Forum - Les Aventures d'Arsène Lupin - Dans mon clos poussent les Lupins...
Accueil
Forum : Les Aventures d'Arsène Lupin

Sujet : Dans mon clos poussent les Lupins...


De Arca1943, le 8 août 2004 à 19:08

…et celui-là est signé Jacques Becker, en plus. Ca doit pas être si mal, hein, dites? Moi, je suis curieux de voir ça, alors je signe pour sa réédition en DVD !


Répondre

De Impétueux, le 16 octobre 2004 à 17:38
Note du film : 5/6

…et moi, qui suis presque vieux, je l'ai vu jadis, revu je ne sais plus quand, et le reverrais bien !

Comme tout Becker, d'ailleurs !


Répondre

De RdT, le 10 février 2007 à 12:29
Note du film : 6/6

Plusieurs raisons s'ajoutent et se cumulent pour militer à l'édition en DVD de ces Aventures d'Arsène Lupin.

En premier lieu ce film date d'une année mythique : 1957 l'année où les salles de cinéma en France ont atteint leur fréquentation record : 411 millions de spectateurs chiffre jamais égalé depuis (voir le rapport de Jack Ralite fait à ce sujet sur le site internet du Sénat).

Ensuite il y a

dans le rôle de Mina Von Kraft Liselotte Pulver que j'ajouterais bien à ma liste des plus belles actrices.

En outre bien sûr il y a le mythe d'Arsène Lupin le génial gentleman cambrioleur créateur infatigable d'hétéronymes.

Enfin il y l'auteur : Maurice Leblanc (1864-1941) est d'abord un grand écrivain inséré dans son temps. Il comptait parmi ses admirateurs de grands littérateurs comme Léon Bloy, Jean de Tinan, Alphonse Daudet, Maurice Barrès, Rémy de Gourmont et Pierre Louys. Sa soeur, la comédienne Georgette Leblanc fut l'égérie et la compagne de Maurice Maeterlinck. Après avoir lu avec une passion dévorante Gustave Flaubert, Guy de Maupassant et Emile Zola, Maurice Leblanc s'est lancé dans l'écriture des multiples aventures d'Arsène Lupin. Pendant 36 ans, il sera au service du héros qu'il a créé, au point de se sentir piégé par lui. Il aurait dis à son sujet:

" Il me suit partout. Il n'est pas mon ombre, je suis son ombre. C'est lui qui s'assied à cette table quand j'écris. Je lui obéis. "

Une telle modestie face à sa création lui fut profitable. Arsène Lupin est devenu un grand héros populaire. Ce film de Jacques Becker est une des apogées de sa popularité. Robert Lamoureux fut un des meilleurs Arsène Lupin.


Répondre

De Impétueux, le 10 février 2007 à 13:25
Note du film : 5/6

Communions, pour une fois, RdT, dans l'admiration absolue du grand Maurice Leblanc, admirable conteur d'intrigues, crateur d'un personnage immense, auteur de romans toujours aussi passionnants !

Signalons que l'excellente collection Bouquins (Robert Laffont) a édité en quatre volumes les histoires d'Arsène Lupin et espérons que le film de Becker ressortira quelque jour, avec un Lamoureux excellent, plus conforme par sa dégaine au personnage que me semble être Georges Descrières dans le feuilleton télévisé…


Répondre

De RdT, le 10 février 2007 à 15:35
Note du film : 6/6

«Signalons que l'excellente collection Bouquins (Robert Laffont) a édité en quatre volumes les histoires d'Arsène Lupin»

Merci de le signaler Impétueux. C'est en effet une nouvelle qui méritait d'être signalée, et qui m'intéresse au plus haut point. Je ne boude pas mon plaisir de partager une passion pour le beau frère de Maurice Maeterlinck avec un bretteur à la lame rhétorique aussi aiguisée que vous.

J'espère avec vous que cette sortie en «bouquins» activera la sortie en DVD de ces Aventures d'Arsène Lupin avec la belle Liselotte Pulver et Lamoureux qui est bien supérieur à son confrère de la Comédie Française, je suis d'accord avec vous.

Mais plus encore que de lire Lupin dans la collection «Bouquins» ce que j'aimerais ce serait de trouver les numéros originaux de «Je sais tout» où figurent les premières aventures de Lupin.










Répondre

De Impétueux, le 15 octobre 2012 à 17:45
Note du film : 5/6

Eh bien voilà, c'est fait, et puisque Les aventures d'Arsène Lupin sont sorties dans une excellente édition Gaumont (aux images et couleurs remarquablement belles), nous pouvons reprendre ici même ce qui avait été dit naguère : Robert Lamoureux a été un Lupin remarquable, avec juste le zeste de gouaille qu'il fallait, mais aussi plein de charme, d'assurance, de désinvolture, d'élégance.

Quelle part Jacques Becker, le grand Jacques Becker a-t-il prise dans ce joli succès de cinéma ? Dans l'excellent supplément du DVD, Olivier Curchod, spécialiste du réalisateur, précise qu'il a cherché, après les grands succès de Casque d'or et de Touchez pas au grisbi, un financement pour une œuvre du même lignage personnel, qui se serait appelée Vacances en novembre et qui aurait traité de la fin de la Grande guerre. Ne pouvant trouver de producteur, il s'est résolu à tourner Ali Baba et les quarante voleurs, petite pochade sans grand intérêt, pleine de Fernandeleries puis ce Lupin, de bien meilleure facture et qui, lui, n'est en rien indigne à l'immense talent de son auteur.

Même si j'ai lu – dévoré, serait plus juste – les quatre gros tomes de l'intégrale Lupin parue en Bouquins, ma lecture est un peu trop ancienne pour que je puisse restituer dans leur contexte écrit les trois épisodes mis en image. Il me semble que la subtilisation de deux toiles de maître (un Vinci, un Botticelli… mazette !) alors que le Michel-Ange est négligé (car c'est un faux !) figure quelque part dans une des nouvelles des premières séries présentant le gentleman cambrioleur.

L'habile larcin des bijoux à l'hôtel Meurice, également. Quant à l'épisode final, où Lupin dérobe à l'Empereur Guillaume II d'Allemagne un million de marks, il présente de forts rapports avec le grand roman 813, tout en restant fort aimable.

Je note en effet, que le film de Becker ne présente que la face joyeuse et ironique des récits lupinesques qui, au fur et à mesure que Maurice Leblanc les développera deviendront plus sombres et plus cruels (même remarque d'ailleurs pour Gaston Leroux : il y a un abîme horrifique entre Le mystère de la chambre jaune et Le château noir). Pour l'instant, c'est donc tout en légèreté et en finesse que Lupin, maître du grimage et du déguisement gruge, vole, dérobe, escamote et barbote.

Et Robert Lamoureux fait cela particulièrement bien, au milieu d'une société policée, raffinée, aux codes subtils et intelligents, dont on ne voit guère, d'ailleurs, que les aspects brillants, mais qui se noie dans le champagne avant de le faire dans le sang. Chatoiement de couleurs, de robes sublimes et d'uniformes chamarrés, particulièrement bien mise en valeur par une caméra virevoltante qui fait alterner de très beaux panoramiques élégants et des gros plans pleins de finesse.

Vraiment film ravissant et drôle ; et davantage encore : plein d'esprit.


Répondre

De Tamatoa, le 15 octobre 2012 à 19:56

Vous en êtes ?…Je suis à peine étonné. C'est un bonheur, en effet, de savoir qu'on va pouvoir regarder les aventures d'Arsène Lupin dans de bonnes conditions. Quelle bonne nouvelle ! Jacques Becker/Robert Lamoureux, quelle belle alchimie ! Je ne sais pas si Signé Arsène Lupin est aussi sorti en DVD, mais ce serait une très bonne chose. Par contre, sur le fil de Signé Arsène Lupin, justement, un contributeur, Florian, nous dit que Robert Lamoureux était aigri, ces dernières années, cloué dans son fauteuil roulant. Il devait bien l'être, de temps en temps, la nostalgie aidant. Mais c'est très étonnant car peu, très peu de temps avant sa mort, il écrivait encore de bien jolis poèmes, rudement bien troussés. J'en veux pour preuve, le dernier texte écrit et enregistré pour You-Tube, pour dire au revoir à ses fans. Vous pouvez aller l'écouter. Si tous les "Aigris" étaient comme ça..

J'en profite pour dire que le fil de Signé Arsène Lupin m'a renvoyé à Papa, maman, la bonne et moi où j'ai lu de bien fameuses digressions absolument passionnantes. Soyez en, vous et vos amis, grandement remercié.


Répondre

De Impétueux, le 16 octobre 2012 à 11:36
Note du film : 5/6

Oui, oui, Tamatoa, Signé Arsène Lupin a été édité dans la collection Gaumont à la demande et je vais me dépêcher de l'acquérir ; même si ce n'est plus Jacques Becker, mais Yves Robert qui est aux manettes, c'est toujours Robert Lamoureux qui incarne Lupin, et je me réjouis de le retrouver.

Ce qui n'est pas édité, c'est Arsène Lupin contre Arsène Lupin où, sous la baguette d'Édouard Molinaro, deux jeunes premiers prometteurs, Jean-Claude Brialy et Jean-Pierre Cassel se disputaient l'héritage (spirituel) de leur père commun…

Merci pour avoir trouvé intéressants nos échanges passés sur Papa, maman, la bonne et moi ; il y eut un temps sur DVDToile où de nombreux actifs contributeurs apportaient tous leur pierre à l'édifice…

Moins de trailers, plus de contributeurs…. Y a-t-il un lien ?


Répondre

De Arca1943, le 17 octobre 2012 à 18:00

« Ce qui n'est pas édité, c'est Arsène Lupin contre Arsène Lupin. »

Mais si, mais si ! Je viens de le repérer sur le site de la FNAC, dans la collection Gaumont à la demande. En plus des deux Lupin interprétés par Lamoureux, cela va faire un joli paquet…

Par contre, toujours avec Robert Lamoureux, je viens de remarquer, stupéfait, l'absence sur DVD de Pattes de velours, mettant également en vedette Silvana Pampanini, Alberto Sordi, Ugo Tognazzi et (last but not least) Buster Keaton… Ça alors, comment est-ce possible ?


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.034 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter