Forum - Passeport pour deux tueurs - L'Empire du crime - Eh non, je ne vote pas...
Accueil
Forum : Passeport pour deux tueurs - L'Empire du crime

Sujet : Eh non, je ne vote pas...


De Arca1943, le 9 juin 2007 à 16:46

…pour ce énième polar italien. Remarquons toutefois au passage la distribution : Mario Adorf, Henry Silva, Woody Strode, Sylva Koscina, Adolfo Celi, Luciana Paluzzi, Franco Fabrizi, Cyril Cusack (qui sortait à peine de Harold et Maude, si je ne m'abuse)


Répondre

De PM Jarriq, le 9 juin 2007 à 17:33

Une vieille tendresse pour cette "gueule" de Henry Silva, datant du superbe (et encore inédit !) "Johnny Cool", m'a fait craquer jadis pour les DVD de L'insolent (aïe !), "Le boss" (ouille !), et quelques autres monstruosités franco-transalpines. Cet Empire du crime ne me tente donc pas une seconde. Même si Silva et Woody Strode dans le même film…

Mais non ! Ce qu'il faut, c'est éditer d'urgence "Johnny Cool" ! Point final.


Répondre

De Arca1943, le 9 juin 2007 à 22:24

Oui, tu n'es pas le seul, Jarriq, je me fais régulièrement avoir de cette manière, sauf que dans mon cas c'est plus souvent par faiblesse pour les actrices, surtout italiennes. « Oh, là, là ! il y a Sylva Koscina, dans ce film ! Ah, qu'elle est belle, Sylva Koscina. Je me demande comment elle est dans ce film…? » Et crac! je loue (ou pire : j'achète) la daube en question. C'est d'ailleurs ainsi que j'ai vu Quando le donne avevano la cauda : il y avait Senta Berger, et alors… Mais cette fois, j'ai réussi à me retenir ! Qui sait, la raison me revient peut-être, peu à peu.

Je n'ai pas vu (ni en entendu parler de) Johnny Cool, mais j'appuie ta supplique pour un référencement sur dvdtoile !


Répondre

De PM Jarriq, le 10 juin 2007 à 08:26

"Johnny Cool", c'est un polar "hard boiled" de 1963 en noir & blanc, signé du créateur de Bewitched, où un vieux mafioso exilé en Sicile (Marc Lawrence), forme un jeune garçon à retourner aux U.S.A. pour le venger, en éliminant ceux qui ont usurpé le pouvoir. Devenu adulte, le p'tit gars, qui est joué par Silva, va affronter rien moins que Sammy Davis, Jr., Savalas, Brad Dexter, Elisha Cook et j'en passe, et surtout rencontrer la très délicieuse Elizabeth Montgomery.

PS : Quant à "Quand les femmes avaient une queue", et au vu de photos de Senta Berger en peau de bête, je peux comprendre ta tentation, Arca…


Répondre
VOTE
De Arca1943, le 17 novembre 2008 à 23:49

Salut, Jarriq. Il semble que j'ai eu tort; tort de ne pas voter, veux-je dire. D'après mes sources, La Mala ordina de Fernando di Leo serait le meilleur film de son réalisateur. Par exemple, note de 7,5 sur imdb (300 votes). Sur film.tv.it, site italien vraiment peu porté sur le cinéma bis, on lui décerne 4 étoiles sur 5 et on ne tarit pas d'éloges. J'aurais dû le savoir : c'est du 72 !

Cela dit, pour ce qui est de Woody Strode, on pourrait aussi le voir un de ces jours aux côtés de Vittorio Gassman, Marcello Mastroianni et Silvana Mangano dans Scipio detto anche l'Africano, de Luigi Magni (1971)…


Répondre
VOTE
De PM Jarriq, le 18 novembre 2008 à 07:30

Dans ce cas, évidemment…


Répondre

De Salersdelapeur, le 31 mars à 12:33
Note du film : 6/6

Considéré comme un vulgaire tâcheron ou comme un véritable auteur (engagé?), spécialiste du cinéma policier, Fernando Di Leo divise la critique. Situé au milieu de sa trilogie du milieu, Passeport pour deux tueurs me semble être le meilleur de cette série. Son héros, certes un peu branquignol, suscite un réel intérêt, ce qui fait sans doute la différence. Il y a du western spaghetti dans ce trio de films plus ou moins bis, ce qui n'étonne guère puisque son réalisateur avait participé à plusieurs scripts du genre. Passeport pour deux tueurs comporte notamment une poursuite automobile, signée Rémy Julienne. Son montage virtuose en fait une séquence d'anthologie, qui, à elle seule, justifie à mon sens, le visionnage de cette oeuvre "baroque".


Répondre

De verdun, le 31 mars à 17:08
Note du film : 5/6

Dans mon souvenir, mon visionnage remontant à 2014, La mala ordina est un excellent "néo-polar" italien. Les scènes d'actions sont effectivement réussies, certaines idées simples seront copiées (le duo de tueurs Henry Silva-Woody Strode a clairement influencé le duo John Travolta-Samuel L. Jackson de Pulp Fiction) et Fernando Di Leo a une façon de raconter une histoire qui n'appartient qu'à lui.

Pour ma part, je pense que Milan Calibre 9 est le chef-d'oeuvre de Di Leo car moins "bis" pour reprendre vos termes, plus prenant, plus homogène dans son scénario et dans la direction d'acteurs que Passeport pour deux tueurs. Mais je suis prêt à revoir ces films dans le beau coffret enfin disponible dans toutes les bonnes crèmeries.

En tous cas, cher Salersdelapeur, n'hésitez pas à vous exprimer sur ce site car vos avis sont intéressants et bien écrits.


Répondre

De vincentp, le 4 avril à 22:52
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Les ingrédient d'un film de gangsters, avec une écriture cinématographique de très grande qualité. La gestion des déplacements (prises de vue, rythme) est un point fort de Fernando Di Leo et de Franco Villa. Ces auteurs jouent sur des contrastes entre psychologies, caractères en s'appuyant sur les dialogues et la musique. Mario Adorf dont on va fêter les 91 ans en septembre prochain, réalise une prestation remarquable. Et se glisse au sein de cette histoire une vision de la société italienne du début des années 1970, tiraillée entre visions autoritaires et libertaires. On fait le tour de la ville en deux heures façon Le voleur de bicyclette (1949). La mala ordina (1972), faussement ordinaire, est aujourd'hui un classique de poids.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0064 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter