Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Mon Giovanni préféré


De Frydman Charles, le 24 mars à 07:10
Note du film : 5/6

Au restaurant deux livres sont posés sur la table, ils se révéleront être de Proust juste après. Le plus mince a une tranche de couleur violette ou mauve, je dirais Parme pour rester dans le contexte. Le texte illisisible en 4e de couverture tient toute la page.


Ensuite devant la mosaïque principalement rouge et noire avec 3 motifs en blanc , comme une allusion à Stendhal, de l'immeuble "Le Périscope" , Jeanne Dumas tient les deux livres. En fait le plus mince est remplacé par un livre à tranche jaune et un texte noir en 4e de couverture plus court , "un amour de Swann" édition 1954, avec le texte suivant : "Comme des millions de lecteurs l’ont fait avant vous, vous aussi pénétrerez dans l’oeuvre capitale du XXe Siècle.". Le jaune c’est là couleur du "petit pan de mur jaune" que voit Bergotte dans "la prisonniere" avant de mourir et qui fascina Proust dans le tableau de Vermeer: "Vue de Delft", c’était la couleur des nappes au café.

.

Les "couleurs chez Proust" ont fait couler beaucoup d'encre : livres , publications, thèses…Le film est très coloré .On retrouve le rouge et le blanc avec la petite Marie en "chaperon rouge", une capuche bordée de blanc, son chat blanc décédé et remplacé par le cadeau de Jeanne Dumas , un autre chat blanc .

.Peut être le "chat blanc" de Proust dans "la prisonnière" ? Tu parles mon petit chat blanc , illustre par un beau chat blanc en bas de la page .


Répondre

De Frydman Charles, le 14 mars à 06:44
Note du film : 5/6

Marlène Jobert fait des clins d’œil à Marcel Proust :

Vers 38 mn Jeanne Dumas (Marlène Jobert) -Bon je vais me coucher avec Proust.

  • Marceau Leonetti : vous n'allez pas veiller tard avec ça ! (il est vrai que Proust est un peu soporifique).
-j'ai déjà lu Proust des nuits entières, pas vous ? 

(contredisant l'effet soporifique de Proust).

  • Non

Vers 1 h 24 mn Jeanne Dumas énumère ce qu'elle a vu chez Leonetti…-"…et puis j'ai vu aussi un livre de Proust , tout neuf  : telescoop,citation : "livre de Proust tout neuf" . Leonetti : "Vous êtes toute neuve. En face d’un vieux cheval" . Auparavant, vers 30 mn 46 s , c'était Leonetti qui était neuf : "…ceux qui continuent de chercher sont usés , il est neuf ":telescoop "il est neuf".

Coïncidence ou réaction proustienne à mon post le 18 mars ? Avec des précisions complémentaires :

Proust au cinema ,dernier domicile connu

A noter que : Lino Ventura est né à Parme , une de ses filles se prénomme Clelia comme l'héroïne de "la Chartreuse de Parme", une des sociétés qui a produit le film est "Parme productions" : Arte , "dernier domicile connu, "Parme productions" . Proust était un "grand admirateur" de "la Chartreuse de Parme" de Stendhal .

Il écrit dans la recherche du temps perdu, du côté de chez Swann, "nom de pays, le nom" : "Le nom de Parme, une des villes où je désirais le plus aller, depuis que j'avais lu la Chartreuse, m'apparaissant compact, lisse, mauve et doux ; si on me parlait d'une maison quelconque de Parme dans laquelle je serais reçu, on me causait le plaisir de penser que j'habiterais une demeure lisse, compacte, mauve et douce, qui n'avait de rapport avec les demeures d'aucune ville d'Italie, puisque je l'imaginais seulement à l'aide de cette syllabe lourde du nom de Parme, où ne circule aucun air, et de tout ce que je lui avais fait absorber de douceur stendhalienne et du reflet des violettes. "

Une princesse de Parme revient 86 fois dans "le côté de Guermantes" (3 tomes) , elle pourrait être la Sanseverina de la Chartreuse selon Proust , il écrit au Tome 3 de " le côté de Guermantes" : "Mais si j’avais depuis des années — comme un parfumeur à un bloc uni de matière grasse — fait absorber à ce nom de princesse de Parme le parfum de milliers de violettes, en revanche, dès que je vis la princesse, que j’aurais été jusque-là convaincu être au moins la Sanseverina, une seconde opération commença, laquelle ne fut, à vrai dire, parachevée que quelques mois plus tard, et qui consista, à l’aide de nouvelles malaxations chimiques, à expulser toute huile essentielle de violettes et tout parfum stendhalien du nom de la princesse et à y incorporer à la place l’image d’une petite femme noire, occupée d’œuvres, d’une amabilité tellement humble qu’on comprenait tout de suite dans quel orgueil altier cette amabilité prenait son origine. "

Comme la mère de Proust née Weil , on peut supposer que la femme du témoin Roger Martin , mere de la petite Marie était juive : telescoop citation concernant la femme du témoin "Martin Rachel. Née Isaac. Le Dr Silberstein à délivré le permis d’inhumer"


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version haut débit

Page générée en 0.020 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter