Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

la bifurcation selon Mankiewicz


De Urspoller, le 7 juin 2007 à 17:20
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Au-delà du flash-back, ce métrage repose sur un procédé cher au réalisateur, la bifurcation est ainsi le sujet principal des films de Mankiewicz. Les personnages de Mankiewicz évolue rarement dans une destinée linéaire comme l'évoque Gilles Deleuze ou Jacques Lourcelles.

Dans Le reptile, l'honnête sherif que tout destinait à revenir à la prison rapporter l'argent, s'en va et passe la frontière. Une des plus belles fourches de Mankiewicz est dans On murmure dans la ville, où le médecin, venu annoncer au père que sa fille était enceinte, se retrouve en train de parler d'amour à la fille et la demande en mariage, dans un paysage onirique.

Sorti en 1950, On murmure dans la ville aborde des sujets dérangeants pour l'époque. Cela peut expliquer qu'il ait connu moins de succès qu'un film comme Eve, tourné par Joseph L. Mankiewicz la même année. Ce métrage était de tous ses films, celui que Cary Grant préférait. Il en est de même pour Mankiewicz, qui mit à l'évidence beaucoup de lui-même dans ce personnage de médecin qui ne soigne que des femmes, "presque toutes" amoureuses de lui, et auquel il arrive de s'entendre reprocher sa suffisance et son verbiage.

On murmure dans la ville ne peut être vu aujourd'hui sans que vienne à l'esprit la référence au climat régnant alors à Hollywood, univers presque aussi fermé que celui de l'université décrite dans le film. Impossible pourtant de ne pas penser aux méthodes maccarthystes en voyant le docteur Elwell (l'excellent Hume Cronyn) fouiller dans le passé de son adversaire et collecter les ragots pour constituer un dossier et faire comparaître sa proie devant un tribunal.

Excellent film, pourtant relativement méconnu par rapport à sa qualité, qui traitent de sujets très intéressants et de façon intelligente (une bonne critique sociale). En sus, les acteurs sont parfaits notamment Cary Grant, Jeanne Crain et Walter Slezak.


Répondre
avis


De cormega, le 11 novembre 2005 à 03:30
Note du film : 4/6

J'ai également lu un bouquin sur Manckiewicz, l'auteur (je ne me souviens pas de son nom) disait que " Guys And Dolls" était un de ses films à vite oublier, il se justifier par le fait que Mankiewicz ne s'était pas du tout impliqué sur le film et que le mérite revenait entièrement au corégraphe. Dans tous les cas ce film est vraiment excellent, tant au niveau des dialogues, des chorégraphies ou bien des décors.

Quant à "On Murmure Dans La Ville", je n'ai pas trop accroché, je l'ai trouvé assez faible (un côté pipi caca si j'ose dire) à côté des valeurs sûres comme "L'Aventure de Mme Muir", "Five Fingers", "La Comtesse Aux Pieds Nus" ou "le Limier".

Cependant, je le reverrais car je manque de recul sur Mankiewicz étant donné que j'ai découvert une bonne partie de sa filmographie en un mois uniquement. Et oui, il y a encore un an je ne connaissais même pas John Ford, alors encore moins Mankiewicz.


Répondre

De captain brittles, le 23 juin 2005 à 20:43

C'est paraît-il le film préféré de Cary Grant, je veux dire de ceux dans lesquels il a joué.

je vote pour l'édition d'un dvd zone 2 de ce film.


Répondre
Joseph L. Mankiewicz, de P Brion : INDISPENSABLE


De vincentp, le 10 novembre 2005 à 20:10
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Patrick Brion frappe très fort en cet automne 2005 avec la publication aux Éditions de La Martinière d'un monumental ouvrage consacré à Joseph L. Mankiewicz, qui intéressera aussi bien le cinéphile averti que le néophyte.


Répondre
Les dialogues : armes pacifiques en société


De vincentp, le 25 septembre 2005 à 17:04
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Un très bon film, pas complètement abouti toutefois, au titre original (people will talk) parfaitement approprié au sujet, les relations sociales au sein d'une bourgade étant entièrement structurées en fonction des dialogues des protagonistes. Ces dialogues, de nature très variées (obscurs caquettages, dialogues introspectifs, démonstrations de force, joutes verbales, voire des non-dits-*-) sont autant d'armes à disposition des protagonistes pour faire prévaloir leur point de vue.

Mankiewicz offre dans ce film un beau rôle à Cary Grant, qui excelle naturellement dans le domaine de l'élocution verbale (voir 'la dame du vendredi'), et dont la brillante composition humaniste, toute en finesse et en nuances, suscite dans ce présent film toute notre admiration.

  • cf la grossesse de la protagoniste –

Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.026 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter