Forum - Les Intouchables - Quid ?
Accueil
Forum : Les Intouchables

Sujet : Quid ?


De PM Jarriq, le 5 mars 2005 à 09:03
Note du film : 3/6

J'ai toujours été intrigué par ce film italien au cast improbable, infiniment plus classe que ses allures de série Z. Toute la bande de Cassavetes dans un polar "all italiana" ? Qui l'a vu ? Arca a-t-il un avis là-dessus ? La curosité me pousse à voter.


Répondre

De Arca1943, le 29 janvier 2006 à 01:23

Quelle affiche, en effet ! Peter Falk, John Cassavetes, Gena Rowlands, Gabriele Ferzetti, Florinda Bolkan, Britt Ekland et nul autre que le grand Salvo Randone ! Musique de Ennio Morricone, bien entendu.

Ne l'ayant pas vu, je n'ai pas d'avis ! Mais je sais que Giuliano Montaldo (Sacco et Vanzetti, Les Lunettes d'or) sait où mettre une caméra et diriger des comédiens (il fut d'abord acteur). Ça ne l'a pas empêché de se planter à plus d'une reprise, surtout récemment. (Ainsi je suis sorti plutôt sur ma faim de Tempo di uccidere, malgré une grande interprétation de Nicolas Cage). C'est un cinéaste de métier, à qui il faut d'abord de bons sujets, dans la même catégorie "qualité Italie" que Damiani ou Vancini (avec lesquels il a partagé la réalisation de l'excellente série TV La Piovra).

Bref, je tente le coup. D'autant qu'on ne trouve sur le marché francophone AUCUN film de Giuliano Montaldo en DVD, même pas son chef-d'oeuvre Sacco et Vanzetti


Répondre

De lych666, le 1er avril 2006 à 16:56
Note du film : 3/6

J'ai appris que Jim Morrison fait partie de ce casting, ma curiosité est piquée.


Répondre

De Freddie D., le 1er avril 2006 à 17:27

Oui, ça doit être quelque chose, de voir tous ces pionniers du cinéma indépendant new-yorkais, partis faire un tour en Italie, pour tourner une série B. Même nul, le film doit tout de même valoir le déplacement. Je vote !


Répondre

De lych666, le 7 juillet 2007 à 18:53
Note du film : 3/6

Je viens de me procurer ce film en VHS en version française et franchement malgré tout ce que l'affiche pouvait suggérer d'alléchant, j'ai trouvé ce film très décevant.

Premièrement, je me serais contenté d'une petite apparition de Jim Morrison pour être comblé mais, il doit s'agir d'un autre Jim Morrison car il n'y a aucune trace du "Lizard King" dans cette série B inégale qui sent les Seventies à plein nez, et pourtant j'ai guetté à chaque image, chaque apparition de personnage, en vain… Cette première déception s'est donc propagée sur tout le reste du film qui enchaine effets démodés et scènes ennuyeuses, avec malgré tout des acteurs qui gèrent la crise dans ce montage volontairement saccadé avec des raccord et des changements de plans brusques qui viennent couper brutalement la musique du plan précédent.

Le film fait un peu penser à du Melville sans jamais vraiment décoller ni captiver, mais il possède tout de même un certain style qui en fait une oeuvre originale qui a mal vieilli, une sorte de fusion entre une série policière, un film de gangsters, comment dire… Le terme téléfilm de genre pourrait le définir d'une certaine manière.

Pas de regret s'il n'existe pas en DVD, même s'il mériterait ce support plus que certains navets déjà édités.


Répondre

De PM Jarriq, le 7 juillet 2007 à 19:29
Note du film : 3/6

A priori, c'est le genre de film "mythique", parce que personne ne l'a vu, qu'il est oublié de toutes les filmos, et que son casting est intrigant (Falk, Cassavetes, Rowlands, on est gâté !). Mais généralement, il vaut mieux que ce genre de film demeure invisible. Ou intouchable, tiens…


Répondre

De Arca1943, le 10 juin 2008 à 22:27

Oh, mais on y trouve Florinda Bolkan en plus ! Mazette ! Dommage que ça n'ait pas l'air fort, fort.


Répondre

De PM Jarriq, le 14 juin 2008 à 16:57
Note du film : 3/6

Bon… Ce n'est ni le grand polar méconnu secrètement espéré, ni la cata honteuse redoutée.


Répondre

De verdun, le 20 novembre 2020 à 23:09
Note du film : 4/6

Jack (Pierluigi Aprà) engage son père Hank McCain (John Cassavetes), qui vient de sortir de prison après douze ans de détention, pour cambrioler un casino appartenant à la mafia. Le casse est organisé par Charlie Adamo (Peter Falk), récemment nommé responsable des activités mafieuses de la côte Ouest. Mais, apprenant qui sont les propriétaires du casino, ce dernier tente alors d'empêcher l'opération.

Mes remarques seront similaires à celles effectuées sur le fil du Carnaval des truands.

Le cinéaste Giuliano Montaldo (né en 1930) est surtout connu pour avoir été, après le succès remporté par son film culte, Sacco et Vanzetti, une sorte de Costa-Gavras italien dénonçant certains fléaux et injustices de nos sociétés occidentales.

Ceci dit, certains cinéphiles retiennent surtout dans sa filmographie deux polars réalisés dans la deuxième moitié des années 1960, certes moins engagés et moins ambitieux mais peut-être plus intéressants sur le plan cinématographique: Le carnaval des truands (1967) et Les intouchables (1968).

Les intouchables, qui n'a rien à voir avec le film réunissant Omar Sy et François Cluzet, souffre des mêmes défauts scénaristiques que Le carnaval des truands. Ainsi, la première partie est un poil languissante. Quant à l'intrigue et aux dialogues, ils se révèlent d'une banalité parfois embarrassante. Il s'agit ici aussi d'une histoire de hold-up mais la présence de la mafia se superpose à la trame principale: puisque le casino volé appartenait au syndicat du crime, le téméraire Hank McCain subit après le casse une vendetta de grande ampleur. Les intouchables a l'avantage de ne durer que 90 minutes et la dernière demi-heure se révèle rythmée et d'une noirceur encore plus prononcée que dans Le carnaval

Comme les messages précédents l'ont fait remarquer, la distribution est particulièrement brillante et ne déçoit guère malgré le manque d'épaisseur de certains rôles. John Cassavetes est un acteur formidable mais peut être, de mon point de vue, irritant car trop actor's studio dans les films qu'il ne réalise pas. Il me semble ici bien plus sobre que dans ses prestations dans des films plus connus tels que Furie ou même Rosemary's baby. A ses côtés, nous retrouvons avec plaisir ses complices habituels Peter Falk, et, dans une apparition courte mais pleine de grâce, Gena Rowlands. Le mélange entre ces grands acteurs américains et les comédiens italiens est convaincant car la production a eu la bonne idée de confier à Gabriele Ferzetti, Luigi Pistilli ou encore Salvo Randone des rôles… d'Italo-Américains. Signalons enfin la présence de la belle Britt Ekland et la trop brève intervention d'une Florinda Bolkan particulièrement à son avantage.

Visuellement Les intouchables est aussi brillant -voire plus- que Carnaval des truands: nous retrouvons un découpage bien conçu, un montage bien rythmé, un cinémascope mettant parfaitement en valeur les spectaculaires décors et paysages états-uniens, ainsi qu'une alternance équilibrée entre les scènes calmes et les séquences d'actions plus nombreuses au fil de la projection. Les mouvements de caméra et la photo sont ici particulièrement inspirés.

La BO de Ennio Morricone est efficace sans toutefois faire partie des partitions les plus mémorables du maestro.

Les intouchables souhaite boxer dans la même catégorie que la grande et belle séries B américaine, celle des Don Siegel et autres Phil Karlson, et y parvient presque. Son ampleur est limitée non pas par le manque de moyen mais par la faute d'un scénario étriqué. C'est du bon cinéma européen à l'américaine, du Verneuil en plus sec et en plus gracieux.


Répondre

De vincentp, le 28 novembre 2020 à 13:55

L'année 2020 a été marquée par le retour remarqué de Verdun sur ce forum.

Ont été particulièrement appréciées par nos lecteurs les chroniques suivantes :
Baroudeurs en Baroudie (chronique de Verdun)
Moines en lévitation (chronique de vincentp)
Le triathlon vers Rome (chronique de Arca1943)
Childebert s'encanaille au vieux port (chronique de Impétueux)
Cagnotte record pour la tsédaka (chronique de Charles Frydman)
Humeur belliqueuse du canidé de ma concierge (chronique de Jipi)


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.018 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter