Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Ah? Tiens donc, un nouveau scénario pour...


De vincentp, le 13 août 2010 à 22:02
Note du film : 1/6

Navré d'apporter un point de vue discordant à ce concert de louanges, ayant trouvé ce Romanzo criminale très mal fichu, granguignolesque au possible. L'arrière-plan politique n'est pas crédible, les relations entre les personnages non plus. Les romances homme-femme ne passent pas… La mise en scène, très léchée, ne donne aucun poids à cette histoire. Il y a parfois des films dans lesquels vous ne rentrez pas, n'adhérez pas, et en voici en ce qui me concerne un bon exemple. J'ai passé les 2h30 (bien trop long) en accéléré.

Je ne suis pas sûr de plus que ce film vieillisse très bien : il me parait déjà complètement démodé. Il serait intéressant d'avoir d'autres points de vue…


Répondre

De Arca1943, le 6 mai 2007 à 17:02
Note du film : 5/6

Avec Io non ho paura, L'Imbalsamatore, Buongiorno, notte, Nos meilleures années et quelques autres, Romanzo criminale est un des très bons films italiens à nous être parvenus ces toutes dernières années. C'est un polar "historique" au rythme sans faille, un film de comédiens – qui sont al dente jusque dans les plus menus rôles – et aussi, bien sûr, un film de scénaristes : le scénario du tandem Petraglia-Rulli est en or, avec une rare maîtrise de l'ellipse et un sens du personnage qui se mesurent sans rougir à l'expertise des temps jadis. La mise en scène est effacée mais rigoureuse, elle ne s'autorise aucun effet gratuit et va droit à l'essentiel. Elle n'attire jamais l'attention sur elle-même. Mais surtout, je ne suis pas du tout d'accord avec Jarriq pour ce qui est de la photographie, que je tiens pour très travaillée. N'avez-vous pas remarqué que dans les 20, 25 dernières minutes elle devient un peu plus lumineuse, un peu plus colorée? En gros, après l'attentat de la gare de Bologne? C'est que nous sommes désormais dans les années 80… Regardez simplement l'affiche de Romanzo criminale : oui, elle tend au monochrome, mais c'est précisément ça l'idée, avoir une photo "des années 70", un peu pâle, un peu décolorée, qui rappelle Luigi Kuveiller, ou Pasqualino De Santis (spécialement Une Journée particulière) et autres chefs opérateurs du temps, les films de Damiani ou même d'Umberto Lenzi

Un film puissant, qui passe le temps d'un éclair et navigue avec aisance entre de nombreux écueils. Pour ce genre de film, j'étais prêt à accueillir avec indulgence un certains nombre de clichés, de poncifs : or, il y en a bien peu, en somme, grâce à la sécheresse d'une narration qui ne s'attarde jamais indûment.

Et chapeau en passant aux spécialistes des effets spéciaux : la scène de l'attentat de Bologne est une grande réussite.


Répondre
Un matin - 2 mai 2006 - à Paris


De Fidèleaout2004, le 2 mai 2006 à 12:00

Beaucoup de justesse dans cette fresque politique qui m'a littéralement bluffée. Le profil psychologique de tous les personnages est extrèmement bien rendu ce qui permet au spectateur de se prendre au jeu dès les premières minutes… Nul besoin de cascades ni d'artifices, toute la vérité de ces hommes et de ces femmes pris dans la tourmente d'une époque sordide est là !

J'ajouterai une mention spéciale à Stefano Accorsi que je découvre en "acteur" – ce que je n'aurais jamais imaginé – très convaincant dans son rôle de commissaire implacable…

Comme quoi, la vie réserve de drôles de surprises !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0044 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter