Forum - Docteur Folamour - Quelle dérision !
Accueil
Forum : Docteur Folamour

Sujet : Quelle dérision !


De droudrou, le 9 octobre 2008 à 14:40
Note du film : 4/6

Surprise : normalement existent d'autres commentaires à propos du film !

Dans toute la filmographie de Stanley Kubrick, ce serait peut-être le film que je trouverai le moins réussi du point de vue technique. Chaque fois que je le vois, je le trouve lourdingue ! Il y a un rythme qui manque ! Il y a aussi beaucoup de choses et je crois que, peut-être, le fait de vouloir trop en faire nuit au rythme de ce film plutôt acerbe, tragi-comique. Certaines scènes me paraîtraient inutiles ou à revoir en termes de cadre comme par exemple les échanges de coups de téléphone entre le Kremlin et la Maison Blanche ! "Mais, Dimitri !" ! "Je dis que je suis désolé ! … Mais non, Dimitri ! Je suis désolé ! Pas autant que moi !… et savoir que le président est occupé dans son isba (j'allais marquer dans sa casbah…) vaut tout autant que les occupations du général et alourdit le rythme.

Par contre, cette bataille de tartes à la crème supprimée au montage final me serait apparue intéressante si, en plus, utilisant toutes ces explosions atomiques, l'image ne s'était soudain délitée dans la lueur éclatante d'une de ces mêmes et multiples explosions qui couvrent notre pauvre vieille Terre ! Quelle dérision !


Répondre

De Impétueux, le 5 octobre 2011 à 15:58
Note du film : 5/6

On a peine à imaginer, aujourd'hui, ce que fut, pendant une vingtaine d'années, dans le monde, l'Équilibre de la terreur qu'on pourrait presque mieux nommer la Terreur en équilibre. La certitude, alors à peu près communément répandue que l'Humanité tout entière allait évidemment disparaître dans un grand feu d'artifice spectaculaire et conclusif finissait d'ailleurs à laisser place, dans les populations, à une certaine indifférence fataliste. Comme le dit la grande Danielle Darrieux, Ce qui est inéluctable est sans importance. De la même façon que la perspective évidente de notre mort individuelle ne nous empêche pas de jouir des beautés de la vie, la certitude de notre collectif holocauste nous laissait en paix, si je puis dire.

Sauf, bien sûr, aux pires moments des crises qui agitaient la planète : blocus de Berlin en 48/49, guerre de Corée en 50/53 (avec son acmé en juin 51, lorsque le général Mac Arthur proposa de bombarder atomiquement la Mandchourie), affaire de Suez et soulèvement de la Hongrie, en novembre 56, construction du Mur de Berlin en août 61, et, pour finir, crise des missiles de Cuba en octobre 62… On avait alors tellement montré ses biscottos qu'on ne pouvait plus que refluer en s'invectivant….

Après 62, la tension baisse et les deux grandes puissances s'affronteront désormais moins directement, sur des terrains d'opération plus extérieurs, par ennemis interposés, en Afrique ou en Asie. Lors de la guerre des Six Jours en Israël en 67, ou du soulèvement de la Tchécoslovaquie, on n'évoque plus, sinon par rodomontades, l'anéantissement nucléaire de l'ennemi…

Le risque s'efface donc, en fait, mais l'imaginaire collectif a été durablement marqué ; il n'y a donc rien d'étonnant que Dr. Folamour ait été un immense succès, d'autant que, évidemment, c'est un film formidable et profondément sarcastique, idéal pour monter en fable un sujet tragique. C'est sûrement le film qui a fait éclater au premier plan le génie et l'originalité de Stanley Kubrick de plein fouet, les films précédents (notamment le sublime Lolita) étant de facture plus classique.

Ce qui fonctionne admirablement bien, dans Dr. Folamour, c'est, notamment le savant et délicieux mélange de séquences presque documentaires, réelles dans leur minutie (ou qui, en tout cas, donnent cette impression d'hyper-réalité) et des développements les plus rationnellement déments qui aboutissent à l'explosion ultime. Il me semble, et contrairement à Droudrou, que le rythme imposé par le réalisateur est un des atouts formidables de l'œuvre, et que le passage virtuose entre la Salle de Guerre du Pentagone, ou la base du Strategic Air Command de Burpelson, moments à la fois burlesques et désespérés et d'autre part le calme très professionnel du bombardier B52 permet à la parabole kubrickienne de prendre toute sa force sarcastique.

Autre qualité éminente, la distribution des acteurs ; on savait depuis longtemps la capacité de Peter Sellers à se fondre dans des personnages extrêmement différents, mais il surpasse encore sa réputation, notamment dans l'incarnation d'un Président des Etats-Unis lucide et accablé. Mais les autres grands rôles sont parfaitement tenus aussi : Sterling Hayden en brute illuminée, obsédée par la corruption de ses précieux fluides corporels, pollués par le communisme, ou Slim Pickens, commandant Kong du B52, Texan sans états d'âme… Une mention spéciale à George C. Scott, léger, compétent, paranoïaque, fou furieux tout à la fois…

L'avion blessé, rendu sourd et aveugle, vole vers son objectif sur l'air martial d'un vieux standard musical nordiste de la Guerre de Sécession ; et les gens raisonnables se rendent compte qu'on ne va plus pouvoir rien arrêter ; je regrette aussi un peu que la bataille de tartes à la crème finale, prévue par Kubrick, qui a été tournée, mais non montée, n'ait pas fonctionné : comment mieux représenter la folie et la danse sur un volcan ?

Tout ça s'est donc arrêté, mais je ne crois pas que Dr. Folamour ait été pour quelque chose dans le début du démantèlement des arsenaux ; bien davantage c'est le coût démesuré de la course aux armements qui a mis sur le flanc l'Union soviétique et, d'une certaine façon, a abouti à son explosion de 1991. N'empêche que ça a drôlement secoué le monde, Dr. Folamour, bien davantage que Le dernier rivage, trop prêchi-prêchant de Stanley Kramer ou Point limite de Sidney Lumet… C'était la magie de Kubrick

Deux observations sur les thématiques kubrickiennes :

  • le pré-générique de Dr. Folamour, l'avion ravitailleur insérant sa canule de kérosène dans le réservoir d'un B52, sur fond musical mélodieux, est, évidemment, une image sexuelle forte ; comment ne pas la rapprocher du début du deuxième segment de 2001 : l'Odyssée de l'espace, lorsque, sur l'air du Beau Danube bleu, l'aéronef entre dans la station spatiale…
  • allusions graveleuses que celles-ci ? bien sûr, et évidemment en rapport avec le grand puritanisme de Kubrick ! Dans Dr. Folamour, la seule femme visible à l'écran est Miss Scott (Tracy Reed), la maîtresse accaparante du général Turgidson (George C. Scott) ; une gourgandine… Et lorsqu'on ne parvient pas à joindre le Président du Conseil soviétique… c'est parce qu'il est en goguette, et l'Ambassadeur glisse le numéro de la garçonnière…

Il faudrait un jour écrire quelque chose sur ce puritanisme, et sur la misogynie de Kubrick : à de rares exceptions près (je m'interroge encore), les femmes sont soit totalement absentes (Les sentiers de la gloire, 2001, Orange mécanique, Full Metal jacket, soit absolument vénéneuses (L'ultime razzia, Lolita, Dr. Folamour), soit complètement idiotes (Lolita encore, Barry Lyndon, Shining). Le seul personnage lumineux – même s'il est complexe – c'est Alice Harford de Eyes wide shut… Dernier film et réconciliation ?


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.020 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter