Forum - Archimède, le clochard - Quelqu'un a-t-il vu ce film ?
Accueil
Forum : Archimède, le clochard

Sujet : Quelqu'un a-t-il vu ce film ?


De Arca1943, le 21 mars 2005 à 02:09

Gabin / Grangier, c'est un « team » stable, dont je connais au moins deux bons résultats, Les Vieux de la vieille et Le Cave se rebiffe. Dialogues de Michel Audiard, naturellement. Et puis il y a aussi Bernard Blier, Jacqueline Maillan… En revanche, j'appréhende toujours un peu Darry Cowl… Bref, d'après ce que je peux voir dans le résumé, ça semble un bon rôle pour Gabin

Quelqu'un, ici, peut-il nous dire de quoi il retourne? Impétueux, peut-être?


Répondre

De Impétueux, le 21 mars 2005 à 11:18
Note du film : 3/6

Eh oui, j'ai vu et j'ai même le DVD ; franchement, si votre budget est limité ou si Darry Cowl vous exaspère (mais il est plutôt insignifiant, en l'espèce, dans Archimède) il n'est pas primordial de courir après : argument mince, Gabin en grognon scrogneugneu et philosophe cynique (mais n'est pas Diogène qui veut !) et vraiment pas grand chose de prenant dans cette bluette insignifiante.

Pour les films de second rang (qui sortent chez René Chateau) de ces années 50/60, que j'ai vus petit garçon puis adolescent, j'ai un test qui fonctionne assez bien : leur réception par mes deux enfants (25 et 19 ans) : quand ils entrent dans le film, s'en amusent, passent un bon moment, c'est que le film – quel que soit son "statut cinéphilique", vaut la peine (par exemple Papa, maman, la bonne et moi ou A pied, à cheval et en voiture) : c'est du bon spectacle de samedi soir comme on disait jadis, qui montrent une France paisible, attendrissante de nigauderie, pleine de tous les charmes traditionnels qu'on lui prête.

Eh bien Archimède le clochard ne m'a pas valu l'estime et la connivence de ma progéniture, qui m'a même regardé avec quelque commisération ; cela étant, tout n'est pas à y jeter : il y a même une scène très réussie, lors d'une réception très snob, quand Gabin-Archimède rapporte un toutou égaré à sa maîtresse, Jacqueline Maillan ; pour savoir ce que pouvait être, en 1958, un intérieur de grand bourgeois branché, les disques qu'on y écoutait, le whisky, qu'on découvrait…

Mais vous voyez, ça ne suffit tout de même pas au contentement de l'amateur d'outre-atlantique, à mes yeux…


Répondre

De Arca1943, le 21 mars 2005 à 12:55

Merci ! Me voilà renseigné. Mais je continuerai à aller à la pêche aux fiches (pardonnez ce calembour honteux). On ne sait jamais ce qu'on peut trouver…


Répondre

De Impétueux, le 21 mars 2005 à 13:12
Note du film : 3/6

Vous avez cent fois raison d'aller pêcher ; mon goût pour le cinéma populaire français des années 40/50/60 m'a permis plusieurs découvertes superbes ou émouvantes que je relate avec circonspection ici (parce que je me soucie fort peu, s'agissant d'oeuvres qui ne sont pas, d'évidence, des chefs d'oeuvre du cinéma, ni même les films de second rang d'un grand réalisateur (comme L'homme à l'imperméable dont nous avons parlé), je me soucie peu, donc de me voir reprocher d'avoir conseillé des oeuvrettes qui ont séduit le nostalgique que je suis par leur unique parfum d'enfance…

Mais, vous qui aimez Gabin, j'espère que vous avez vu les deux Maigret de Delannoy ? (je ne sais pas trop pour celui de Grangier, Maigret voit rouge, dont je ne me souviens plus du tout et dont j'ai hautement réclamé ici l'édition, possiblement pour être déçu…


Répondre

De Arca1943, le 21 mars 2005 à 13:32

Il y a certains acteurs comme Gabin ou Fernandel – pour ne rien dire de mes idoles transalpines – dont j'aime tellement le « personnage » que je regarde avec plaisir même quand je sais parfaitement que le film n'est pas génial. Par exemple, je sais bien que L'Année sainte, avec Jean Gabin, ce n'est vraiment pas fort. Comme dernier coup d'archet, on aurait pu espérer mieux. Mais le film a été conçu pour les gens comme moi, bonne pâte et bon public, qui voulaient tout simplement voir pour la énième fois Jean Gabin « faire du Gabin ». Tandis que les nombreux films, par exemple, où Belmondo « fait du Belmondo », là je fuis ventre à terre !

Tout de même, cette attitude a des limites. Ainsi, même avec Jean Gabin, Le Drapeau noir flotte sur la marmite, là, j'avoue que j'ai un peu regretté le prix de mon ticket. Et pour Fernandel, eh bien, je crois bien m'être endormi devant La Cuisine au beurre

Mais L'Homme à l'imperméable est un bon exemple : sûr, c'est un Duvivier mineur. Mais comment résister à Fernandel? (Qui, lui, a connu un dernier coup d'archet de première classe avec Heureux qui comme Ulysse).

Arca


Répondre

De ulderic, le 6 mai 2005 à 17:33

En citant "les vieux de la vieille" et "le cave se rebiffe" qui sont remarquables de droleries avec des dialogues plus que savoureux, "Archimède" vous semblera un peu fade mais il y a quand même des scènes remarquables dans le bar avec Blier mais aussi dans le parc avec les hommes sandwichs.

L' atmosphère des halles, du métro dans les années 50 est parfaitement préservée ainsi que le début de l' urbanisation.

C' est un bon GABIN, mais y-en a t- il de vraiment mauvais?

Si vous êtes à la recherche de film des années 50, essayez "125, Rue Montmartre" avec Lino VENTURA, Claude RICH, Jean DESSAILLY et Andrea PARISY.


Répondre

De Impétueux, le 7 mai 2005 à 19:22
Note du film : 3/6

Autant Le cave se rebiffe me semble un des films de genre les plus extraordinairement réussis, autant je ne partage pas votre goût pour Les vieux de la vieille où trois immenses acteurs du cinéma français, Gabin, Fresnay et Noël-Noël se livrent à d'attristantes pitreries sans jamais donner la moindre impression de réalité ; c'est une campagne fausse, égrillarde et ridicule que Grangier, honnête artisan d'ordinaire mieux inspiré met en scène (?). Est-ce que les farces paysannes ne sont pas un genre totalement désuet depuis la fin du 17ème siècle ?

D'ailleurs si Gabin est peu crédible en clochard dans Archimède, il l'est bien moins encore, malgré son grand talent, dans Les vieux.

Evidemment, ça n'engage que moi….mais tout de même…


Répondre

De eliot, le 8 mai 2005 à 17:51

C'est une film de qualité. Il est fait de dialogues, de drôlerie, avec de bons acteurs.

Preuve que l'on peut faire de bons films sans être grossier (même vulgaire), de meutres, ou de sexe, ce qui est souvent le cas aujourd'hui, exception faite de films d' exception.

Bref, c'est un vrai plaisir de revoir ce film et de se baigner dans cette époque.


Répondre

De Arca1943, le 8 mai 2005 à 21:27

À vrai dire, ces Vieux de la vieille est un souvenir de mon enfance télévisuelle. J'aurais une déconvenue, sans doute, à le revoir aujourd'hui…? C'est bien possible. Par contre, de là à dire que les farces paysannes sont obsolètes, ah, ce serait une bien mauvaise nouvelle! Moi, j'adore les farces paysannes, surtout au cinéma. Alexandre le bienheureux, par exemple, en est une. Et puis La Fiancée du soldat, Serafino ou l'amour aux champs


Répondre

De Impétueux, le 8 mai 2005 à 23:27
Note du film : 3/6

Mais cher Arca, Alexandre le bienheureux n'est pas une farce paysannne, mais un conte philosophique assez subtil ! Ce que j'entends par farce paysanne, c'est toute la série des Champignol (Nous autres à Champignol, Le gendarme de Champignol) où Jean Richard jouait un rôle de péquenot matois, rusé età la limite de Guignol ; ces films insignifiants ne vous étant sans doute pas connus (je n'ose craindre qu'ils aient jamais été exportés vers votre lointain Québec) je citerai un produit un peu plus notoire : Ni vu ni connu du souvent mieux inspiré Yves RobertLouis de Funès joue – sarcastique et vicieux – le rôle d'un braconnier, Blaireau, qui berne garde-champêtre et garde-pêche…

Je n'ai pas vu les autres films que vous citez ; en tout cas, je pense que vous pouvez largement faire l'économie – à tous les sens du terme – des Vieux de la vieille et même du sympathique et limité Archimede sur quoi vous aviez bien voulu me consulter…


Répondre

De eliot, le 19 mai 2005 à 18:52

C'est bien d'avoir l'avis d'autres personnes, mais comme tous les goûts etc… chacun peut trouver les siens. Les uns aiment les autres pas. Pour ma part, je conseille les vieux de la vieille, le père tranquille, ni vu, ni connu, archimède, la traversée de Paris, et bien d'autres encore. Les dialogues sont bien souvent un régal. Quant à

l'authenticité de l'esprit campagnard (les vieux de la vieille)ce film n'est pas un film historique, mais une histoire drôle de trois vieux qui surtout se rendre compte ques les vieux sont inutiles ! et prennent la route à pied pour Gouyette (maison de retraite). Mes enfants âgés d'une trentaine d'années connaissent tous ces anciens films et adorent. D'ailleurs, lors de réunions, des extraits de dialogues fusent (c'est pas la vue qui est mauvaise, c'est les bras qui sont trop courts – on va bien arrivés à les faire fâcher (les vieux de la vieille) et il est taquin on s'y ferait vite (Archimède) sans oublier dans ce film Noël Roquevert. Enfin chacun ses humours. Pour moi, on passe une bonne soirée à regarder ces anciens films. Et je recherche toujours La Parade du temps perdu.


Répondre

De Impétueux, le 19 mai 2005 à 23:55
Note du film : 3/6

Attention à bien lire : vous citez parmi les films que vous m'assénez le pur diamant noir de La traversée de Paris de l'immense Claude Autant-Lara et l'excellent Père tranquille du souvent bien inspiré René Clément ; s'il y a sur ce site quelqu'un qui aime et défend le cinéma français des années Trente à Soixante-Dix, c'est bien moi ! Et mon mot sur Archimède n'était pas désagréable, loin de là ! J'ai acheté consciencieusement le DVD et l'ai regardé plusieurs fois !

Mais notre ami Arca – qui est québécois et n'a pas, pour ses importations un budget démesuré – m'a fait l'honneur de me consulter pour savoir ce que je pensais de cet Archimède, sachant, précisément, mon goût pour ce genre de films. Et je lui ai répondu franchement – voyez le début de ce long fil de dix messages – que, puisqu'il ne peut tout acquérir, il pouvait faire l'économie de ce film-là. Je n'aurais pas dit cela de l'excellent Gentleman d'Epsom, du Baron de l'écluse et moins encore du remarquable Cave se rebiffe.

En revanche, je maintiens totalement mon jugement sur l'affligeant Vieux de la vieille et ma peine d'avoir vu trois des plus grands acteurs français se compromettre dans ce tout petit film.


Répondre

De Cam'isole, le 26 novembre 2005 à 09:30

J'ai vu plusieurs fois le film. Ma fille l'a souvent regardé en K7 vidéo. Elle est vraiment fan. Les cadres sont magnifiques et la simplicité des décors permet d'apprécier les dialogues ainsi que le découpage du scénario. Par contre, la faiblesse du jeu des acteurs et quasi pathétique. Par exemple, si le rôle du clochard est bien réellement intéressant, Belle quand à elle est un peu plate. Son personnage certes émouvant n'a pas de véritable dimension philisophique. A côté, Bambi apporte beaucoup de contenu affectif au spectateur. On peut se demander pourquoi Gabin a accepté de jouer dans le Belle et le Clochard. Un film à voir, mais pas forcément à revoir.


Répondre

De Xaintrailles, le 22 août 2007 à 13:25

Tout à fait d'accord avec ces jugements, sauf que je mettrais le Cave se rebiffe encore plus haut : au sommet de la comédie policière.


Répondre

De rocafortis17, le 26 septembre 2007 à 19:21
Note du film : 5/6

Lorsque vous dites des vieux de vieille que Gragier faisait voir une campagne minable, moi qui venait d'arriver à Rochefort sur Mer lors de la sortie du film, et ne connaissant pas la région, j'ai entendu les gens du coin dire qu'ils y reconnaissait très bien la campagne Vendéenne ainsi que certain morceaux de patois. Pour mon compte, je n'ai pas très apprécié ce film la première fois que je l'ai vu, mais mon jugement a changé en le revoyant par la suite. J'ai aimé ce trio de compères.


Répondre

De s é p i a, le 27 septembre 2007 à 14:53
Note du film : 3/6

Il faut absolument lire le livre de souvenirs de Gilles Grangier intitulé "Passer la Loire , c'est l'aventure" ou il narre les caprices et excentricités de ces trois cabotins là , durant un tournage homérique ! Et c'est Pierre Fresnay qui remporte la palme !..


Répondre

De pierri, le 27 octobre 2007 à 12:10

Il ne me semble pas souhaitable d'estimer la valeur de tous les films avec les mêmes critères. Les comédies, notamment, peuvent apporter du plaisir sans avoir de profondeur philosophique et sans crédibilité ethnologique ou sociale. Archimède peut plaire aux amateurs de formules, de répliques bien lancées, de numéros de voltige des comédiens que l'on aime comme des copains. On apprécie Audiard comme on apprécie les "brèves de comptoir" pour les jeux de paradoxes. Rien n'est crédible et on s'en fout. C'est juste du jeu. Les clochards ne sont pas plus clochards que les gangsters de "ne nous fachons pas" et "les barbouzes" ne sont pas sensés représenter la réalité de la guerre froide ni Madame la fleur d'un "Idiot à Paris" (ou la maquerelle des tontons flingueurs" ne traite du problème de la prostitution. Il n'y a pas ou peu de messages dans ces discours et quand il en apparaît un, il est un peu lourd (discours du "Président"). Je revois "Archimède" et les "vieux de la vieille" ainsi que tous les Audiards à envolées lyriques avec un plaisir constant. Les scénarios y sont très secondaires et ne sont souvent que des suites de scènes réjouissantes indépendantes les unes des autres qui peuvent ressembler à des sketches (Les bons vivants). Les scénes sont d'inégales valeurs sans doutes mais je me régale tout de même souvent (je suis inconditionnel de Blier et de Frankeur). Le monde d'Audiard ne traite pas du réel; il est à part dans le cinéma. C'est une oeuvre. Une oeuvre réjouissante, "littéraire", un peu réactionnaire, mais une oeuvre.


Répondre

De Jim G. Lan, le 13 mars 2011 à 00:12
Note du film : 5/6

Archimède le clochard fait partie de l'univers Gabin au même titre que tous les films que cet acteur caméléon a tourné, avec quelques nuances pour ses tous premiers qui sont tout de même un ton en dessous, en ce qui concerne son jeu. Pour en revenir au film précité, cette année 1958 verra Jean Gabin tourner Le désordre et la nuit également réalisé par Gilles Grangier, un film policier de l'époque dans lequel le comédien joue l'inspecteur Vallois au côté de Danielle Darrieux et Nadja Tiller. Enfin En cas de malheur de Claude Autant-Lara dans lequel Gabin joue un avocat aux côtés de Brigitte Bardot et Edwige Feuillère.

Jean Gabin durant ses 97 films aura interprêté d'innombrables personnages et divers métiers d'ou l'affectueux sobriquet de CAMELEON que je lui donne car son investissement personnel sur ses rôles faisait de lui le représentant plus que crédible des métiers exercés dans les films.

Archimède le clochard est une comédie, sans prétention, avec un scénario squeletique que Michel Audiard sauve avec des dialogues sur mesure pour Jean Gabin. C'est déjà le sixième films du tandem Grangier/Gabin après La vierge du Rhin (1953), Gas-oil (1955), Le sang à la tête (1956), Le rouge est mis (1957) et, déjà cité, Le désordre et la nuit.Ils tourneront encore six films ensemble.

Jean Gabin me faisait penser, toutes proportions gardées, à John Ford pour ses indéfectibles amitiés, ses habitudes presque maniaques qui comprenaient les techniciens et bon nombre d'acteurs qui formait le cercle des amis. Entouré dans Archimède par Darry Cowl et Julien Carette les autres clochards, Bernard Blier et Dora Doll les patrons de bistrot, Paul Frankeur, Noel Roquevert et Jacqueline Maillan.

       

Répondre

De Tamatoa, le 11 octobre 2013 à 02:44
Note du film : 4/6

Toujours la même soupe ?? Je veux, oui ! Elle est bonne cette soupe ! J' en r'demande ! Et je n'ai pas fini de m' en gaver !

''&&"- Un percolateur Italien ?? Mais c'est de la provocation ! Qui sème la tempête récolte Archimède ! Achetez Français M'sieur Grégoire, achetez Français  !-" Il me rappelle le guignol au polo rayé ! M'sieur Made in France ! Et je le traite de feignant et d'empapaouté !&&''

Vous n'éffacez pas ? Alors, en décomposant : une-deux-une-deux !

Mon beau navire ô ma mémoire
Avons-nous assez navigué
Dans une onde mauvaise à boire
Avons-nous assez divagué
De la belle aube au triste soir…

Archimède qui débite du Guillaume Apollinaire, de la soupe ?? Oh ! Malheureux…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.077 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter