Forum - Nous nous sommes tant aimés ! - Merveilles
Accueil
Forum : Nous nous sommes tant aimés !

Sujet : Merveilles


De Buster, le 7 octobre 2003 à 21:17

A la recherche de ce merveilleux film en DVD…

Any help…??

Buster K


Répondre

De JBSOA, le 11 décembre 2003 à 12:45
Note du film : 6/6

Oui, il existe bien en Z1 mais je ne l'ai pas acheté car, d'après les commentaires d'AMAZON.COM, il s'agit d'une édition tronquée, ç-à-d version NON intégrale :-(

Je ne comprends pas que ce FABULEUX FILM ne soit pas édité en Z2…

Si quelqu'un possède ce film……au pis aller une c. serait la bienvenue !


Répondre

De spontex, le 24 janvier 2004 à 18:25

Moi aussi, je vote ! Je viens de voir Parlons femmes d'Ettore Scola, et ça me donne envie d'en voir d'autres !


Répondre

De Arca1943, le 24 janvier 2004 à 19:34
Note du film : 6/6

Et moi aussi, évidemment. Ma copie VHS est un peu floue. Il faut dire que je l'ai regardée très, très souvent… (Excellente version française : il faut absolument qu'on la retrouve sur DVD). Vous savez sans doute qu'un remake est en route? Avec les États-Unis dans le rôle de l'Italie et la guerre du Vietnam dans celui de la guerre civile contre le fascisme. Je me demande ce qu'il va rester des one-liners signés Age-Scarpelli (Agenore Incrocci et Furio Scarpelli). Le tournage a débuté en mars dernier, mais j'ai entendu dire entre les branches qu'il y avait toutes sortes de problèmes et de difficultés sur ce tournage… gneh eh eh, comme c'est dommage!


Répondre

De PM Jarriq, le 23 octobre 2004 à 07:55
Note du film : 5/6

Je viens de revoir "Nous nous sommes tant aimés" qui m'a redonné les mêmes sensations qu'à première vision, il y a bien longtemps, même si le DVD aurait mérité une vraie restauration au niveau image et son (presque inaudible par endroits dans la v.o.). En fait, je ne m'étais pas rendu compte à quel point le magnifique "Nos meilleures années" s'est inspiré du film de Scola et combien il lui doit. Tant mieux : les deux œuvres sont des merveilles.


Répondre

De David-H, le 15 janvier 2006 à 18:37

Je l'avais lu le jour-même ici…Mais je n'ai vu aucun article dans le principal quotidien belge par contre… www.lesgensducinema.com/affiche_acteur.php?mots=AGE&nom_acteur=AGE&ident=438&debut=0&record=0&from=ok


Répondre

De Impétueux, le 8 mai 2011 à 16:33
Note du film : 5/6

Si je mets, ce que j'ai fait, 6/6 à Au nom du peuple italien et à Une vie difficile, je ne peux pas raisonnablement pas mettre plus de 5 à Nous nous sommes tant aimés (si la chose était possible, je mettrais d'ailleurs quelque chose comme 4,8 ou 4,9) ; sans doute parce que, dans mon esprit, Ettore Scola est un soupçon en dessous de Dino Risi (un gros soupçon, même), malgré la réussite parfaite de Affreux, sales et méchants.

C'est formidable, Nous nous sommes tant aimés, mais, pour chercher la petite bête, je trouve que c'est précisément un peu trop habile, un peu trop écrit : sous Scola le réalisateur, on sent Scola le scénariste et ses roublardises qui engoncent un peu le film, qui le font manquer de spontanéité : ainsi la structure temporelle trop sophistiquée, ainsi le procédé qui fige les protagonistes, à l'image de la mise en scène de théâtre d'avant-garde que sont allés voir Antonio (Nino Manfredi) et Luciana (Stefania Sandrelli), pour leur permettre d'exprimer leurs pensées profondes, ainsi le savant enchevêtrement des propos et des éclairages les uns après les autres portés sur les trois principaux protagonistes (Manfredi donc, Vittorio Gassman et Stefano Satta Flores) qui prennent successivement la parole pour conter l'évolution de l'histoire. Ainsi l'irruption dans le film, à de trop nombreuses reprises, de la vie réelle, de De Sica, de Fellini, de Mastroianni : on a bien compris le pieux hommage, mais il est légèrement trop appuyé…

Cela dit, qui est assez véniel, c'est éblouissant d'esprit, avec des mots d'une vacherie délicieuse (Qui est le plus seul au monde ? C'est le Riche ! Il est seul, vu qu'il y en a moins ; les pauvres sont si nombreux qu'ils se soutiennent… ou bien l'impeccable maxime Qui triomphe de sa conscience gagne le combat de l'existence !). Le promoteur véreux et richissime (litote ?) qui profère des réjouissantes horreurs pareilles, l'énorme Romolo Catenacci, affublé de son idiot d'Amadéo (ce sont les Aldo Fabrizi père et fils ; est-ce qu'ils ne font pas songer irrésistiblement au splendide duo formé par le délicat Président du club de Montpellier, Louis Nicollin et son fils Laurent, dont la grâce et le bon goût font honneur au football français ?) ; c'est toute la puissance, le déferlement de puissance du fric, comme dans Une vie difficile (Alberto Sordi : Je suis payé 5000 lires et je ne retirerai pas l'article pour 50.000 lires ! Et l'industriel : Mais pour 5 millions ? …) ; c'est le culot de baptiser un ensemble d'immeubles construit en s'asseyant sur toutes les règles d'urbanisme et de sécurité, Porcareccia (qui doit être quelque chose comme Porcherie, mais d'un niveau encore inférieur)…

L'équilibre entre les trois principaux personnages est subtil et d'une grande intelligence : brûlante ardeur révolutionnaire, ferveur, honnêteté, ridicule de Nicola (Stefano Satta Flores), morale flasque, à géométrie variable, avec à peine un brin de scrupules de Gianni, qui est si irrésistible avec toutes les femmes (Vittorio Gassman) et gentillesse un peu désespérante d'Antonio (Nino Manfredi), aux pauvres airs de chien battu et espérant pourtant… Entre eux, le fil conducteur de Luciana (Stefania Sandrelli), dont le destin est peut-être de patienter la nuit, sur une place romaine, pour inscrire les enfants à l'école, en croyant que les lendemains vont chanter, aux sons de la guitare, autour du feu de camp…


Répondre

De Arca1943, le 9 mai 2011 à 12:41
Note du film : 6/6

Je suis sans voix. Je suis anéanti. Mon livre sera terminé dans quelques jours et alors, et alors je répondrai à cette… à cette inqualifiable provocation !

Oser mettre des bémols à cette tragicomédie miraculeuse, un des meilleurs films de l'histoire du cinéma !? À la narration si fluide et naturelle qu'elle est comme la vie même !? Un film que j'ai vu au moins une bonne vingtaine de fois, sans exagérer, et que je reverrai encore et encore et encore !? Le meilleur scénario jamais signé par Age-Scarpelli qui en ont pourtant signé d'extraordinaires !? Le plus poignant finale qu'on puisse rêver !? Une cascade de one-liners (répliques) du tonnerre de Brest mais sans jamais le côté "mot d'auteur" d'un Audiard par exemple ?

Je vous envoie sur l'heure mes témoins ! (Mais bon, pour des raisons de coupures de budget, ils partent à rame de Montréal, alors il leur faudra un certain temps.)


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.023 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter