Accueil

Filmographie

Voici les films auxquels Julie London a participé. Vous pouvez compléter ou corriger cette filmographie.

Ordre : (Par date) (Par titre)
Rôle de Julie London : (Tous) (Acteur) (Interprète)

1968
Espions en hélicoptère (The Helicopter Spies) (Télévision) – Réal. Boris Sagal – Robert Vaughn, David McCallum, Carol Lynley
DVD Z2 : sorti

Donnez votre avis
1965
Les Espions (I Spy) (Série TV) – Réal. Earl Bellamy, Paul Wendkos, Christian Nyby – Robert Culp, Bill Cosby, Kenneth Tobey

Cette série met en scène deux agents de la CIA, Kelly Robertston et Alexander Scott. Sous la couverture d'un joueur de tennis et de son entraîneur, ils parcourent le monde au fil de leurs missions.

Donnez votre avis

1960
Allô… l'assassin vous parle (The 3rd Voice) (Cinéma) – Réal. Hubert Cornfield – Edmond O'Brien, Julie London, Laraine Day


Donnez votre avis
1959
L'Aventurier du Rio Grande (The Wonderful Country) (Cinéma) – Réal. Robert Parrish – Robert Mitchum, Julie London, Gary Merrill
DVD Z2 : sorti
Recherché au Texas pour avoir abattu l'assassin de son père, Martin Brady vit désormais au Mexique où il assure la protection de Cipriano Castro, un politicien corrompu. Blessé lors d'une mission, il […]

5 messages

1959
Night of the Quarter Moon (Cinéma) – Réal. Hugo Haas – Julie London, John Drew Barrymore, Anna Kashfi


Donnez votre avis
1958
Libre comme le vent (Saddle the Wind) (Cinéma) – Réal. Robert Parrish, John Sturges – Robert Taylor, Julie London, John Cassavetes
DVD Z1 : sorti / DVD Z2 : sorti
Le jeune Tony Sinclair rentre au ranch familial après une longue absence passée en ville. Afin de prouver qu'il est le meilleur tireur des alentours il abat un hors-la-loi qui s'en prenait à son frère […]

4 messages

1958
L'Homme de l'Ouest (Man of the West) (Cinéma) – Réal. Anthony Mann – Gary Cooper, Julie London, Lee J. Cobb
DVD Z2 : sorti
Link Jones, un ancien bandit, mène une vie rangée auprès de sa femme et de ses enfants. Ses concitoyens le chargent de ramener de Fort Worth la nouvelle institutrice du village. Dans le train, Link fa […]

9 messages
1957
Le Pays de la haine (Drango) (Cinéma) – Réal. Hall Bartlett, Jules Bricken – Jeff Chandler, Joanne Dru, Julie London

1862. Après la guerre de Sécession, le major Drango et le capitaine Banty sont chargés de veiller à la réorganisation de la vie quotidienne. Mais les deux hommes se heurtent à l'agressivité de la popu […]

Donnez votre avis

1956
La Blonde et moi (The Girl Can't Help It) (Cinéma) – Réal. Frank Tashlin – Tom Ewell, Jayne Mansfield, Edmond O'Brien
DVD Z2 : sorti
Tom Miller est un imprésario fini, obnubilé par les visions d'une célèbre chanteuse qui l'a abandonné, seule gloire à mettre au compte d'une carrière qui se termine le nez dans les bouteilles. Murdock […]

1 message dont 1 vote pour une (ré)édition DVD
1949
Horizons en flammes (Task Force) (Cinéma) – Réal. Delmer Daves – Gary Cooper, Jane Wyatt, Wayne Morris


Donnez votre avis

1948
Le Sang de la terre (Tap Roots) (Cinéma) – Réal. George Marshall – Van Heflin, Susan Hayward, Boris Karloff
DVD Z2 : sorti
La famille Dabney, riche propriétaire d'une plantation du Mississippi, entend rester dans la neutralité lorsque la Guerre Civile éclate. Clay MacIvor, fiancé à la jeune et belle Morna Dabney, s'engage […]

Donnez votre avis
1947
La Maison rouge (The Red House) (Cinéma) – Réal. Delmer Daves – Edward G. Robinson, Lon McCallister, Judith Anderson


Donnez votre avis

1946
Night in Paradise (Cinéma) – Réal. Arthur Lubin – Merle Oberon, Turhan Bey, Thomas Gomez


Donnez votre avis
1944
Nabonga (Nabonga le gorille) (Cinéma) – Réal. Sam Newfield – Buster Crabbe, Barton MacLane, Fifi D'Orsay

Afin d'etablir l'innocence de son pere, Gorman part dans la jungle pour retrouver des bijoux voles. Il retrouve la fille du voleur, devenu une sorciere blanche respectee et accompagnee d'un enorme gor […]

Donnez votre avis

 

Biographie

Julie London

<font color=yellow> Julie London, Woman of the West…</font>

Julie London est une "enfant de la balle". En effet, elle fait son apparition en ce bas monde le 26 septembre 1926 au foyer d'un couple de chanteurs et danseurs, dont elle sera l'unique enfant. C'est ainsi que, dès l'âge de 3 ans selon sa biographie officielle, elle chante pour la première fois devant un public radiophonique.

En 1941, à 15 ans donc, Julie quitte l'école et devient liftier dans un grand magasin. C'est tout naturellement dans un ascenseur qu'elle se fait remarquer par Sue Carol, agent artistique et épouse de l'acteur aAlan Ladd, qui n'aura de cesse de lui obtenir un premier petit rôle au cinéma. C'est chose faite en 1944, dans un film fumeux de Sam Newfield, Nabonga.

Entre temps, le jeune et jolie jeune fille a rencontré un GI en permission, un certain Jack Webb, futur producteur, qui l'épousera en 1947 et sera père de ses deux premières filles, Stacy et Lisa. Cette progéniture l'amènera à mettre un frein à sa carrière artistique.

Après la séparation du couple, survenue en 1953, la jeune femme rejoint, comme chanteuse, un groupe jazzy entraîné par un certain Bobby Stroud. Et c'est dans un rôle non crédité que Julie London fait une courte réapparition dans un film mené par Jayne Mansfield, the Girl Can't Help It, interprétant la chanson Cry Me a River. C'est le début de la gloire dans un domaine auquel elle donnera la préférence, l'art vocal. En effet, depuis cette date, Julie London n'a pas publié moins de 32 albums microsillons, dont vous pouvez vous procurer, le plus légalement du monde, quelques morceaux sur le site Intojazz.net. Dotée d'une voix merveilleuse, très chaude, riche de nombreuses modulations la chanteuse connaîtra un succès qui ne se démentira jamais.

Et le cinéma, dans tout cela? Un violon d'Ingres, sans doute. Quelques westerns intéressants, comme Saddle the Wind ou the Wonderful Country. Et surtout ce film ou la jeune actrice dévoile sa beauté étincelante et son assurance sexuelle, Man of the West, aux côtés de l'immense Gary Cooper. Film très intéressant, sans doute, plus par la situtation dans laquelle se sont fourrés les personnages que par la représentation fidèle de l'Ouest Américain. Vous imaginez qu'il y en eut beaucoup, des femmes de l'Ouest comme celle-ci? M'étonnerait…

En 1959, Julie London épouse enfin Bobby Stroud. Le couple aura 3 enfants, une fille, Kelly, et deux jumeaux, Jody et Reese. Il ne sera séparé que par la mort du musicien, survenue en 1999.

Compte tenu de sa beauté et de sa présence à l'écran, Julie London n'a pas fait à Hollywood la carrière qu'elle aurait dû faire. Est-ce un choix personnel? Une préférence marquée pour la chanson? Je ne sais pas. Toujours est-il qu'en 1961, elle tourne son dernier film, the George Raft Story, pour ne plus apparaître qu'épisodiquement sur le petit écran.

En 1972, elle connaît un regain de popularité grâce à son rôle dans la série télévisée Emergency, produite par Jack Webb.

Après une première alerte cardiaque en 1995, Julie London s'est éteinte le 18 octobre 2000, un an et demi après son époux. Nous reste cette très belle voix… Texte de Christian Grenier de <a href="http://www.encinematheque.net"><img src="http://encinematheque.net/img/logom.gif" style="vertical-align:-20px"/></a>.

Forum

Créer un nouveau fil de discussion

Galerie de photos


Liens

french.imdb.com La fiche IMDb de Julie London

Références

Forum L'Homme de l'Ouest : Les spectres du far-west
Cette page a été visitée 8293 fois.

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.26 s. - 18 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter