Forum - Décès de Sydney Pollack - Avis
AccueilDécès de Sydney Pollack
Forum : Décès de Sydney Pollack

Sujet : Avis


De urspoller, le 27 mai 2008 à 08:35

à l'age de 73 ans des suites d'un cancer. Ce chantre du romanesque et de la critique sociale aura légué à la postérité quelques métrages insignes comme Un chateau en enfer, On achève bien les chevaux, Jeremiah Johnson, Les 3 jours du condor, Out of Africa ou La Firme


Répondre

De vincentp, le 27 mai 2008 à 08:47

Jeremiah Johnson, Les 3 jours du condor, Yakuza ont ma préférence. Rappelons pour les plus jeunes que Pollack était l'acteur qui interprétait le mentor de Tom Cruise dans Eyes wide shut.


Répondre

De droudrou, le 27 mai 2008 à 08:50

Pour ma part, concernant Sydney Pollack, je citerai 3 films -
1 dont il est réalisateur Out of Africa
2 où il apparaît comme acteur Eyes wide shut et Fauteuils d'orchestre où il a une Valérie Lemercier déchaînée comme partenaire…
Ensuite, bien évidemment, je rejoins cette longue liste de films aussi divers qui n'ont laissé personne insensible.


Répondre

De droudrou, le 27 mai 2008 à 08:54

Yakuza avec un Robert Mitchum qui… tiens, dans ce film on aurait pu faire l'échange avec Jack Nicholson, chacun ayant ses atouts pour incarner le personnage du flic.


Répondre

De PM Jarriq, le 27 mai 2008 à 09:45

Il avait rencontré son acteur-fétiche, Redford, sur le tournage du film de guerre War hunt, alors qu'ils étaient tous deux comédiens courant le cachet.

Pour ma part, j'aurais un faible pour Out of Africa et Yakuza.


Répondre

De verdun, le 28 mai 2008 à 12:32

Le très sous-estimé Un chateau en enfer n'est jamais cité par les cinéphiles… qui ne l'ont peut-être pas forcément vu d'ailleurs. Pourtant malgrè ses maladresses et son hétérogénéité , il s'agit de son film le plus singulier avec une poignée de séquences magnifiques et un climat très réussi.

Pollack était aussi un vrai acteur, une vraie "gueule" que l'on a pu voir dans Eyes wide shut de kubrick ou dans Fauteuil d'orchestre de Daniele Thompson.

La disparition de ce cinéaste sensible constitue en tous cas une bien triste nouvelle, même si ses oeuvres des années 1980-1990 sont moins fortes que celles de sa période 1960-1980.


Répondre

De Arca1943, le 28 mai 2008 à 12:37

Pour moi son chef-d'oeuvre absolu est On achève bien les chevaux. C'est son film, disons, le plus significatif, où il en a le plus long à dire. Son western Jeremiah Johnson est également extraordinaire. J'aime moins sa veine sentimentale (The Way We Were), mais ça, c'est sûrement parce que je suis une brute… Il m'avait vraiment surpris avec Tootsie : jusque-là, la comédie n'avait pas été son bag et c'était un coup de maître. Jusqu'à et y inclus The Firm, je ne crois pas qu'on puisse trouver un seul mauvais film de Sydney Pollack.


Répondre

De PM Jarriq, le 28 mai 2008 à 19:43

"Je ne crois pas qu'on puisse trouver un seul mauvais film de Sydney Pollack".

Manifestement, ami Arca, vous n'avez pas dû voir Havana ou L'interprète ou pire encore : L'ombre d'un soupçon

Ceci dit, sa mort est vraiment une triste nouvelle, et on reverra avec plaisir le majestueux Jeremiah Johnson qui doit ressortir bientôt, remastérisé.


Répondre

De jolem, le 28 mai 2008 à 20:19

Autre film moyen de Pollack, Sabrina qui n'arrive pas à nous faire oublier l'original. Julia Ormond ne risque pas faire de l'ombre à Audrey Hepburn !


Répondre

De Arca1943, le 28 mai 2008 à 22:05

Cher Jarriq, j'ai exactement écrit : « Jusqu'à et y inclus The Firm, je ne crois pas qu'on puisse trouver un seul mauvais film de Sydney Pollack. » Les oeuvres que vous mentionnez lui sont toutes postérieures, sauf Havanah que je n'ai en effet pas vu.


Répondre

De PM Jarriq, le 29 mai 2008 à 13:27

J'ai un peu mélangé les périodes, dans ma réponse à Arca. Sorry. Mais Havana est le premier vrai faux-pas de la carrière de Pollack, une sorte de sous-Casablanca cubain d'un kitsch éhonté, où Redford trop âgé, se traîne face à Lena Olin mal castée. On décèle déjà dans Havana, tous les défauts qui allaient entacher la fin de la filmo de Pollack : sujet flottant, casting fatigué, manque de rythme, montage antédilluvien. Tout le contraire de ses grands films des années 70. Bizarre, quand même…


Répondre

De vincentp, le 29 mai 2008 à 14:19

Pollack a marqué la première moitié de la décennie 70 de son empreinte comme Friedkin, Lumet, Coppola avant d'être détroné par Spielberg et d'autres, au cours des années 80 lesquels cédèrent ensuite le haut de l'affiche à des Almodovar, Kusturica, Ken Loach, cinéastes emblématiques des années 90.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.021 s. - 4 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter