Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Un des meilleurs Newman


De Impétueux, le 30 décembre 2018 à 15:11
Note du film : 4/6

J'évacue tout d'abord ma bile noire et le sentiment d'invraisemblance et d'irréalisme qui me saisit devant les films de bagne étasuniens. Comme dans Les évadés de Frank Darabont, voilà qu'on réunit dans les mêmes lieux et sous les mêmes chaînes des criminels profonds (il est dit au tout début que l'un des pensionnaires du camp de travail y est placé à perpétuité) et de simples délinquants. Car on ne peut pas dire que Lucas Luke Jackson (Paul Newman) soit, pour avoir démoli, un soir d'ivresse, quelques parcmètres, un individu si dangereux pour la société qu'il doive accomplir deux ans de pénitencier. Ma méconnaissance du système carcéral des États-Unis est certaine, mais je crains bien que ce qui est représenté dans les films ait quelque rapport avec la réalité. Heureux détenus de notre pays qui sont, selon le degré de leur peine répartis entre Maisons d'arrêt, Centres pénitentiaires et Maisons centrales (réservées aux plus longues peines) : ce ne sont pas du tout les mêmes détenus qui les peuplent.

Si nous passons sur cette incroyable situation et admettons aussi la férocité de la réglementation imposée dans la colonie pénitentiaire, la sévérité de la discipline, les gardes armés à la gâchette facile, les chiens féroces, la pratique torturante du cagibi, la dureté des travaux forcés, si nous nous laissons entraîner au delà de ce qui peut paraître invraisemblable à un Européen mais qui est peut être bien le sort commun des prisonniers du Nouveau Monde, Luke la main froide est un film formidable, porté par le talent lumineux de Paul Newman et la curieuse atmosphère qui règne au sein du groupe rassemblé, bagnards et gardiens mêlés.

Luke, plus tard surnommé La main froide, parce qu'il est parvenu à remporter une partie de poker sans avoir quoi que ce soit dans son jeu, est un rebelle-né. Bien davantage qu'un révolté agressif et hargneux contre le monde entier. C'est sûrement en ceci qu'il décontenance ses compagnons de misère et que, malgré l'emprise qu'il exercera de plus en plus sur eux, il leur demeure en quelque sorte extérieur. À l'exception notable de Dragline (George Kennedy), qui était quelque chose comme le caïd du groupe avant l'arrivée de Luke et qui devient son acolyte et ami après que les deux hommes se sont fichés une bonne peignée où d'ailleurs, Luke s'est fait massacrer et après l'épisode du poker gagnant.

Et finalement, d'ailleurs, le groupe s'accommode assez bien de la vie mécanique du bagne, réglée comme du papier à musique, où s'épuisant dans les tâches répétitives de fauchage de mauvaises herbes et de curage de fossés, il ne pense, au soir venu qu'à s'écrouler de sommeil.

Avec de temps en temps, tellement rares qu'elles apparaissent comme des aubaines fabuleuses, des sortes de récréations inespérées. Il se peut que le réalisateur, Stuart Rosenberg ait un peu chargé la mule sur ce point, mais cela donne des séquences anthologiques : l'exhibition érotique devant les bagnards d'une opulente quoique gracieuse créature (Joy Harmon) prétendant laver sa voiture, en tenue courte, toutes cuisses et tous seins offerts à la concupiscence publique ; et aussi le pari fou – et tenu – de Luke d'ingurgiter 50 œufs durs devant la chiourme stupéfaite, espérante ou désolée selon qu'elle a joué le succès ou l'échec de cet exploit.

Mais il est de la nature de Luke de ne pas filer doux. Donc de s'évader. Donc de se faire reprendre et surveiller plus durement. Et de s'évader à nouveau. Et ainsi de suite. Jusqu'à la fin. Les poursuites sont filmées par Stuart Rosenberg avec un sens du rythme, de la tension, du halètement formidable. La musique intervient à point nommé. Le titre est intrigant à souhait. Qu'espérer de mieux ?


Répondre

De DelaNuit, le 11 août 2008 à 22:32
Note du film : 5/6

Une bonne surprise pour moi que ce Luke la main froide, en VO "Cool Hand Luke", que je n'avais pas encore vu. Paul Newman est parfaitement crédible comme d'habitude, et j'ai trouvé que le scénario évitait les écueils et les facilités du film de bagne :

La rivalité entre Newman et Kennedy ne se traîne pas en longueur tout au long du film mais laisse place à une amitié virile. Le gardien impassible aux yeux cachés derrière des lunettes de soleil est montré comme un salaud mais on ne le voit pas pourchasser les prisonniers enfuis tel un Terminator… Le directeur de la prison peut se montrer peau de vache et compréhensif…

Finalement, les comportements des uns et des autres rendent l'histoire parfaitement crédible, et Newman avec son petit sourire narquois garde de la distance… la plupart du temps.

Un très beau rôle également – court : une seule apparition – pour la mère du héros, alias Jo Van Fleet, complètement crédible dans son rôle de femme marquée par la vie, dans la lignée de ses personnages de mère indigne et maquerelle de James Dean dans A l'est d'Eden et de pocharde amoureuse de Kirk Douglas dans Réglement de compte à OK Corall.

Une réflexion sur l'ordre moral qui broie les individus originaux épris de liberté… Au passage aussi une réflexion sur la quête de Dieu ou tout au moins une quête de sens dans ce monde.

Sur l'homme sensible et rebelle que cherche à broyer le système, ce film m'a fait penser à L'homme à la peau de serpent avec Marlon Brando en moins théâtral, moins symboliste mais plus réaliste.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.079 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter