Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

La griffe Duvivier !


De Frydman Charles, le 15 janvier à 17:37
Note du film : 5/6

Maigret fume sa pipe au début,et presque pas ensuite ! Damia qui chante "la complainte" : vidéo Damia "complainte" apporte une touche mélancolique au film . Son air lancinant fredonné dans le film hante Radek qui voudrait donner un visage à cette voix. Il l’imagine en la femme de Ferriere et finit par trouver Damia. Radek est tuberculeux et condamné à court terme par la maladie. Par rapport au roman Willy Crosby devient Will Ferriere, et la Coupole est ici le bar de l’Eden. J’ai vu 3 versions de ce film,avec Harry Baur, Jean Richard (1967) et Bruno Cremer .Radek est inspiré de Raskolnikov dans "crime et châtiment" Radek Raskolnikov "Duvivier en fait une sorte de Raskolnikov halluciné, proche de la folie, joué par un Valery Inkijinoff survolté, aussi excessif que Maigret est placide." Ce rapprochement se trouvait déjà dans le roman de Simenon en 1931 Radek comme Raskolnikov se croit superieur "Mais le roman s’attache surtout à la personnalité de Radek, un homme prêt à tout pour être reconnu, même à mettre son intelligence au service du mal "Simenon s’est inspiré de Raskolnikov, le personnage central de Crime et Châtiment de Dostoïevski." Simenon admirateur de Dostoievski " Au lieu de tirer trop sur l’enquête proprement dite, la recherche de la vérité, Maigret tente de comprendre le mécanisme qui a produit le drame. Simenon qui était un grand admirateur de Dostoievski aurait pu apprécier le côté Raskolnikov du personnage du criminel. " Dans la version avec Bruno Cremer le graphologue précise à propos de Radek "c’est un homme d’une intelligence supérieure". Raskolnikov justifie ses crimes en se considérant comme un surhomme , Il se compare à Napoleon, Newton…" "D’après moi, si les découvertes de Kepler et de Newton n’avaient pu, par suite de certaines circonstances, parvenir à l’humanité que moyennant le sacrifice d’une, de cent vies humaines ou même davantage, capables de leur faire obstacle, Newton aurait eu le droit, et bien plus le devoir, de les supprimer afin de permettre la diffusion de ses découvertes dans le monde entier". Radek se croit plus intelligent que Maigret et pouvoir ainsi échapper au châtiment. Moqueur il prend le commissaire de haut "commissaire vous ne comprendrez jamais rien à cette affaire". Vers la fin du téléfilm, Maigret (Bruno Cremer) remet Radek à sa place, celle d’un assassin qui a fait exécuter son crime par Valachine (dans la version 1967 c’est Radek lui même l’assassin, dans le roman un Valachine apparaît une seule fois , à la Coupole : "On demande M. Valachine au téléphone ! vint crier un chasseur. Et quelqu'un se leva, se dirigea vers les cabines. — Deux roses, deux !" Mais pas dans la 1ere version 1967 avec Jean Richard. Par contre dans la 2eme version en 1983 vers 20 mn,une serveuse demande Mr Valachine au téléphone en tenant une ardoise , presque conformément au roman où c'était un chasseur

. Valachine est également evoqué une seule fois. Dans cette version Radek est polonais,né à Cracovie . Dans la version avec Bruno Cremer Maigret dit à Radek "Je suppose que ça n’impressionne pas un esprit supérieur, de savoir que deux femmes on été tuées ici". Dit Maigret qui reprend le dessus. Raskolnikov avait également assassiné deux femmes. RAdeK…RAsKolniKov. Dans les versions avec Jean Richard Radek est français au lieu d’être Tchèque (1ere version), Il est polonais dans la 2ème version Maigret,La tête d’un homme 1983 "Question scénario, la qualité du roman garantissait celle de l'épisode, dès lors qu'on ne le trahissait pas, et l'adaptation s'avère fidèle. En particulier, Radek est logiquement présenté comme Tchèque, alors que la première version l'avait inexplicablement transformé en Français." (En fait polonais). Radek y est neurochirurgien, Raskolnikov étudiant en médecine.


Répondre

De Gilou40, le 30 septembre 2010 à 20:05
Note du film : 3/6

C'que vous devez être chou avec un bonnet de nuit…Il le sait Mocky ?


Répondre
Pour une édition DVD !


De Xaintrailles, le 3 avril 2008 à 15:17
Note du film : 2/6

J'ai vu 4 versions de La Tête d'un homme. Celle de Duvivier, les 2 avec Jean Richard et celle avec Bruno Cremer. A mon avis, la meilleure (et d'ailleurs la seule qui soit à peu près fidèle au roman, bien qu'il y manque quelques scènes assez cruelles comme celle où Radek fait chanter la mendiante en lui promettant un billet)est la première avec Jean Richard, en noir et blanc, filmée en décors naturels à la Coupole et sur les bords de la Marne avec l'excellent Serge Merlin, bien supérieur à Gérard Desarthe.


Répondre

De Sépia, le 13 janvier 2008 à 01:14

Mais bien plus simple encore ! Vous cliquez sur le pseudo et on vous annonce qu'Impétueux a déposé 2600 messages, Droudrou 1910 , Arca 3700 ! Tout est dit ! Les crétins, même légion, seront morts avant d'en avoir écrit le centième !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0047 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter