Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Comment me désintoxiquer ?


De Frydman Charles, le 21 avril à 18:17
Note du film : 5/6

Sans prétention , mais distrayant ! L’expression "costaud des batignoles" pour désigner une "armoire à glace" doit provenir de ce film . On le disait à l'époque , moins aujourd’hui. Expression costaud des Batignolles. Pour Jules embrasser Nenette à le même effet que les épinards pour Popeye . Jules devient costaud ! D’ailleurs le médecin qui essaye de comprendre cet étrange phénomène demande à Jules s’il mange des épinards , Jules répond : normalement…


Répondre

De Impétueux, le 13 décembre 2015 à 15:54
Note du film : 1/6

Halte au feu !, les amis et faites-moi la grâce de bien me comprendre ! J'ai, comme Nadine Mouk, une immense sympathie et beaucoup d’admiration pour Raymond Bussières ; et j'ai écrit, sur les films que vous citez, L'assassin habite au 21, Casque d'or, Quai des orfèvres, Les portes de la nuit (qui sont des chefs-d’œuvre ou de très grands films) combien l'acteur y était important, même quand il n'y fait qu'une brève apparition. C'est à cette place que Bussières trouvait sa dimension, nullement quand il occupe le premier plan.

Mais je vous rejoins tous deux (avec Commiasaire Juve) lorsque vous estimez, comme moi, le cinéma dit de samedi soir, indispensable. Mon irritation envers moi-même n'était que feinte et fausse. Et de la même façon que j'ai commenté Costaud des Batignolles, Frangin du Sénégal et Corsaires du Bois de Boulogne, j'irai sûrement faire de nouvelles escapades dans la riche filmographie du plus talentueux (avec Julien Carette) des Titis parisiens.

Et je note, s'il en était besoin, que Ah ! Les belles bacchantes est au plus haut dans mon Panthéon !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.018 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter