Forum - Fanfan la tulipe - Un mythe bien décevant
Accueil
Forum : Fanfan la tulipe

Sujet : Un mythe bien décevant


De paul_mtl, le 22 avril 2006 à 21:27
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Alors quoi aucun membre masculin n'est tombé sous le charme de Gina Lollobrigida ni aucune sirene pour Gerard Philipe ?

Oui ok les sirenes ne semblent pas tres nombreuses.:D

Un classique français d'aventure à voir d'urgence si jamais vu et avant son remake que je n'ai pas le gout de voir tant j'imagine d'avance ma déception.


Répondre

De cormega, le 22 avril 2006 à 22:01
Note du film : 6/6

Ce film est une pure merveille, de l'aventure, du dynamisme, de l'humour, Gina Lollobridgida très séduisante bien sûr et Gérard Philipe en pleine forme. le remake n'est paraît-il pas trop mal, mais je n'ose pas le regarder non plus.


Répondre

De Impétueux, le 5 janvier 2007 à 19:36
Note du film : 2/6

Croyez-moi ou non, mais alors que j'ai ingurgité depuis cinquante-cinq ans un nombre assez considérable de films des années d'après-guerre, je n'avais jamais vu jusqu'à hier soir ce mythique Fanfan la Tulipe placé par la rumeur publique, la critique charmée et nombre des contributeurs de DVD Toile au rang d'œuvre enchantée. Ça n'a pas dû bien se goupiller quand j'étais enfant, je devais être en train de courir la gueuse lorsque, à l'époque de mes vingt ans ça passait encore à la télévision et si ça chantait suffisamment dans les mémoires pour qu'un tâcheron en fît un remake affligeant avec je ne sais plus qui, l'indifférence polie que je porte dans mes jours aimables (donc rares) à Gérard Philipe et l'aigre aversion que je lui voue dans mes jours acariâtres (donc nombreux) m'avaient retenu jusqu'alors.

A la faveur d'un bradage sur un site de discompte, j'ai acquis à petit prix le DVD ; j'ai naturellement ricané en constatant que le cher René Chateau, tant mégoteur lorsqu'il s'agit de doter ses éditions de suppléments intelligents, n'avait pas hésité à proposer le film en version noir et blanc d'origine, mais aussi dans la version colorisée (beurkkk !) et à joindre, fort curieusement ce qui n'est pas la bande-annonce, mais un extrait des lamentables Aventures de Till l'Espiègle, seule et unique (ouf !) réalisation de Gérard Philipe et un des plus beaux et des plus mérités bides de l'histoire du cinéma (je le placerais volontiers entre La grande bouffe et Out of Africa dans MA liste des films les plus méprisés dont je demande à cor et à cris à DVD Toile la création, à côté de ma charmante liste immarcescible).

Bon. Voilà que je m'échauffe pour rien. 2007 commence seulement pourtant !

Donc, Fanfan la Tulipe.

Bof ! si l'on excepte la gorge pigeonnante – à quoi j'applaudis toujours – de Mme Lollobrigida, quelques traits d'esprit d'Henri Jeanson, mais qui s'essouffle vite, la grâce trop brièvement admirée de Geneviève Page à la voix grave si sublime, le cynisme revigorant de l'excellent Marcel Herrand (pour ceux qui ne situent pas bien, c'est le merveilleux Lacenaire des Enfants du Paradis), qu'est-ce qui reste ?

L'intrigue est d'une insigne faiblesse, Noël Roquevert fait des roqueverteries beaucoup moins réussies que la plupart du temps, la tonitruante Georgette Anys est tout à fait insignifiante (ce qui est un exploit), Christian-Jaque filme tout ça assez joliment, mais sans retrouver l'ironie de François 1er, la magie des Disparus de Saint-Agil, l'invraisemblance onirique de L'assassinat du Père Noel

Ah ! Et puis Gérard Philipe (annoncé comme du Théatre National Populaire – mâtin !) donne son numéro et prouve que vingt ans avant Belmondo un acteur pouvait faire le pitre avec talent et démontrer une éclatante forme physique…

Ce n'était donc que ça qui a tant fait rêver des jeunes filles ?


Répondre

De droudrou, le 5 janvier 2007 à 20:59
Note du film : 2/6

Hélas, mon cher ! J'avais été bien déçu, moi aussi… Il n'y a rien. Quand on sait ce que nos amis anglais ont pu réaliser avec Tom Jones on reste confondu…


Répondre

De PM Jarriq, le 5 janvier 2007 à 21:43

Je reconnais volontiers que Out of Africa n'a rien d'immortel, et que le talent de Pollack supporte mal le poids des années qui passent, mais pourquoi donc cette gentille bluette africaine fait-elle donc partie de vos pires navets immarescibles ? Je suis curieux… L'accent de Streep (irritant, c'est vrai) ? La mèche de Redford ? Les envolées lyriques de John Barry ?


Répondre

De paul_mtl, le 5 janvier 2007 à 22:06
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Ce n'était donc que ça qui a tant fait rêver des jeunes filles ?

On sent une pointe de jalousie.

La sympathie ou l'antipathie qu'on a pour une personne ne se discute pas vraiment. Et dans le second registre j'evite personnellement les films avec Tom Cruise. Que les jeunes filles (ou les jeunes garçons) adorent la beauté plastique c'est guere un secret.

Ce qui me plait chez Gérard Philipe c'est la beauté interieure que je lui trouve. Il a une telle empathie que c'en est une véritable éponge. Cet acteur a de l'esprit dans son regard, un tact certain et la classe comme dirait Aldo Maccione. J'adore son jeu, son charisme, son humour et sa désinvolture qu'il donne à FanFan et les deux se confondent pour ne plus faire qu'un. Magie du cinema avec un excelent acteur.

Film d'aventure-comedie legerement ironique et burlesque que je trouve tres plaisant à voir pour celui qui apprecie l'acteur et le jeune homme qui malheureusement pour le théatre et le cinema français nous a quitté dans la fleur de l'âge à 37 ans.

C'est dommage que les jeunes aient vu le remake à l'original. Pour les recalcitrants au N/B, je prefere encore 100 fois leur montrer la version colorisée de l'original avec Gérard Philipe . D'ailleurs il me semble que j'ai revu une version colorisée qui était assez bien faite.


Répondre

De Impétueux, le 5 janvier 2007 à 23:59
Note du film : 2/6

A Droudrou : J'avais un peu peur en écrivant mon message de faire oeuvre sacrilège, et voilà que vous me confortez ; je respire !

A Paul mtl : De la jalousie ? Si j'en avais ce serait envers Delon ou, beaucoup davantage envers Maurice Ronet qui me semble être l'acteur le plus séduisant du demi-siècle ; mais, vous avez raison, la sympathie ou l'antipathie ne se commandent pas : je trouve la physionomie de Gérard Philipe d'une absolue mièvrerie, son jeu maniéré, sa diction imprécise… sauf dans deux ou trois films, au premier rang desquels je classe Les Grandes manoeuvres de René Clair

A PM Jarriq : Pourquoi j'ai une telle aversion pour Out of Africa ? Là encore, ça ne se discute pas… Je ne me définis pas vraiment comme un amateur rationnel de cinéma, non plus que de littérature…. Disons que j'ai trouvé le film d'une niaiserie au delà du supportable, et que, alors que, d'une façon générale, j'adore l'Afrique, des Neiges du Kilimandjaro à Hatari, j'ai été très déçu par la vision qui en a été donnée….

Cela étant, chers amis, vous ne me semblez guère défendre Fanfan la Tulipe….


Répondre

De paul_mtl, le 6 janvier 2007 à 00:26
Note du film : Chef-d'Oeuvre

A Droudrou : J'avais un peu peur en écrivant mon message de faire oeuvre sacrilège, et voilà que vous me confortez ; je respire !

Un réconfort qui repose sur Dupont et Dupond c'est pas tres solide ca. ;) J'allais parler de sacrilège mais je comprend qu'on puisse ne pas apprecier un acteur comme moi j'ai guere de sympathie avec Alain Delon et son égo disproportionné ou un Clark Gable avec ses cheveux gominés et son sourire en coin.

Cela étant, chers amis, vous ne me semblez guère défendre Fanfan la tulipe….

A t'il vraiment besoin d'être defendu ?
Le film une fois visionné se défend tres bien tout seul. Et puis nous sommes habitué à vos provocations et j'ai déja une reputation de grincheux aupres de certains membres alors je vais ignorer l'attaque si vous voulez bien comme le fait fort bien Arca quand je le taquine.


Répondre

De PM Jarriq, le 6 janvier 2007 à 08:53

Défendre Fanfan la tulipe ? Non, en effet… Les poses de Lollobrigida, les sautillements de Philipe, les sourcils de Roquevert… Ce film ne m'a jamais vraiment plu. Sans doute qu'à l'époque où je l'ai vu, j'étais plutôt obnubilé par la cape noire et le masque de Guy Williams dans Zorro.


Répondre

De droudrou, le 6 janvier 2007 à 10:09
Note du film : 2/6

Effectivement, il y a Dupont et Dupond… mais ceci mis à part, faisons comparaison :

Mandrin – Georges Rivière Cartouche – Jean-Paul Belmondo Mon oncle Benjamin – Jacques Brel Fanfan la Tulipe – Gérard Philipe

et faisons une comparaison entre le décolleté de Gina Lollobrigida et Claudia Cardinale


Répondre

De PM Jarriq, le 6 janvier 2007 à 11:49

Répondre

De paul_mtl, le 6 janvier 2007 à 13:19
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Sur Wikipedia, j'ai découvert que ce film avait recu en 1952 le Prix de la mise en scène au Festival de Cannes et l'Ours d'argent au Festival de Berlin.

Sur dvdrama, le critique parle chef d oeuvre du cinéma français et la version colorisée est bluffante. C'est vrai que quand la colorisation est tres bien faite, on le remarque à peine.


Répondre

De Impétueux, le 6 janvier 2007 à 13:30
Note du film : 2/6

Je ne sais pas trop ce que c'est que ce site DVDrama ; je viens d'aller consulter la fiche consacrée à Fanfan la tulipe, fiche que vous citez, Paul, et je tombe sur cette assertion qui me cloue de stupeur et me fait douter grandement du sérieux de ce site : Grâce aux soins tout particulier que René Château offre aux films français et à son amour des films du patrimoine, nous avons devant les yeux une copie très propre et sans défaut majeur.

Eh bien, prétendre que René Château est un méticuleux et pieux serviteur du cinéma français témoigne d'une douteuse complicité ou d'un aveuglement risible…. qui dévalorise absolument tout ce qui peut être dit par ailleurs…


Répondre

De Arca1943, le 6 janvier 2007 à 14:38

" Faisons comparaison : Mandrin – Georges Rivière; Cartouche – Jean-Paul Belmondo; Mon oncle Benjamin – Jacques Brel; Fanfan la Tulipe – Gérard Philipe. »

Comparaison à laquelle j'ajouterais encore Alain Delon dans La Tulipe noire. Et outre Georges Rivière il y eut un autre Mandrin : Raf Vallone : ça se complique…


Répondre

De paul_mtl, le 6 janvier 2007 à 15:12
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Grâce aux soins tout particulier que René Château offre aux films français et à son amour des films du patrimoine, nous avons devant les yeux une copie très propre et sans défaut majeur.

Eh bien, prétendre que René Château est un méticuleux et pieux serviteur du cinéma français témoigne d'une douteuse complicité ou d'un aveuglement risible…. qui dévalorise absolument tout ce qui peut être dit par ailleurs…

Je ne fais pas la même interpretation de cette phrase. René Château s'est specialisé dans le cinema français c'est exact. Proposez une version originale N/B et colorisée dans le même DVD me semble un soin tout particulier appreciable. Je suis d'accord avec "la copie tres propre sans défaut majeur". Ca ne veut pas dire qu'elle est parfaite. Certains puristes se plaindront de détails. En attendant, sans cet éditeur ils en seraient à voir une vieille K7 VHS ou une rediffusion TV de TF1 avec la pub au milieu du film.

Ensuite si je trouve une grossiere erreur dans un discours ca ne dévalorise pas nécessairement tout le reste. Ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain !


Répondre

De Impétueux, le 6 janvier 2007 à 18:00
Note du film : 2/6

Enfin, soyons sérieux ! Les nouvelles collections Pathé et M6, ce que faisait naguère Canal+ classique, les excellentes éditions MK2 ou Arte ont un riche catalogue de films – notamment français – du patrimoine ! Ce que fait Château, avec ses DVD non restaurés très souvent, non chapitrés, sans aucun supplément est catastrophique lorsqu'il se permet de toucher aux chefs d'oeuvre ! Qu'il sorte sans chichis les nanars (dont, par ailleurs, je me repais) n'a pas beaucoup de conséquence ; mais que les seules éditions françaises de (en vrac) Voici le temps des assassins, de Les grandes manoeuvres, de La traversée de Paris, de Gueule d'amour, de Goupi mains rouges, des Diaboliques, des Portes de la nuit, des Yeux sans visage, du Deuxième souffle, d'Un singe en hiver soient chez Château est une honte…

Et je suis interloqué que vous considériez qu'offrir une version colorisée (quel mot immonde !) est un progrès ; pourquoi ne pas faire désormais doubler Louis Jouvet ou Marguerite Moreno par Smaïn ou Anémone ? Est-ce que ça ne rafraîchirait pas La fin du jour ou Douce ?

Votre éloignement de la Métropole n'est pas une excuse !!!


Répondre

De Gaulhenrix, le 6 janvier 2007 à 18:24

"une version colorisée (quel mot immonde !)"

Mais oui ! Le terme exact est coloré ou colorié, non ? Cela me rappelle d'ailleurs le nominé employé à la place de nommé !!


Répondre

De Arca1943, le 6 janvier 2007 à 18:28

Oui, l'utilisation du mot juste dans le contexte juste, voilà un véritable challenge, comme disent les Français…


Répondre

De Gaulhenrix, le 6 janvier 2007 à 18:34

Allons, Arca1943, les Québécois sont infiniment plus respectueux de la langue française (et plus soucieux de se préserver de la pieuvre linguistique anglo-saxonne) que ne le sont, en général, les Français. Je suis d'ailleurs à la fois admiratif et envieux de votre façon si efficace de relever ce défi.


Répondre

De paul_mtl, le 6 janvier 2007 à 18:52
Note du film : Chef-d'Oeuvre

@Gaulhenrix
coloriser : ajouter des couleurs à (un film en noir et blanc)

version colorisée est d'ailleurs repris par plusieurs site de vente de dvd. alapage

De quel français parles tu ?
le français de France, le français du Québec ou le français international que j'essaye d'utiliser de preference. Ne viens pas au Quebec, si tu penses au français de France, tu sera déçu dans la rue.

@Impétueux
Les chapitres je m'en sers tres rarement quand je regarde un film et pareil pour les supplements. Ca m'arrive parfois d'écouter un peu la piste audio commentaire. Je suis plus sensible à la qualité de la video et audio. J'imagine que la restauration coûte assez cher et le marché n'est pas tjs suffisament large pour amortir de tels dépenses.

Je prefere que les gens regardent la version colorisée que le remake moderne que je trouve généralement moins bon.


Répondre

De Impétueux, le 6 janvier 2007 à 19:05
Note du film : 2/6

Ah ça ! La loi 101 est un modèle de défense intelligente d'une langue – donc d'une identité – menacée…

Et voilà comment de Fanfan la Tulipe, nous sommes insensiblement passés à Vive le Québec…libre !


Répondre

De Gaulhenrix, le 6 janvier 2007 à 22:05

Paul_mtl, les Québécois ont à défendre le français du Québec – ce qu'ils font très bien – , et les Français le français de France – ce qu'ils font très mal – puisqu'ils utilisent coloriser et nominer, qui sont des anglicismes, au lieu de se servir des mots existant (colorier et nommer). Par ailleurs, je crains que vous ne confondiez français international et franglais.

Cordialement.


Répondre

De paul_mtl, le 27 janvier 2007 à 17:32
Note du film : Chef-d'Oeuvre

J'ai corrigé les liens qui pointaient sur le remake de 2003 lorsque l'internaute pensait à l'original de 1952 et s'etait donc manifestement trompé en ne selectionnant pas le 2e choix dans la liste.

J'avais revu la version colorisée et je suis d'accord avec ce spectateur:

Les couleurs accentuent l'effet d'images d'Epinal, avec les costumes militaires, les tenues de cour de Louis XV. Gérard Philippe campe Fanfan avec panache et une joie de vivre débordante. Cela crève l'écran. Noël Roquevert est le parfait sergent-major. Marcel Herrand est le Louis SV des légendes, avec sa morgue, son "apparente impartialité". Gina Lollobrigida est ravissante et a une présence à l'écran. Geneviève Page est une comédienne de classe qui tire bien son épingle du jeur. Un film à revoir pour le simple plaisir d'une belle histoire et rêver que "le bien finit toujours par triompher"!!!

La Tulipe noire se veut une sorte de suite du même réalisateur avec Alain Delon qui reprend les mêmes ingredients mais sans la presence de Gérard Philipe qui fait cruellement défaut.


Répondre

De Impétueux, le 27 janvier 2007 à 21:19
Note du film : 2/6

Ma foi ! Je ne sais trop qui est le spectateur à qui vous faites allusion, Paul ! Mais si ce film insignifiant vous a plu, tant mieux pour vous, et c'est déjà quelque chose….

Nous avons tout de même été quelques uns à le juger douçâtre….


Répondre

De paul_mtl, le 27 janvier 2007 à 23:22
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Ca represente qui ce Nous ?
Dupond et Dupont ;)

J'espere Impétueux que vous n'avez pas le syndrome d'Alain Delon qui parle de lui à la 3e personne.

Voilà ou j'ai trouvé ce commentaire mais attention ils sont élogieux (excepté 1 sur 6) ca pourrait vous déplaire. amazon.fr


Répondre

De Impétueux, le 27 janvier 2007 à 23:39
Note du film : 2/6

Faut lire les messages : au moins Droudrou, PM Jarriq et moi… et j'agrègerais Arca presque, qui – ô habile homme ! – dégage une ligne de fuite…

Il est de fait que vous êtes le seul à défendre le film…

Mais si ça vous plaît…


Répondre

De paul_mtl, le 27 janvier 2007 à 23:45
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Ce qui me plait c'est le poulet bien rôti et servi avec des French fries.

Comme vous le constatez, j'ai des goûts modestes. Bah disons plutôt que je m'en contente actuellement à défaut de mieux.

Et puis être seul de mon avis sur un forum Y ne m'a jamais freiné au contraire. A vaincre sans péril on triomphe sans gloire.


Répondre

De RdT, le 28 janvier 2007 à 00:31
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Un mythe bien décevant, pourquoi? C'est un film absolument fabuleux

«Le film une fois visionné se défend tres bien tout seul.» «A vaincre sans péril on triomphe sans gloire»

Paul Mtl et Pierre Corneille, j'abonde bien volontiers dans votre sens Fanfan la tulipe est absolument un chef d'oeuvre. Parfaitement insubmersible, il voguera longtemps dans la lumière des sphères étoilés tandis que bien des obscurs seront déjà rongés par les vers de sombres scribouillards d'à peu près. Dans Fanfan la tulipe Gérard Philipe est l'acteur de théâtre félin et bondissant qu'il ne cessera jamais d'être

Et puis (et cela en soi justifie mon enthousiasme) il y a la sémillante Gina Lollobrigida dans la distribution…


Répondre

De Impétueux, le 28 janvier 2007 à 10:33
Note du film : 2/6

Ah ça ! Quelle curieuse manie, confinant au fétichisme avez-vous, RdeT, de placarder dans vos messages des photographies (d'ailleurs de plus en plus considérables) de vos actrices obsessionnellement favorites ? Passe encore lorsqu'il s'agit de starlettes peu connues, comme Valérie Crunchant, Aïssa Maiga, voire Elisabeth Wiener ; mais la grande (et là vous l'avez faite immense !) Gina Lollobrigida que tout le monde connaît ? DVD Toile nous permet, dans sa parfaite ergonomie de visionner d'un coup de clic la binette des personnes que nous citons…ça devrait suffire, non ?

Sur le fond – et alors même que je suis moi-même un thuriféraire de Gina Lollobrigida, dont j'écrivais, dans le message qui a lancé ce fil de discussion si l'on excepte la gorge pigeonnante – à quoi j'applaudis toujours – de Mme Lollobrigida (et alors même que PM Jarriq, par exemple, porte au pinacle sa rivale Sophia Loren, sur le fond, que vous dire à l'un et à l'autre, Paul mtl et vous ? Vous appréciez ce Fanfan la tulipe ; je l'ai trouvé, il y a quelques jours, à ma première vision, décevant et niais, très inférieur à la réputation qu'il a et à l'image que je m'en faisais ; je ne suis pas seul d'être de cet avis ; vous n'êtes pas seul à être du vôtre… Où est le problème !!!?

Mais proclamer un peu hautement que la qualification de Chef-d'œuvre du film ne se discute pas, c'est prendre de haut ce qui n'en vaut pas la peine…

Si Gérard Philipe n'était pas mort si jeune, en parlerait-on encore, (comme James Dean, d'ailleurs) ou serait-il relégué dans les mémoires des spécialistes, comme Henri Garat ou Pierre Richard-Willm ?

Allez savoir…


Répondre

De RdT, le 28 janvier 2007 à 12:27
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Passe encore lorsqu'il s'agit de starlettes peu connues, comme Valérie Crunchant, Aïssa Maiga, voire Elisabeth Wiener ; mais la grande (et là vous l'avez faite immense !) Gina Lollobrigida

Est-ce moi, vraiment? qui ait fait immense Gina Lollobrigida? Grand honneur que vous me faites. Et il me faut confesser que quitte à passer pour un vieux clown, il y a des admirations dont je ne m'en lasse pas…

J'en profite pour m'insurger: il est inconcevablement abusif de qualifier Elisabeth Wiener de starlette peu connue… Et j'espère que d'autres que moi viendront à ma rescousse pour secourir sa réputation.

Je trouve aussi que vous allez bien vite en besogne pour faire passer Gérard Philipe au compte pertes et profits du cinéma.

Bonne foi et jugement esthétique ont décidément du mal à faire bon ménage.


Répondre

De starlight, le 28 janvier 2007 à 13:52
Note du film : 4/6

Moi je trouve que notre collègue IMPETUEUX a un jugement très dur sur ce film et notamment sur la personnalité de G. PHILIPPE !… car il convient de se replacer dans le contexte de l'époque à la sortie de FANFAN… 1952 !… Les jeunes que nous étions trouvaient alors un souffle de fraîcheur et d'action dans cette comédie gentillette… Jusqu'àlors (me trompais-je ?)nous avions les films américains d'avant et après-guerre avec des héros comme Errol FLYNN… mais côté "français"… rien !… Il a fallu attendre les années 60 (1959 Le BOSSU avec J. MARAIS) pour trouver des films de "cape et d'épée"… Je me souviens que le succès était au rendez-vous… Alors bien sûr, le film a vieilli… mais on peut dire la même chose de toute Production (jeu des Acteurs, éclairage, rythme… j'en passe et des meilleures… G. PHILIPPE était un grand comédien… et il l'a prouvé sur scène !…



Répondre

De droudrou, le 28 janvier 2007 à 14:29
Note du film : 2/6

Mon cher Starlight vous terminez votre intervention en nous disant : "G. PHILIPPE était un grand comédien… et il l'a prouvé sur scène !…" Et vous le dites bien : "sur scène".

Personnellement, je n'ai rien contre Gérard Philippe, comme je n'ai rien contre Alain Delon ou notre ami Bébel. Les uns et les autres ont ce que j'appellerai des bons et des mauvais films à leur actif. Mais, qu'est-ce qui nous permet de dire "bon" ou "mauvais" ? C'est très subjectif.

Néanmoins, puisque nous parlons de Fanfan la Tulipe, je peux vous dire que je ne l'ai vu que bien tard et je ne vous cache pas mon désappointement. J'ai trouvé ce film poussif et manquant totalement de flamboyance, de cette flamboyance qui faisait la super qualité de films avec pour héros Errol Flynn ou Burt Lancaster ou Kirk Doublas, même quand ils interprétaient des méchants. Il y avait toujours ce sourire et cette ambiance bien particulière qui régnait autour d'eux.

Ici, notre trio de compères est bien triste et Noël Roquevert est loin de roquer vert. Il piétine et même certaines scènes qui pourraient espérer soutenir une comparaison avec des gens comme Stan Laurel et Olivert Hardy nous fatiguent parce que justement très poussives.

Alors : chef d'oeuvre pour les uns, film de qualité moindre pour d'autres, si nous pouvons nous mettre d'accord autour du décolleté pigeonnant de Gina Lillobrigida, eh bien, au moins, nous serons tous d'accord.

Mais alors comment allons-nous pouvoir définir des standards sur lesquels il faudra bien nous mettre d'accord ?


Répondre

De paul_mtl, le 28 janvier 2007 à 14:30
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Impétueux, vous avez dit en long et en large que vous n'aimiez pas Gérard Philipe. D'accord, mais ce que vous osez dire du talent de l'acteur me fait doucement sourire.

Vous parlez d'un film niais. Que diriez vous si je disais la même chose de Barry Lyndon qui reprend un peu le même theme mais traité differement ? Oui vous avez bien lu, je place ces deux films sur le même plan. De la facon dont vous en parlez, soit vous n'avez pas bien saisi le propos soit il y a une part d'aveuglement du a votre antipathie pour l'acteur principal. Ecoutez attentivement les dialogues et ce qui se cache derriere. Certes la charge anti-militaire (et sur La destinée) y est plus légere mais n'oublions pas que le film date de 1952 et que la censure est davantage presente à cette époque d'apres-guerre.

Et puis c'est vrai il y a aussi un coté image d'Epinal (renforcé avec la version colorisée), leger, apparemment naif, heureux qui me plait et je comprend qu'il puisse agacer. J'ai lu aussi des critiques qui vont dans votre sens. Cette joie de vivre de Fanfan malgré les vicissitudes c'est fragile et difficile de la transcrire mais le film y réussit pour le bien finalement des colériques comme le personnage interpreté par Noël Roquevert. La portée philosophique du film est elle si flagrante, si évidente que certains l'oublient au final, c'est fort possible. Regardez la bien cette joie, elle existe plutôt que regarder les horreurs et les tragédies qui vous rassurent sur votre existence et que vous trouvez surement moins niais … Et pourtant, je comprend difficilement les adultes qui payent pour se stresser ainsi. La vie moderne l'est deja bien assez comme cela, non ?


Répondre

De RdT, le 28 janvier 2007 à 15:19
Note du film : Chef-d'Oeuvre

«si nous pouvons nous mettre d accord autour du décolleté pigeonnant de Gina Lillobrigida»

Ah! Droudrou!!! je veux bien qu'on soit d'accord sur ce pigeonnant là mais ce n est pas Lillobrigida!!! C'est Lollobrigida. La fascinante la merveilleuse la très glamour Lollobrigida!!!

Pour le reste je n ai rien à ajouter aux arguments excellents de Paul Mtl auxquels je continue à souscrire.


Répondre

De starlight, le 28 janvier 2007 à 15:58
Note du film : 4/6

Personnellement je suis bien d'accord sur le "pigeonnant" de LOLLO !… j'irai plus loin… Afin de "tenter" de se mettre d'accord sur un standard ± commun, nous pourrions individuellement établir une liste des 5 plus belles actrices du cinéma (mondial)… Ce serait amusant de comparer nos choix !…. et révélateur (peut-être) des personnalités des uns et des autres… Qu'en pensez-vous ?


Répondre

De Impétueux, le 28 janvier 2007 à 23:52
Note du film : 2/6

Comparer Fanfan la tulipe et Barry Lyndon, les placer sur le même plan me semble aussi pertinent que de regarder avec la même sympathie admirative un abat-jour en macramé fabriqué lors des longues veillées d'hiver par le Club du Troisième Age de Raddon-et-Chappendu (Haute-Saône) et la Victoire de Samothrace (exposée au Musée du Louvre, à Paris – 1er arrondissement), mais après tout, chacun ses goûts…

Je supporte aussi quelquefois les propos gentiment et niaisement antimilitaristes (puisqu'il parait que Fanfan est un brûlot dangereux, analogue par sa force de conviction à Johnny got his gun), mais j'apprécie tout autant les oeuvres exaltant les vertus militaires, de La bandera à la 317ème section

Je ne suis pas, en matière de cinéma, ni de littérature, un individu moral


Répondre

De starlight, le 29 janvier 2007 à 09:10
Note du film : 4/6

Il faut que je me jette à l'eau, puisque j'ai jeté le pavé le premier !… Nous sommes tous convaincus que ce n'est pas facile de réduire à cinq le nombre d'actrices dites "belles"… Je partage l'avis de mes collègues en retenant uniquement celles (parmi tant d'autres) dont la présence scénique, le charme et l'intelligence ont produit une alchimie dans mon esprit !… Je pense à Audrey HEPBURN pour sa "classe", sa "gentillesse" et son "charme" naturel… Sans opérer un classement, je citerai ensuite Carole BOUQUET pour son "équilibre", sa "force de caractère" et "l'intonation de sa voix"… Puis je verrais bien Ingrid BERGMAN "réfléchie", "fataliste" et très à l'aise dans des rôles psychologiques… Kim NOVAK pour sa beauté "froide" et ses "cheveux" impeccablement coiffés en chignon… Enfin : ARLETTY pour sa "gouaille" de Titi parisien et son "sourire enjôleur"…



Répondre

De droudrou, le 29 janvier 2007 à 09:20
Note du film : 2/6

Mon cher Impétueux, vous avez dit : "les placer sur le même plan me semble aussi pertinent que de regarder avec la même sympathie admirative un abat-jour en macramé fabriqué lors des longues veillées d'hiver par le Club du Troisième Age de Raddon-et-Chappendu (Haute-Saône) et la Victoire de Samothrace (exposée au Musée du Louvre, à Paris – 1er arrondissement), mais après tout, chacun ses goûts…"

Comment connaissez-vous Raddon-et-Chappendu (Haute-Saône) ? – j'y avais rencontré le député il y a un temps déjà pour un projet qui me tenait beaucoup à coeur et qui concernait les 4 départements Francs-Comtois… – C'est très inattendu de vous "entendre" en parler, mais c'est vrai qu'à un certain moment, géographiquement, vous n'en étiez pas tellement éloigné même si cette notion peut apparaître relative…

Mais tout cela nous éloigne du cinéma bien que maintenant DVDToile fait dans la galerie de photos – je ne sais jusqu'où nous allons aller !


Répondre

De paul_mtl, le 10 septembre 2007 à 15:31
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Je ne confonds pas Henri, le franglais avec le français international que je trouve tres pratique pour un diplomate ou un commerçant français qui voudrait bien se faire comprendre à l'etranger (pays francophone).

les Québécois ont à défendre le français du Québec – ce qu'ils font très bien

C'est une opinion que je ne partage pas toujours. Il y a un office de la langue française au Québec qui parfois se moque des académiciens français en suggérant d'éviter l'utilisation de l'orthographe d'un dictionnaire français (de France). il suggère par exemple Capital de risque au lieu de Capital-risque.

granddictionnaire.com

Comme on doit éviter de recourir au trait d'union lorsque les deux éléments nominaux du composé sont dans un rapport de complémentation, la forme capital-risque est à éviter puisqu'il existe un rapport de complémentation entre capital et risque.

C'est quand même sacrément gonflé pour un dictionnaire de français!

Je travaille dans une société de capital de risque. il n'y a rien à faire ca ne passe pas.


Répondre

De Gaulhenrix, le 10 septembre 2007 à 19:13

J'aime bien capital DE risque ! Après tout, le français est (contrairement au latin, langue synthétique) une langue analytique qui a remplacé les déclinaisons par l'utilisation des prépositions : capital de risque est donc conforme au génie de la langue française.


Répondre

De Gaulhenrix, le 12 septembre 2007 à 00:07

A propos de langue, je note la déclaration de celui qui se prétend Ministre de l'Education nationale de la France : "Le président de la République m'a donné comme mission de faire de la France une nation bilingue."

Il va de soi que cette décision a été prise d'un commun accord avec les Etats-Unis et l'Angleterre, soucieuses, elles aussi, comme chacun le sait bien, de devenir des "nations bilingues".

Allons, Français, encore un effort : la République bananière progresse !




Répondre

De Arca1943, le 12 septembre 2007 à 00:17

Moi, je viens d'un pays vraiment bilingue, c'est-à-dire où l'on trouve deux linguae francae au lieu d'une… mais pour cette raison même, le Canada est une fédération et pas un État-nation ! Puisqu'en haut lieu on appuie sur le thème de "l'identité nationale" et sur la grandeur de la Nation, cette contradiction me semble à méditer. Nous sommes loin du cinéma ? C'est vrai, revenons-y ! Dans le sketch des Monstres intitulé "La Journée d'un député", le député (Ugo Tognazzi) assiste au discours à la Chambre d'un curieux bonhomme qui porte des lunettes fumées en plein Parlement et qui lance : " …e per una coscienza finalmente nazionaaaaale… "


Répondre

De Gaulhenrix, le 12 septembre 2007 à 00:30

coscienza, Arca1943, coscienza, per favore


Répondre

De Arca1943, le 12 septembre 2007 à 00:40

Ben oui, coscienza, c'est bien ça. Quoi ? Où est le problème ?


Répondre

De Gaulhenrix, le 12 septembre 2007 à 00:46

Le problème, c'est qu'entre 00:17 et 00:40 un n a disparu de votre texte ! Et ce n'est pas moi qui dispose de la baguette magique…


Répondre

De Arca1943, le 12 septembre 2007 à 00:53

Mais comment serait-ce possible, puisqu'à cette heure-là, je jouais aux cartes avec des amis qui m'ont d'ailleurs remis des affidavit prouvant hors de tout doute que j'ai un alibi en béton ! (Et le fait que lesdits amis me doivent tous la forte somme ne doit pas être mal interprété par des esprits excessivement soupçonneux !)


Répondre

De vincentp, le 12 septembre 2007 à 13:01
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Il m'arrive de corriger de temps en temps certains messages (fautes d'orthographe ou avis exprimés : ex, celui de Citizen Daves sur le fil Antionioni). Mais ce n'est pas moi qui ait corrigé cette faute de Arca1943.


Répondre

De Gaulhenrix, le 12 septembre 2007 à 13:09

Votre alibi, Arca1943, est tout à fait solide. Ce fameux "n" a donc dû tomber dans une meule de foin et seul un professionnel pourra l'y retrouver. Malheureusement, Colombo n'est pas disponible : je me suis laissé dire qu'il était à la recherche de sa femme…

je remercie, au passage, vincentp et Impétueux de leur sollicitude : la solidarité entre DvdToilistes n'est pas un vain mot !


Répondre

De Impétueux, le 12 septembre 2007 à 13:09
Note du film : 2/6

Je promets aussi que ce n'est pas moi ! D'ailleurs, je ne connais que l'orthographe française !


Répondre

De paul_mtl, le 12 septembre 2007 à 14:45
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Ni moi d'ailleurs. Je suppose qu'Arca a pratiqué l'autocorrection bien qu'il prétend le contraire. En italien, on dirait Buggiardo !

la solidarité entre DvdToilistes n'est pas un vain mot !

Joli voeux pieux qui permet à Henri de gagner ses premiers galons comme Diplomate de DVDtoile.


Répondre

De droudrou, le 12 septembre 2007 à 15:25
Note du film : 2/6

De mon côté je tiens à préciser que ce n'est pas moi : je ne sais pas lire ! Ce qui est, certaines fois, très ennuyeux ! – Quant à l'écriture, je dis merci chaque jour à monsieur Bill Gates…


Répondre

De azurlys, le 21 septembre 2007 à 15:41

Je trouve vos joutes oratoires sur le Fanfan-la-Tulipe de Christian-Jaque,alors que je ne m'étais pas encore aventuré sur les sites de ce film, pour lequel – allons, disons-le – j'éprouve une profonde tendresse, au risque de déclencher des foudres "impétueuses". Ceci posé, les intervention de ce correspondant souvent intempestif, ont quelques choses de succulent, et pourraient bien cacher une sensibilité subtile, que conforterait la part de nostalgie qui existe en chacun de nous. Mais Impétueux semble disposer d'un solide sens de l'humour qui est une vertu insigne, surtout aujourd'hui où l'on en a si peu, humour que les Français ont souvent ignoré, mais qu'ils remplaçaient par l'esprit… quand ils avaient de l'esprit. Aujourd'hui, sur ce point, il apparait que l'on soit un peu à marée basse…

C'est pourquoi je lui dis ici : Ne changez pas ! Il est évident que la comparaison entre les macramés du troisième age et la Victoire de Samothrace, est excessive, mais elle est trop drôle pour accepter de s'en passer !

La comparaison de "Fanfan-la-tulipe" avec "Barry Lyndon", ne me semble pas très pertinente, mais je vais sur cette voie avec prudence puisque le film de Kubrick (sauf erreur) est pour une large partie loin de mon esprit. Je ne l'ai vu que deux fois et il a bien longtemps. Sorti de l'analogie d'époque, de costumes, le personnage de jouisseur de Kubrick me semble bien loin de Fanfan, pour autant que je me souvienne. Il m'a semblé voir dans les messages plus anciens, les inévitables références à "Cartouche" de Ph.de Broca, et "La Tulipe noire" de Christian-Jaque, qui datent tous les deux de la même époque. Dans les deux cas les comparaisons sont difficiles. "Cartouche" est très enlevé, joliment photographié, avec des scènes sublimes (la mort et les funérailles aquatiques de Vénus, qui disparait en RETOURNANT dans l'eau), mais il reste un film terrien qui laisse poindre des prémisses de la Révolution à l'arrière du héros, ici sublimé et adapté à la personnalité de Belmondo, qui n'était pas encore la star qu'il est devenu, mais qui montrait des dispositions pour les rôles physiques et solides. On y aurait cherché en vain le coté éthéré de Fanfan. J'aime beaucoup "Cartouche", mais il m'apparait bien terre-à-terre à coté du film de Christian-Jaque. "La tulipe Noire" – l'un des quatre films français tournés en vue de tirages sur de la pellicule de 7Om/m – s'embourbe dans une lenteur de ton que voudrait corriger une mise en scène de fait alourdie par une extravagante co-production internationale Franco-Hispano-Germano-Italienne de laquelle il était difficile d'attendre beaucoup de légèreté. Même les dialogues de H.Jeanson ne sont pas, me semble-t-il, à la hauteur. Alain Delon y est excellent, il est vrai, sous la forme de deux personnages opposés, qui montre, s'il en était besoin, le talent du comédien. Mais je me fais difficilement, je dois le dire, à des dialogues du genre : (Robert Manuel, une tomate à la main) …il eût fallu que vous l'arrestassiez. La tomate rouge, c'est la Tulipe noire !". "Hôtel du Nord", "Entrée des Artistes", le charmant et très habile "La vie en Rose" de Jean Faurez, hélas oublié, nous avaient habitué à mieux.

Fanfan-la-Tulipe a conservé, avec les décennies, fraîcheur et légèreté de ton, d'abord et avant tout parce qu'il est un personnages complètement imaginaire, né dans l'esprit des soldats de Fontenoy, sans même le support d'un roman. Le XVIIIeme siècle y est recréé, réinventé, il n'y a pas un temps mort, même lorsque les scènes intimes ou plus généralement d"intérieurs", ponctuent le scénario de respirations entre deux poursuites qui aboutissent presque à l'absurde (l'arrivée du héros dans le château où officie le Général de Brambourg (Lucien Calament), dont on avait retournée la bande sonore à l'envers pour simuler une quelconque langue germanique…) Et là Jeanson s'en était donné à coeur joie : "Alors les pucelles, est-ce qu'il faut faire descendre à coup de pied dans le c… ? – Non, Monsieur, non, détroussez-nous autant que vous voudrez, mais parlez-nous honnêtement !" "Vous avez montré, dans la conduite des opérations dont vous avez pris l'initiative sans Nous en référer, le talent digne d'un général ! Je vous fais donc Capitaine !", dans un antimilitarisme habituel à Jeanson, mais, dit-on, tempéré sur le tournage par le réalisateur, et un sens de la dérision qui emprunte peut-être à Gavroche ! Et Gérard Philippe y était lumineux !

Le couple Gérard Philippe-Gina Lollobrigida, disons-le, ne fonctionnait pas très bien, mais il était jouxté par des comédiens et des personnages irrésistibles, Henri Rollan (Maréchal d'Estrée), Noël Roquevert (Fier-à-Bras), Olivier Hussenot (Tranche-Montagne), Jean Parédès (Capitaine de La Houlette) etc… Le tout enveloppé de dentelles, de jabots, plus proches du Champagne que de la bière. La musique fut partagée entre deux musiciens : Georges Van Parys (Les Belles de Nuits, Les Grandes Manoeuvres)et Maurice Thiriet (L'affaire du Collier de la Reine, les Visiteurs du Soir, Lucrèce Borgia). Van Parys m'a un jour expliqué qu'il était très pris par la musique de "Casque d'Or" (Jacques Becker, 1951) et contraint de faire appel à un autre musicien avec lequel il a partagé en deux (!) les quarante minutes de musique que comprenait le film, sans qu'il y ait réellement de rupture de coloration ou d'esprit.

Les griefs faits à Fanfan-la-Tulipe n'auraient-il pas pour motif que l'on n'y trouve aucune arrière pensée – encore que d'une élégance impertinente, peut-être même un peu d'insolence, d'autant que le héros ne se fait pas d'illusion, il me semble, sur la pérennité monarchique -, alors que des allusions plus nettes dans les deux autres films me semblent un peu plomber leur propos. Et puis, autant le dire, j'ai un attachement affectif à ce film que j'explique mal et constate simplement. Je ne le vois jamais sans un mélange insolite de joie et de tendresse. "Fanfan-la-Tulipe" a obtenu le Grand prix de la mise en scène à Cannes en 1952, et "L'Ours d'argent" au Festival de Berlin. Il est encore célébré à travers le monde. Est-il possible que tant de personnes se trompent ou se soient trompées ? Suis-je pardonné ?

Un mot encore, déjà signalé sur un autre site : la version colorisée est de très bonne qualité. Les couleurs sont très belles, n'offrent pas le désagrément des "franges" au bord des nuages ou aux ruptures de contrastes. C'est, en principe un système très condamnable, mais quand il y a réussite pourquoi n'en pas faire état ?


Répondre

De Impétueux, le 21 septembre 2007 à 18:45
Note du film : 2/6

Azurlys, dont l'arrivée récente sur ce site est la bienvenue et les messages fort pertinents, je n'écris pas ce message pour vous dire ce qui serait je ne sais quoi de niais et de convenu pour les quelques mots que vous avez eus sur moi, mais vous vous suggérer d'essayer d'employer les merveilles technologiques de DVD Toile, c'est-à-dire les liens hypertextes qui nous permettent de voler d'un film à un acteur cités dans le corps de ce que nous écrivons.

Cela donne plus de légèreté à nos textes, les aère, les colorie (et nous permet – lorsqu'un nom nous est peu ou mal connu – d'aller sur la page à lui dédiée)…

Quant au fond, que vous dire ? La longue suite de messages sur ce Fanfan la tulipe le dit assez, et les arguments de tous (au moins au début !) sont de bonne foi : certains apprécient – dont vous ! -, certains n'apprécient pas – dont moi !-…

Mais n'est-ce pas là le charme extrême de DVD Toile ?


Répondre

De paul_mtl, le 21 septembre 2007 à 18:54
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Azurlys, En voilà un autre duel que vous ressortez là. Heureusement il était resté correct celui là.


Je suis assez d'accord avec votre analyse et j'apprécie votre style d'écriture. Ma comparaison avec Barry Lyndon était osée je le savais mais c'était pour insister sur le fait que derrière la légèreté du ton se cache une critique de la guerre et de cette société. Une critique qui n'en a pas vraiment l'air sous ses aspects gentils et "naïfs" d'un Gérard Philipe mais qui à la fin de l'envoi touche! il était l'acteur idéal pour ce rôle. Mon interprétation est peut-être trop philosophique et « anarchiste » mais c'est ce que ca m'évoque en y repensant.

DVDtoile m'a réservé bien des surprises et parfois des bonnes comme la votre. :)


Répondre

De azurlys, le 16 février 2008 à 15:38

A propos de "Fanfan-la-Tulipe", je relis votre réponse qui date de Sept.07. Elle m'était sortie de l'esprit. Vous mentionnez les bonnes surprises qu'offre ce forum, en terminant, avec indulgence, que la mienne en une. Très honnêtement, j'avais oublié votre sympathique intervention. Merci donc de l'appréciation portée aux textes que je saupoudre ici, au gré de la mémoire. A bientôt, sur les écrans de de nos rêves.


Répondre

De Miel,, le 11 septembre 2009 à 13:43

Je suis amoureuse de Gérard Philipe depuis que j'ai regardé Fanfan la Tulipe quand j'étais petite, et dernièrement j'ai vu la version colorisée. J'ai été affreusement déçue de découvrir Gérard avec les yeux bleus, quelle désolation! Il a de magnifiques yeux verts clairs!


Répondre

De vincentp, le 1er novembre 2011 à 22:36
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Un lointain souvenir. Revu ce soir avec émerveillement (c'est une surprise). Fanfan la tulipe est un divertissement populaire, mais c'est aussi un film d'auteurs ! Les dialogues, la musique, le scénario, la mise en scène (la photographie, les décors, les costumes, également) sont prodigieux. Le portrait croisé de la noblesse et du petit peuple, traité avec humour, ironie et esprit de dérision, est magnifique. Mais il est question aussi des relations homme-femme. Cristian-Jacque croise également politique et morale, logiques de groupe et psychologies individuelles. Des thèmes classiques qui se télescopent via le personnage de Fanfan, celui-ci fonçant de façon aveugle vers un destin individuel improbable au milieu de la mise en pratique ultra-rationnalisée de la raison d'Etat.

Gerard Philipe réalise une performance de tout premier ordre, mais il est parfaitement épaulé par toute une série d'acteurs français secondaires très performants (toute la distribution est à créditer). Les personnages féminins sont tout particulièrement réussis, et ils sont également parfaitement interprétés (et de façon très moderne) -et dirigés-.

Miracle de la mise en scène, qui joue la carte de la proximité avec le spectateur : une émotion est distillée très régulièrement (tout particulièrement lors des scènes situées à mi-longueur et se déroulant dans le château). Impossible également de ne pas relever la qualité des plans (plongées ou contre-plongées, positionnement des personnages dans le cadre, soulignant des relations de pouvoir, comme pour le final, ou bien un très gros plan sur le visage de Fanfan pour cerner ses pensées et sentiments naissants).

Les réactions contrastées des intervenants de ce forum sont finalement assez logiques : on adhère, ou non, à ce spectacle finalement très particulier. Un feuilleton populaire souriant, doublé d'une réflexion sur des thèmes existentiels essentiels. Il y a un contraste entre ces deux aspects. L'assimilation de cet assemblage hétéroclite peut ne pas se produire pour chaque spectateur. Cela sera fonction de sa sensibilité (qu'il faut respecter).

Voici donc, de mon point de vue, une petite merveille du cinéma français de répertoire, lequel mérite bien un petit cycle individuel de redécouverte !


Répondre

De spectateur -, le 3 février 2016 à 13:18

Quel dommage de laisser un commentaire comme celui-ci concernant un film qui est plein d'innocence de légèreté et d'enthousiasme.


Répondre

De Impétueux, le 3 février 2016 à 20:53
Note du film : 2/6

Toi vouloir parler de quel commentaire, ô Spectateur ? Il y en avoir beaucoup…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.068 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter