Forum - L'Héritier - Labro au sommet de son art
Accueil
Forum : L'Héritier

Sujet : Labro au sommet de son art


De David Hainaut, le 15 février 2005 à 19:40

Réalisé en 1973, soit 3 ans avant "L"alpagueur", Philippe Labro mit déjà en scène Belmondo, dans ce polar haletant de bout-en-bout, où chaque scène se succède subtilement, sans la moindre longueur. Connu pour son éclectisme, le réalisateur – qui frise ici la perfection – dénonce jusqu'où peuvent mener les abus des grands groupes financiers, à une époque où l'on commençait tout doucement à parler de l'Europe… Belmondo est bien entouré, puisqu'on retrouve le regretté Charles Denner, Jean Rochefort ou Jean Desailly. Dommage peut-être ce trop grand nombre de personnages dans ce film, qui incite toutefois à réfléchir et dont on sort marqué.


Répondre

De Arca1943, le 17 février 2005 à 01:58

En position de repli – vu que Jarriq et Impétueux n'ont guère été impressionnés par Stavisky (voir l'échange sur L'Aîné des Ferchaux) – je propose ce film comme le dernier grand rôle de Jean-Paul Belmondo.


Répondre

De Impétueux, le 18 février 2005 à 12:49
Note du film : 2/6

On ne vous chipotera pas là-dessus, bien que je croie que L'incorrigible est postérieur, qu'il n'y a pas que du mauvais dans Le professionnel (malgré les contraintes et les tics du genre) et que j'ai, bizarrement une tendresse particulière, dont je ne suis pas plus fier que ça pour Itinéraire d'un enfant gâté, malgré mon habituelle indifférence pour Lelouch….


Répondre

De fretyl, le 4 janvier 2009 à 20:44
Note du film : 3/6

Il n'y a pas que du mauvais dans Le professionnel

On peut savoir quoi ?


Répondre

De kfigaro, le 5 janvier 2009 à 10:26
Note du film : 5/6

Clairement le meilleur Labro à mon sens, et le film est également remarquable parce qu'il marque les débuts de sa collaboration (hélas trop courte) avec le regretté Michel Colombier qui signe ici l'un de ses scores les plus époustouflants entre impressionnisme diffus et jazzrock énergique…

Bande originale à écouter dès que possible…


Répondre

De Tamatoa, le 11 mai 2014 à 01:43
Note du film : 5/6

Tout à fait d'accord avec la critique de David Hainaut ! Ce film est vraiment excellent d'un bout à l'autre ! Labro a su remarquablement diriger un Belmondo très appliqué. C'est quand même autre chose que le mièvre L'alpagueur qu'il nous fera subir trois ans plus tard, avec un Bébel en roue libre. L'action ne faiblit jamais respectant un scénario en béton accompagné d'une bande sonore méticuleusement choisie. Tous les acteurs et actrices sont impeccablement à leurs places et donnent le meilleur. La très belle Maureen Kerwin et l'énigmatique Carla Gravina sont de bien beaux joujoux entre les mains de cet Héritier qui joue avec elles de façon sournoise et virile. La scène des paires de gifles échangées avec Carla Gravina est un petit bijou. Le film voit grand, très grand. Le play-boy contre les requins des affaires, Labro nous la joue à l'américaine, son grand dada. Et tout ça est tiré au cordeau, sans fausses notes. Peut-être une seule : beaucoup de gens, beaucoup de pistes et la solution… dans la tige d'une rose très, trop hasardeusement trouvée par Belmondo . C'est peut-être dommage.

Mais ne chipotons pas. Les affres de la presse, de l'industrie, de la banque qui s'immiscent entre deux putes et la mafia new-yorkaise, ça le fait bien ! Les laquais qui poussent à l'ombre des grands arbres où rien ne fleurit sont magnifiques dans leurs courbettes richement récompensées. Denner et Rochefort sont très grands, très à leurs places dans l'abject. Rien n'est oublié dans la stratégie des grands patrons : la démagogie à donfe et à faire vomir envers les ouvriers, le goût de ces messieurs en matière de bagnoles (pas une deudeuche dans le paysage) et les manigances pour que les moments délicats passent pour imprévus de dernière minute. Un must ! Quelques scènes d'action sont bienvenues pour donner du peps à une histoire lourde mais toujours prenante. Fosco Giachetti fait froid dans le dos en ancien nazi taiseux reconverti dans les affaires et Jean Desailly fait enfin oublier l'impuissant qu'il fût, rôle qui lui collera à la peau longtemps dans le très excellent Maigret tend un piège. On le trouve mièvre, en général, et peut-être aimait-il à se cantonner dans ce style là. Je prétends, moi, qu'il est un très grand acteur et que son rôle dans la peau douce l'a porté au firmament. Mais c'est au théâtre qu'il était vraiment chez lui.

Du bon, du beau, du solide cinéma. Re-David Hainaut, ça frise la perfection. Exact !

Ps : Pour l'anecdote, j'ai rencontré un jour le sieur Labro . Pompeux, pédant, prétentieux, hautain … Très mauvais souvenir… Ca sert à rien, j'en conviens, mais ça fait du bien de le dire !


Répondre

De Pianiste, le 11 mai 2014 à 08:44

Ami Tamatoa, je vous suis pleinement pour L'héritier. Il y a longtemps que je l'ai vu et vous m'avez donné envie de le revoir. Notez que beaucoup de films avec Jean-Paul Belmondo sont accompagnés d'une très bonne BO (Le professionnel et Le marginal sur une musique d'Ennio Morricone)…. Je ne m'attarderai pas sur le talentueux Jean Rochefort qui là encore tient, comme vous le remarquez aussi, un rôle prépondérant. Il faut dire que le héros de l'histoire a été l'un des meilleurs acteurs français avec Alain Delon dans le genre films policiers. Il m'a toujours fait penser à une sorte de Clint Eastwood à la française. Un vrai cascadeur, toujours entouré de bien jolies nanas (James Bond en puissance)…. Voilà, ceci dit, je vais m'empresser de le regarder dès que possible, car mes souvenirs sont assez lointains.


Répondre

De Pianiste, le 12 mai 2014 à 10:49

Après avoir regardé L'héritier, ne l'ayant pas vu depuis longtemps, je ne peux qu'en rajouter à vos éloges. Jean-Paul Belmondo est à son apogée (pas que dans ce film) et il est vrai que la musique est un plaisir. Inutile de revenir sur Jean Rochefort, qui est comme toujours excellent, ni sur Charles Denner qui s'en sort aussi très bien. Oui, je revoyais bien ce film ainsi. Une espèce de James Bond à la française avec un Clint Eastwood à la française lui aussi. Les nanas sont affriolantes et notre héros en fait encore un maximum, mais avec lui on en a l'habitude….


Répondre

De Impétueux, le 23 septembre 2015 à 13:45
Note du film : 2/6

On n'est pas si cohérent qu'on croit l'être. Il y a quelques années, j'avais jugé, avec beaucoup d'autres, que L'héritier était un film très honorable ; et après l'avoir revu l'autre soir, j'ai été effaré par ce tape-à-l’œil très années 70 et ses vertueuses indignations où un pur chevalier, dès l'abord menacé par séides et sicaires du grand patronat, avec la complicité passive du Vatican, s'efforce de démonter une vaste conspiration.

Je suis bien loin de n'être pas conscient que les extraordinaires années de prospérité que la France et le monde occidental connaissaient à cette époque aient été exemptes de scandales, magouilles, traficotages, abus de toute sorte, complaisances des pouvoirs, tricheries, mensonges d'État et tout le bataclan. L'énormité des fonds maniés par les compagnies multinationales industrielles suscitait forcément des tentations tout comme aujourd'hui la rapidité des spéculations et des échanges globalisés permet le déploiement de l'horreur économique. Cela a donné plein de films ardemment dénonciateurs (Le Sucre de Jacques Rouffio en 1978, Une étrange affaire de Pierre Granier-Deferre en 1981, Mille milliards de dollars d'Henri Verneuil en 1982 et j'en oublie sûrement). Au moment où le capitalisme financier se substituait au capitalisme industriel et ajoutait une touche supplémentaire d’inhumanité à l'aventure, les grosses sociétés de production et les réalisateurs chéris du public faisaient mine de dénoncer l'affaire.

Comme on ne prête qu'aux riches, les méchants du film de Philippe Labro, romancier qui ne manque pas de talent, mais moins intéressant cinéaste, se trouvaient être un potentat italien chef d'un parti néo-fasciste (une sorte de figure monstrueuse mixant Giovanni Agnelli et Silvio Berlusconi) et un Vatican prétendument jadis compromis lors des déportations des Juifs italiens. (Il importait peu que les historiens aient fait litière des accusations montées par Rolf Hochhuth dans Le Vicaire et invraisemblablement reprises par Costa Gavras dans Amen, en 2002 pourtant !).

Toujours est-il que L'Héritier accumule les poncifs bien-pensants (le jeune lieutenant Cordell/Jean-Paul Belmondo qui, indigné par la torture, va souffleter son colonel), les dialogues bas de gamme et ce qu'on pourrait appeler les fausses pistes (quelqu'un pourrait-il m'expliquer l'intérêt du rôle muet du détective privé Brayen/Maurice Garrel ? celui de l'avocat Théron-Maillard/François Chaumette ?). Et cette séquence ridicule où, dans l'usine métallurgique, Cordell/Belmondo et Loewenstein/Denner sont les seuls à ne pas porter un casque de protection comme s'ils étaient de jeunes dieux invulnérables (et à la réflexion, je crains que ce ne soit ça que Philippe Labro a voulu dire !).

Qu'est-ce qui reste à celui qui, comme moi, n’apprécie pas tellement le charme hommasse de Carla Gravina ? Charles Denner, qu'on a presque toujours trouvé parfait, Maureen Kerwin, qui était bien belle et un Jean-Paul Belmondo encore très présentable. Présentable, mais qui avait délaissé depuis déjà quelques années déjà le cinéma grave au profit de ses rôles délicieux de Monsieur Boum-Boum dans lesquels il n'a fait que se confiner de plus en plus.


Répondre

De verdun, le 23 septembre 2015 à 14:34
Note du film : 3/6

Plutôt d'accord avec votre avis négatif.

S'ils ont laissé un bon souvenir, les films de Philippe Labro apparaissent aujourd'hui maladroits, jonchés de scènes peu crédibles, naïfs, handicapés par une mise en scène raide. Et surtout très marqués par leur époque au niveau des photos, costumes, décors et coiffures comme au niveau de leur idéologie soucieuse (et c'est logique) de récupérer des thématiques à la mode. Ils ont donc pris un sacré coup de vieux. Et encore, L'héritier, dans mon souvenir, tient mieux le coup que Sans mobile apparent ou que le redoutable Le hasard et la violence.

Personnage par ailleurs charismatique et talentueux,Labro n'a jamais caché son amitié pour Jean-Pierre Melville alors pourquoi son cinéma ressemble t-il autant à celui de Henri Verneuil ?

Reste la capacité du réalisateur à convoquer à l'exception de Delon, toutes les plus belles d'affiche de son époque: Belmondo (ici bien contenu), Depardieu, Trintignant ou Yves Montand. Et la bonne qualité des bandes originales de Michel Colombier.


Répondre

De fretyl, le 23 septembre 2015 à 14:55
Note du film : 3/6

Revu récemment Sans mobile apparent est absolument catastrophique par rapport au souvenir qu'il m'en avait laissé. Cependant je continu à bien aimer L’héritier sans toutefois le considérer comme un chef-d’œuvre de Jean-Paul Belmondo… Mais effectivement il y a des fautes de goûts, pleins de détails ridicules.

Je n’apprécie guère non plus l'attaque que semble vouloir porter Labro au MSI Italien des années 70 et semble-t-il à son leader de l'époque le regretté Giorgio Almirante. Pour le reste je trouve le film assez carré et parfois nerveux. Selon les mémoires de Rochefort le tournage du film fut d'un ennui mortel pour tous les comédiens… Ça se ressent trop souvent.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.028 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter