qui pourrait donner la substance d'un film, presque une méditation sur les frustrations et les banalités du quotidien.

Rien de tout ça. Le scénario part dans une histoire d'une effarante complexité, avec des retournements sans aucune pertinence où le spectateur le mieux avisé ne sait à aucun moment comment asseoir son regard. Voilà qui ne serait pas vraiment grave si l'on était dans une sorte d'onirisme comme sait en susciter David Lynch. Mais rien de ça ! On se veut dans une histoire structurée où les faux-semblants ont, finalement, de la cohérence et de la logique. Mais au prix de tellement d'entortillements et de circonvolutions qu'il faut au brave garçon qui a rédigé pour Wikipédia un bien honnête résumé du scénario des kilomètres et des kilomètres de prose emberlificotée pour raconter dans le détail ce qui arrive au malheureux Quaid.

Comme Paul Verhoeven est aux commandes et comme le film bénéficie des trésors financiers étasuniens, on peut comprendre que certains aient été satisfaits (et même d'autres éblouis) par le film où, à aucun moment on n'est sûr de quoi que ce soit et où on assiste, d'une séquence à une autre, à des renversements de situation qui doivent passer pour une élégance suprême alors qu'ils ne sont que les plus vieux trucs du théâtre populaire. L'esprit perdu, la comprenette en berne, la logique en déroute, le spectateur est mené par le bout du nez moins par le réalisateur que par une sorte de parti-pris qui vise à le décontenancer au fur et à mesure qu'il avance.

Je crois que je n'avais jamais vu encore la moindre prestation de Arnold Schwarzenegger, ce culturiste autrichien qui devint plus tard Gouverneur du plus riche État des États-Unis, ce qui laisse à songer sur le degré de maturité de nos amis (?) d'Outre-Atlantique. C'est un acteur épouvantable, grotesque, situé à la limite qui sépare le primate et l'homo sapiens, aux mâchoires carnivores continuellement serrées, au jeu d'une pauvreté accablante, limité à quelques éructations primitives, à quelques regards carnassiers, à quelques réactions infantiles du niveau d'une classe maternelle. Je suppose que Total recall est un des premiers films de Sharon Stone, dont on dit grand bien et qui doit être une grande vedette puisqu'elle fait de la publicité pour M. Alain Afflelou. Je n'ai rien remarqué d'autre.


Répondre

De fretyl, le 14 janvier 2019 à 13:00
Note du film : 0/6

Je crois que je n'avais jamais vu encore la moindre prestation de Arnold Schwarzenegger, ce culturiste autrichien qui devint plus tard Gouverneur du plus riche État des États-Unis, ce qui laisse à songer sur le degré de maturité de nos amis (?) d'Outre-Atlantique. C'est un acteur épouvantable, grotesque, situé à la limite qui sépare le primate et l'homo sapiens, aux mâchoires carnivores continuellement serrées, au jeu d'une pauvreté accablante, limité à quelques éructations primitives, à quelques regards carnassiers, à quelques réactions infantiles du niveau d'une classe maternelle

Seule sa stature de robot aura pu desservir le premier Terminator dans lequel il est vraiment flippant et ne dit quasiment rien ! Voyez le. Pour ce qui est de la maternelle, j'avais vu enfant, haut comme trois pommes Un flic à la maternelle même à six ans j'avais trouvé le film effroyable de nullité j'en garde un souvenir monstrueux et cauchemardesque. Je préfère savoir Schwarzenegger en politique.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0051 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter