Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Les trois figures


De vincentp, le 7 janvier à 11:24
Note du film : Chef-d'Oeuvre


Rio Bravo réalisé et produit par Howard Hawks en 1959, scénarisé par Leigh Brackett, Jules Furthman, B.H McCampbell prend la forme d'un western urbain. Ce western donne corps à des valeurs universelles, proches de celles décrites au cours des années 1990 par le psychologue social américain S.Schwartz. Les valeurs universelles selon Schwartz sont par ordre d'importance Amitié, Universalisme, Autonomie, Sécurité, Conformité, Hédonisme, Tradition, Stimulation, Courage, Famille, Pouvoir. Les deux camps opposés dans la cité de Rio Bravo (les Burdette et ses mercenaires, face à John T. Chance et ses acolytes) partagent ces valeurs. Mais le clan Burdette défend un individu coupable de meurtre, en commettant un nouveau meurtre et de fait perd toute légitimité sociale. L'action collective doit être au service d'une cause juste, humaniste, selon les auteurs de Rio Bravo, quitte pour cela à s'armer jusqu'aux dents, dans un contexte marqué par une justice fédérale aux abonnés absents.

Un scénario très élaboré, sans la moindre faille, porte Rio Bravo de bout en bout. Les psychologies individuelles et de groupes sont développées par des scènes dont la conflictualité est subtilement dosée, qu'elles soient réalisées par deux acteurs (John Wayne face à Angie Dickinson), trois acteurs (Wayne, Dean Martin, Walter Brennan) ou plus (à l'intérieur des saloons). De façon indétectable pour le spectateur, Hawks place ses acteurs dans un espace à trois dimensions nous permettant d'observer leurs réactions, notamment faciales. Une impression de réalité domine l'ensemble, appuyée par l'emplois de gestes quotidiens (ouverture d'un paquet adressé par la diligence, dégustation d'une bouteille de bière). Une émotion croissante est produite par la musique de Dimitri Tiomkin, extrêmement bien employée, et par les hésitations et atermoiements des protagonistes, confrontés à un passé douloureux. Voilà un classique de poids qui traversera les âges…


Répondre

De vincentp, le 4 mai 2013 à 20:32
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Il s'agit d'un film réalisé dans un espace restreint, et qui se veut l'écho de Le train sifflera trois fois. La gestion de l'espace est néanmoins optimisée. Beaucoup de conversations, sur des sujets en apparence (et seulement en apparence) anodins. C'est la marque de fabrique de Howard Hawks, qui a désarçonné en son temps notre collègue Dumbledore pour The big sky. Moi j'adore…

J'ai en revanche souffert en regardant cette semaine le très sombre Le Cuisinier, le voleur, sa femme et son amant de Peter Greenaway, porté aux nues par Impétueux. Il en faut pour tous les goûts.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.028 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter