Forum - Tous en scène ! - Critique
Accueil
Forum : Tous en scène !

Sujet : Critique


De dumbledore, le 23 juin 2005 à 00:53
Note du film : 6/6

Tous en scène est un régal, un petit bijou d'Hollywood de la grande époque. On y retrouve un technicolor clinquant, saturant à merveille les couleurs dans un irréalisme total qui est devenu un des codes de l'imaginaire hollywoodien. Comme souvent chez Vincente Minnelli, c'est la couleur rouge qui domine, rouge vif, associé bien sûr aux femmes, personnages chez lui qui font à la fois peur et sont en même temps séductrice. De Vincente Minnelli, on retrouve aussi – autre code hollywoodien – des décors irréalistes, mais non dénués d'un certaine charme. Vincente Minnelli est décidément un des grands peintres du cinéma, un des cinéastes les plus classes !

Et puis il y a Adolph Green, le scénariste qui réussit une nouvelle fois le tour de force de réussir à construire une vraie et complexe histoire dans le cadre d'une comédie musicale. Il avait déjà réussi à le faire dans Chantons sous la pluie, créant une romance avec comme toile de fond le cinéma. Il le refait ici avec comme toile de fond cette fois le monde de show-business.

Ses personnages sont particulièrement bien campé. D'abord avec le couple truculent de faire valoir : Oscar Levant et Nanette Fabray mais surtout grâce au couple principal. Cyd Charisse fait preuve de sa beauté et de sa grâce comme rarement, magnifiée il est vrai par un Vincente Minnelli également fort doué pour ce genre de chose. Fred Astaire, lui, accepte de jouer un rôle de "has been", vieillissant, rôle que peu d'autres acteurs hollywoodiens auraient oser accepter.

La légèreté, la beauté des numéros musicaux, la tenue du film font de Tous en scène une des plus belles comédies musicales hollywoodienne. Elle est pour moi en tous cas, celle que je préfère…


Répondre

De marka, le 9 janvier 2008 à 18:01

rien à ajouter,la perfection faite film.


Répondre

De Sophie75, le 14 juin 2008 à 21:29
Note du film : 6/6

Tous en scène de Minnelli témoigne, outre ses qualités esthétique et chorégraphique, d'une maturité de la comédie musicale. Cette apogée du genre se fait, néanmoins, sans que le réalisateur ait recours à des effets de manche ou à d'autres vains artifices car son but n'est pas ici de révolutionner la structure ou le substrat de ce genre virevoltant, mais simplement de plonger le spectateur dans l'onirisme et dans un tourbillon de couleurs et de bonheur.

Si ce film n'innove en aucune manière, il faut quand même noter que le réalisateur enrichit le contenu de l'intrigue en y insérant des thèmes sociétaux ou professionnels tels le vieillissement ou l'échec. Minnelli traite le sujet avec une réelle émotion grâce par un humour dynamique voire caustique.

Une des séquences du film reste à jamais gravée dans le marbre de nos souvenirs, il s'agit de la scène du pas de deux dans le parc entre Fred Astaire et Cyd Charisse, probablement l'un des plus parfaits jamais filmés. En fait, les mots manquent pour décrire la magie contenue dans chaque instant, chaque couleur, chaque chorégraphie… Un bonnheur à l'état brut !

Ce film remporta, en 1954, les Oscars du meilleur scénario, de la meilleure musique (d'ailleurs, la chanson finale du film, That's entertainement, est devenu emblématique des musicals) et des meilleurs costumes.


Répondre

De silverfox, le 15 juin 2008 à 22:21

Le ballet final d'une douzaine de minutes "Girl hunt, a murder mystery in jazz" reste une des séquences mythiques de la comédie musicale.


Répondre

De vincentp, le 11 novembre 2010 à 00:24
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Bien sûr, Tous en scène contient des séquences musicales anthologiques. Minnelli, Arthur Freed, les chorégraphes, les interprètes (Astaire et Charisse) et les autres collaborateurs de la MGM (décors, costumes) nous proposent des moments étourdissants de brio, d'inventivité et d'esthétisme. Néanmoins l'intrigue à quat'sous a bien vieilli, l'humour vole bas et Fred Astaire montre ses limites dans le domaine de la composition dramatique. Sur le plan de l'histoire, Tous en scène a plus vieilli (à mon sens) que Brigadoon ou Yolanda et le voleur du même réalisateur, ou que Chantons sous la pluie. Mais des limites qui ne l'empêcheront heureusement pas de briller au firmament du "musical", pour longtemps, grâce à ses multiples instants de pure génie collectif…


Répondre

De Impétueux, le 1er janvier 2011 à 23:15
Note du film : 4/6

Chef-d'œuvre ? Voire ! Le film de Minnelli réunit tellement de perfections qu'il en devient à la longue légèrement ennuyeux, parce qu'il est trop long, un peu désinvolte dans un scénario trop prévisible, qui accumule les scènes à faire et que, malgré des dialogues brillants, on n'y accroche pas vraiment, on n'a qu'envie de dire Bravo ! ou Comme c'est bien fait ! ou Impeccable ! et qu'on n'est jamais saisi dans le tourbillon comme Stanley Donen sait en créer, dans Chantons sous la pluie ou Les sept femmes de Barbe-rousse. Il est vrai aussi que le peu que je connais de Minnelli est toujours ainsi : réussi tellement, et légèrement ennuyeux.

L'idée de départ de Tous en scène est plutôt séduisante et bien venue, celle du has been, raccroché presque in extremis par un couple d'amis pour jouer une comédie musicale qui se révélera de plus en plus improbable, ab initio, puis, malheureusement, de plus en plus convenue. La première demi-heure est amusante, drôle, spirituelle, acide, notamment l'accueil de Tony Hunter (Fred Astaire) star dépassée et ringarde, à l'arrivée à New-York du train de Californie vite négligé par des journalistes qu'il croit un instant venus patienter pour lui, et qui attendaient en fait l'éclatante beauté d'Ava Gardner.

La méfiance mutuelle, réciproque que se portent Hunter et la ballerine Gabrielle Gérard (Cyd Charisse), leur attirance dissimulée d'abord, plus éclatante ensuite est davantage convenue, et le happy end final, qui va de pair avec le triomphe public de la comédie musicale, d'abord vilipendée tout cela est, en revanche, d'une certaine banalité. Mais ça n'aurait aucune importance, car on ne demande pas à ce genre de films un récit impeccable, si la musique et les chorégraphies étaient au rendez-vous…

Mais à part That's entertainement, qui a laissé une trace, les lyrics sont assez banaux, et les numéros dansés, parfaitement réussis, un peu languissants…


Répondre

De vincentp, le 2 janvier 2011 à 00:11
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Le scénario n'est pas le point fort de ce film. Quant à Minnelli, il est ici aux manettes, mais ce n'est pas son film le plus personnel, loin de là. Typiquement une super-production d'un studio (MGM), où le metteur en scène n'est (presque) qu'un collaborateur parmi d'autres. On retrouve bien sûr la gestion parfaite des espaces, de superbes cadrages, du rythme… typiques du style du metteur en scène. Cinéma ennuyeux pour Minnelli : loin de là… Un très grand cinéaste, mais à découvrir sur grand écran, en enfilant méthodiquement ses films comme des perles à un collier, comme j'ai pu le faire. Quant à Donen, ses "sept femmes et Barberousse" : une très sympathique comédie musicale, réussie sans aucun doute, mais sans plus (à mon avis), un peu kitsch et un peu vide de sens… Je maintiens ma note pour Tous en scène ! ! Un chef d'oeuvre peut ne pas être parfait, dans la mesure ou il réunit des qualités multiples et sort de l'ordinaire.


Répondre

De Impétueux, le 2 janvier 2011 à 18:31
Note du film : 4/6

De fait, je ne suis pas extrêmement féru du cinéma de Vincente Minnelli, que j'ai trouvé toujours trop léché, trop chiadé pour qu'il me touche vraiment.

Il est vrai que je ne le connais pas beaucoup et que je me suis cantonné aux musicals, genre étasunien qui me convient assez ; je viens de relire brièvement ce que j'ai écrit sur les quelques œuvres que je possède, et je trouve à peu près toujours la même réticence ; j'écrivais sur le fil du Pirate (4/6) qu'on a(vait) davantage l'impression d'assister à des morceaux de bravoure, voire à des numéros de music-hall – certes tous parfaitement réunis et mis en scène – qu'à une véritable construction cinématographique, sur Brigadoon (5/6) que C'est toujours embêtant quand la perfection formelle d'un film éteint un peu l'émotion, parce que, précisément, elle prend le pas et qu'on en arrive à l'admirer avec trop de distance.

J'ai mieux aimé Gigi (5/6), grâce à Colette et à Paris, Un Américain à Paris, grâce à Gershwin et à Paris, et Le chant du Missouri, grâce à Judy Garland et à l'atmosphère Vieux Sud.

Mais bon, ce n'est pas à mon Panthéon, mais c'est tout de même très très bien…


Répondre

De vincentp, le 2 janvier 2011 à 20:20
Note du film : Chef-d'Oeuvre

On ne peut pas tout aimer, c'est certain ! Pour ma part, j'ai tenu 15 minutes hier face à "Eroica" de Munk, puis trois minutes face à Hair avant d'apprécier énormément Mon meilleur ennemi. Vous avez une prédilection pour le cinéma cartésien, très éloigné du cinéma de Minnelli. Mais essayez Comme un torrent, Celui par qui le scandale arrive, La toile d'araignée, Les ensorcelés tout de même… Vous comprendrez et apprécierez peut-être mieux son univers.


Répondre

De Impétueux, le 3 janvier 2011 à 00:03
Note du film : 4/6

Ah, diable ! Me voilà cartésien, alors que je reproche (sans excès ! ) à Minnelli, précisément, d'être un peu trop ordonné, un peu trop classique, un peu trop parfait, d'être un peu le Versailles du cinéma, voilà qui m'étonne…

Pour moi qui place dans la fascination les fééries, qu'elles soient de Jean Vigo (L'Atalante, un film cartésien ?), de Christian-Jaque (aussi bien Les disparus de St-Agil que L'assassinat du Père Noël), de Carlo Rim (la fuligineuse Armoire volante), et, pêle-mêle, Orfeu negro, Peau d'âne, Du sang pour Dracula, Le cuisinier, le voleur, sa femme et son amant, les films de la Hammer et de Mario Bava, voilà une bien curieuse découverte…

J'aime ce que j'aime, et non pas ce que la doxa dit qu'on doit aimer…, même si elle ne se trompe pas toujours. Et je me fiche bien ce que Jacques Lourcelles ou Jean Tulard, la Cinémathèque, Positif, Les Inrockuptibles, les listes des meilleurs films jamais tournés (ah ah ah, Citizen Kane meilleur film du monde, La règle du jeu, meilleur film français…) et n'importe qui me prescrivent…


Répondre

De vincentp, le 3 janvier 2011 à 18:49
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Pour en avoir discuté avec un ami cinéphile, nous étions arrivé à la conclusion que le cinéma de Minnelli n'était pas très facile d'accès. Voir Thé et sympathie, La toile d'araignée, et les deux magnifiques mélos que sont Some came running et Celui par qui le scandale arrive oeuvres tortueuses, ou les personnages principaux, victimes de névroses et de complexes, inadaptés à leur environnement, se réfugient dans le rêve, aux confins parfois de l'hôpital psychatrique (Quinze jours ailleurs). Loin d'un Versailles, plutôt l'Hotel-Dieu…

Une des plus belles oeuvres du cinéma, à mon goût, mais j'ai eu le privilège de bénéficier d'une rétro complète en salles (sur laquelle je me suis déjà longuement épanché).


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.013 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter