Forum - Du haut en bas - Vieillerie octogénaire
Accueil
Forum : Du haut en bas

Sujet : Vieillerie octogénaire

VOTE
De frontine, le 22 novembre 2005 à 10:35
Note du film : 4/6

Film plus qu'intéressant parmi la banalité de ce qui nous est parfois imposé par nos chers éditeurs.Ce film d'époque, brille déjà par les excellents comédiens qui garnissent son générique ! A sauver de l'oubli, en DVD.


Répondre
VOTE
De RdT, le 18 mars 2006 à 20:10

Ladislaus Bus Fekette (1895-1971), écrivain Hongrois, est l'auteur d'un Ruy Blas1938, ses pièces ont aussi inspiré Le ciel peut attendre de Lubitsch ou «Ladies in Love»(1936) de Griffith ainsi que Du haut en bas de Pabst avec Ariane Borg, Pauline Carton, Jean Gabin, Peter Lorre, Michel Simon, Janine Crispin. Il doit être édité au même titre que L'Opéra de quat'sous du même Pabst.


Répondre
VOTE
De uro, le 13 avril 2006 à 09:12
Note du film : 6/6

D'accord!


Répondre
VOTE
De jay94270, le 11 octobre 2006 à 21:18

Bonsoir, ce film est il déja passé a la télévision ou bien éditer en vidéo? si quelqu'un sait comment m'aider…jay94270@hotmail.com


Répondre

De Boutdchou, le 8 décembre 2010 à 14:41
Note du film : 4/6

Il est bien troublant qu'un certains nombre de films – au demeurant tout-à-fait introuvables dans le commerce et jamais diffusés ne serait-ce qu'à l'ORTF – fassent l'objet de ventes par-dessous la table… surtout quand cette table est une toile et que les copies sont vendues à 35 € pièce.


Répondre

De Tamatoa, le 8 décembre 2013 à 18:35
Note du film : 2/6

Une vieillerie octogénaire qui, si elle rassemble déjà ce qui sera la fine fleur du cinéma des années trente, se révèle hélas d'un intérêt très moyen. Ce film ressemble à un entrainement. Il tiens d'ailleurs plus du court métrage que de la fiction. Les Bleus s'entrainent à Clairefontaine, nos acteurs de légende s'entrainaient dans des petites sauces cinématographiques loin d'être désagréables mais sans réelle saveur. Nonobstant, comme on dit chez les gens bien, je parierai que Georges Lacombe s'est peut-être bien inspiré de ce métrage là pour nous offrir Derrière la façade, réjouissante chronique des habitants d'un immeuble cossu. Parce que, dans un premier temps, De haut en bas ressemble à ce film. Dans un deuxième, il devient assez vite brouillon. On passe d'une scène très enlevée par la volubile Milly Mathis à la grande déprime d'un Michel Simon ruiné. Peu ou pas de véritable scénario et des scènes qui semblent s'enchainer dans le désordre. Et d'ailleurs, peu importe dans quel ordre on nous les présente.. Tout ce petit monde marche à l'ombre quand il fait chaud et joue à s'aimer quand le coeur leur en dit. Le propriétaire du bâtiment, Vladimir Sokoloff, n'a pas encore la mentalité de l'horrible Kostylew qu'il sera dans les bas-fonds trois ans plus tard, mais peu s'en faut. Lui aussi s'entraine .. De fait, il ne se passe pas grand chose. Voyez la photo ci-contre, elle résume bien le truc.

Mais on regarde, on écoute quand même. On sait . Ces locataires là ne resteront pas longtemps dans cet immeuble endormi. Ils ont, déjà, beaucoup trop de talent pour ça ..


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.014 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter