Forum - À nous la liberté - Les temps pré-modernes
Accueil
Forum : À nous la liberté

Sujet : Les temps pré-modernes


De jrquichotte, le 28 mai 2006 à 23:59
Note du film : 6/6

C'est un film merveilleux.

Musique de Georges Auric. Les acteurs sont malheureusement oubliés. C'est l'occasion de voir Vincent Hyspa (si vous ne savez pas qui c'est, faites fonctionner les moteurs de recherche).

Ce DVD de Criterion offre de plus "Entracte cinématographique" de Satie et Picabia (mais pas la musique de "Relâche") et une interview de l'épouse de René Clair.


Répondre

De vincentp, le 2 décembre 2008 à 22:25
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Un film génial de bout en bout, sur un plan visuel, et pour le sujet. On peut être d'accord avec René Clair pour considérer que peu de choses peuvent séparer une réussite social d'un échec, qui se traduit ici par un enfermement carcéral.

Autre atout : la faculté de René Clair d'aller à l'essentiel en quelques images épurées, et de brosser par un savant agencement des images, des idées, un portrait complet de tout un système, le capitalisme (français). Et également un humour omni-présent qui rend le traitement de ce sujet -à priori rébarbatif- si plaisant. L'écriture cinématographique est ici tout simplement prodigieuse (et hyper-novatrice pour les années trente) !

Voilà donc un chef d'oeuvre de plus à découvrir urgemment !


Répondre

De Impétueux, le 26 janvier 2009 à 16:04
Note du film : 3/6

Il y avait bien longtemps que je n'avais vu ce film, tenu souvent en grande estime dans les histoires du cinéma, et qui n'a pas peu fait pour la réputation de visionnaire de René Clair.

Il a été tourné un an après Sous les toits de Paris mais, curieusement, semble plus archaïque, plus marqué par les derniers soubresauts du cinéma muet ; non seulement les dialogues sont réduits au minimum, et l'intrigue se comprendrait fort bien grâce à quelques cartons opportunément proposés à la lecture, mais les angles de prise de vues, très modernistes, constructivistes, futuristes, le style même de l'action, et l'appel à certains procédés  – notamment les courses-poursuites échevelées, similaires à celles qui font florès dans les films de Harold Lloyd ou de Mack Sennett -, paraissent nier que le cinéma est devenu parlant.

En fait René Clair reste confiné à une dimension – certes essentielle, mais désormais point suffisante – du cinéma : la seule image, et ne se sert pas, en tout cas dans ce film, des techniques de récit et de dialogues qui en feront un art majeur et, surtout, un art complet. Cet appel continu à l'esthétique et à la parabole n'est pas dénué d'intérêt ; il paraît d'ailleurs que Chaplin (pour qui j'avoue mon peu de goût) s'est beaucoup inspiré, dans Les Temps modernes de l'usine fordienne de A nous la liberté, mais si je compare à d'autres films parus au même moment, je me retrouve bien frustré…

C'est que La chienne de Renoir, David Golder de Julien Duvivier et même Pour un sou d'amour de Jean Grémillon exploitent dix fois mieux les possibilités nouvelles ; ils est vrai qu'ils s'appuient sur de solides scénarios, et non pas sur une bluette naïve dont surnagent seulement quelques belles images, des intuitions justes (la parcellisation du travail dans les usines, le taylorisme) et la facétieuse ritournelle nasillée par les phonographes lors de l'embauche :

Vous qui désirez un emploi
Dites-nous votre nom, votre âge
Marquez l'empreinte de vos doigts
Retournez-vous et marchez droit !
Nous vous don-ne-rons de l'ou-vrage !

Peu de choses à dire sur l'interprétation ; la vedette est donnée à Raymond Cordy, dont le physique grassouillet ne laissait pas présager qu'il pourrait jamais être un séducteur…Et, de fait, six ans après, dans La belle équipe c'est lui, le gugusse ivrogne qui suit, en chancelant, sa bouteille en main, Gabin chantant Quand on s'promène au bord de l'eau accompagné par l'accordéon d'Adolphe Deprince…


Répondre

De Frydman Charles, le 25 février 2009 à 07:52

Une réflexion philosophique sur le travail aliénant. On retrouvera dans "les temps modernes" de Charlie Chaplin des scènes de travail à la chaine analogues. Le slogan "le travail c'est la liberté" est prononcé de façon ironique dans le film. Nous sommes en 1931, mais je ne pense pas que ce slogan ait pu inspiré le sinistre "Arbeit macht frei" des nazis. En fait l'origine de l'inscription au dessus du camps d'Auschwitz est le titre d'un livre de Lorenz Diefenbach au XIX ème siècle. Des slogans ironiques sur le travail sont nombreux , dont la chanson d'Henri Salvador: "le travail c'est la santé".


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.015 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter