Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Grand spectacle !


De vincentp, le 6 décembre 2015 à 09:52
Note du film : Chef-d'Oeuvre


La mise en scène de Kubrick est rigoureuse et de grande qualité. Il est à l'aise aussi bien dans les scènes de combat vues via notamment des grand angles que pour des scènes plus intimistes filmées de façon rapprochée. Ce qui m'a frappé le plus, c'est la qualité du jeu de Laurence Olivier dans le rôle de Marcus Crassus. Son personnage lui a été taillé sur mesure par Dalton Trumbo.

Les relations politiques à l'intérieur du sénat sont également décrites avec mesure, pondération, et sont crédibles. Le descriptif du monde politique de Rome est très réussi, plus que les relations un peu trop idéalisées qui se nouent entre les esclaves. Globalement une oeuvre sans réelle faiblesse, qui oscille entre le très réussi et l'exceptionnellement réussi.

Et il est vrai que l'édition restaurée de 2015 en haute définition est de toute beauté, et met en valeur cette oeuvre incontournable. Je la place sur le podium des films portant sur le monde antique, juste derrière Ben-Hur.


Répondre

De jeff94, le 3 décembre 2015 à 05:25
Note du film : 5/6

Spartacus correspondait en plein à son époque. Non point l’époque du film mais l’époque du tournage : le maccarthysme. Cette tristement fameuse chasse aux sorcières qui voulait clouer au pilori toute personne soupçonnée d’avoir eu des idées procommunistes. Kirk Douglas, producteur et interprète, vit l’intérêt de la révolte d’un esclave pour dénoncer la mainmise d’une commission sénatoriale sur le monde du cinéma. Mais il alla encore plus loin en demandant à Dalton Trumbo, l’un des scénaristes mis au ban d’Hollywood, d’adapter le roman original. Kirk savait qu’il allait au clash avec la censure mais mena jusqu’au bout son combat avec un courage exemplaire.\r\n\r\nCinquante ans après, alors que lui-même avoue une mémoire un peu défaillante, vu son gra! nd âge, Kirk Douglas revient en détails sur la genèse, le tournage et la sortie de ce film peu banal.\r\n\r\nMême s’il s’attribue le beau rôle, il raconte tout avec précision. De l’idée première jusqu’aux ultimes coupures de la censure (la fameuse scène de bain entre Laurence Olivier et Tony Curtis qui fut rétablie ultérieurement). Cela fait de son livre un véritable reportage sur les lieux mêmes de l’action. Y compris les hésitations, les erreurs (Anthony Mann fut remplacé par Kubrick), les cabotinages, les pressions. Kirk s’efforce de ne rien oublier et cela rend son travail passionnant. Le lecteur assiste vraiment à la naissance du film et, une fois le livre fermé, n’a qu’une envie : se précipiter sur son lecteur DVD pour revisionner Spartacus (j’avoue ne pas l’avoir fait car j’ai souvent vu et revu cette production).\r\n\r\nL’ardent cinéphile peut seulement regretter que le tournage proprement dit, et notamment l’attitude de ! Kubrick, soit insuffisamment développés mais il y a déjà t! ellement d’informations que c’est faire fine bouche de gourmand.\r\nI Am Spartacus ! (réplique la plus célèbre du film qui faillit tomber à la trappe) est donc bel et bien un vrai livre de cinéma. Je tiens à le signaler car le cas est rare. Dans notre beau pays, notamment, on préfère disserter sur le cinéma, l’analyser que le faire vivre. Les auteurs ont trop souvent besoin d’expliciter au lecteur le pourquoi du comment. Or, un vrai livre de cinéma doit faire pénétrer dans la coulisse, donner l’agréable illusion de participer à la création d’une œuvre. Ce qu’a parfaitement réussi Kirk Douglas.\r\n\r\nCet ouvrage, qui parait chez nous peu après celui sur Diamants sur canapé (Sonatine) prouve à quel point les Américains aiment le cinéma. Il prouve aussi que Kirk Douglas, dont la filmographie ne compte pas que des chefs d’œuvre, sut être un producteur d’une rare efficacité. Il entrera dans le panthéon du septième art, le glaive de l! ’illustre gladiateur à la main. Spartacus reste un des plus grands peplums realisé avec, Quo vadis, ben- hur et les dix commandements.

Spartacus reste un des plus grands péplums réalisé avec, Quo vadis, ben- hur et les dix commandements.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.035 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter