Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Aventures en Parisie


De vincentp, le 29 août 2018 à 22:26
Note du film : 5/6

J'ai regardé ce soir le dernier volet de Les rendez-vous de Paris que je n'avais pas encore vu, et qui n'est pas le volet le plus côté du cinéma de Rohmer. Avec un avis très personnel à la clé : Rohmer était un cinéaste particulièrement doué, son cinéma est virtuose, et peut marquer certains spectateurs. D'autres seront rebutés par des dialogues étranges, sortis d'on ne sait où.

Le cinéaste réussit à mon sens à travers des péripéties très ordinaires de la vie de tous les jours à aborder des sujets essentiels qui concernent chacun (les choix à faire engageant des individus, partagés entre leur activité professionnelle et personnelle, conduits par la raison et des aspects liés à l'émotion).

C'est aussi un des rares cinéastes (avec Robert Bresson ?), à mon avis, dont on se demande ce que sont devenus ses acteurs. Le film a été tourné en 1994, à une époque ou les téléphones avaient encore un fil à la patte. Du temps s'est depuis écoulé. Les trois acteurs de ce dernier volet (Benedicte Loyen, Michael Kraft, Veronika Johansson) ont connu des sorts professionnels divers. L'incarnation de leur personnage dans ce volet de Rohmer est marquante à mon sens. Il y a un côté démiurge, créateur d'univers, et de personnages emblématiques, chez ce cinéaste.

5/6 pour ce film mais l'oeuvre complète de Rohmer est en soit un chef d'oeuvre…


Répondre

De vincentp, le 18 janvier 2014 à 00:16
Note du film : 5/6


Oeuvre de cinéma hors-norme… reposant sur des dialogues dont on ne sait s'ils sont naturels (et spontanés) ou artificiels (écrits par un scénariste). Les rendez-vous de Paris est un Rohmer sans doute mineur, parfois agaçant, mais qui fait réfléchir pendant et après sa vision. Sur la façon dont les Parisiens nouent des relations sentimentales. La société y est tellement stratifiée (les ouvriers construisent un immeuble sous la fenêtre de la jeune fille) qu'il est difficile de rencontrer des personnes possédant les mêmes affinités.

Les rencontres se font au gré des circonstances, de façon inattendue, sur un marché ou à la terrasse d'un café… La psychologie des jeunes parisiens, leurs pensées et émotions, sont portées par l'écriture cinématographique, tel ce plan-séquence suivant la démarche sensuelle de la jeune fille en fleur. Derrière une légèreté de façade, un propos emprunt de gravité suggérant que les relations humaines, faites de malentendus et d'incompréhension, peuvent partir en vrille à tout instant. Le cadre verdoyant et paisible de la cité constitue toutefois un berceau favorable à ces relations.



Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0028 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter