Forum - Vercingétorix - Passé raté
Accueil
Forum : Vercingétorix

Sujet : Passé raté


De Gaulhenrix, le 16 juillet 2003 à 12:57
Note du film : 2/6

Au départ, un projet noble et justifié. A l'arrivée, hélas !, une grande déception… Il me semble qu'un Annaud, voire un Besson, pourrait reprendre le mythe Vercingétorix mais en l'élargissant à l'ensemble de la guerre des Gaules et proposer – enfin ! – la fresque que nous attendions sur ce passé de notre pays. Après tout la mode est, aussi, aux films sur l'Antiquité ("Gladiator", "Alexandre", "Les Thermopyles" …)


Répondre

De Jarriq, le 16 juillet 2003 à 17:03

O.K. mais quel acteur aurait la dimension de jouer ça chez nous ? A part le sempiternel Depardieu, qu'on nous met à toutes les sauces, dans tous les costumes depuis dix ans. Un Cassel ? Un Le Bihan ? Un Nacéri ? Je crois que ce genre de film est condamné en France, tant qu'on n'aura pas trouvé un héros "épique" approprié.


Répondre

De Gaulhenrix, le 16 juillet 2003 à 19:51
Note du film : 2/6

Il est vrai que la liste des acteurs français que tu évoques est bien déprimante… Pourtant, j'avais déjà le nom du réalisateur !


Répondre

De Boromir, le 16 juillet 2003 à 22:31

Nacéri dans le rôle de Vercingetorix ??? Pourquoi pas Pascal Légitimus ! Pour le reste, il est vrai que notre bon vieux héros national attend encore son grand film.


Répondre

De Steve Mcqueen, le 9 novembre 2007 à 13:43
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Vu hier soir à la télé, ce film réussit l'exploit d'être à la fois le plus mauvais peplum jamais réalisé et la meilleure comédie jamais faîte. Les répliques cultes s'enchaînent sans répit "Serpent pourri ! C'est pas la loi que tu sers mais les fausses couleurs de ta pestilentielle ambition !" Christophe Lambert, perruqué, maquillé, pousse l'art de l'autodérision à son paroxysme. Enfin les décors, les costumes et les batailles évoquent le meilleur d'Astérix et Obélix contre César.

Note : 0/6 (pour l'aspect peplum)

       6/6 (pour l'aspect comique)

Répondre

De Gaulhenrix, le 9 novembre 2007 à 18:17
Note du film : 2/6

Comme il est précisé ci-dessus, le projet de ce film – retracer cette époque charnière de l'histoire de notre pays – est amplement justifié et bien venu. Mais, au final, le film se révèle, hélas !, décevant.

Pourtant, le préambule sur des images nocturnes de ciel et de comète est plein de poésie et laissait présager un film aussi inspiré.

Pourtant, la vérité historique est fidèlement respectée : notamment pour justifier les décisions, historiquement parfois controversées, de Vercingétorix : l'abandon du siège d'Avaricum (ville de Bourges) par l'armée gauloise ou encore l'enfermement dans Alésia, et les raisons de la défaite – indiscipline des chefs gaulois dans le respect de la tactique – sont bien mises en évidence.

Pourtant, une séquence, lyrique et émouvante, nous touche lorsque retentissent les carnyx de l'armée gauloise juste avant la bataille finale et donne une indication – trop brève ! – sur ce que le film aurait pu être.

Mais il faut bien reconnaître que la réalisation manque cruellement de souffle et, surtout, de moyens, que les dialogues paraissent trop « écrits » et sont parfois mal venus par rapport aux images montrées et que la distribution internationale manque d'homogénéité.

Infiniment regrettable…


Répondre

De verdun, le 9 novembre 2007 à 19:07
Note du film : 0/6

Je vous trouve bien clément pour ce monument de ringardise où l'on peut voir le héros du septième sceau demander à Christophe Lambert je cite: "botte- moi le cul".

Sans parler de la scène où Lambert harangue les foules à la manière de Arlette Laguiller: "Gauloises, Gaulois….".

J'en passe et des meilleures…


Répondre

De Arca1943, le 9 novembre 2007 à 19:19

Ben quoi, qu'est-ce qu'elles ont mes braies ?


Répondre

De fretyl, le 9 novembre 2007 à 19:23
Note du film : 0/6

Il faut dire que Christophe lambert dans le role de Vercingetorix c'est aussi fou que de lui donné le role de Salvatore Giuliano dans Le sicilien .


Répondre

De droudrou, le 9 novembre 2007 à 19:30
Note du film : 1/6

Je n'ai plus le film en mémoire et n'éprouve nulle envie de le revoir.

Cependant, c'est assez vrai qu'il manque totalement de souffle mais ce que je crois surtout c'est qu'il manque d'un prologue puissant qui, tel un livre d'Histoire, nous rappellerait efficacement ce qu'est la Gaule à cette époque avec cartographies et ce qu'elle représente par rapport au monde romain qui est à sa porte.

Nous décrire certains faits par le dialogue n'est pas toujours le "format" idéal.

L'avantage du prologue est aussi de nous fournir une trame dramatique d'autant que cette guerre des Gaules et cette bataille d'Alesia ne sont pas banales même si au regard de l'Histoire Mondiale elles ne sont qu'un point de détail…

Le problème du casting était important et le problème des reconstitutions n'était surtout pas à négliger. A la sortie du film, chacun devait se sentir gaulois ou gauloise mais aussi avoir senti le souffle de l'Histoire.

Effectivement, un grand film demeure à réaliser à ce sujet.


Répondre

De Arca1943, le 10 novembre 2007 à 02:26

Fretyl, ô Fretyl. Il arrive souvent qu'on ne réponde pas à mes messages… ou alors, des mois plus tard. Tout le monde n'est pas inspiré par le même sujet en même temps.

Mais pour en revenir à ce film, il règne sur ce fil une solide unanimité de fond ! Je me dis : en voilà un que je n'ai jamais vu et que je ne verrai jamais, sauf en cas d'accident. (Accident du type : nous arrivons un soir dans un motel et c'est le seul film qu'on nous offre à la réception).

En même temps, comme toujours avec les nanars, je suis piqué par la curiosité. Ça peut devenir un spectacle haut en couleur, comme regarder Tentacules ou Plan 9 from Outer Space avec un groupe d'amis et une caisse de Boréale Cuivrée (excellente bière à 8,5%).


Répondre

De Steve Mcqueen, le 11 avril 2017 à 06:56
Note du film : Chef-d'Oeuvre

"Serpent pourri ! C'est pas la loi que tu sers mais les fausses couleurs de ta pestilentielle ambition ".

Ces derniers mots enflammés (au sens figuré et surtout au sens propre) du père du héros résument bien la puissance dialectique et le caractère subversif du chef d'oeuvre de Jacques Dorfmann.

Vercingétorix est ainsi un film qui se prête bien à l'exégèse. Porté par la flamboyante perruque et le verbe haut de Christophe Lambert, ponctué de furieux combats où des glaives en plastique achetés chez "Jouet Club" font gicler des gerbes de ketchup orange, le film est surtout porté par des dialogues à la démesure quasi shakespearienne ( et recensés en partie sur le site "Écran Large").

Ainsi le fameux "La magie de sa mort doit nous apprendre la leçon de son sacrifice", énoncé par un Max von Sydow perruqué et sans aucun doute dans un état d'ébriété avancé, provoque t-il un certain vertige métaphysique chez le spectateur. Les stratégies respectives des belligérants sont admirablement observées au détour d'un puissant "Si tu fais ce que tu veux, ton adversaire le voudra aussi".

Mais le film est aussi une ode à l'abnégation du guerrier, qui prend une valeur toute métaphorique, universelle et intemporelle : "Pour ne faire qu'un avec ton glaive, tu dois vider ton esprit de tout désir…"

Le cinéaste n'hésite pas à recourir au pléonasme pour défendre sa thèse freudienne : "Le savoir des rêves n'appartient qu'à celui qui rêve". Quant un film épique fait avancer à ce point une psychanalyse sclérosée par des théories lacaniennes surfaites, on ne peut qu'opiner des tresses.

La magnifique Inès Sastre n'est pas en reste, elle qui déclare d'un air pénétré (avant de l'être par Vercingétorix ? Mais veuillez pardonner cette parenthèse grivoise qui n'à rien à faire ici…) : "Il est toujours sage de penser que César sait toujours ce qu'il va penser " : mise en abîme philosophique et vertige métaphysique.

Notre héros est même parfois dépasé par les ramifications de ses propres répliques, par le métalangage qui sourd notamment du dialogue avec le druide, qu'il convient de citer ici dans sa complétude inachevée :

  • Le druide : "Le bien n'engendre pas la force, le mal non plus. Mais le mal appartient à ce monde des conflits humains dont on est tous prisonnier"
  • Vercingétorix : "Tes propos incompréhensibles ne m'aident pas".
  • le druide : "Je crois ".

Bref, ces dialogues à l'obscure clarté font tout le sel de ce chef d'oeuvre filmé avec les pieds et monté avec des gants.

Il prouve au passage qu'il n'est pas bon pour un dialoguiste d'abuser de la cervoise, pour le bien de son propre film, de sa santé et du cinéma en général.


Répondre

De Impétueux, le 11 avril 2017 à 21:14

Votre pseudo, Steve McQueen, accolé à l'appréciation de chef-d’œuvre décernée à ce Vercingétorix m'a fait un instant douter de ma raison, d'autant qu'au contraire de Vincentp, vous ne paraissez pas galvauder cette appréciation et la réservez à quelques films de l'histoire du cinéma, aussi rares que les certitudes sur les résultats de la prochaine élection présidentielle>.

Heureusement j'ai vite lu les propos roboratifs de votre dérision…. j'avais oublié cette bouse infâme, vue jadis…. comment se fait-il que vous nous la remettiez en mémoire ? C'est édité en DVD, ça ?


Répondre

De Steve Mcqueen, le 11 avril 2017 à 22:08
Note du film : Chef-d'Oeuvre

En fait Impétueux, j'ai revu le film hier avec un ami, et j'ai été encore plus estomaqué par ce ridicule qui touche au grandiose, par le fait que tout, vraiment tout est raté dans les grandes largeurs.

J'ai pris un immense plaisir comique à revoir ce film épique, rien que d'y repenser j'ai le sourire aux lèvres. Ma note est donc erronée, il faudrait créer sur Dvdtoile une rubrique pour les films "autres", qui défient le jugement et la raison par leur nullité qui touche au sublime. Une catégorie dans laquelle on pourrait peut-être classer Le jour et la Nuit de BHL, que j'ai hâte de découvrir et qui semble être le nectar de ce genre de "choses".

J'ai découvert très récemment comment attribuer la note de chef d'oeuvre à un film, ce qui explique sa rareté dans mes avis. Mais je compte bien me rattraper; d'autant plus que je viens de revoir Aguirre, la colère de Dieu…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.020 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter