Forum - Le Masque de fer - S'embourbe
Accueil
Forum : Le Masque de fer

Sujet : S'embourbe


De laurent S, le 15 novembre 2005 à 12:20

Le film est moins connu que les autres. Ce n'est pas sans raison : le scénario est un peu plat. Le rôle de Jean Marais est très intéressant mais un peu en creux. Il est central mais toutefois n'est pas moteur dans l'histoire. Il disparaît donc souvent du film pendant un long moment parfois. On s'ennuie un peu. C'est bien dommage car sa composition de Dartagnan est très intéressante et inhabituelle. On y découvre un Dartagnan vraiment gascon, c'est à dire fougueux, emporté, grande gueule, râleur, séducteur et égrillard… Ce Dartagnan là sent un peu le vin… Il est loin des interprêtations plus "conventionnelles" du héros dans "le Bossu" ou "le Capitan".


Répondre

De Nadine Mouk, le 1er février 2016 à 00:40
Note du film : 3/6

Je crois que le problème majeur de ce film, c'est que Henri Decoin mélange un peu les genres. je ne ferai pas l'affront à Henri Decoin de lui dire qu'il n'est pas André Hunebelle. Il a fait ses preuves dans d'autres catégories. Mais il est vrai qu'il fut largement plus inspiré quant il traita de l'affaire des poisons pour rester dans le domaine historique. A la genèse de l'histoire, les soucis du Masque de fer n'ont rien de risibles et on compte une bonne dizaine d' adaptations cinématographiques qui se sont montrées à la hauteur du drame qui se jouait. Ici, le film se veut léger, voire drôle. Et pour affiner cette thèse, Henri Decoin demande à Jean Marais de faire le clown. Même si il est arrivé à cet acteur de faire dans la faribole, je pense par exemple à Fantomas auprès de De Funès qui lui vola la vedette, faire le clown n'est pas vraiment sa tasse de thé. Résultat, le compagnon de Cocteau nous sert une espèce de One-man-Show en d'Artagnan vieillissant, même si toujours agile et combatif, mais bien loin du sérieux Miracle des loups ou du Capitaine fracasse. C'est d'ailleurs un peu le chant du cygne pour lui, du moins dans ce genre là, car plus jamais il ne ferraillera de la sorte, avec personne. La fin d'une époque… Désormais, Stanislas prendra le relais qui le renverra vers Le saint qui sera détrôné par Fantômas qui bottera en touche vers la célèbre Peau d'âneJean Marais avait vécu, ou peu s'en faut.

D'un autre côté, Le masque de fer s'embourbe dans une histoire de sosie, chère au cinéma Français, sans grand intérêt. Pour plusieurs raisons : D'abord parce que nous savons que les hypothèses divergent sur la véritable personnalité du Masque de fer. Le frère du roi Louis XIV ? Un fils bâtard d'Anne d'Autriche ? Le surintendant Nicolas Fouquet ? On a même prétendu que le mystérieux prisonnier n'était autre que ….Molière, ce qui reste quand même l'hypothèse la plus irréaliste. Ajouter à cela que le fameux Masque de fer n'était (dit-on) en fait qu'un masque en velours noir. Donc c'est bien une romance des plus mielleuses sans grand lyrisme qui nous est servie et nous obtenons un film bancal à bien des égards. Si le panache nécessaire à ce genre de composition est bien présent, Il n'en demeure pas moins que le genre la cape et l'épée n'en ressort pas grandie. Les amateurs apprécieront quand même la beauté de la très sensuelle Claudine Auger qui sera plus tard la première James Bond Girl Française dans Opération Tonnerre, suivie de près par Sylva Koscina que j'ai découvert dans l'excellent L'arme à gauche auprès de Lino Ventura. Jean Rochefort débutant face à un Jean François Poron dont la carrière se fera des plus discrètes. Des combats bien réglés par le célèbre maître d'armes Claude Carliez sont au rendez vous et nous en donne pour ce que nous en attendions. Mais dans un film flou, qui part un peu dans tous les sens, qui se cherche. Certes, nous sommes loin du Bossu ou du Capitan bien plus élaborés…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.015 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter