Forum - Mission: Impossible - Film d'auteur, codes du genre
Accueil
Forum : Mission: Impossible

Sujet : Film d'auteur, codes du genre


De Freddie D., le 9 mars 2006 à 14:28
Note du film : 3/6

Que reste-t-il dix ans après de Mission: impossible ? Pas lourd, à vrai dire, à part un début vivifiant, une fin excitante. Au milieu, beaucoup de plans d'ordinateurs en train de télécharger (quel suspense !), de répliques idiotes ou incompréhensibles (le "Ta gueule !" de Reno est antohlogique), et les petits bras musclés de Cruise, exposés à la première occasion. Les bons acteurs que sont Kristin Scott Thomas ou Emilio Estevez, sont rapidement éliminés, pour laisser place aux épouvantables Béart et Reno (pas de quoi chanter Cocorico !), et Voight et Redgrave assurent avec leur métier habituel, des rôles de routine. Ce n'est pas déplaisant, car DePalma sait filmer, monter, et mixer, mais on dirait un mix curieux des bouquins de LeCarré et d'un jeu vidéo. Le pire est que ce n°1 est une merveille de finesse et d'invention à côté du n°2 de Woo. Je crains le pire pour le n°3 !


Répondre

De fredouille1211, le 27 décembre 2010 à 23:34
Note du film : 5/6

En principe, Mission Impossible est un film typique des années 90, avec des scènes d'actions époustouflantes. Mais le film de Brian de Palma autorise une autre lecture. Le film d'action devient alors une réflexion sur l'essence des images et sur la mystification devenue moment central du cinéma. Comme dans de nombreux autres films, la question que se pose le spectateur dans Mission Impossible est la suivante : qu'ai-je vraiment vu ? quand ai-je été leurré ? De Palma a le talent de présenter les scènes de telle manière que l'on croit d'abord ce qu'on a vu avant de devoir reconnaitre finalement que l'on s'est trompé. La scène centrale du film est, à ce point de vue, la rencontre décisive entre Ethan Hunt et Jim Phelps : ils parlent de ce qu'il s'est passé à Prague, des retours en arrière nous montrent des scènes de la soirée. Au départ, les évènements semblent clairs, mais plus l'entretien se prolonge plus la vérité se fait jour. On ne peut se fier à aucune des images, elles font partie d'une mystification fort bien conçue qui sera démantelée point par point sous nos yeux.


Répondre

De vincentp, le 17 juin à 21:40
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Revu sur grand écran. De Palma joue avec les codes du film d'action pour produire un film personnel, corrosif, névrosé, ou sont intégrés ses thèmes habituels (méfaits de l'argent, paranoïa, relations hommes-femmes difficiles). Les plans sont magnifiques. C'est un chef d'oeuvre, mais difficile d'accès. J'étais passé complètement à côté lors de sa première vision. Observons le début du film qui se moque gentiment des ingrédients de la série éponyme des années 1960.


Répondre

De Impétueux, le 28 juin à 18:28
Note du film : 2/6

On tombe de haut lorsqu'on s'attendait à retrouver avec le même plaisir – peut-être encore accru, grâce au talent de Brian De Palma – l'esprit de la formidable série qui a enchanté les petits écrans de 1966 à 1973, sous la houlette de Bruce Geller. On a, avec Mission impossible un objet bien boursouflé, qui n'a rien à voir avec la série qu'on a aimée et qui est d'une complexité scénaristique telle qu'on a été contraint de relire deux fois le résumé fort complet qu'en donne Wikipédia pour y retrouver ses petits. Je veux bien admettre que lorsque j'admirais les exploits de Peter Graves, de Martin Landau et consorts et les formes de Barbara Bain, j'avais 50 ans de moins et un esprit assurément plus vif qu'aujourd'hui où il commence à sérieusement s'embrumer… Mais tout de même !!

Et puis qu'est-ce que c'est que cette idée idiote de faire disparaître d'emblée tous les membres, ou presque de l'équipe ? On avait plaisir à retrouver jadis, chacun dans leur spécialité – on pourrait dire en archétypes – les physionomies solides réunies autour d'un casse-tête toujours résolu. Là, Brian De Palma se débarrasse sans scrupule et sans finesse dès le début du film de la quasi-totalité de la bande. Et, en plus, ce que je ne vais pas lui pardonner, il sacrifie deux actrices délicieuses pour qui j'ai un faible très assumé : Kristin Scott Thomas, qu'on ne présente pas et Ingeborga Dapkunaïte, qui fut la délicieuse Maroussia de Soleil trompeur, femme de Kotov (Nikita Mikhalkov).

Abstraction faite de ces deux remarques – la complexité invraisemblable et inutile de l'intrigue et la décimation aberrante de l'équipe – qu'est-ce que le film peut avoir de positif ? En premier lieu, je placerais le personnage trouble, ambigu, vénéneux de Max, trafiquant d'armes sans scrupules, mante religieuse avide, admirablement bien interprété par Vanessa Redgrave qui porte dans son regard d'une infinie cruauté toute la malfaisance du monde et qui est porteur d'un érotisme glaçant, carnivore.

Puis les nombreux morceaux de bravoure extrêmement bien filmés. Et notamment la descente tête en avant d'Ethan Hunt (Tom Cruise) dans le Saint des Saints du siège de la CIA, à Lengley. (Il paraît que De Palma a été inspiré pour ce faire par la scène à peu près identique des cambrioleurs de Topkapi, le film de Jules Dassin). La tension est forte et bien maîtrisée. On pourra juger aussi que, malgré sa totale invraisemblance (signalée avec beaucoup de pertinence et de détails dans l'article de Wikipédia), la course folle dans le train à grande vitesse lancé dans le tunnel sous la Manche et poursuivi par l'hélicoptère piloté par Franz Krieger (Jean Reno). J'ajoute que la distribution, sous bénéfice de la remarque faite plus avant sur la disparition trop rapide de deux actrices, est plutôt réussie. Je trouve même que le choix de Jon Voight, pour incarner un Jim Phelps lassé du grand nombre de ses combats passés et désormais prêt à tout pour recueillir une grosse galette, y compris à trahir ses amis de toujours, est tout à fait excellent. Il apporte son visage un peu flou, incertain comme il le faisait dans ses grands rôles de Macadam cowboy et de Délivrance.

Ah ! Comme toujours, petit regard de commisération étonné sur l'informatique de l'époque ; le film ne date que d'une vingtaine d'années mais dans ce domaine matériel, on le croirait issu d'un incertain Moyen-Âge technologique…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.020 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter