Forum - Rosa la rose, fille publique - Souvent agaçant, jamais déplaisant...
Accueil
Forum : Rosa la rose, fille publique

Sujet : Souvent agaçant, jamais déplaisant...


De Impétueux, le 10 mai 2006 à 18:31
Note du film : 3/6

Je m'étais engagé, après avoir revu Corps à coeur et avoir trouvé ce film de Paul Vecchiali aussi bien et prenant que dans mon souvenir, à donner mon sentiment sur les deux autres oeuvres de ce coffret, En haut des marches et Rosa la rose, fille publique.

Sur le premier des deux, je pense qu'il faudra que je le revoie ; il y a Danielle Darrieux (beaucoup) et Micheline Presle (un peu) ce qui montre assez que ce n'est pas insignifiant ; mais mon opinion n'est pas faite.

En revanche, je peux dire un mot de ce Rosa la rose, vu hier.

Et pourtant, en écrivant cela, je mesure toute ma perplexité ; qu'est-ce que je pense vraiment de cette oeuvre ?

Vecchiali écrit lui-même ses films ; je ne suis pas certain qu'il ait bien raison, parce que c'est toujours assez mal fichu, ou plutôt un peu anarchique, romanesque, mélodramatique (le terme de mélodrame est d'ailleurs assez souvent revendiqué par le réalisateur sur le coffret) ; en d'autres termes, il y a des histoires un peu invraisemblables, qui n'évitent pas toujours le ridicule, et qui ne tiennent pas debout.

Mais parallèlement, il y a un vrai charme dans la façon de filmer des milieux, de camper des personnages, ou aussi d'aller chercher des acteurs un peu ringardisés pour nous les faire redécouvrir comme de vieilles connaissances…

Dans Rosa la rose, c'est Jean Sorel, un des beaux gosses du cinéma français du début des années 60, mais c'est aussi Evelyne Buyle et Catherine Lachens ; lui, c'est un maquereau, elles, ce sont deux prostituées… et tout ce petit monde de macs et de putes fonctionne assez bien, donne une image qui n'est pas réaliste, mais qui ne rend pas de son faux. Dans Corps à coeur, j'évoquais la cour du Crime de Monsieur Lange à propos de la ruelle où se situe une bonne partie de l'action ; en moins bien, en plus artificiel, le petit monde de Jean Renoir se retrouve aussi dans Rosa la rose, d'une certaine façon.

C'est souvent crispant et bêta, mais ce n'est jamais déplaisant…

Curieux homme que ce Vecchiali


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0076 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter