Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Irruption de la "modernité" chez George Cukor


De vincentp, le 19 décembre 2007 à 08:55
Note du film : 6/6

Un film qui m\'avait été conseillé par le spectateur-patriarche de la Cinémathèque française, lors de la rétro Cukor. Je ne le vois plus. Agé de 95 ans, j\'ai bien peur qu\'il ait rejoint les pistes éternelles. Rendons-lui donc hommage ici-même : il assistait à toutes les séances diurnes de la cinémathèque depuis des années et avait à son actif de cinéphile un nombre impressionnant de long-métrages. Ses avis étaient éclairés. Parmi ses films préférés : blow-up, Ben-Hur de Fred Niblo, Les dix commandements, première version de B de Mille, qu\'il préférait à la seconde version. Ce film de Niblo de 1923, il l\'avait vu enfant… Une mémoire du cinéma nous a donc probablement quitté, et comme le dit un dicton burkinabé, \"un vieil homme qui meurt, c\'est un dictionnaire qui disparaît.\"


Répondre

De vincentp, le 30 septembre 2006 à 22:22
Note du film : 6/6

Un film remarquable de Cukor, daté de 1962, qui tangue de façon virtuose entre drame et comédie, et qui creuse au scalpel la psychologie de quatre américaines, d'âges et de conditions sociales différentes, au travers de l'évocation de leur sexualité.

Irruption de la "modernité" chez ce metteur en scène ("modernité" qui cohabite avec le schéma narratif classique hollywoodien -notamment le flash back-), tant sur le plan des sujets abordés (crise du couple, rêves et fantasmes) et de leur traitement (le happy end n'est pas de rigueur, des questions ne sont pas résolues) que sur la forme du film (gros plans insistants sur des visages hébétés).

Un film qui surprend par ses changements de ton, démarrant comme une étude sociologique impersonnelle et froide, se poursuivant par l'évocation de pulsions inassouvies, et se terminant dans une apothéose paroxystique, qui ébranle les spectateurs les moins blasés. Et puis, il y a des numéros d'actrice fabuleux, avec une mention spéciale à Claire Bloom dans le rôle d'une névrosée nymphomane.

Evolution du cinéma, évolution de la société. Une oeuvre importante de Cukor (quel talent et quel savoir-faire !), voire du cinéma américain, à mettre en parallèle avec d'autres films ultérieurs portant sur le même sujet (exemple, Le lauréat). On espère une réédition dans un avenir proche en dvd de ce film.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.022 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter