Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Critique


De urspoller, le 2 octobre 2007 à 09:06
Note du film : 5/6

Ventre-Saint-Gris, vincentp, ma vicomté est bien modeste, comparée aux possessions des Pairs de France et des connétables provinciaux. Ici, nous nous contentons de quelques vingtaines d'hectares de terre, trois demeures nécessitant d'onéreux investissements, six mazets agricoles et des arpents de garrigue ! Les nobliaux méridionaux souffrent de l'éloignement des fastes de la capitale, des intrigues de cour où s'escriment les comte de La Fère, les Barons du Vallon, les calottés embourgeoisés et épicuriens ou les gascons entêtés…

On est bien loin des manoirs de Cornouailles hantés par les spectres ou autres ectoplasmes pour nuire à la lignée des De Winter !


Répondre

De droudrou, le 1er octobre 2007 à 22:08

Ca m'emm…. tout çà ! Je suis natif du capricorne et 3ème décan (j'allais faire une erreur de frappe…) ascendant lion !


Répondre
Avis


De urspoller, le 30 septembre 2007 à 16:48
Note du film : 5/6

Ce métrage reste le deuxième film en couleurs d'Alfred Hitchcock après La Corde. En outre, il s'agit aussi du deuxième opus où le cinéaste s'arrogeait les pleins pouvoirs en tant que producteur indépendant. Ici, cette oeuvre demeure une ode à une actrice à savoir la sublime et racée Ingrid Bergman. Néanmoins, on retrouve tout de même deux tes thèmes très chers au maître du suspense à savoir celui du faux coupable et celui de l'aveu rédempteur.

Ici, sir Alfred poursuit ses expérimentations, notamment sur des mouvements de caméra ou des plans longs, largement éprouvées l'année précédente dans La Corde. Pourtant ce film romanesque fut renié par son auteur, alors qu'il constitue un petit chef-d'oeuvre de mise en scène subtile et sophistiquée avec un superbe TechniColor. Bien sur, on pourra y trouver quelques longueurs, mais ces défauts mineurs sont amplement compensés par la virtuosité technique précédemment évoquée, par une esthétique visuelle hors du commun (malgré la qualité de l'image!) et par ce profond romantisme rare chez Hitch.

Malheureusement, ce métrage original fut un véritable désastre financier et reçu aussi un accueil très froid de la part de la critique. Personnellement, je loue bien volontiers les qualités intrinsèques de ce long-métrage ab imo pectore, mais ce qui attire inexorablement l'attention, surtout celle de la gent masculine et a fortiori la mienne, c'est la présence de l'irradiante Ingrid Bergman, belle à damner un saint!


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0047 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter