Forum - La Première balle tue - 1 zone 2
Accueil
Forum : La Première balle tue

Sujet : 1 zone 2


De cormega, le 4 février 2006 à 11:51

je voudrais bien un dvd zone 2 pour ce film.


Répondre

De PM Jarriq, le 4 février 2006 à 12:14
Note du film : 3/6

C'est effectivement un excellent western, au scénario complexe signé Frank D. Gilroy, également responsable du délectable From noon till three (lui aussi inédit en DVD), démystification acerbe des héros westerniens. A revoir.


Répondre

De Djamal, le 21 mars 2006 à 15:47

"La première balle tue", un film qui revient souvent dans ma mémoire, j'aurais aimé le revoir, cela fait plus de 45 ans que je l'ai vu pour la première fois et j'espère le revoir une autre fois.[film=


Répondre

De jmg21160, le 8 septembre 2006 à 18:26
Note du film : 6/6

je recherche aussi desesperement ce film depuis plus de 20 ans alors…..Pitié


Répondre

De PM Jarriq, le 6 octobre 2007 à 16:44
Note du film : 3/6

Le film commence de façon abrupte. Le dialogue est dépouillé, la violence sèche et injustifiée, les personnages sont taillés à la serpe. On se croirait dans un film japonais. Ensuite, The fastest gun alive déroule tranquillement son thème (la lâcheté, l'héroïsme, la vanité), sur un bon scénario qui a un peu de mal à remplir la durée minimale de 1 H 30. D'ailleurs, Rouse fait du remplissage éhonté, avec un numéro de danse interminable et complètement hors sujet de Russ Tamblyn, qui plombe gravement la première partie.

Western freudien, aux protagonistes hantés par leurs fautes passées (Harold tue parce qu'il est cocu, et Temple parce qu'il n'a pas su sauver son papa), The fastest gun alive manque de relief, et l'esthétique, avec son écran carré et son noir & blanc, se rapproche de n'importe quel épisode de Rawhide ou Au nom de la loiGlenn Ford est plutôt bien, en antihéros compliqué, dont la fin révèle la vraie nature, et le pistolero obsessionnel est joué par l'étonnant Broderick Crawford, qui avec sa trogne de soûlard, campe une brute épaisse impressionnante. Le rôle de la femme, comme souvent dans les westerns des années 50, est exaspérant.

Certaines situations (les habitants dans l'église) rappellent High noon, mais le film a sa propre originalité. Il n'a pas l'étoffe d'un classique, mais réserve quelques surprises amusantes.


Répondre

De urspoller, le 6 octobre 2007 à 17:48

Merci de ce commentaire avisé, car, justement je me tâtais quant à investir 10 euros dans un western quasiment inconnu malgré un casting alléchant et notamment la délicieuse Jeanne Crain, dont la prestation dans On murmure dans la ville m'avait marqué au plus haut point.


Répondre

De PM Jarriq, le 6 octobre 2007 à 17:54
Note du film : 3/6

Jeanne Crain est effectivement très belle, mais son rôle de rabat-joie geignarde et culpabilisante ne la sert pas. Rares sont les westerns de cette période, où les femmes trouvaient des rôles moteurs ou vraiment intéressants. Johnny Guitar étant l'exception qui confirme la règle…


Répondre

De urspoller, le 6 octobre 2007 à 18:25

Dans la lignée des rôles féminins centraux dans ce genre cinématographique cher à John Ford, vous pouvez aussi ajouter Jean Arthur dans Arizona, western ouvertement féministe ce qui s'avérait rarissime au courant des années 1940, comme vous l'évoquiez précédemment. Dans ce métrage, Jean Arthur impose une présence extraordinaire à l'écran grâce notamment à une gouaille savoureuse lui permettant d'exister dans cet univers exclusivement masculin.


Répondre

De vincentp, le 25 décembre 2014 à 22:15
Note du film : 3/6


Je partage l'avis de PM Jarriq concernant La première balle tue, étant en divergence simplement sur un point : le western a bien campé pléthore de personnages féminins intéressants, contrairement à ce qu'affirme notre collègue (qui a déserté ce forum, sans doute pour s'installer dans un saloon voisin).

John Dehner, dans un second rôle, est très performant. On reverra sa tronche de truand deux ans plus tard dans L'homme de l'ouest. Selon cinemorgue2.com, John Dehner a joué à quatorze reprises un personnage qui finit par être tué… (le recordman en la matière semblant être John Hurt, avec 40 décès).


Répondre

De verdun, le 25 mai 2019 à 15:50
Note du film : 5/6

De mon modeste point de vue un western qui a quelque chose en plus grâce à la plume de l'excellent Frank D.Gilroy, futur auteur du génial C'est arrivé entre midi et trois heures.

Le portrait de ce George Temple qui cache à tout son village de Cross Creek plusieurs secrets et ne peut résister au demon des armes après avoir été rangé des voitures depuis un long moment est assez fascinant. Glenn Ford est excellent dans ce rôle et je me rend compte film après film que c'est un comédien assez sous-estimé. Les autres acteurs sont excellents notamment Broderick Crawford qui fait un superbe méchant, bien plus convaincant qu'un Burl Ives par exemple. Et je ne vois rien d'exaspérant dans le personnage de Jeanne Crain. Certes on le voit durant tout le film se plaindre ou pleurnicher mais c'est bien normal: elle n'a aucune envie de voir son mari reprendre les armes au moment même où ils s'apprêtent à devenir parents !

la première balle tue constitue une méditation d'une rare profondeur sur les armes à feu, la violence et le pacifisme. Ici les coups de feu ne sont pas pris à la légère. Les thèmes du courage et de la lâcheté sont également abordés. On retrouve aussi une réflexion sur la célébrité et la renommée comme C'est arrivé entre midi et trois heures vingt ans plus tard. Car le méchant veut absolument affronter "le tireur le plus rapide de l'ouest", the fastest gun alive pour reprendre le titre original.

Le film aurait effectivement gagné à être plus concis, à la manière de Boetticher et on peut regretter quelques moments de remplissage comme le numéro acrobatique de Russ Tamblyn. C'est un western psychologique assez bavard où l'action est réduite au minimum. Mais la narration est originale- une majorité du récit se concentre sur le dimanche matin où tous les paroissiens sont à l'église- et les rebondissements surprennent agréablement le spectateur. Et la réalisation est très correcte, alliée à une très belle photo en noir et blanc. La musique de André Previn est tonitruante mais efficace.

Un western captivant, diffusé en 1987 dans La dernière séance et assez rare jusqu'à sa parution en dvd en 2007.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0041 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter